LES AGRESSIONS DE LA SAINT SYLVESTRE EN ALLEMAGNE, principe de réalité.


     Le danger du schématisme, de l’irénisme et du manichéisme est celui d’être toujours rattrapé par la réalité, brutale, crue, sans fioriture. Personne ne doute que les réfugiés et autres migrants venus du Moyen-Orient et d’Afrique fuient ce qu’ils ne peuvent plus vivre, prenant pour ce faire des risques inouïs. Ils sont sans conteste des victimes. Ce statut irréfutable ne gomme pas leurs autres caractéristiques, celles d’une population dont l’importance dans certains pays européens croît vivement, à majorité masculine, jeune, musulmane, issue en grande partie d’une culture profondément inégalitaire vis-à-vis des femmes, sexuellement frustrante dans leur pays et ici en partie privée de présence féminine, désœuvrée….Les dangers de l’exode surmontés et dans la persistance de l’incertitude de l’avenir, qui peut s’étonner de ce que quelques milliers de jeunes hommes de ce type, confrontés un trente-et-un décembre à des femmes allemandes fêtant la nouvelle année avec l’exubérance et dans la liberté d’allure permise, malgré l’hiver, par notre culture, se transforment, peut-être l’alcool aidant, en harceleurs, voire en agresseurs et en violeurs. La place Tahrir au Caire, au plus fort du « printemps égyptien, avait connu des épisodes de même ordre. C’est épouvantable, c’est tragique, ce n’est pas stupéfiant, à moins d’être totalement déconnectés de ce « principe de réalité » évoqué ci-dessus. Outre le fait que l’insouciance inconsciente de certains face aux conséquences aisément prévisible de l’afflux de ces réfugiés en Europe alimente, lorsque ces conséquences se manifestent, l’hostilité xénophobe et haineuse de certains, le FN en particuliers, elle risque aussi d’aboutir, on le pressent en Allemagne, à un retour de balancier brutal de l’attitude au départ généreuse envers les réfugiés. Or, nous avons en effet à faire à des victimes qu’il faut aider, mais aussi à des êtres réels, de chair, de pulsions, marqués par une culture et une éducation, véhiculant leurs préjugés à eux. Charybde et Scylla, les deux rochers – monstres marins du détroit de Messines, le rejet des réfugiés malheureux et l’indifférence à leur souffrance versus leur accueil altruiste à la condition de leur angélisme follement supposé ! La réalité est autre, elle est celle de personnes en danger vital mais qui peuvent elles aussi constituer des dangers moindres mais bien réels pour ceux qui les accueillent et qui doivent de la sorte, à la fois, les sauver et, le cas échéant, se sauvegarder. Certes cette réalité est moins confortable que le dualisme réducteur de l’envahisseur redouté et du bon malheureux, elle est cependant la condition d’une action solidaire mais responsable dans la durée. Le temps de l’innocence n’est décidément pas celui des nations adultes.

Axel Kahn, le dix janvier 2016.

Partager sur :

27 thoughts on “LES AGRESSIONS DE LA SAINT SYLVESTRE EN ALLEMAGNE, principe de réalité.

  1. Une seule réponse :
    le règlement politique de ce chaos que nous les occidentaux , par le bras armé de nos gouvernement élus, avons méthodiquement créé depuis la fin de l’URSS

  2. Une seule réponse :
    le règlement politique de ce chaos que nous les occidentaux , par le bras armé de nos gouvernement élus, avons méthodiquement créé depuis la fin de l’URSS

  3. Je partage totalement votre analyse et vous remercie de l’exprimer aussi bien mais comme vous je regrette les exactions commises et les atteintes à leur intégrité subies par ces femmes!

  4. Cher M. Kahn, pour une fois je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre position qui pour moi permet de continuer à justifier le fait que les femmes sont les tentatrices qui doivent se cacher (pourquoi pas un voile) ou être en permanence sur leur garde (ou comme le disait la bourgmestre de Cologne veiller à rester à un bras des hommes) sous prétexte que les hommes sont des bêtes qui ne peuvent maitriser leurs pulsions sexuelles (animales). Ce qui s’est passé à Cologne rompt l’équilibre sur lequel est basé notre société et n’a pas eu d’équivalent dans aucun autre pays (sauf en période de guerre). C’est un problème plus grave que celui des réfugiés que nous devons continuer à aider, mais punir ceux, comme l’a fait savoir Angela Merkel, qui ont perpétré ces actes inexcusables.

