BLOG ET SITE, MODE D’EMPLOI


Ce blog et ce site sont consultés par des milliers de personnes. Je l’alimente régulièrement par des billets en lien avec l’actualité, mes coups de cœur ou mes réflexions. Cependant, il est des périodes où cette ponctualité à retrouver les habitués du site est prise en défaut. Telle est la situation en ce printemps 2015 où les sollicitations liées à la parution de mon dernier livre “Entre deux mers, voyage au bout de soi”, et plus généralement à mes voyages pédestres à travers la France, sont intenses et chronophages. Cependant, le site reste vivant et j’invite les contacts intéressés à consulter les autres rubriques que le blog, en particulier la revue de presse 2015 sur laquelle sont reportés les articles et interventions audio-visuelles de cette période médiatique intense. Ils traitent certes de mon activité littéraire et vagabonde mais aussi de nombreux autres sujets scientifiques et de société. La rubrique “fil Twitter” reproduit aussi mes prises de position en 140 signes……Enfin, je rappelle que dans les rubriques “parcours” 2013 et 2014, se trouvent les albums photos de mes deux traversées pédestres et diagonales du pays.

Le trente avril 2015

19 thoughts on “BLOG ET SITE, MODE D’EMPLOI

  1. Vos lecteurs, les fidèles, savent bien combien vos jours sont intenses, vos déplacements nombreux, vos interviews et conférences à un rythme effréné…
    Bravo! continuez! si les jambes sont moins sollicitées, votre âme vagabonde doit y trouver sa béatitude.

    Votre expression fréquente en mots et en images ainsi que votre soin à répondre aux billets de temps à autre nous rassurent.

    Pour ma part, je communique continûment avec la petite Princesse, “le noyau inaltérable de votre être”… donc pas de souci!

  2. Je viens de finir la lecture passionnée de votre dernier livre.
    je suis triste comme lorsqu’un un ami part pour un temps.
    Vite un autre livre!
    Merci d’avoir si bien parlé des richesses de la Haute-Loire…

  3. Bonjour Monsieur Khan,

    Je viens de terminer votre livre « Pensées en chemin ». Merci pour ce récit sur votre France, telle que vous l’aimez. Elle ressemble traits pour traits à la mienne ! Un récit courageux par lequel vous dénoncez l’état de délitage socio-économique de certaines régions traversées sur cette diagonale de fou. Un récit empreint de charmes et de pertinence que révèlent la poésie des descriptions, la tendresse des rencontres, la sagacité des pensées. Bien sûr, dès demain je commence la lecture de votre seconde diagonale !
    Le 30 juin prochain, j’espère pouvoir vous rencontrer lors de la conférence donnée au Puy-en-Velay. Par contre, où cela se passe-t-il ?

    • Cher José,
      la rencontre se déroulera le 30 juin à 18 heures à la Maison pour tous de Brives Charensac. Merci de vos commentaires sur “Pensées en chemin”. J’espère ceux sue “Entre deux mers…”
      Au 30 juin, peut-être.

  4. Bonjour Mr Kahn,
    C’est avec toujours autant de plaisir que je vais lire votre dernier livre dans lequel vous parlez de votre passage en Bretagne.
    Etant abonnée à la Librairie Cheminant à Vannes, j’ai vu que vous y serez pour une séance de dédicaces le vendredi 22 mai à 17 h. Malheureusement étant à mobilité réduite je ne pourrai venir n’ayant personne pour m’accompagner le soir, j’aurais pourtant été heureuse de vous revoir. Je vous connais parce que j’ai travaillé de longues années à l’AFM à Paris au service scientifique. Je viens de réserver un exemplaire de votre livre à la Librairie Cheminant de Vannes.
    Bonne journée.
    Cordialement. Thalie56

    • Merci beaucoup. Je regrette aussi de ne pouvoir vous rencontrer à Vannes.
      Amitiés,
      Axel Kahn

  5. Beaucoup de plaisir à lire vos deux derniers livres, emplis d’un humanisme qui fait du bien. En lisant le dernier, les deux versions du “tour de la France par deux enfants” de G. Bruno, une avant et l’autre après les lois de séparations de l’Eglise et de l’Etat, me sont remontés en mémoire, et sont ressorties de ma bibliothèque. Et je me suis dit : “à quand un seul volume de vos deux périples cartographiés et illustrés par vos magnifiques photos ?”.
    J’aimerais rajouter que vous n’êtes pas passé par le “plateau du Coiron” en Ardèche, qui vous aurait évité la route du Pouzin à Montélimar et permis de marcher d’ouest en est dans les prairies du plus beau et plus sauvage plateau habité de France ! Un jour peut être ?
    Cordialement
    Gilberte

  6. Michel Suchet La Châtre 36400
    Bonjour
    j’adore la randonnée et c’est avec délices que j’ai lu les deux diagonales.
    J’ai aussi noté que vous animez de nombreuses conférences et des dédicaces.
    Comment savoir à l’avance où vous allez tenir les prochaines?
    Est il envisageable d’en organiser une en Berry pour nous expliquer pourquoi vous avez organisé ces deux périples et si une suite est prévue ?
    Mon mail michel.suchet123@gmail.com
    Bien cordialement
    Michel

  7. Bonjour à vous . Hier, vs étiez des nôtres à Courcelles sur Aujon ;la Hte Marne département boisé où les gens n ‘ont pas la langue de bois . Certes, apres notre déambulation litteraire avec Anne, vous vous êtes expliqué sur votre parcours de marcheur-penseur -observateur et personne dans la salle n ‘ose vous poser des questions sur ces belles experiences qui pour moi sont initiatiques ! bon , je ne vais pas aligner des mots pour vs dire que vs étiez extra (leo ferre !!) quoique ..faut vs dire M que votre humour , votre sensiblité, votre naturel ont certainement touché le public ! vraiment je vs signer mes propos par “la dame qui avait plein de questions au bout des lèvres mais qui n’a pas levé le petit doigt ” !!!

  8. desolee mais je n’ai pas relu mon texte et qqs erreurs s’y sont glissées ! mais bon …

  9. Lettre ouverte à Monsieur Axel KAHN auteur de la préface du livre intitulé Bien dans son corps, bien dans sa tête : qu’est ce que le bien être du cheval ? Christine BRIANT – Claire CAILLEREC –IFCE- mars 2017

    Porta le 5 juin 2017
    Monsieur,

    Votre préface de l’ouvrage produit par l’IFCE engage votre caution scientifique. Or ce livre reprend avec complaisance les pontifes du monde équestre traditionnel hérités de la culture équestre de l’époque militaire.
    Nous le savons, nous sommes tous victimes de notre empreinte culturelle mais la science est là pour nous rappeler à l’ordre.
    Votre texte généreux introduit des éléments bien éloignés de la connaissance scientifique et donc, de fait, bien éloignés du bien être du cheval.
    Comment peut-on prôner le bien être du cheval en proposant de lui planter des clous dans le corps au mépris de la biomécanique, ou encore d’accepter sa mise en cage, son isolement. Comment ne pas être attentif à son alimentation en conseillant qu’un herbivore soit nourri comme un oiseau avec des graines indigestes pour lui. Comment oublier de dénoncer l’utilisation d’un mors ravageur…
    La liste d’incohérences est dramatiquement longue.
    Nous comprenons votre distraction tant le poids culturel est présent dans le monde équestre traditionnel. Aussi, nous ne doutons pas que vous soyez en capacité d’analyser, sans a priori, le contenu de cet ouvrage qualifié abusivement « d’essentiel » par ses auteures.
    Nous sommes en attente d’une réflexion plus lucide, plus acerbe, d’Axel KAHN, le vulgarisateur scientifique, l’essayiste, le débateur. Nous sommes en attente d’une analyse plus pertinente sur le bien être du cheval, condition première de cette relation épanouie que nous devons entretenir avec ce partenaire symbole de liberté.

    N’en doutons pas, les équitants restent attentifs au regard critique de l’humaniste Axel KAHN.

    Très cordialement

    Pierre ENOFF

  10. Cher Axel.Hier soir:Bibliothèque Médicis où je vous ai vu.Cette nuit :un rêve dans lequel je vous” rencontrais “et vous racontais mon histoire pleine de similitudes ,même parcours que le vôtre ,mêmes démarches pour comprendre l’incompréhensible. …..Alors, ce matin : je me réveille .et je lance cette bouteille à la mer …

    • Chère Madame,
      je vous remercie, et de votre intérêt pour le cheval – partagé – et de votre témoignage.

      La position de “personne publique” est certes gratifiante pour la vanité. Elle comporte néanmoins des contraintes : aux tâches qui justifient – peut-être – cette position se surajoutent d’innombrables sollicitations individuelles. La plupart proviennent sans doute de gens qu’il serait passionnant de rencontrer. Il est par conséquent frustrant de ne pouvoir accéder à leur demande.

