Après la marche,quelque repos à Mussy-sur-Seine dans l’Aube


 

Permalien de l'image intégrée

Passage de témoin : c’est maintenant à Hélène, demi-sœur de Princesse mascotte #Normandie2014, de marcher et sauter.

Permalien de l'image intégrée

Dame, l’autre demi sœur, se ballade: elle est à la retraite….

Permalien de l'image intégrée

Angoisse humaine….Flavigny-sur-Ozerain

Permalien de l'image intégrée

“Voici l’homme” de la souffrance consciente (Bussy-le-Grand). Aux chrétiens d’Orient, Gazaouis, Zazidis, etc, hélas.

 

21 thoughts on “Après la marche,quelque repos à Mussy-sur-Seine dans l’Aube

  1. Un repos bien mérité, cher Axel, au lieu-source des vôtres et sur le métier, peut-être, l’écriture et de beaux projets pour la marche de 2015! … pour notre plus grande joie!

  2. C est sympa de donner de vos nouvelles a celles et ceux qui vous ont suivi sur ce blog , je suis sensible à ce Christ qui exprime et porte la souffrance de tant d Hommes Femmes et Enfants persécutes par la folie meurtrière de quelques uns qui ont oublié et perdu leur humanité …..

    C est sympa de donner de vos nouvelles a celles et ceux qui vous ont suivi sur ce blog
    Je suis sensible à ce Christ souffrant qui porte cette humanité violentée par la folie meurtrière de quelques uns qui ont perdu la leur ….

  3. Salut et fraternité à Iroise et Annie. Mon séjour à Mussy s’achève. Je serai la semaine orochaine dans mon village natal, puis dans la Brenne, avant que d’aller avec Princesse mascotte aux jeux équestre mondiaux.

    Je ne sais pas si je referrai en 2015 une nouvelle “grande traversée” mais il est probable que j’écrive un livre sur celle de 2014. Titre envisagé : “Entre deus mers, voyage au bout de soi”.

    • Votre démarche a fait écho en moi ainsi qu’à mon fils, atteint d’une maladie orpheline atypique évolutive (pronostic vital engagé). Elle nous a d’autant plus interpellés que mon fils a un rêve: aller jusqu’à Paris. Cela paraît simple: pas pour nous- De très petits moyens mais une volonté farouche. Accepteriez-vous, je vous prie ou supplie (pour mon fils) de nous donner des pistes ou autres – pour réaliser ce rêve. Dans notre démarche, il s’agit de porter la parole des “sans voix”, d’aller à la rencontre des gens etc… Si vous voulez bien me joindre par mail, je vous enverrai ce projet. Avec mes profonds remerciement-

  4. Salut et fraternité à Iroise et Annie. Mon séjour à Mussy s’achève. Je serai la semaine orochaine dans mon village natal, puis dans la Brenne, avant que d’aller avec Princesse mascotte aux jeux équestre mondiaux.

    Je ne sais pas si je referrai en 2015 une nouvelle “grande traversée” mais il est probable que j’écrive un livre sur celle de 2014. Titre envisagé : “Entre deus mers, voyage au bout de soi”.

  5. Merci Axel pour tout cela.
    Je médite sur ce titre très fort qui exprime si intensément l’engagement et la détermination.
    “C’est le voyage jusqu’au bout de soi qui nous fait découvrir l’ailleurs et le tout “, disait Aimé Césaire à Genève, lors de la présentation de la Cantate du retour au pays natal …
    Belle cohérence! bon retour à vous au pays natal! Mes pensées vous accompagnent.

    • Il va de soi que vous seul déciderez, selon votre désir et votre analyse du faisable, du voyage de 2015, de son tracé, de sa longueur… De plus brefs parcours à partir de vos points de vie que nous connaissons maintenant sont envisageables. L’essentiel, est que vous réalisiez, pour vous, avant toute autre considération, ce qui vous rend “libre et heureux”, ce qui vous fait rencontrer la beauté, les autres et la France du terroir.

      Votre réflexion sur les limites frôlées, atteintes, dépassées, et sur les fruits de cette expérience m’intéresse au plus haut point. Mais j’attends sagement… ce que vous en écrirez et qui a la préséance sur que je pourrais en penser…
      C’est votre voyage!
      Fraternellement,
      Iroise

  6. Je comprends votre doute a savoir refaire une traversée l an prochain car il semble a la lecture de ce blog que celle ci a été particulièrement éprouvante par rapport a la 1 ère diagonale
    Quant au titre du livre il reflète justement ce sentiment ” voyage au bout de soi ” et c est ce que vous avez éprouvé et il faut du temps pour revenir de ce voyage physiquement moralement psychologiquement et d une façon spirituellement même si vous ne l avez pas fait dans ce sens la solitude du chemin ou une autre renvoie a ses propres interrogations et elles sont nombreuses trouvent elles toujours une réponse ?
    Bon repos , Aux prochaines nouvelles …….

  7. Monsieur Kahn, vous avez fini votre extraordinaire périple, bravo!… Je voulais revenir sur cette rencontre du 19 mai à Malestroit… qui sera publiée dans le FishMe n°3…

    Une rencontre si improbable le 19 mai

    Après une matinée de reportage sur le terrain, Enzo et moi regagnons Malestroit – labellisée Petite Cité de Caractère de Bretagne – pour déguster des galettes, des crêpes et du cidre !
    Et un ! Confortablement installés en terrasse, je vois arriver à quelques dizaines de mètres de là un randonneur qui n’est pas sans me rappeler un homme -Axel KAHN- vu quelques semaines auparavant sur le petit écran dans une émission que j’adore tout particulièrement, « La Parenthèse inattendue », présentée par Frédéric LOPEZ. Est-il nécessaire de rappeler qui est ce Monsieur KAHN tant il a eu un parcours extraordinaire en tant que médecin, généticien, directeur de recherche à l’INSERM ? En 2013, ce docteur ès sciences, équipé de son sac à dos et de son bâton de marche, a parcouru 2000 kilomètres de Givet (commune des Ardennes à la frontière belge) à Ascain (commune du Pays Basque). Il a fait le récit de ses pérégrinations dans un livre haut en couleurs et en vérités sur la situation économique impactant les territoires français : « Pensées en chemin », paru aux éditions Stock.
    Et deux ! Une quinzaine de jours après cette émission, lors d’une fête familiale, mon grand-père m’offre un livre et devinez lequel ? Les « Pensées en chemin » ! Je le dévore tellement ce Monsieur KAHN a une plume exquise.
    Et trois ! Le randonneur s’approche de la terrasse et s’installe non loin de nous. Un passant l’accoste pour faire une photo avec lui. Je réalise à ce moment là qu’il pourrait bien s’agir de la personne à laquelle je pense depuis le début ! Je m’empresse d’aller chercher mon livre dans la voiture, visualise sa photo en quatrième de couverture – car le décalage est souvent grand entre le petit écran et la réalité – et, je me rends à l’évidence. C’est bien lui ! Incroyable ! Si on m’avait dit le matin même que je rencontrerai Axel KAHN aujourd’hui, qui plus est sur ma terre natale, je n’y aurai pas cru. J’attends quelques instants pour l’aborder et lui explique les circonstances de cette rencontre. Enzo lui présente FishMe à qui il souhaite succès. Puis, Monsieur KAHN nous explique qu’il chemine cette fois de la Pointe du Raz vers Menton, soit un nouveau périple de plus de 2000 kilomètres qui se terminera fin juillet. A quelques jours de mon anniversaire, cette rencontre extraordinaire et si improbable est un joli cadeau. Je repars avec cette dédicace : « Je dédie cet ouvrage à Lise, qu’elle trouve intérêt et plaisir à ces pensées en chemin d’un amoureux de la vie, de la beauté, du chemin des humains et de la France ». Tout est dit ! Bon vent à vous Monsieur KAHN et merci pour ce portrait de la France et des Français si attachant et bouleversant à la fois, que vous nous livrez. Il me tarde déjà de lire votre prochain récit.

    • Chère Lise,
      je me rappelle fort notre rencontre amicale et chaleureuse à Malestroit, la dédicace et la photo avec vous. D’ailleurs, peut-être pourriez-vous m’en adresser un double?

      Le meilleur pour vous, je vous embrasse

      • Bonjour Axel (si je peux me le permettre?),
        Serait-il possible que vous m’adressiez votre mail pour vous envoyer la photo de notre rencontre à Malestroit. Je voudrai aussi vous parler d’un projet pour des étudiants à qui je donne des cours.
        Merci par avance,
        Bien à vous,
        Lise JEANNE

  8. Cher Monsieur: Je termine la lectur, au demeurant fort intéressante, de votre livre. J’y relève toutefois 2 anomalies que je ne peux manquer de signaler à tous ceux qui voudraient vous suivre:
    -i) Page 34,vous indiquez:”que des Ardennes à Vézelay, il n’existe pas d’itinéraire balisé, ni par conséquent de guide”…Permettez-moi, en ma double qualité d’ancien Président Régional Champagne-Ardenne (1992/1998) et départemental (1982/2000) Aube de la Fédération Française de Randonnée, de m’inscrire en faux contre cette affirmation! En effet, je suis personnellement (1992) l’auteur d’une proposition de liaison pédestre entre la frontière belge et Vézelay, afin de répondre aux multiples demandes de Pélerins Belges ou Hollandais, à la recherche d’un tel itinéraire.Ayant reçu l’accord fédéral en 1994, nous avons immédiatement entrepris l’étude, puis la mise en place, avec le soutien et l’aide de la Fondation Gaz de France, notre partenaire, de cet itinéraire, le GR 654, que nous avons inauguré le Dimanche 25 Juillet 1998,(année Jacquaire) à Bar sur Seine, d’où est parti le 1er Pélerin officiel, après la traditionnelle bénédiction. Le topo-guide correspondant, lui, a été édité en Décembre 2001, et il en est actuellement à sa 4ème édition!!!… J’ajoute que le Gîte d’Etourvy (Aube) enregistre annuellement entre 200 et 300 pélerins. Vous comùprendrez aisément que votre affirmation, si elle date de 2013, me laisse pantois!!

    2) Après LePuy, vous baptisez le GR 65 ”Camino francès”…Je me permets de vous rappeler que cette dénomination espagnole n’a pas cours en France!! Il s’agit en réalité de la VIA PODIENSIS, le Camino francès ne débutant qu’après la frontière, et constituant l’un des nombreux itinéraires espagnols. En France, outre la Via Podiensis, itinéraire le plus fréquenté, il existe également la voie d’Arles, ainsi que celles de Vézelay (!), de Paris et de Tours…A vous de choisir celle de votre prochaine randonnée, et soutenez les bénévoles qui créent et entretiennent tous les sentiers de France,

    • Cher Monsieur,
      vous savez surement que je suis Aubois, Mussy étant le principal berceau de ma famille. C’est sans doute pourquoi connaissant depuis si longtemps les chemins balisés de ces confins de la Champagne méridionale et de la Bourgogne septentrionale, je n’ai pas actualisé mes données, merci des informations que vous m’apportez.. En revanche, à part des courts tronçons dans les Ardennes, d’ailleurs peu praticables du fait des inondations de ce printemps là, je n’ai en effet pas repéré de GR correspondant à mon itinéraire Givet – Mussy – l’Isle sur Serin. En revanche, j’ai récupéré un balisage me conduisant au terme de mon périple à partir d’Avalllon (GR 13, 3, 65,10), contrairement à cette année où à l’exception de deux jours au départ sur le GR 34 et, au delà de la Durance, de portions de la GTPA, du GR 4 et (de mémoire) du 625, ma diagonale entre deux mers d’est déroulée hors sentiers balisés. Pour l’appellation Camino francès, vous avez raison. Dans mon manuscrit, je parle de Via podiensis / GR 65. L’allusion au Camino francés a été introduit par la correctrice et j’ai laissé passé.
      Merci de votre intérêt,
      amitiés.

      • Bonjour Axel,

        Ayant pratiqué le début de votre chemin entre la Pointe du Raz et Malestroit, j’ai emprunté le GR34 bien sûr, mais ensuite le GR38, le GR341, et le GR37. Au total mon parcours s’est fait à 90% par les GR (pas toujours bien balisés il est vrai).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.