    • c’est incroyable que l’on lise de la part d’un humaniste comme vous que les auteurs de ces actes inadmissibles et scandaleux peuvent trouver des excuses dans le fait qu’ils sont des hommes je veux dire des individus de sexe masculin. quelle conception avez vous donc de la masculinité pour penser que violer des femmes les agresser sexuellement les harceler les voler spécifiquement parce que ce sont des femmes est explicable par leur sexe. Remplacez « des femmes » par exemple par « des juifs » et on lirait qu’à Cologne la nuit du nouvel an des juifs ont été encerclés par des bandes d’hommes harcelés battus violes volés simplement parce que c’était des juifs , est ce que votre réaction serait la même ?

  5. Bonsoir Mr Khan,

    Merci pour votre billet. Je rentre de mission en Égypte et ces événements de Cologne ont tout de suite fait résonner chez moi ceux de la place Tahrir. À Tahrir, ces agressions avaient été orchestrees par les services de renseignements de Moubarak. C’est évidement et très malheureusement l’angle qui va être utilisé par les forces neo-nazies et réactionnaires. Nous manquons d’information en ce qui concerne Cologne mais il faut constater que ces hommes (leurs pères et leurs grands pères) ont été élevés dans des dictatures extrêmements violentes ou le fondamentalisme religieux a été utilisé comme arme de pacification sociale. Cela n’a pas pour fonction de les dédouaner mais plutôt de commencer à réfléchir à comment les faire sortir de cette aliénation sociale et sexuelle.
    Il est possible que ces hommes se soient organises entre eux pour « faire la fête » comme ils le font encore par exemple au Caire sur le pont du 6 octobre ou en temps de fête les femmes se font agresser très systématiquement.
    Voilà l’héritage des dictateurs. C’est parfaitement… dégueulasse.

    • Il y a encore en France une génération d’hommes qui pense que « trousser » les servantes est un droit ou que ce n’est pas si grave !

  6. « Des dangers moindres mais bien réels ». C’est ainsi que vous nommez des viols ou tentatives de viol ? Quelle désinvolture. Décidément, de plus en plus en plus de personnes me déçoivent ces derniers temps…

  7. Toute ma compassion pour les femmes victimes ,ce qui ne m’empêche pas non plus de continuer à penser que nous devons accueillir ces réfugiés ,mais en se donnant les moyens de nos bons sentiments !

  8. Je suis d accord avec Maya Perez, quelle desinvolture ds vos propos; Le viol ds les pays occidentaux est un crime. Vous leur accordez visiblement des circonstances attenuantes…

  9. Comme Maya Perez et Gilles Levy, je suis moi aussi extrêmement choquée par votre formule qualifiant les viols de « dangers moindres ». Vous rendez-vous compte de ce que vous avez écrit ? C’est d’autant plus regrettable que le reste de votre analyse est assez pertinente.

    • Il y a en Syrie des Femmes qui se battent et qui se font tuer pour combattre Daech. Pourquoi n’y a t’ il pas en Syrie de mobilisation générale? Si ces réfugiés deviennent Allemands ou Français que se passera-t ‘il si nous devons un jour sonner le tocsin…vont-ils fuir le pays qui les a accueilli?
      Si vous vous retrouvez entouré d’hommes qui vous mettent les mains aux testicules qui vous enfoncent leur pénis dans votre anus ..vous allez leur trouver quoi comme excuse??

      Autre chose: une église de Fontainebleau a été incendiée volontairement dimanche , à 10 km une église a brulé à Veneux les sablons les enquêtes sont en cours . En forêt de Fontainebelau, dans cette zone, une grande croix a été mise au sol . Souhaitons qu’il n’arrive rien au joli patrimoine de Mussy-sur-seine que vous nous avez présenté car cela fait souffrir.

  10. Maya, Mina, vous m’avez mal lu ou mal compris : je parle d’agressions épouvantables, les viols sont des crimes qui doivent être punis, bien entendu. Je suis sur ce point bien entendu en accord avec Madame Merkel. Mon propos n’est en aucun cas de justifier l’injustifiable, il est :
    1, d’indiquer que de tels événements graves ne sont pas stupéfiants ;
    2, de rappeler qu’une victime reste une victime même quand elle est criminelle ;
    3, de rappeler qu’un criminel reste un criminel même quand il est par ailleurs une victime ;
    4, que le risque que des victimes deviennent criminelles ne nous exonère pas de notre devoir de solidarité mais exige qu’on se préserve sans angélisme du danger qu’elles peuvent constituer après qu’on les a sauvées;
    5, si je parle de « danger moindre », ce n’est nullement, mon texte est clair sur ce point en qualifiant ces agressions d’épouvantables, pour atténuer la gravité des événements de Cologne, c’est parce que il me faut en deux termes rendre compte de plus d’un millon de morts en Syrie, Irak, Afghanistan, Somalie, Érythrée, etc, 3500 noyés, des milliers de morts dans les déserts, victimes des passeurs, versus d’impardonnable et condamnables agressions de femmes, attouchements et même – l’enquête en cours précisera – viols.

    • Cette démonstration est tout à votre honneur.
      Néanmoins, au travers de ces réfugiés et/ou migrants, nous avons affaire à une culture (musulmane) qui victimise une partie de l’humanité en même temps qu’elle criminalise, du moins qu’elle oppresse, l’autre partie.

      Je reprends les termes de Finkelkraut :
      « On sait aujourd’hui que beaucoup d’agresseurs sont des réfugiés, des demandeurs d’asile, à Cologne et dans plusieurs villes allemandes. Puisque les agresseurs sont des réfugiés, tous les réfugiés sont des agresseurs de femmes, c’est le syllogisme raciste par excellence […]
      Il faut prendre acte de ce qui arrive, parce que cette violence a à voir avec la situation faite aux femmes dans le monde arabo-musulman. Le problème, ce n’est pas l’exclusion des musulmans par l’Occident, c’est l’oppression des femmes par l’islam.
      Dans le monde musulman, s’entretient la haine du désir et de celles qui le provoquent. Le voile, comme l’a dit Fethi Benslama, occulte les signes de séduction maléfiques dont le corps féminin est porteur. Il faut aider les musulmans à se défaire de cette oppression »

      Selon votre classification, nous serions sur le point 3.

  11. Je suis, comme d’autres contributeurs, surprise, et c’est une litote, du ton un peu désinvolte que vous avez employé pour parler des agressions commises.  » confrontés un trente et un décembre à des femmes allemandes…exubérance…
    Liberté d’allure permise…. »
    Ceci me surprend et me choque. Les femmes, fussent elles allemandes, libres, et exubérantes, ne peuvent envisager d’être  »confrontees  » à qui que ce soit à cause de leur liberté, qui est la seule façon acceptable de vivre en occident pour une femme. Considérer quelles seraient en danger pour cela est inacceptable. Quelles que soient les circonstances. Nous ne pouvons accepter ni cette guerre des sexes, ni cette guerre des civilisations.

  12. Cologne : non au sexo-racisme
    Publié le 11 janvier 2016 | Poster un commentaire

    Après les événements de la nuit du Nouvel An à Cologne et ailleurs, les réactions anti-réfugiés que la majorité centre droit (CDU) – gauche bien pensante (SPD) craignait tant ont été littéralement pulvérisées par la manif de ce samedi : « Non aux violences sexistes, non aux violences contre les femmes, pénalisation des violeurs et des agresseurs d’où qu’ils viennent ».

    Le véritable fléau a été très bien identifié : la tolérance voire l’indifférence de la société allemande, de sa justice, de sa police et de ses institutions à l’égard des atteintes aux droits des femmes, des violences qu’elles subissent jour et nuit, dans l’espace public comme dans l’espace privé. La droite xénophobe en est pour ses frais avec ses tentatives de récupération. Les femmes ne sont pas dupes : dans un pays qui ne pénalise pas sérieusement le viol, et qui ne reconnait même pas les atteintes sexuelles autres que le viol, où la jurisprudence précise noir sur blanc que « toucher les parties génitales de quelqu’un » ne peut pas être considéré comme un délit, où la femme est proposée sous forme de marchandise à consommer dans les publicités pour les bordels omniprésentes sur les murs et sur les bus, on ne peut pas faire comme si les violences sexuelles avaient été brusquement importées de Syrie ou d’ailleurs par quelques réfugiés alcoolisés. Ce que les femmes réclament c’est la fin de l’impunité pour les violeurs et les harceleurs, quelle que soit leur couleur. Le ministre de la justice Heiko Maas (SPD) a été maintes fois interpellé par les associations de terrain sur le sujet de la révision du paragraphe 177 sur le viol et brille lui aussi par son immobilisme. C’est de cette omnipotence et cette impunité masculine que les femmes veulent se débarrasser maintenant, et, – malaise chez les hommes allemands ?… il n’y avait pas d’hommes dans la manif (ou très peu). A quand la révolution ?

  13. « Non aux violences sexistes, non aux violences contre les femmes, pénalisation des violeurs et des agresseurs d’où qu’ils viennent ».

    Florence-Lina, je reprends in extenso à mon compte ce slogan. Habitant Cologne, je serais allé à cette manifestation.

    Selène, je trouve bien singulier votre  » procès d’intention » à propos de la phrase « femmes allemandes fêtant la nouvelle année avec l’exubérance et dans la liberté d’allure permise, malgré l’hiver, par notre culture ». Comment pouvez-vous imaginer une seule seconde, surtout vous qui me « suivez » depuis longtemps, que ce propos comporte de ma part ne serait-ce qu’un soupçon de réprobation à propos de la liberté, élément fondateur de la culture européenne, celle des hommes, des femmes comme des citoyens en général. Non, mes mots disent ce qu’ils sont : « liberté, notre culture », j’y suis éperdument attaché.

  14. Quand je me réveille au petit matin assis dans une poubelle du quartier des halls, le smoking de travers et le noeud pap à la place de la pochette, je ne m’étonne pas de ne plus trouver mon portefeuille.

  15. Affaire compliquée, monsieur Kahn essaie de garder la raison et de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Exercice forcément impopulaire. Cela dit, comme je l’ai écrit, il faut accepter que nous ne pourrons pas tous les garder, certains sont incompatibles avec la vie en Europe tout autant que l’on ne loge pas des salafistes à côté d’un camp de nudiste …

    • « Non aux violences sexistes, non aux violences contre les femmes, pénalisation des violeurs et des agresseurs d’où qu’ils viennent ».

      Florence-Lina, je reprends in extenso à mon compte ce slogan. Habitant Cologne, je serais allé à cette manifestation.

      Je ne peux guère vous faire une autre réponse. Et puis, je l’avoue, les procès d’intention finissent par me fatiguer, même – surtout – quant ils proviennent d’un « camps » ami (je participe aux actions et réflexions de « Oser le féminisme »….

    • Désolé de vous déranger. Heureusement, sur un blog, il existe une parade : ne pas le lire.

  16. Merci pour cette analyse qui rejoint la mienne, des hommes qui n’ont pas les codes de nos sociétés occidentales, et qui interprètent mal l’égalité homme/femme à laquelle nous essayons de tendre. Mais vous parlez d’une majorité d’hommes jeunes parmi les migrants. Vous voulez dire parmi ceux qui ce soir-là fêtaient le passage à la nouvelle année (et sans doute leur liberté retrouvée)? Ou bien parmi les migrants en général? Où sont les femmes et les enfants? Eux aussi sont les victimes de ce comportement inadmissible, et je n’en entend pas parler, donc je m’interroge?

    • Amélie, il y a des femmes et des enfants parmi les réfugiés, qui payent un lourd tribu aux violences des passeurs et de l’exode, aux fureurs de la mer. Cependant, l’excès d’hommes jeunes est considérable.

  17. Je partage tout à fait votre Analyse A. Kahn et j’adhère à votre conclusion. Ces actes odieux, répréhensibles, ne doivent pas occulter la nécessité d’accueillir ces réfugiés et de trouver les conditions décentes qui éviteront de tels débordements. N’oublions par les milliers de civils qui meurent au Moyen Orient et j’ajouterai le sort des 800 000 Palestiniens chassés de chez eux , plus ceux expulsés, quotidiennement, en Cisjordanie de leur terre par les colons israéliens

    • Apporter le chaos en Europe n’aidera en rien les nations en guerre ou en difficultés économiques.La France à 4 millions de chômeurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.