APRÈS


Je vous ai très tôt, AVANT, décrit ce qui se passait et se passerait. Parvenant finalement à convaincre, face à l’évidence, les nombreux sceptiques. Ce ne me donne aucune garantie de savoir prédire ce qu’il adviendra, après. Juste une certaine crédibilité. Or, il est temps de parler d’après.
Comme attendu, parce que le confinement est bien entendu efficace, il produit ses effets dans l’ordre de son entrée en vigueur et du début de la vague épidémique : Après l’Asie du Sus-Est et la Chine, l’Italie, le Grand-Est, l’Île de France, l’Espagne….Le plateau des contaminations est atteint en Île de France, leur nombre et, avec une à deux semaines de décalage, celui des morts, déclineront, ils déclinent en Italie.

A l’arrivée, sur la seule observation des chiffres, la France sera sans doute l’un des pays s’en tirant le moins mal hors d’Asie. Autour de vingt mille personnes auront perdu la vie, peut-être un peu plus lorsque les données de l’Insee seront dépouillées, moins qu’en Italie, Espagne, Royaume-Uni et, en proportion de la population, Belgique et Pays-Bas. Ne parlons pas des États-Unis. Le nombre de défunts en Allemagne a longtemps semblé plus bas mais cela était le résultat de la chronologie de l’épidémie, d’un décompte propre et de l’équipement préexistant du pays. L’Allemagne a été frappée après la France. Or, on est malade avant que d’être mort. De plus un très large dépistage par PCR a abouti à gonfler le nombre des contaminations déclarées ; de plus, la qualité préexistante des installation de soins intensifs a retardé les issues fatales. Leur nombre augmente actuellement vivement.

En France, l’absurdité politico-sanitaire du maintien du 1er tour des élections municipales étant bien entendu, le réseau national du système des ARS, l’organisation de la DGS, la mobilisation hospitalière, les déplacements de malades et d’équipes sur tout le territoire, sur-ajoutés au confinement, ont permis, en une certaine mesure, de limiter les dégâts.

Dans le monde, c’est la situation en Afrique qui recèle le plus d’inconnues et de risques. Selon les chiffres, l’épidémie y serait modérée. Mais des Africains célèbres en nombre sont fauchés – Pape Diouf, des musiciens, des politiciens… ; En plein Sahel des soldats Français qui n’étaient pas revenus en métropole depuis longtemps sont contaminés. Il est probable que seule l’absence de tout système crédible de santé publique explique la modicité des chiffres annoncés sur le continent. D’ailleurs, l’épidémie, erreur d’optique, apparaît la plus active dans les pays ou existe un système de santé plus développé, tel que l’Afrique du Sud.

En France, le mois de mai sera celui du dé-confinement. Prudent, avec limitation de toutes les réunions publiques, limitation des déplacements, contrôle maintenu aux frontières. Jusqu’à la rentrée de septembre, au moins. De ce fait, ce serait vraiment une mauvaise idée de conserver le second tour des municipales en juin. Malgré toutes ces incertitudes, ces limites, après, c’est demain…c’est la réouverture des possibles, la croissance libérée de la joie, la réapparition prudente de la possibilité d’une certaine insouciance (quel oxymore alambiqué !). C’est la vie, en somme.

NB. Je vous donne rendez-vous sur RTL dimanche matin, de 8h 45 à 10h. Seul de 8h 45 à 9h. Avec trois autres représentants de la société civile, de 9h 15 à 10h.

Axel Kahn, le trois avril 2020

Partager sur :

5 thoughts on “APRÈS

  1. Bonjour, merci pour vos messages.
    Que pensez vous de l’utilisation des techniques numériques pour suivre toute la population ?
    Personnellement , j’y vois beaucoup de danger, et pas vraiment d’efficacité ,et j’ai la crainte qu’un dispositif “exceptionnel” passe ensuite dans le droit commun, réduisant encore un peu plus les libertés fondamentales.

    • Oui Françoise. J’ajoute : le pouvoir est notamment de pouvoir voir sans être vu. Sur ceux qui peuvent nous voir, quelle visibilité avons-nous ? Osons donc évoquer l’égalité en plus de la liberté lorsque le sujet se présentera même si cela doit faire sourire ! Ne rajoutons quand-même pas trop à l’angoisse déjà présente pour la santé … nous n’y sommes pas encore et beaucoup de boucliers se lèveront.

  2. Viendra le temps d’après où certains diront sans rien changer reprenons notre course folle
    Et d’autres beaucoup plus sages feront de l’éthique et du sens l’attraction des deux pôles .

  3. monsieur, je suis medecin pneumologue en ville. J’ai eu votre fils comme externe quand j’etais interne a Cochin. J’espere qu’il va bien, il voulait etre gynecologue obstetricien je crois.
    Aujourd hui je recois un mail de la part du president de la CPAM qui me dit que je dois remplir un formulaire nominal sur une plateforme de la sécu si je vois un patient COVID en consultation ecrire son nom (pour les mald a decla oblig comme la tuberc, on met les initiales), mettre le nom de tous les gens qui vivent sous le meme toit et mettre sur le formulaire le nom et les coordonnées des personne que ce patient a vu au cours des 48 dernieres heures. Or, ces dernieres personnes (les “gens rencontrés” ) ne sont pas venus me consulter… en quoi ai je le devoir de donner leur nom a une plateforme sans leur accord ??????? que va faire la plateforme de ces données ? quelle est cette “brigade” qu’on va leur envoyer ? je ne sais que faire et pas mal de mes collegues sont aussi génés que moi face a cette demande du président de la CPAM. Le comité d’ethique est il informé de cette démarche de dénonciation confiée aux medecins de ville ? Merci de votre attention.

    • Je crois que cette disposition prévue dans la prolongation du plan d’urgence sanitaire, clairement anticonstitutionnelle, est en cours de modification. Il faut tracer et isoler, c’est essentiel pour éviter le rebond après le déconfinement. Au maximum dans le respect du droit, nonobstant l’état d’urgence sanitaire. L’anonymisation des données des sujets index et contacts qu’il faut isoler est, il faut le reconnaitre, un redoutable casse-tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.