      Très cordialement,
      Axel Kahn

  11. Cher Axel. Je me permets de vous appeler par votre prénom, avec tout le respect que je vous dois,c’est quand même plus simple. Ne m’en voulez pas. C’est la première fois que j’entre en contact avec quelqu’un de cette façon ; cela semble pratique, moderne, mais être lue par tout le monde me gêne et me dérange énormément,surtout sur des sujets privés et intimes comme celui concernant la mort de votre père, Jean,drame qui fait fortement écho en moi. C’est pourquoi mon message précédent était si laconique, si flou,à tel point qu’il a provoqué un quiproquo dans nos échanges :je ne parlais pas de “cheval “mais de la perte d’un être cher, et gênée de vous en dire davantage “publiquement “,je vous indiquais, à tout hasard ,mon adresse mail! Je vais donc m’aventurer à en dire un peu plus afin de justifier l’élan qui m’y pousse. Quand, de tels drames “scénarisés”(?)nous arrivent comme un cataclysme s’abattant sur nous,nous retrouvons dans nos discours communs des similitudes que ,seuls ,nous pouvons comprendre et admettre.Ces suicides, compliqués,théâtralisés ,peut être plus que d’autres,nous gravent d’un sceau (à 26 ans pour vous/à 29 ans pour moi)qui fera de nous définitivement des êtres différents, des êtres à part,héritiers d’un poids, d’un mystère, d’une souffrance légués à jamais ! Les Psy.,les amis ,n’y pourront rien .Seul, le témoignage de ceux qui ont vécu cela nous réconforte et nous réhabilite;on se sent enfin normaux,compris,acceptés. Tout pareillement: ●on laisse passer le temps avant d’entamer des recherches (c’est parfois trop tard et difficile ) ●on se met “dans la peau” de l’autre pour faciliter la compréhension, cerner ce qu’il a enduré,remettre en ordre la chronologie des différents événements de sa vie, à lui ou à elle ●on décortique,épluche les écrits ,s’il y en a ●on enquête, on questionne (ça peut faire du bien mais aussi du mal !) ●on aurait envie,curieusement, de lui téléphoner, dans l’au-delà ,pour lui faire part de nos trouvailles et lui prouver qu’elle avait eu raison ou plutôt tort de croire en cela ●on se mine car on est trop “dans l’autre”,on vit la vie de l’autre ●et enfin, on décide de remonter à l’air libre ,fautes de munitions,ayant écrit un livre pour certains ,pas pour moi et pour cause. ●On essaie d’être à nouveau soi-même, sachant pertinemment que cette perte nous a impactés et nous a fait” autre”indéniablement, surtout quand cela survient jeune ,au début de notre vie d’adulte, conditionnant le restant de nos jours. ●enfin ,aussi,c’est curieux,on a le réflexe de comparer nos âges ,de comptabiliser de diverses façons les années vécues par l’autre et soi même etc. Ainsi ,dites-vous que vous pourriez actuellement “être le père de votre père “ayant une vingtaine d’années de plus que votre père avait à sa mort (!)Cela rassure, nous semble utile de le remarquer….Moi,dans mon cas ,s’agissant de ma soeur, je me suis fait la remarque suivante: sa souffrance a peut être duré 35 ans (âge de sa mort) .Alors,actuellement, j’ai dépassé ce temps là, par rapport à elle,puisque cela fait 40 ans qu’elle m’a quittée et laissé en héritage, depuis 40 ans une souffrance, un immense manque et des questions sans réponses……..Amicalement à vous. Martine.

    • Oh, quelle confusion, Chère Madame ! L’intervenant précédant sur cette page de commentaires que je ne consulte jamais puisqu’il s’agit d’un “Mode d’emploi” m’interpellait sur une préface que j’ai faite et qui concernait l’éthologie équine !!!! J’ai procédé à un copier-coller mental !
      Je sais combien sont nombreux celles et ceux dont la vie a été modifiée à la suite de la mort d’un être proche,mon père, votre sœur, un(e) conjoint(e), un(e) ami(e) aimé(e), etc. Avez-vous lu mon livre Jean ? Si oui, j’apprécierais de connaître votre ressenti à son propos. Merci de votre confiance.

  12. Bonjour Axel Kahn,

    Danielle a eu la Joie d’etre photographiée en votre agréable compagnie à la Fête de la Lecture de Roquebrune Cap-Martin.

    Nous allons justement lire “JEAN un homme hors du temps” et dont le narrateur est votre propre Père vivant en Vous.

    Votre échange de Vie entre JEAN et Vous-même est fait.

    Ce que Vous vouliez savoir – le livre Vous le rapportera.

    Nous Vous dirons.

    Sentiments Cordiaux et Reconnaissants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *