EUGÉNISME, TRANSHUMANISME : MYTHES, RÉALITÉ ET ÉTHIQUE


 

          Un groupe d’étudiants de l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) a choisi, dans le cadre de leur cours de sciences humaines et sociales, de travailler sur l’eugénisme et son application en tant que “remède miracle”. Pour cela ces étudiants m’ont adressé plusieurs questions auxquelles j’ai répondu, comme indiqué ci-après.

          Est-il utopique de penser que nous pouvons arriver à mettre en place des technologies nous permettant de modifier le génome humain à notre guise? Et peut-on arriver à un “génome parfait”?

          La notion de modification du génome humain à volonté est ambigüe. D’abord parce que les systèmes combinant une nucléase et un ARN guide type CRISPER ne peuvent agir que sur des cellules isolées, par exemple un œuf (zygote). Ensuite, la méthode ne garantit pas encore l’absence de modifications non désirées. Cependant, parvenir à des modifications “propres” de n’importe quel gène dans des cellules isolées sera dans l’avenir sans doute possible.

          L’idée de génome parfait est en revanche absurde. D’abord parce que de nouvelles mutations peuvent intervenir en permanence. Vingt pour cent des maladies génétiques apparaissent dues à des “néo-mutations” sans antécédents familiaux. De plus, un génome adapté à l’environnement du moment pourra très bien se révéler très délétère dans l’environnement du futur que personne ne peut prévoir. Seule la sélection naturelle dépourvue de toute intention téléologique adapte à l’échelle des générations le génome à un environnement évolutif.

  Pensez-vous que ces techniques pourront être accessibles à grande échelle? (Peu coûteuses et faciles d’accès)

          Dans la limite de mes réponses à la question précédente, sans doute. En revanche, c’est un fantasme de croire que demain l’humanité entière va renoncer pour faire un enfant aux câlins sur ou sous la couette, méthode assez simple et non dépourvue d’avantages et d’agréments, au profit de l’assistance médicale à la reproduction: injection hormonale pour provoquer une hyper-ovulation, ponction ovarienne sous cœlioscopie chez les femmes,  masturbation masculine pour recueillir le sperme….Cet ensemble ne sera lui jamais simple, agréable et très bon marché !

          Pensez-vous qu’une entente législative au niveau mondial serait possible, malgré les différences éthiques et culturelles de chaque pays?

          Non, une entente internationale aboutissant à des règles contraignantes est illusoire, et d’ailleurs peu souhaitable car ce serait alors la soumission de tous aux principes moraux et philosophiques, ainsi qu’aux pratiques, des (de la) puissance(s) culturellement et économiquement dominante.

          Enfin, quelle serait votre position sur notre sujet : à savoir l’eugénisme à grande échelle à des fins médicales?

          Il faut ici préciser ce dont on parle. S’il s’agit d’une correction des mutations génétiques génératrices de maladies génétiques, comment devrait-on procéder ?

            -1, diagnostique génétique de l’affection dans un famille concernée. Cela exclut les néo-mutations qui surviennent de façon imprévisible.

          -2, Assistance Médicale à la Procréation (AMP) pour disposer de plusieurs embryons limités à quelques cellules. Parmi eux, d’après les règles de la génétique et selon la transmission de l’affection considérée, certains sont sains, d’autres, pour les maladies récessives, porteurs, d’autre encore atteints.

          -3, Diagnostic Pré-Implantatoire (DPI et tri d’embryons. Cependant, à ce stade, il est quand même plus simple d’écarter les embryons atteints, le cas échéant porteurs sains dans une perspective eugénique, plutôt que de choisir les embryon défectueux afin de tenter de les bricoler, de les réparer. En d’autres termes, ce qu’il est nécessaire de faire pour réaliser une thérapie génique germinale conduit en fait plutôt, après DPI, au tri d’embryon.

          C’est pourquoi, les fervents partisans de l’emploi des nouvelles techniques améliorées “d’édition” du génome pensent en réalité à la création de lignages “d’hommes augmentés” et non d’hommes réparés. Là la question éthique est toute différente, pour au moins trois raisons dont l’une a déjà été signalée : qui peut garantir qu’une modification génétique apparemment “amélioratrice” aujourd’hui ne se révèlera pas incroyablement délétère pour les générations futures qui vivront dans un environnement naturel et humain que nul ne peut connaitre.

          La seconde raison est que le dessein de telles pratiques serait la création de lignages “sur-humains, trans-humains”, selon l’idéologie qui est d’autant plus revenue à la mode que d’énormes puissances technologiques et financières telle que Google s’y sont engagées à corps perdu. Mais alors, la science dont la grandeur est de contribuer, par la médecine et l’outillage, à atténuer les conséquences des différences de nature, à donner aux faibles et aux personnes handicapées les mêmes moyens qu’aux forts, changerait son fusil d’épaule pour prendre en charge la création de nouvelles inégalités de nature !

          Enfin, troisième raison, quelle définition peut-on trouver à la notion d’amélioration de l’homme ? S’il s’agit de produire des athlètes costauds pour renforcer l’équipe olympique d’haltérophilie ou les performances des commandos de marines, des personnes de grande taille pour jouer dans les équipes de basket, on se trouve à objectiver l’humain en ne le considérant plus que comme un moyen et non, comme nous y invite Emmanuel Kant, comme une fin. Si on pense, comme moi, qu’un homme amélioré est d’abord un homme plus créatif, plus solidaire, plus généreux, une telle épiphanie est plus accessible à l’éducation qu’a l’édition performante des génomes, même simplifiée !

Axel Kahn, le quatre mai 2016

8 thoughts on “EUGÉNISME, TRANSHUMANISME : MYTHES, RÉALITÉ ET ÉTHIQUE

  1. Bonjour Axel Kahn,
    Je suis rassuré quand les médecins et chercheurs citent Kant (“considérer l’homme comme une fin, non comme une moyen”). Que pensez-vous des transhumanistes qui considèrent la mort comme indésirable?
    Cordialement,
    Jean-Louis

    • Le fantasme de l’immortalité est mutimillénaire, il persiste. La seule originalité des trans-humanistes est qu’ils la prétendent à portée de main. Cela reste un fantasme.

  2. Bonjour,
    Mon interrogation est double:
    – la suppression de la mort est-elle techniquement possible?
    – si oui, est-elle souhaitable?
    Je suppose que vous répondez non aux 2 questions.
    Cordialement,
    Jean-Louis

    • Jean-Louis,
      il n’existe à ce jour aucun être vivant multicellulaire, même les plus simples, que l’on soit parvenu à rendre immortel.

      La réponse à la seconde question est plus individuelle. En ce qui me concerne, je ne le souhaite pas.

  3. Bien cher Axel
    Il me semble que toutes les réponses sont dans ton dernier livre que j’ai dévoré.
    Bises
    Brigitte.

  4. Bonjour,
    j’ai été a votre écoute lors de votre conférence sur la notion d’étique àl’université ou j’étais éléve.
    Une question me taraude dans les actes de la vie quotidienne deS HUMAINS! T “POURQUOI LES TRANS-HUMANISTES,ET SCIENTISTES A CE JOUR,VEULENT ABSOLUMENT SUPPRIMER L’ÊTRE HUMAIN ( JE VEUX DIRE CELUI QUI N’EST PAS génétiquement modifié. Pourquoi cet acharnement, PRéSENTS SUBTILS ET RAVAGEURS.

  5. l’eugénisme n’est “acceptable” que s’il profite à l’ensemble du corps social . l’eugénisme ne serait-il pas de permettre à l’Etre Humain e de se réaliser en un temps et lieu donné à l’acmée de son potentiel et de permettre à chacun e d’avoir accès à la co-naissance qui est pour l’individu e le garant de son intégrité physique et “éthique”.

  6. l’eugénisme n’est humainement acceptable que s’il profite à l’ensemble des individu e s .
    – l’Etre “réparé”.
    – l’Etre “performant e ”
    – l’Etre “augmenté e ”
    et chacune de ces fonctions se doit d’être inter-connecté e s entre elles pour permettre à l”Etre Humain e” de se réaliser à l’acmée de son potentiel .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *