CONTEXTE ET DÉCOR DU LOUP AU 22 juin.


 Ce qui suit est écrit et diffusé approximativement deux ans après mon élection au poste de Président national de La Ligue contre le cancer.
1, je requiers mille pardons, ma priorité a cessé, cessera d’être le sérieux de l’analyse des situations, elle est la maîtrise de la douleur chez les autres et chez moi. La douleur est en effet la perte de toute assurance, de toute sérénité, de presque tout espoir en la possibilité d’un moment heureux. Sus à la douleur, elle est pour l’essentiel maîtrisable par des moyens pharmacologiques, psychique, mystique …. Cependant, difficile sans la morphine et l’opium.
2, L’apaisement de la douleur n’est pas compatible avec le respect scrupuleux de la vigilance et la certitude. Sous réserve d’exceptions à confirmer, la souffrance menace la sagesse. Son traitement aussi…mais il apaise au moins la souffrance.
3, En ce qui me concerne, je sais qu’Axel le loup qui se veut sage peut en fait divaguer. Axel le loup souffrant est aussi un loup amoindri.
4 A cela il préfère un loup absent. Vaguement divaguant, sachez-le.
5, Pour Axel le loup, il n’est pas de vraie sagesse soumise à la tyrannie de la douleur. On en peut déceler parfois dans la divagation engendrée par les moyens de l’atténuer.
DÉSOLÉ, JE N’AI RIEN D’AUTRE À VOUS OFFRIR QU’UNE SEMBLABLE INCERTITUDE qui m’a bien entendu imposé, pour la raison que je craignais, de mettre un terme à ma « Chronique apaisée de la fin d’une itinéraire de vie« . Je puis fort bien divaguer, en effet.
Axel, le loup désemparé, mardi 22 juin 2021.
Partager sur :

273 thoughts on “CONTEXTE ET DÉCOR DU LOUP AU 22 juin.

  1. Que de courage, Monsieur vous avez ! Je vous ai déjà envoyé un peu d’amour, j’en garde pour les miens, mais je vous en donne encore un peu.

    • Quelle belle émission ce soir ! Malgré la maladie, Monsieur Kahn, vous nous livrez un témoignage plein de vie qui nous inspire et nous encourage à essayer de suivre votre exemple en accordant toute sa place à l’Humain. Vous avez gagné la bataille à votre manière en faisant passer votre message au plus grand nombre jusqu’au bout. Je pense à vous et vous remercie pour tout ce que vous nous avez apporté.

    • – Je suis d’une totale impavidité par rapport à la mort.
      Mais vous êtes qui ? Qui me parle ? Je ne vous vois pas ! Montrez-vous ! Savez-vous qui je suis ? Je suis Axel Kahn !

      – Ah oui ! Comme cela je n’existe pas paraît-il …

      – Mais qui êtes-vous ? Je vous le répète : je suis Axel Kahn ! Axel le loulou 🙂

      – Je suis la Mort. Cette belle Inconnue.

      – Je suis d’une totale impavidité par rapport à la mort.

      – Comme cela, je vous indiffère … Je vais jouer avec vous, me jouer de vous. Je vais vous laisser un an de plus, les maux si grandissants, l’essoufflement si fort, l’enveloppe charnelle si altérée et douloureuse qu’aucun opiacé ne saurait y suffire ; vous m’implorerez de venir, vous voudrez me rencontrer, m’embrasser pour finir votre vie dans mes bras, pour en finir avec le mal et la douleur. Mais savez-vous ce qu’il y a après ? …

      https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/celebrites/vid%C3%A9o-axel-kahn-face-%C3%A0-la-mort-cette-magnifique-d%C3%A9claration-damour-quil-noubliera-jamais/ar-AALoKwY

      – Une tombe ? J’ai demandé que sur ma tombe, à un moment donné, l’on écrivît : Axel Khan était un type bien.

      – Avez-vous remarqué qu’ils, vos congénères, vous avaient logé dans les divertissements ? 🙂
      Axel Khan ce n’est pas vous. Mais, c’est gentil de penser à cet autre homme, Khan, issue d’une lignée familiale Indo-Pakistanaise. Ne croyez-vous pas que lorsque l’on commence à s’auto-congratuler, on ne détourne l’estime des autres de sa petite personne. Beaucoup vont en rire et quand bien même, qui viendrait, une fois passé le concert de casseroles, s’attacher à venir sur votre « mozolé » …
      Soit vous avez de l’humour et j’apprécie l’auto-dérision ; soit vous vous confondez en ridicule.
      Je vous attends sans impatience, mais je vous attends pour finir votre vie.

      La Mort, cette belle Inconnue.

    • RIP Monsieur Kahn.
      Vos paroles résonneront encore au cœur et à l’âme de ceux qui ont eu la joie, la chance de vous rencontrer sur leur chemin.

  2. Vous êtes un homme extraordinaire, tellement droit honnête sincère … même dans ce moment si terrible. Vous pensez à nous et vous réchauffe nos cœurs, une ouverture vers les autres qui ne peut être que sortie d’un homme rare, je dirais avec des principes d’autrefois. Merci pour cet exemple, que les jeunes vous écoutent …. Je pense à vous et je vous remercie pour tout tout tout et plus encore.

  3. Divaguez, divaguez… Nous allons divaguer ensemble, poétiquement… Divaguer c’est encore vivre. Merci de bien vouloir vivre encore un peu et de nous faire part de vos divagations.

  4. Mr Kanh, vous êtes un homme d’exception. Je vous admire au plus haut point.
    Le cancer est entré dans ma vie j’avais 22ans. Je suis considérée par mon professeur hématologue Michel ATTAL aujourd’hui directeur d’Oncopole à Toulouse comme une rescapée. Il est entré ensuite dans ma famille à 3 reprises, mon frère 47 ans et mes parents qui aucun d’eux n’ont survécu. :-(. Je compatis sincèrement aux instants que vous vivez. Je suis de tout cœur avec vous.
    Je me rappelle être venu vous voir à Cahors pour une conférence sur l’éthique et vous m’aviez dédicacé 2 de vos livres que je garde précieusement. Je suis contente et fière d’avoir croisé votre chemin.
    Chapeau bas très cher Mr Axel Kahn
    Florence BAGRÉAUX

  5. Cher Axel, merci pour cette transparence. Alfred de Vigny n’avait pas non plus prévu de se confesser sur son lit de douleur enivré d’opïum. Fort septique en matière de religion, il l’a fait uniquement par amitié et par confiance en son ami l’abbé Vignal qui revenait à la charge régulièrement sur ce sujet. Ici-bas ce sont les rencontres qui nous construisent et les liens d’amour ou d’amitié qui nous portent …

  6. Le point numéro 5… la sagesse peut-être accessible autrement, Montaigne ne renierait point cette expérience.
    Les « yeux ouverts » de Marguerite Yourcenar malgré tout, en dépit de tout.
    Je crois que le Loup amoindri devient un sage… toujours en apprentissage; point de sagesse sans humilité (épreuves)
    Merci-Tendresses

  7. C’est si triste de perdre un être qui irradie d’attention à autrui. Comment cela s’appelle-t-il ? Bien? Amour? Éthique? Et tant d’autres choses. Oui, je suis triste tellement, et ne devrais pas le dire. Je ne vais qu’accentuer le désarroi. Je suis vraiment désolée. L’écrire m’est néanmoins un soulagement. Il restera le monde dur, le monde tel qu’il est, peu enclin à cette compréhension de l’humanité, peu enclin ou indifférent. Auquel on est tant habitué. L’attention à l’autre, l’éthique, la conscience d’autrui, bref toutes ces choses délicates qui sont franchement peu partagées et qui expliquent l’émotion irrésistible, irréductible. Le manque et la joie. Je suis désolée d’écrire ce genre de choses qui ne peuvent qu’ajouter à la tristesse. Cela montre seulement comment des êtres humains peuvent être touchés. C’est peut-être l’impression d’une rencontre avec quelque chose qu’on reconnaît au premier regard et qu’on avait perdu. Je suis vraiment désolée de ce message. Un message au cœur d’une intersection. Peut-être dans le x d’Axel Kahn. XXX merci et pardon. Merci surtout.

  8. Vous m’avez émue, touchée.
    Merci pour vos partages que je découvre ce soir, un partage intime. Il n’y a qu’un loup pour faire cela, c’est le Loup Sacré.
    Un loup, sans doute qui se libère pas à pas des contingences du corps, de la vie terrestre pour tendre la truffe aux 4 vents célestes. Il les entend souffler, parfois hurler entre les branches et ça lui revient, ces temps immémoriaux où lui aussi chantait dans les plaines, dans les montagnes, dans les grottes…
    Du Ciel à la Terre, en passant par les souterrains, tout n’est qu’un.
    Belle fin de voyage terrestre, beau départ de voyage céleste.
    Douces pensées

  9. Monsieur
    Vous êtes une personne d’exception.
    Merci pour tous ces textes que vous prenez la peine d écrire pour nous alors que vous souffrez au delà de ce que l on peut imaginer. Alors pour ce courage que beaucoup voudrait avoir. Mille mille merci.

  10. Suivez l’itinéraire d’un chercheur

    J’ai suivi et parcouru rapidement les articles 2013 et suivants d’Axel le loulou.

    Au moins, les marches n’auront pas été veines.

    Suivez l’itinéraire d’un « chercheur » …
    l’histoire se finit qu’il aurait trouvé la mort.
    Enfin un « chercheur » qui trouve quelque chose : de l’Humanité.

    Voilà un grand parcours pour un petit homme. Après le constat qu’une fonction n’est qu’une fonction quelle qu’elle puisse être, utile ou inutile, simple moyen de se procurer sa survie, et qu’à la fin, il ne reste plus que l’homme désemparé par l’inconnue.

    L’inconnue est un franchissement.

    J’ai préféré enjambé la mort ne sachant si je pourrais rire une fois arrivé dans cette inconnue. Mourir de son vivant resterait le plus prudent.

    Sommes-nous uniquement rendus, inertes, aux vers ? (Au quel cas, l’opium risque de les rendre euphoriques)
    Sommes-nous élevés ou perdus dans le Néant pour d’autres ?
    Sommes-nous dans un cycle avec un retour ?
    Pourrons-nous conserver nos souvenirs et les moments de joie avec ceux que nous avons aimés ?
    Pourquoi alors les religions s’accordent à ne pas brûler l’Être ? Resterait-il l’âme ?
    Pourquoi alors les rites dits primitifs se nourrissaient de l’autre pour recueillir sa chair et son âme ?

    La mort est l’inconnue.

    Quand vous arrivez en haut ou en bas, laissez un billet sur le blog. Si on rit là-bas, je vous rejoindrais un jour, c’est promis.

    • Je trouve joli que « l’inconnue » pour vous soit du féminin, d’un genre féminin orthographique…sans doute plus doux et accueillant que l’inconnu – U…ou bien, au contraire, que ce qui relève de l’inconnu est forcément pour vous d’une source féminine…ou ce qui relève de la mort et de l’après-mort, relève d’un espace temps au féminin…oui, joli et curieux cet inconnue-E
      Merci pour cette expression inspirante et « interrogeante »!

      • La mort est d’une grande beauté ; douce, élégante ou dominante.
        Parfois laide, mais jamais si laide, dans son scénique naturel, que celle des hommes qui s’évertuent à la contrefaire par des moyens plus sales les uns que les autres, pour servir de puérils desseins de possession matériel ou doctrinaire, voire eugénistes ou hygiénistes.

        Inconnue : par son sens féminin, sa perception et sa grande sensibilité ; une mansuétude et une certaine maternité à faire naître ou renaître l’essentiel du superflu. L’égotique se mesure à lui-même, pour certains, dans ce narcissisme social. La mort peut être espiègle et joueuse de rebondissements tandis que l’égotique passe devant les miroirs, se mire et s’effraye de sa laideur, des ravinements, des crispations douloureuses.
        Parfois, elle lâche le licol, danse, fait renaître l’espoir de quelques instants en plus ; soudainement elle reprend le licol et badine la conscience, l’âme, de regrets, de mauvais actes, de peurs, de terreurs. C’est alors, à genoux ou recroquevillé, que l’égotique se lamente et gémit.

        La mort est juste, personne n’y échappe. Elle règle l’injustice humaine. Là est sa grande beauté.

  11. A la fin du document « la confession d’Alfred de VIGNY »
    LOUIS HASTIER conclut en page 157 :

    « On a parlé de conversion, mais le terme est impropre car,
    à vrai dire, VIGNY – s’il n’était plus pratiquant – n’avait jamais cessé d’être catholique ».

    « En définitive, sa fin fut celle qu’il avait décrite dans le « Journal d’un poète  » et qu’il considérait comme devant être celle de l’homme d’honneur qui, « à sa mort, regarde la croix avec respect, accomplit tous ses devoirs de chrétiens et meurt en silence» ».

     » Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse  »

    LOUIS HASTIER. (La Revue des Deux Mondes, 1829-1971)

  12. Merci ! Merci ! Merci ! Merci ! Merci ! 1000 fois. Au travers de vos messages, on voit tout l’amour que vous avez pour l’Humain. Comme j’aurais voulu mieux vous connaître pour Apprendre.
    Vous allez vous absenter, mais il restera une grande part de vous ici.

  13. Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi tranquille !

    Que Mademoiselle Morphine et Monsieur Opium guident avec sagesse – et délicatesse ! – votre tapis volant pour que vous puissiez divaguer en toute sérénité, apaisé.

    Que la nuit qui tombe permette au Loup de se reposer pour mieux maîtriser la douleur et continuer à profiter de la vie qu’il aime tant.

    Bonne nuit, calme et pleine de beaux rêves, cher Loup !

    P.S. : Ne soyez pas désemparé, vos mots et vos interrogations tapés du bout des doigts, alors que nous imaginons à peine les efforts qu’ils vous coûtent, touchent le fond de notre coeur. Votre combat pour la prise en charge de la douleur, la vôtre et celle de tous ceux qui souffrent, ne manque pas de panache. Merci pour tout, Axel, le Loup combatif !!!!

  14. Merci monsieur. Pour ce beau combat pour la vie, pour votre courage et votre dignité. Nombreux sont ceux qui sont prêts à le poursuivre et à reprendre le flambeau, à vos côtés, en toute humilité. Merci encore.

  15. Monsieur Kahn,
    Je vous ai entendu et découvert lors d’un congrès mutualiste et j’ai tout de suite compris que j’avais à faire à un grand homme.
    Mon sentiment est confirmé ces derniers jours au travers de vos mots que je lis chaque jour et admire.
    Vous êtes un exemple de vie qui n’a pas d’égal et une leçon d’humilité et d’humanisme.
    On a une seule envie, un seul désir, vous suivre et vous écouter où vous irez demain pour plagier votre courage et votre affrontement de la fatalité et de la réalité…. UN MERCI IMMENSE Mr Kahn !!!!

  16. Cher professeur, vous avez ma profonde admiration. Vous utilisez vos forces pour communiquer avec nous. Profond respect.

  17. Sans nous connaître, nous aimons la même terre ; nos familles furent proches dans les années d’après guerre… puissent ces deux liens être doux à votre cœur, au moment de passer sur l’autre rive, rejoindre tous ceux qui nous ont précédés !
    https://photos.app.goo.gl/k7v27jhKYfPZPrdM8
    https://photos.app.goo.gl/fVuNE3f3p5yBxVpP8
    Je rends grâce pour votre engagement de médecin au service des autres, et je vous porte dans la prière,
    François

  18. Il y a quelques jours seulement je ne connaissais pas Axel Kahn. Je suis entrée dans une librairie à Lyon qui s’appelle « Passages » et j’ai acheté au hasard un livre : Chemins, d’Axel Kahn. Puis je découvre par ma maman, d’abord qu’elle vous « connaît », puis que vous avez un cancer.
    Je poursuis ma lecture tous les soirs d’autant plus intensément. Que je puisse penser à l’homme, tout en lisant son histoire. Oui. Et le chemin que ça ouvre
    Nina

  19. Monsieur, je suis profondément touchée par vos messages et j’admire votre sagesse. Je suis aussi très triste en vous lisant et d’apprendre que le « le loup » est désemparé. Je pense à vous Axel le loup, ❤️

  20. Vous touchez au sublime, Axel, et le faites partager. Merci.
    Soyez certain, que nous tous, qui vous lisons, marchons dans vos pas.
    Amitié.

  21. Parler de la douleur pour l’oublier un peu…quand aux divagations…vous structurez encore joliment et rigoureusement vos chroniques…et puis nous voulons bien prendre, à l’occasion, votre tapis volant pour vous accompagner …et vous donner plein d’ondes bienveillantes….SOUTIEN , votre meute d’amitiés est là.

  22. Vous êtes capable de cette sage lucidité grâce à votre personnalité et la richesse de votre vie. Je suis un loup plus jeune et vous regarde admiratif comme un modèle… Merci.

  23. Ne soyez pas désemparé Axel le loup. Le douleur n’a rien à nous apprendre que notre faiblesse. La murmurer comme vous le faites ne l’a met pas à distance. Cette douleur, comme certains chrétiens le disent, n’apporte pas la grandeur ou la rédemption, elle n’est que déchirement et égarement. L’apprivoiser ou la dominer peut être possible quand elle est sourde et chronique. Mais celle qui vous assaille est si forte que seul votre tapis volant peut vous en extraire quelques instants. Pourtant comme Cyrano vous regardez ’la camarde’ et votre panache n’a rien à envier à ce héros de littérature. Vous vous battez comme un lion pour garder ce qui fait de vous un homme singulier, votre esprit et votre âme. N’ayez pas de doute, vous serez toujours même au dernier instant un homme de bien, un être éveillé qui cherche à témoigner. Beaucoup de médecins ne comprennent pas la douleur, ils ne savent pas combien elle peut devenir le maître de nos vies, comment chaque nuit, chaque jour elle nous rappelle que nous sommes un corps avant d’être une âme. L’imagination peut parfois aider à l’empathie. Je comprends bien votre désarroi et c’est votre volonté de ne pas le cacher qui me touche. Il y a une grande force à affronter ses démons. Merci Axel le loup de dire votre désarroi, de témoigner de ce qui fait peur à chaque être, de cette fin de vie qui peut être le début d’une autre ou le néant. Dans ce monde qui se veut océan de certitudes, vos doutes redonnent de l’humanité. Merci de ce cadeau si précieux qui soulagera tant de malades, qui ouvrira les yeux de certains soignants et qui fait de vous une petite lumière qui nous guide vers les étoiles. Tendrement.
    Martine

  24. Si triste de votre départ prochain _ le plus tard possible pour nous et le moins douloureux pour vous- mais que l’humanité soit consolée pourtant d’avoir tant bénéficié de votre passage si riche et si plein d’amour pour elle

  25. Monsieur,
    J’espère que cet élan spontanément virtuel de soutiens viennent adoucir la souffrance physique qui vous étreint. Les souffrances physique, morale sont un venin qui vient noircir la vie et le beau qui nous entoure. Votre détresse est légitime mais elle vous laisse ainsi entrevoir que certaines vies sont ainsi pulvérisées par la douleur et dans quel mesure le soulagement de celle-ci peut conduire à des comportements parfois peu compréhensibles des vivants bien portants. Malgré un entourage bienveillant et aimant, une profonde solitude nous enserre.
    Avec toute mon affection, si je puis me permettre.
    SL

  26. Nombreux auront plaisir à vous voir ce soir dans la grande librairie. Je regrette de n’avoir pu me rendre en novembre 2017 à la librairie Grangier à Dijon pour la dédicace du livre sur votre père mais à l’époque le diagnostic du cancer de la thyroïde qui me touchait n’était pas encore posé et c’était un peu l’errance thérapeutique pour comprendre ce qui m’arrivait.
    Avec beaucoup de regret d’avoir manqué ce rendez-vous !

  27. Tous , nous sommes la , les mains , les yeux et le cœur tendus vers vous , vous qui souffrez , vous qui donnez encore … à nous pour vous et vos proches aimants jusqu a l horizon d un nouveau jour .. encore un jour … encore et encore .. sentez toute cette force de l esprit , tout cet élan d admiration , d affection et de respect , en partage avec tous ceux qui vous entourent , … tout cela , dans un seul petit nuage … au fond de l horizon .

  28. Très touchée par votre intervention sur France Inter, je pense à vous souvent, au courage que vous transmettez. J’ai souvent l’occasion d’admirer le Cirque des Boutieres que je crois vous avez beaucoup apprécié lors de votre traversée de la France. De là dorénavant, j’aurai une pensée pour le « loup ».

  29. Axel le loup doit désormais lâcher prise. Ce n’est pas un renoncement , non! N’ayez crainte! Le cancer et son cortège de douleurs n’ôteront jamais toute la sagesse de vos propos et de vos analyses! Peut-être ce fléau se lance t-il dans un dernier baroud cynique, dans la quête de retirer votre sourire narquois face à la mort ! Peut-être que cette raclure n’accepte pas que vous ayez le dernier mot et essaie t-elle de vous faire douter?
    Ce mal n’a ni genre,ni forme , ni conscience et n’a rien trouver de mieux, que pour seule preuve de toute existence, la souffrance physique et morale.
    Ne soyez plus désemparé, car votre esprit a fini par détecter la manoeuvre ultime de cette chose trouble et sournoise!
    Tout comme dans les dictatures, le cancer coupent les langues et les doigts pour nous empêcher de nous exprimer, mais ne couvre pas le bruit de votre tête dans la geôle de la souffrance.
    Alors cher loup, pour votre combat impitoyable, la meute toute entière vous rend honneur et hommage . Les apprentis sages ont entendu vos messages et identifiés les vrais ennemis. Ils vous demande de désormais de lâcher prise et opiacés ou pas ,d’arborer votre plus beau sourire lors du passage à la lumière….
    Patrick un loup reconnaissant

  30. Cher Loup, que pouvons-nous faire pour que vous ne soyez plus désemparé ?

    Tandis que le jour paraît, que votre tapis volant vous fasse agréablement voyager. Cher Loup, ne soyez pas désemparé. Votre pensée est toujours aussi claire pour vos lecteurs. Et même en Loup divaguant, vous demeurez toujours ce Loup : humain et raisonnable.

    Que la douleur soit tenue en laisse et que vous ayez de jolis moments, riches de petits plaisirs et de grands bonheurs.

  31. Merci pour cette belle leçon de courage. Vos paroles sont très réconfortantes.

  32. Cher Axel.
    Ainsi faut-il se préparer à ne plus vous lire, à ne plus vous entendre. Vous le savez, vous allez nous manquer. Dans votre soin de transmission, vous avez votre vie durant cultivé le principe d’une « vie bonne », ces graines que vous avez semées produiront n’en douter pas de beaux fruits. Votre message continuera de « raisonner » dans ce monde déboussolé. Vous allez à présent rejoindre Jean au royaume de la Mémoire, il sera fier de vous : vous fûtes « raisonnable et humain ».
    Merci pour tout ce que vous m’avez apporté.
    Très affectueusement.
    Alain

  33. c est-mon anniversaire aujourd’hui et la seule personne avec qui je veux le fêter c’est vous. Homme admirable et si humain,vous qui m’accompagnez au travers de vos mots et maux, vous allez rejoindre les grands de ce monde qui vous attendent qui comme vous auront laissé sur cette terre essaies d’amour, d’amitié, de bon sens, de vie et quelle vie ! Vous etes notre exemple ,je ‘vous garde près demi avec mes êtres chers partis avant vous. Je vous aime!

  34. Bonjour Monsieur. Je prends la liberté de vous écrire ces quelques mots afin de vous témoigner toute ma reconnaissance d’être ce que vous êtes. J’ai eu le privilège de vous rencontrer à Gap plus précisément au col Bayard lors d’une rencontre avec les ligueurs du 05. Je suis psychologue à l’équipe mobile de soins palliatifs des Htes Alpes depuis de très nombreuses années. Depuis longtemps vos écrits, votre pensée, votre éthique votre engagement accompagnent et guident mes pas dans mon travail mais aussi dans ma vie… Dans la dernière étape de votre vie, vous portez haut et et fort toute la philosophie des soins palliatifs en vivant pleinement chaque minute de votre existence. Pour tout cela je voulais vous dire MERCI .
    PS : Ne partez pas trop vite.
    Solange

  35. « Je ne sais pas si je suis vainqueur.
    Mais j’ai saisi
    D’un grand cœur l’arme enclose dans la pierre. |’ai parle dans la nuii de l’arme, j’ai risqué
    Le sens ci au delà du sens le monde
    Iroid.« 

    Yves Bonnefoy

    Je viens vous saluer, cher Monsieur, et saluer votre quête et les gestes qui l’ont accompagnée. Puisse la douceur vous envelopper tout entier. Merci pour tout ce que vous avez offert à ce monde.

  36. J’aime ce charmant loup désemparé ,humble face ce que les médicaments et la maladie font de lui …offrez nous vos divagations ,nous vous offrons notre écoute ,notre respect ,notre affection en échange

  37. Axel le Loup est LE guide de la meute que nous sommes…
    MERCI de partager avec nous, avec tant d’humilité, de sincérité, ce cheminement difficile qu’est la fin de vie. Nous n’osons jamais nous mettre à nu, nous montrer fragile… Quel exemple!
    MERCI et bon voyage à vous… Votre tapis volant vous attend.
    Avec mon plus profond respect.
    Florence

  38. Votre pensée nous précède et nous ouvre les yeux avec douceur : la nôtre vous accompagne avec reconnaissance et respect .

  39. Exposer tout cela devant tout le monde…vous répondez au voyeurisme de notre époque…normal il faut du buzz
    Pour moi c’est triste et navrant de se montrer ainsi
    Peut-être voudrez vous être filmé Comme cette enfant lors de l’éruption de ce fameux volcan en Amérique centrale : la mort en directe.
    Pour moi c’est assez pitoyable
    Votre mort est – elle plus respectable que celle d’une personne âgée  » soignée  » au Rivotril par vos soins? En parle t-on?
    Un peu de pudeur monsieur.

    • Est ce bien l’endroit,le moment pour de telles paroles? Ne faites pas halte ici si le dialogue en cours ne vous convient pas que diantre Nous sommes dans la douceur et le partage ,ne peut on désirer mieux pour le final d’une vie qui n’a pas plus ,ni moins de valeur qu’une autre .

    • Pour ses pratiques « professionnelles », il ne faut lui jeter la pierre. Elles sont communes à la quasi totalité, eu égard à la solde subventionnée de 24,96€ la consultation, beaucoup sont contraints pour mettre les épinards dans la casserole, de faire les placiers pour les vendeurs de boites, sinon ils n’arriveraient pas à faire vivre leur famille. Les formations, les brochures, les bienfaits, les certifications, tout, entièrement tout, est donné ficelé aux placiers et à l’administration. L’obligation de moyen couvre toute irresponsabilité. La plupart des études sont des lectures de publications « professionnelles » sur lesquelles beaucoup hypothèsent et hypothèquent un avis. L’envers du décor ressemble à la coursive du rayon boucherie d’un supermarché. A contrario, cette curieuse industrie de l’espoir dispense de nombreux emplois et contribue à fournir un emploi (faire vivre) à des millions de familles, à nourrir des boursicoteurs retraités, etc. Dans certains cas, elle sert une sorte de régulation informelle du nombre (forme plus esthétique) et permet de maintenir des zones géographiques entières en paix.

    • Ce n’est pas gentil Madame d’exprimer des mots si vehements envers quelqu’un qui a tant fait pour les autres ! Et « ces autres »ont besoin de savoir le parcours douloureux de Mr Khan pour lui rendre au moins, le bien qu’il a fait autour de lui et l’accompagner.. il en a peut être besoin…ce n’est pas du voyeurisme juste un témoignage et une leçon de courge. Honte à vous. .. Je doute que vous soyez une personne bien…

  40. Si tous pouvaient avoir votre sagesse…
    Bravo l’artiste !
    Je regretterai votre sourire…

  41. Merci vous êtes un type bien, un loup magnifique et humain. Votre humanisme est précieux, votre amour de la vie m’a aidé et m’aide toujours, moi qui ai voulu mettre fin à mes jours. Je vous admire et vous envie aussi d’avoir cette force et cette humilité
    ❤️

  42. Cher Axel le Loup, je viens de voir votre interview dans la grande Librairie, et votre visage , votre sourire apaisés, votre regard profond et plein de douceur, sont une leçon de vie magnifiques.
    Merci à vous pour tout ce que vous avez fait pour nous tous.
    Mon admiration n en est que plus grande.
    J espère que je me souviendrais de vos paroles de votre regard de votre sourire quand mon temps viendra. Je n’ai que 2 ans de moins que vous.
    Merci.

  43. Cher Monsieur,
    Vos témoignages sont très touchantes et nous éclairent la fin de vie.
    Je vous remercie spécialement pour le chapitre  » Fragilités ».
    Puissiez vous et votre héritage humaniste être entendu !!!
    Bon voyage Axel le loup vers le Ciel !

  44. Vendredi, vous nous faisiez part de l’entretien accordé à François Busnel pour « La Grande Librairie ». Vous nous racontiez les conditions du tournage et vous vous demandiez quel serait le résultat du montage.

    Cher Loup, nous espérons que vous avez eu suffisamment de force pour regarder l’émission.Merci beaucoup pour vos mots apaisés et apaisants. Sans pathos. Des mots simples et justes pour une pensée claire. Merci aussi pour votre combat sans relâche contre le cancer. C’est grâce à tous les efforts – petits ou grands – de tous que de plus en plus de malades sont soignés et guéris.

    Merci beaucoup Axel, Le Loup combatif.

    Merci beaucoup Axel ! Axel, un type bien…

    Que Mademoiselle Morphine et Monsieur Opium vous permettent de passer une douce nuit et de faire de beaux rêves. Puissiez vous recevoir encore et encore beaucoup d’amour de vos proches, leur en donner tout autant, et saluer ensemble la beauté du monde !

  45. Bonsoir Monsieur Khan Je viens d’écouter votre témoignage sur la grande librairie. Vous nous laissez un merveilleux et poignant message . Ce matin j’ai marché sur mes sentiers du Vallespir ou je réside et mes pensées allaient vers vous. Je pense que ce sera souvent le cas maintenant pour longtemps. Je ne vous oublierai pas. Martine

  46. Monsieur Khan,
    Je viens de voir votre interview faite par
    François Busnel.
    Je tenais à vous remercier pour votre engagement auprès de la Ligue contre le Cancer, la recherche, l’humanite de ses bénévoles et les activités proposées dont j’ai moi même pu bénéficier.
    J’ai écouté récemment vos podcasts « En chemin « que j’ai beaucoup aimé notamment grâce à la qualité de vos échanges avec des personnalités que j’affectionnent aussi.
    Je ne pense pas que le chemin soit terminé pour
    vous car « les types bien « restent vivants pour toujours par les actions qu’ils ont menées pour le bien de tous.
    Bien sincèrement
    Christel

  47. Cher Axel, votre témoignage livré dans La Grande Librairie entendu à l’instant est poignant de sincérité notamment lorsque vous évoquiez la perte de votre foi chez les Jésuites (oui des témoignages similaires existent) et votre admiration pour Soeur Simone dont votre humilité reconnait qu’elle a un avantage sur vous : cette foi que vous n’avez pas encore retrouvée… C’est véritablement tout à votre honneur de le reconnaître !

    Ce n’est pas là un regard d’agnostique, mais plutôt un regret sincère de l’avoir perdue.

    Mais il n’y a pas de fatalité, la foi est un don :
    il faut la demander à Dieu de nouveau quand un accident de la vie a fait que nous n’étions plus capable de la recevoir (dans un coeur blessé).

    La foi ne se mérite pas. Personne ne la mérite, c’est un don.

    Tout comme la vie c’est un don.

    Tout comme personne ne mérite l’Amour de Dieu, cet Amour nous est donné gratuitement.

    Deux bonnes nouvelles :

    1/ « Dieu nous précède en tout », toujours :
    Si vous désirez de nouveau avoir la foi, Il Va tout organiser pour que cela soit rendu facile pour vous et vous Accompagnera. Il A juste besoin de votre volonté, qu’Il Respecte au delà de tout.

    2/ « Dieu écrit droit avec des lignes courbes » :
    Il A un plan de vie pour chaque Homme et ce plan se réalise quelque soit le parcours de vie suivi, pour peu que la personne ait le désir de revenir à Lui avec repenti. C’est vertigineux et dépasse tout entendement. « Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins » Isaïe 55

    Il faut « juste » y croire un peu, le vouloir et Le laisser faire …

  48. Quand je vous écoutais expliquer des sujets divers, tout paraissait si simple. Tout était si clairvoyant! Un grand merci à la beauté et la générosité de votre intelligence!

  49. Merci Mr Kahn pour tout ce que vous avez fait, dit … Pour l’homme que vous êtes tout simplement.
    J’ai toujours aimé vous écouter, vous êtes un homme passionnant.
    Mille mercis au loup combatif. Vous êtes un type bien.

  50. Vous n’allez pas mourir, monsieur. Un homme tel que vous ne meurt pas, il partage sa vie avec nous à jamais. Nous allons la garder dans un coin de notre cœur qui sait protéger les choses, et les partager avec nos enfants et les enfants de nos enfants. Il reste tant de traces de vous qui vont vivre et se répandre que vous serez présent chaque jour dans nos pensées et nos actions.

  51. Bonsoir Cher Professeur Axel Khan, cher Axel le Loup humaniste,
    Ce soir, sur le plateau de La Grande librairie, Vous avez été éblouissant dans des conditions que je peine à imaginer, sauf à me souvenir de vos récits des pentes aux dénivelés considérables que vous avez arpentées par tous les temps, dans tous les états d’esprit, sur lesquelles vous êtes souvent allé chercher des ressources aussi loin que ce soir. Votre pensée claire, votre émotion comme une ligne de crête sur laquelle vous marchez sans fléchir, quand bien même elle frappe à la porte, la coquine, n’ont pas failli. Quelle belle langue vous parlez … Vous avez dit des choses importantes à entendre et courageuses à tenir. Vu de loin, on peut toujours penser ce que l’on veut, mais c’est lorsque l’on est au plus près de ce mouvement de la vie vers sa fin, que seulement les mots sont justes et courageux. Vous avez dit l’absence de mansuétude à l’égard de cette maladie cancéreuse, l’inexistence de la mort sauf à en rendre compte comme ce qui clôt le vivant d’une personne (et non ce la fin de ce qu’elle tracera en chacun de ceux qui vous auront regardé avec la foi immanente de l’humanité). Alors, non, le loup de Vigny n’avait pas tout prévu mais, pour moi, vous avez été bouleversant d’audace dans cette résistance à ce que des siècles de servitude à la mort en ont fait. Contre elle, vous avez gagné le fait de faire grandir encore autrui, tel celui ou celle qui en souffre, tel celui ou celle qui est peut être malade ou en bonne santé, tel celui ou celle qui peut accompagner un proche à plus ou moins brève échéance, cet autre avec lequel vous n’avez jamais été ni indifférent, ni inhumain. Cet autre auquel vous manquerez, car votre conversation est de celles que l’on ne peut que regretter l’absence, je le dis sans pathos. Je ne sais pas qui est Elle à qui vous aviez dit vouloir être lorsqu’elle serait vieille mais je peux vous dire que vous êtes la personne avec laquelle j’aurais voulu partager de bien plus nombreuses années que la fin de vie. Et c’est tout de même à une petite proportion, une portion du chemin de la vie que nous partageons actuellement. Et le Loup a été tellement généreux que tout ce qu’il aura transmis dans son oeuvre directement ou indirectement m’accompagnera jusqu’à ma propre vieillesse ou fin de vie. Je note aussi de lire Au dessous du volcan… Merci ô grand Loup, au feu sacré.

  52. Cher Professeur,
    Je découvre à l’occasion de votre dernier entretien dans « la grande librairie » que vous nous permettez de vous adresser un dernier message sur votre blog et ainsi de vous accompagner dans vos derniers instants de vie. Sachez que vos paroles m’accompagnent depuis longtemps dans la mienne. J’ai tellement aimé vous entendre vous exprimer. Votre discours m’a toujours profondément nourrie et apaisée. Merci beaucoup car vous nous laissez un héritage intellectuel. « La mort n’est pas une fin ». Et je me réjouis à l’idée de pouvoir encore vous lire. Soyez serein.
    Stéphanie, une enseignante qui s’évertue autant que possible à faire preuve d’humanisme, comme de nombreux enseignants et beaucoup d’autres personnes

  53. Monsieur Kahn, vous êtes un type bien et c’est principalement pour cette raison que j’avais à cœur d’écouter votre dernière intervention publique.
    Je ne vous oublierai pas.

  54. Bonsoir Monsieur Kahn, simplement vous remercier pour vos savoirs et connaissances. Vos écrits ont guidé mes années d’études et aujourd’hui répondent à mes interrogations sur la vie. Merci pour votre générosité à partager vos connaissances.

  55. Que la douce lueur d un nouveau jour qui naît , apaise votre douleur et vous permette de sourire à vos proches , inondé de leur tendresse . Nous tous qui écrivons , mais aussi ce petit nuage qui ondule sur l horizon tapissé de forêts , nous effacerons ce désarroi afin que votre pensée lumineuse et simple puisse encore arriver jusqu à nous . Merci …

  56. Merci Monsieur d’avoir bien voulu nous recevoir ce soir une fois encore,via La Grande Librairie.
    Je viens de perdre un être cher et vos paroles sont apaisantes.
    Merci au nom de tous ceux qui ont reçu votre soutien tout au long de votre vie. Merci pour cette vie de labeur que vous nous avez consacrée.. Les mots ne sont pas assez forts pour exprimer mon admiration.
    Puisse la douleur vous être épargnée.et la camarde vous prendre par la main le p!us sereinement possible..

  57. Très cher Axel,
    Que de belles émotions nous traversent ce soir à l’écoute de votre témoignage tout en délicatesse et dignité et magnifié par votre regard plein de bonté, celui d’un type bien.
    Merci, encore merci pour ce partage appelé à se poursuivre dans le silence des coeurs et la communion des âmes.
    Prière de confiance et d’abandon, pensées très douces pour vous et votre famille.
    Bénédicte

  58. Merci pour ce témoignage digne et courageux. Et mille mercis pour tout ce que vous avez fait.
    Je vous ai toujours estimé, et maintenant, je vous admire.
    Vous ne nous quitterez pas, car vous resterez dans notre souvenir grâce à vos actions et à vos livres qui demeurent.
    De tout coeur avec vous, « l’homme bien ».
    L.C.

  59. Juste quelqu’un de bien,
    Le cœur à portée de main,
    Un ami à qui l’on tient la main…

    Ce refrain vous va si bien…

    Que votre journée soit belle et que le cœur de ceux que vous aimez soit pour vous à portée de main !

    • Bonjour,
      Je vous découvre avec ces derniers messages et vous me donnez envie de vous lire et de suivre vos pas.
      Merci d’être cet exemple rassurant de comment vivre cette partie de la vie, merci du fond du cœur de partager cela. Je vous souhaite tout le bonheur possible dans les jours qui viennent 🙂

  60. Je suis très impressionné et intéressé par votre parcours. C’est un peu comme une longue marche, en effet, avec à la fin peut être la découverte de son paysage idéal. Je suis pour ma part plutôt dans le  » camp  » des  » croyants  » … j’ai cette intuition d’un arrière monde, non pas qu’il existerait un autre monde – il n’y a qu’un seul monde, je pense – mais parce que notre intelligence ne déborde pas du cadre de la représentation qu’elle peut avoir du monde.
    Mais peu importe.
    Ce qui importe, comme vous le faites, c’est de tisser et préserver le lien qui nous unit tous en s’ adressant à ses proches. Et plus ce qu’on dit est profond et percutant, plus la pensée s’ universalise , et plus on a de proches …

  61. Avec toute ma gratitude Mr Kahn
    altitudo !
    Avez-vous quelquefois, calme et silencieux,
    Monté sur la montagne, en présence des cieux ?
    Était-ce aux bords du Sund ? aux côtes de Bretagne ?
    Aviez-vous l’océan au pied de la montagne ?
    Et là, penché sur l’onde et sur l’immensité,
    Calme et silencieux, avez-vous écouté ?… Victor Hugo

  62. Tant de sagesse…tant de dignité…vous laisserez une trace Monsieur Kahn, c’est certain. Vous avez été un homme « raisonnable et humain », vous avez rempli votre mission. Je vous souhaite de souffrir le moins possible. Bon voyage…où que vous alliez…
    -Bénédicte-

  63. Vous êtes donc un autre homme hors du temps. Quelle chance d’être votre contemporain, de pouvoir profiter de votre altruisme et de votre enthousiasme. C’est un vrai bonheur de continuer à vous apprécier à travers vos écrits. Sachez que nous sommes nombreux derrière vous à vous soutenir, du moins en pensée. We’ll see you down the road.

  64. Merci, vous êtes bien le « chic type » que vous aspiriez à être !
    Merci d’être et d’avoir été un humain si inspirant pour les autres, d’avoir fait tant pour tant d’autres.
    Merci pour votre vision moderne du monde, scientifique et modeste, acceptant les incertitudes, ne cédant jamais à la facilité.
    Merci.

  65. Bonjour monsieur. Je suis de tout cœur avec vous. En effet nous avons débuté ensemble. Vous interne chez le Pr Bousser et moi jeune infirmière salle ste Anne. Que de bons souvenirs. Merci. Je vous accompagne. Françoise Schickel.

  66. Merci pour tout ce que vous nous transmettez à nous humains mais aussi à non atteint de cette maladie… Et de toutes les maladies… Vous êtes plus qu’un médecin, vous êtes un guide, Vous êtes une lumière et vous le resterez à jamais;
    Nous penserons toujours à vous et à tout ce que vous nous avez donnés et appris
    Merci Monsieur Axel Kahn, notre loup

  67. charabati on 24 juin 2021
    Merci pour tout ce que vous nous transmettez à nous humains mais aussi à nous atteint de cette maladie… Et de toutes les maladies… Vous êtes plus qu’un médecin, vous êtes un guide, Vous êtes une lumière et vous le resterez à jamais;
    Nous penserons toujours à vous et à tout ce que vous nous avez donnés et appris
    Merci Monsieur Axel Kahn, notre loup

  68. Merci pour tout ce que vous nous transmettez à nous humains mais aussi à nous, atteint de cette maladie… Et de toutes les maladies… Vous êtes plus qu’un médecin, vous êtes un guide, Vous êtes une lumière et vous le resterez à jamais;
    Nous penserons toujours à vous et à tout ce que vous nous avez donnés et appris
    Merci Monsieur Axel Kahn, notre loup

  69. Bonjour Professeur ,
    Pourquoi ne pas vous faire prescrire du CANNABIS THERAPEUTIQUE ?
    Ma Maman ,percluse de douleurs, a failli partir par un empoisonnement médicamenteux, trop de morphinique et d opiacés…
    Elle prenait 1 à gouttes par jour de CBD acheté à Amserdam par correspondance, elle en a pris pendant près de 10 ans et s est éteinte à 92 ans Sereine et sans douleurs surtout .Elle était presque fière de dire à ses amis es et connaissances qu elle était « TOXICO » lol
    Je vous souhaite plein de courage , avec toute mon admiration .
    Kind Regards
    Christian

  70. Quel beau témoignage ! Vous êtes juste « quelqu’un de bien ». Merci

  71. Merci Mr Kahn pour vos recherches,mais aussi pour votre sourire ,votre enthousiasme tout au long de votre vie
    Vous êtes dans mon album photos des personnes qui ont marqué ma vie
    Bonne route dans vos nouveaux chemins
    Une pensée à votre famille

  72. Ayant perdu en novembre 2020 mon ami, après 4 ans de lutte contre un cancer colorectal ayant essaimé sur le foie et ayant assisté à ses derniers instants (expérience gravée dans mon cœur à tout jamais), je mesure ô combien votre courage face à cette « putain » de maladie qui touche tant de gens autour de nous (encore récemment, une femme de 50 ans emportée par un cancer du pancréas en 6 mois…) et face à la mort, ce « passage dans une autre dimension ». Quelle n’a pas été mon extrême surprise quand vous avez annoncé que vous aviez vous-même un cancer et qu’il venait de s’aggraver brutalement, alors que, quelques semaines plus tôt, je vous regardais défendre à la télé les intérêts médicaux des cancéreux suite au report des dépistages du cancer dû au coronavirus… évidemment que vous êtes un type bien, Monsieur Axel Kahn, ne vous faites aucun souci, j’ai eu des « signes » après la mort de mon ami qui ne me laissent aucun doute sur le voyage de l’âme vers un autre monde après la mort : toutes les civilisations et toutes les religions ne considèrent-elles pas la mort seulement comme un passage ? Une des dernières phrases de mon ami a été : « Je sens que je passe de l’autre côté ». Cette phrase, bien que marquante pour moi, m’est revenue fortement en mémoire bien après car je ne pense pas sincèrement qu’il s’agissait d’une formule de langage : il y aurait donc bien « un autre côté » où peut-être nous nous rejoignons tous ! Mais, comme je l’ai lu récemment, « l’amour est le seul véhicule qui traverse à la fois l’espace et le temps » (très belle phrase je trouve), c’était tellement évident pourtant mais les êtres humains ne l’ont toujours pas compris, au contraire de vous qui avez œuvré pour les autres, pour les malades, je voulais vous remercier infiniment pour eux, et j’en profite pour remercier aussi tous les soignants qui s’occupent des cancéreux car, pour avoir beaucoup arpenté les couloirs des hôpitaux, je peux vous dire que mon cœur se déchirait quand des malades de chambrée me disaient, l’angoisse profonde dans l’œil, que leur cancer ne cessait de s’aggraver… Évidemment, j’ai déjà donné plusieurs fois à la Ligue contre le cancer, avec l’espoir toujours que cela aboutisse à quelque chose pour les malades… Je sais, Monsieur Axel Kahn, que vous allez partir avec l’amour de beaucoup de personnes et ça, c’est le meilleur des tremplins pour une autre vie ! Mes pensées vous accompagnent

  73. Ave à l’illustre chercheur, au Grand Homme !

    J’ai découvert récemment vos écrits et votre parcours hors normes, et je ne peux que vous saluer et vous témoigner toute ma gratitude et mon admiration pour tout ce que vous faites.

    Vous êtes un rayonnement de Vie et d’intelligence Monsieur Kahn. Toutes mes pensées pour vous.

    Courage, paix & Amour.

  74. Très cher Monsieur Kahn, Je tiens à vous exprimer toute mon admiration pour tout ce que vous êtes et tout ce que vous accomplissez. Vous n’avez pas besoin d’épitaphe là où vous serez. Vous êtes un homme bien. Une bonne et belle personne. Avec toute ma gratitude. Régine

  75. Très cher Axel kahn, comment vous dire la profonde admiration que j’ai pour l’homme que vous êtes. Vos témoignagnes sont un profond réconfort et ne peuvent que nous faire du bien. Je pense très souvent à vous et à l’homme bien que vous êtes. Que notre
    respect et notre tendresse vous accompagnent dans ce denier combat. J’espère que j’aurai votre courage le moment venu

  76. Merci monsieur ,

    Je salue votre courage et votre lucidité.
    Quel bel au revoir , hier soir à François Busnel
    Toujours pour moi vous serez UN HOMME BIEN.

    Avec beaucoup de tendresse ….

  77. Merci pour votre présence à la grande librairie et pour vos paroles pleine de sens …vous êtes un sacré personnage cher loup sympathique.Votre manière de parler du final de la vie devrait en faire réfléchir plus d’un ,.Nous pensons affectueusement à vous

  78. Merci Monsieur Axel Khan pour tout ce que vous nous avez fait partager. L’humilité, la sagesse et j’en passe. Nous ne vous oublierons pas.

  79. cher Monsieur Kahn ,
    quel courage ,vous etes une personne incroyable ,un véritable HUMAIN ,et les mots me manque pour décrire le courage dont vous faite acte.
    ce qui est certain ,c’est que je ,nous aurons toujours :des pensées en chemin ,lors de nos randonnées ! pour vous…..j’espére que le chemin que vous aller découvrir sera paradisiaque ,infiniment merci pour tout ce que vous m’avez fait découvrir
    laurent

  80. En randonnée à vélo à la pointe du Raz, il y a dix jours, j’avais en main votre livre « D’une mer à l’autre ». Grâce à vous, grâce à lui je suis allé au petit port de Pennéac, avec une pensée pour Honoré Estienne d’Orves.
    Hier j’ai vécu avec émotion votre entretien avec François Busnel.
    Merci pour votre humanité, merci pour vos combats, merci pour votre intelligence. Merci pour vos écrits et vos prises de parole. Écouter et lire des gens comme vous est une joie et un honneur, j’ai l’impression qu’un peu de vos qualités infuse en moi. Ce n’est pas présomptueux, juste le bonheur de côtoyer une belle personne.
    Vous avez grandement répondu au souhait de Jean.

  81. Très cher Professeur Axel Kahn,
    Votre présence dans les médias a toujours attiré mon attention. Vous fascinez votre auditoire et m’avez toujours impressionné par la clarté de vos propos et par votre simplicité qui est la marque des plus grands. En ce monde où le mal règne en maître vous êtes un refuge, un phare. Je ne parle pas de vous au passé car en réalité vous ne nous quittez pas. Votre attitude transcende tout ce que l’on peut imaginer. Vous sublimez l’Homme. Merci de tout ce que vous avez accompli et de ce que votre exemple va encore accomplir…

  82. Cher Monsieur,
    Je vous connaissais uniquement par les médias, quelle erreur!
    Vous m’avez donné une faim de loup, celle de vous connaître en dévorant vos écrits.
    Agnostique! Et pourtant plus agneau que loup…
    La seule question que vous ne posez pas, celle du Christ « Père pourquoi m’as-tu abandonné ». Et pourtant tout en vous transpire le message du Christ, premier des humanistes.
    C’est qu’il ne vous a pas quitté et je suis persuadé qu’au dernier moment Il viendra vous reprendre par la main et vous rappeler votre attachement passé en vous accueillant dans sa lumière.
    Merci de votre témoignage tout en pudeur quoique certains en disent.
    Je pense à vous.

  83. Merci d’être revenu ici, Monsieur le loup. Vous êtes bien dur avec vous même. Qui serions nous, dans le confort de nos corps silencieux, pour juger de votre lucidité et de la pertinence de vos mots ? Vos phrases nous touchent car elles nous permettent de saisir l’essence de la Vie : notre fragilité que seul l’amour bienveillant peut soutenir. N’ayez pas peur d’apaiser votre douleur par les mots combinés aux médicaments, nous les accueillerons sans jugement car nous devinons la nudité dans laquelle vous vous trouvez – nous nous trouverons sans doute un jour. Puisse la vie vous offrir encore un peu d’apaisement. Je n’ai pas encore regardé votre émission, j’ai hâte de la voir. Avec tout mon soutien.

  84. Cher Axel, vous nous avez déclaré hier dans l’émission de François Busnel que vous avez été « interessé par la prêtrise jusqu’à l’âge de 15 ans ».

    En d’autres termes (Cf Vita Consecrata St JPII), vous aviez « répondu » à l’appel de Dieu sur vous, tout comme Soeur Simone a « répondu » à l’appel de Dieu sur elle et y est restée fidèle.

    C’est Dieu qui Appelle, comme écrit hier, Dieu nous précède dans nos décisions, Il Savait que vous alliez répondre Oui (Il est l’Alpha et l’Omega), Il vous A Appelé dans votre coeur et vous aviez en effet répondu favorablement à son appel.

    « Car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire » dit Jésus (Jn,15:05).

    Car Dieu Est atemporel (Il n’Est pas dans le temps puisqu’Il le Cause, pas plus que spatial (car ce qui est spatial se meut et ce qui se meut est temporel))

    Ainsi, lorsque Dieu Appelle, c’est Hors du temps !

    Il vous A Appelé et vous, vous aviez été capable :

    1/ d’entendre Son Appel (dans votre coeur),

    2/ d’y répondre favorablement (en toute liberté)

    3/ en engageant toute votre personne pour toute votre vie (par volonté)

    Essayé de retirer le temps à l’espace dans lequel évolue votre âme (immortelle) … et vous pourrez concevoir plus facilement que Dieu est toujours là à vous Appeler.

    Mais alors pourquoi ? pourquoi Soeur Simone a cet avantage d’avoir la foi que vous n’avez jamais retrouvée ?

    La suite au prochain épisode …

  85. Cher Monsieur KAHN,
    Vous êtes un homme bien. Vous êtes formidable.

    Nous pensons à vous.

  86. Merci pour votre extraordinaire témoignage !!! ❤️ Je me suis régalée .. j’ai savouré , adoré, je dirais même que j’ai «  grandi »cet après midi avec le replay de «  La grande librairie » !!! Un moment hors du temps , une force et une élégance …merci Mr Kahn !!

  87. La nuit va revêtir sa belle robe étoilée.

    Que votre tapis volant vous conduise délicatement au pays des songes.

    Que la nuit soit douce, calme et paisible pour qu’Axel Le Loup combatif ne soit plus désemparé et sache qu’il est un chic type, quelqu’un de bien, qui se conduit bien.

  88. Bonsoir Axel Kahn

    Je suis infirmière et j ai écouté les bribes d émission avec mes patients qui comme vous commencent à entrevoir la fin de la vie

    Sachez que par votre exemple vous les aidez vraiment
    Je tenais à vous témoigner leurs remerciements

  89. Cher monsieur

    Je vous ai rencontré lors d’une de vos conférence, nous avions échange sur la place que la société laisse aux personnes qui étaient atteintes d’un cancer, celle ci a fait des progrès mais il reste tant à faire.
    Je revis aujourd’hui ce que celui que j’ai aimé à essayer de me dire à la fin de sa vie.
    Grâce à vous je comprends encore plus. Merci. Je vous admire.

  90. Cher monsieur Axel Kahn ou Axel le loup, je découvre votre blog grâce à l’émission « la grande librairie ». Votre passage était extraordinairement Magnifique ; Profondément touchant et émouvant ! J’en profite pour vous dire qu’en 2018 j’ai commencé le Chemin de Compostelle. Pour me mettre en route, j’avais lu votre lire « Pensées en Chemin » . Je vous avoue que lorsque je marche je pense souvent à vous. Cette année, j’espère arriver à Santiago, je penserai bien à vous là-bas. Merci pour Monsieur Axel Kahn, ou Axel le loup, pour votre Humanité, vous êtes vraiment un type bien, 😉

  91. Si nos pensées , jointes à celles de vos aimés, se pouvaient vous être anti douleurs , vous seriez sur les chemins que vous affectionnez tant . A l’aube du Tour de France j’envisage que votre regard se glisse en chacun des paysages de beautés qu’il traversera , disséminant myriades de pas de fleurs d’été. Mes plus respectueuses pensées .

  92. merci à « ce type bien » pour ce formidable message d’Humanité délivré à La Grande Librairie qui m’a émue aux larmes…Un lien ténu de ce fil d’Ariane s’est accroché à moi pour continuer sur ce dur sentier de la Vie que j’ai toujours cherché à suivre de mon mieux avec toute mon humilité, c’est ainsi qu’on devient éternel en restant aux côtés de ceux perdus dans ce grand labyrinthe de la Vie…Déjà à vos côtés avant ce message car l’Humanité et Sa souffrance ne me laissent jamais indifférente, j’aimerai simplement vous dire MERCI et encore MERCI pour votre Humanité!

  93. Merci ¨Pr Axel Kahn, OUI vous êtes « un type bien », un médecin réputé qui avez toujours gardé l’humain au centre, répondant aux plus petits d’entre nous. Vous vous êtes dévoué à La Ligue et je fus très émue de vous entendre me répondre lors d’une permanence téléphonique un jour d’avril 2020. J’étais désemparée face à l’abandon de mon père atteint d’un cancer en 1ère vague covid et vous m’avez répondu de tout faire pour l’envoyer en soins palliatifs. Les autres médecins n’y ont pas accédé; malheureusement , cause protocoles… Mais je garderai toujours comme une lueur d’espoir, pour un monde meilleur; votre accessibilité de médecin humaniste et rare. Merci beaucoup d’y avoir consacré votre vie. Vos écrits resteront des guides précieux. Vous avez parfaitement honoré la mémoire de votre cher père. Bon courage Axel.

  94. Toutes mes pensées vont vers vous en espérant que vous ne souffrez pas, que vous êtes apaisé par les marques d’affection, de sympathie et de communion qui vous entourent. Je pense à vous. Tendrement, avec vous. Allez, bien, sans crainte, mais sans hâte… On aimerait tant vous garder et vous embrasser de nos pensées les plus douces, les plus fidèles à ce que vous êtes. Mille baisers …

  95. Cher Monsieur Kahn
    Vous êtes aimé, rien d’autre n’a d’importance.
    Respect et admiration.❤️❤️❤️

  96. Axel le loup, grâce à vous, j’ai redécouvert cet émouvant poème la mort du loup d’Alfred de Vigny…
    Je reconnais bien là, la force de votre esprit et le transfert de la souffrance vers des Totems complices. Ils prennent provisoirement les douleurs et vous renvoient leurs forces.
    Vous écouter et vous lire m’amène à me questionner sur le sens de la vie,le sens de l’action. Le monde a besoin de types biens comme vous.
    Je comprends aussi ceux que çà dérange, ceux qui regardent votre doigt quand vous leur montrez la lune.
    On ne peut leur en vouloir car ils se trompent de combat.
    Merci d’éclairer ma lanterne, je m’aperçois que la lumière n’était pas à tous les étages.Mon esprit ne sera plus jamais en berne, grâce à vous et à votre héritage.
    Merci , Je hais cette maladie

  97. Comme nous le recommande Montaigne, ne troublons pas la vie par le souci de la mort! « La mort est bien le bout, non pas le but de la vie. C’est sa fin, son extrémité, non pas pour autant son objet. » Essais, III, 12.
    Telle est aussi la position d’Axel Kahn, lucide et sans illusions, qui, en homme de science, de l’art médical, a exploré la vie sous toutes ses dimensions: physiologique, psychologique, sociale, humaine… Et a su non seulement la préserver chez beaucoup mais l’exalter, en chanter la beauté.
    Par son témoignage suivi de ces dernières semaines, il dit avec une authenticité poignante son expérience de combat pour le bonheur de l’instant, contre la douleur, pour garder l’idéation et l’expression verbale.
    Ce qui est touchant aussi, c’est ce coeur d’enfant intact en lui, d’enfant fidèle à son père, aux lieux de son enfance, à la fleur la plus simple, à la spontanéité des élans d’amour, à l’émerveillement…
    Sage au sens antique (savant et moral), chercheur, actif, créatif, Axel Kahn a su garder la fraîcheur de l’enfance. C’est peut-être cela qui touche chacun, au plus intime de soi.

  98. Monsieur Khan, J’ai perdu il y a quelques mois mon mari parti après avoir lutté avec force et courage contre un cancer qui ne lui a laissé aucune chance. Il était et il est mon amour, mon ami, mon socle. Nous avons traversé toutes ces épreuves ensemble , j’ai essayé d’être là, le mieux possible. Depuis 2 ans je n’ai pas versé une larme, ma douleur est là bien ancrée et contrôlée. Lire votre blog me permet de pouvoir enfin verser ces larmes. Merci pour vos mots qui me bouleversent et m’apaisent. Bravo pour votre courage, votre dignité et vos messages forts. Mon mari a fait le choix de partir dignement. Le monde de l’hôpital est dur et le dialogue avec les médecins parfois compliqué mais mon mari a été entendu. J’ai du le laisser partir mais il est parti sans toute cette souffrance qui était devenu sa compagne. Je suis de tout cœur avec vous et les vôtres. Merci

  99. Bonjour Monsieur Khan,
    Que rajouter devant tant d’éloges si bien formulés et mérités ! Je vous ai toujours admiré Monsieur…Vous portez la bonté sur votre beau visage que j’aime et qui est inoubliable. Votre passage à la grande librairie fut éblouissant ; vos paroles sages empreintes d’intelligence et de poésie. .. j’ai pleuré ! J »ose vous dire, Monsieur, que je vous aime et vous remercie du fond du coeur d’exister… Oui d’exister .. car vous serez toujours dans nos coeurs… ayant moi même, l’épée de Damoclés sur ma tête, en ce moment, vous me redonnez espoir et courage d’affronter également l’inéluctable. Merci.

  100.  » l’expérience même l’atteste chaque jour par des témoignages si clairs que presque tous répètent : l’homme est un Dieu pour l’homme.Il est rare cependant que les hommes vivent sous la conduite de la Raison (…) »
    Spinoza , Ethique, Partie IV (De la servitude de l’homme , ou des forces des affections )

  101. Ainsi ,  » l ‘ homme est un Dieu pour l’homme. « Bien que  » peu d’hommes vivent sous la conduite de la Raison »…

    …Alors que les loups (Alfred de Vigny le suggère ) vivent et agissent (et meurent ) toujours suivant la nécessité de leur propre nature , sociable elle aussi : cherchant ce qui est le plus utile non seulement à eux-mêmes , mais à leurs louveteaux et aux autres loups . Simplement.

    J’espère ne pas trahir le sens de votre message
    en l’interprétant ainsi , car je le trouve très beau , Axel le loup !

  102. Cher Monsieur Khan,
    Vous êtes sans aucun doute un homme Bien, un homme Très Bien. Je vous admire et vous accompagne avec force. Merci pour Tout. Je suis de tout cœur avec vous et vos proches. Que le Meilleur soit.

  103. Douce nuit, de beaux rêves par milliers. Belle divagation sous le ciel étoilé à bord de votre tapis volant …

    Merci beaucoup pour tout ce que vous avez déjà accompli et pour votre combat actuel – ô combien légitime ! – contre la douleur. Vous prenez soin de préciser que vous luttez contre la vôtre et celle des autres. Altruiste et humaniste, encore et toujours, en toute circonstance…

    Merci cher Loup combatif !

  104. Rien d autre à ajouter à tous ces magnifiques commentaires ! Un grand merci Mr Axel Kahn ! Vous êtes un type bien !

  105. Monsieur le professeur , marcher jusqu à toucher l horizon , demain entre saint Vivien et saint Jean baptiste , franchissement de trois croix de chemin , arrivée au chemin des sources et ce petit nuage qui serpente à l horizon portera tout le respect et l admiration que je vous porte et beaucoup de douceur pour vous et vos proches . Si saint Vivien sonne le La , nous écouterons ensemble la note mystérieuse de saint Jean baptiste qui dévoile son clocher d entre les arbres à la fin de la marche . Pensées pour vous . Merci pour tous vos ecrits qui donnent tant à réfléchir pour essayer d être un peu plus raisonnable et humain .

  106. Que de belles déclarations de sympathie, de reconnaissance, d’amour, toutes empreintes de respect et d’admiration ! Puissent ces mots vous permettre de vous défaire – au moins quelques instants- de vos cruelles douleurs. Puisse votre démarche venir en aide à ceux qui souffrent. Pas une seule journée ne s’écoule sans que je ne pense à vous. Vous avez donné vie, oui, donné vie, à un océan d’humanité et de beauté. Et je viens m’y abreuver quotidiennement car lire tous ces messages me donne foi en l’homme. Vous m’aidez aussi à comprendre les derniers instants de mes chers disparus qui ont marché dans les pas douloureux de la maladie et vous me donnez des clés pour ma vie future. Merci d’être là.

  107. Que souhaiter d’autre à un type bien qu’une belle journée, d’être nimbé de l’amour des siens et que la vie qu’il aime tant lui offre mille et une petites occasions d’être intensément heureux ?

    Merci à vous d’être ce que vous êtes : quelqu’un de bien. Et c’est tellement rare…

    Puissiez-vous aujourd’hui encore maîtriser la douleur !

    Très belle journée à vous cher Loup combatif !

  108. Cher Axel, la suite … en 3 épisodes …

    Ainsi, lorsque Dieu Appelle, c’est Hors du temps !
    … et vous pourrez concevoir plus facilement que Dieu est toujours là à vous Appeler.

    Mais alors pourquoi ? pourquoi Soeur Simone a cet avantage d’avoir la foi que vous, vous n’avez jamais retrouvée ?

    PREMIER ECLAIRAGE : le récit Biblique de SAMSON ET DALILA (Livre de Juges 13.1 ; 16.31) récit de nos Anciens dont le seul but est d’aider à comprendre comment Dieu agit, car eux, les Anciens, L’avaient « expérimenté » :

    Après avoir livré Israël aux mains des Philistins pendant 40 ans en conséquence de leurs fautes, le temps venu, Dieu voulu libérer Israël de sa domination et pour cela fît naître le préposé libérateur Samson dans le sein d’une femme stérile qui reçut cette révélation par un Ange :

    Samson sera « voué à Dieu dès le sein de sa mère et jusqu’au jour de sa mort », devra obeïr à ce que « le rasoir ne passera pas sur sa tête » (afin de respecter la consécration à Dieu selon la loi de son peuple Naziréen) et « entreprendra de sauver Israël de la main des Philistins. »

    Samson naît et grandit. Une force surhumaine se développa en lui qu’il doit à sa longue chevelure.

    [ Curieux : déjà Dieu ayant livré Israël aux Philistins pour les châtier aurait très bien pu anéantir ces derniers par une catastrophe naturelle (déluge…) pour libérer Israël.
    MAIS NON Dieu A Choisi de faire participer l’Homme à la libération de son peuple.
    Et pour montrer à Israël que Dieu se Tenait toujours à ses côtés, IL Choisit de faire un miracle : faire naître le libérateur d’une femme stérile … ce n’est pas le choix de la facilité pour un humain mais ce fut le Choix de Dieu ! ].

    Samson aimait son Dieu et sachant le plan de Dieu sur lui , toute sa vie il souffrit de ne pas comprendre comment il devait procéder pour libérer Israël malgré ses inombrables supplications auprès de Dieu.

    Aussi, impatient, toute sa vie il va accumuler des erreurs et rester sourd aux signes discrets que Dieu lui envoyait :

    Notamment la trahison de son épouse ne l’a pas mis en garde d’une prochaine trahison bien plus grave lorsqu’il délivra le secret de sa force à une femme séductrice Dalila envoyée par les Philistins pour le désarmer.

    Il va entreprendre des luttes envers les Philistins qui non seulement ne libérent pas Israël mais durcirent son coeur où la haine va finir par s’installer et l’éloigna de la confiance en Dieu.

    Trahi par Dalila, les Philistins captivèrent Samson, lui crevèrent les yeux et l’enfermèrent.

    [ d’un point de vue humain, jusqu’ici ce fut un échec total … mais où était donc passé Dieu ayant permis une telle abomination pour son préféré ? ]

    Alors se produisit l’inattendu : Samson se mit à avoir la foi :

    Samson était aveugle mais « voyait » avec les yeux de la foi…

    [ toute sa vie il était croyant mais n’avait pas la foi ]

    Et ses cheveux petit à petit repoussaient et petit à petit sa force revint, à l’insu des Philistins.

    C’est alors que, à quelques minutes de la fin de sa vie, Samson allait réaliser le plan de Dieu sur lui, le plan pour lequel Dieu l’a fît naître :

    Les Philistins le firent sortir du cachot pour les divertir lors d’un sacrifice à leur dieu Dagon, Samson placé entre deux colonnes implore Dieu de le rendre assez fort, et Dieu répondit instantanément à cette créature pleine de foi :

    Samson écarte les colonnes du palais à mains nues afin de le faire s’écrouler et tue ainsi avec lui plusieurs milliers de Philistins. Et c’est fut fini pour eux et Israël fut libéré.

    Le plan de Dieu se réalise, toujours.

    « DIEU ECRIT DROIT AVEC DES LIGNES COURBES ».

    Quelque soient nos accidents de vie, nos erreurs, nos manquements, nos incompréhensions, nos désespoirs, notre impatience, notre culpabilité mal placée, nos espoirs déchus, notre parcours de vie, le plan de Dieu se réalise sur nous et avec nous si on le souhaite et ce jusqu’à notre dernier souffle. Ce n’est pas humainement possible c’est Divin. LE CROIRE POSSIBLE C’EST CA LA FOI, alors tout le reste suit …

    ==> ÉCOUTE, Israël [ Chemaʿ Yisrā’ël ] Deutéronome 6:4

  109. Bonjour cher Monsieur Khan,
    Je vous ai écrit, il y a quelques jours, en rejoignant les innombrables messages d’amour à votre endroit. Je ne pensais pas y revenir, mais ll se trouve que ma pensée ne vous quitte pas. Aujourd’hui, déjeunant avec des amis, vous fûtes « l’objet » de notre conversation ! Unanimement, nous avons parlé de l’homme bien que vous êtes.Je ne me résous pas à l’idée de votre départ…
    Et si, miraculeusement, ce déferlement d’amour que l’on vous témoigne, fera reculer cette idée insupportable !…
    Accrochez vous, Cher Monsieur, nous vous tendons la main afin que vous ne tombiez pas. Nous avons besoin de vous.
    Respectueusement vôtre.

    • Je partage complètement ce message. Idem chez nous ce midi au déjeuner ! Ma fille cadette m’a interrogée sur mon attention à Axel Kahn, la maladie, l’entretien de La Grande Librairie. Ce fut une joie de répondre, de donner des précisions, d’expliquer, de dire ce que j’avais lu et visionné. Et cela lui a paru tout-à-fait en phase avec ce qu’elle a elle-même saisi du médecin généticien, humaniste qu’elle avait écouté et qui l’avait intéressée. Elle aura 20 ans dans un peu plus d’un mois. Toutes mes pensées vous accompagnent, quoi qu’il en soit, et s’ajoutent aux nombreuses pensées de vos proches aimants auxquels je pense aussi évidemment.
      Je suis en cours de lecture de Etre humain, pleinement.
      Très respectueusement avec vous.

  110. Douces pensées cher loup …que votre tapis volant vous envole vers des contrées apaisées et apaisantes .Votre chronique nous manque

  111. « Sortez, sortez de ces lieux, soucis, chagrins et tristesse
    Venez, venez ris et jeux, plaisirs, amour et tendresse »
    Pour que la pièce soit un chef-d’œuvre, Molière a quelques conseils…

    Que la nuit qui tombe doucement sur Paris éloigne les tracas, les pensées sombres et la triste douleur et guide avec délicatesse votre tapis volant vers vos jolis souvenirs, des éclats de rire, de menus plaisirs, de grandes amours et une infinie tendresse.

    Bonne nuit, cher Loup !!!!

    P.S. : Si vous saviez à quel point vos écrits sont précieux ! Votre intelligence pétillante, votre humour, votre générosité et votre humanisme tressent un fil d’Ariane bien utile dans le labyrinthe de la vie…

  112. Cher Axel Kahn,
    Vous qui nous accompagnez de vos recherches, de vos interventions depuis si longtemps, vous qui nous éclairez depuis tant de temps, vous qui êtes devenu un appui, une référence, merci de nous laisser vous accompagner à notre tour comme un ami cher. Merci pour cette générosité.
    Dans l’Egypte ancienne on dit que quelqu’un meurt quand son nom n’est plus prononcé. Alors, vous serez parmi nous pour encore bien longtemps !

  113. Cher Professeur,
    Être de passions, de la Beauté comme de la Vie, en écho au choix de votre fond d’écran, je vous adresse, pour apaiser votre corps endolori, mes salutations rayonnantes de l’un de vos “six coups de cœurs” de voyageur.

  114. Cher Professeur,
    Être de passions, de la Beauté comme de la Vie, en écho au choix de votre fond d’écran, je vous adresse, pour apaiser votre corps endolori, mes salutations rayonnantes de l’un de vos “six coups de cœurs” de voyageur.

  115. Aux pieds de la Dame de Fer,
    Les chevaux galopent,
    Leur souffle vous porte vers l’Ether,
    Secret Interlope,
    C’est HELENE qui leur a dit

  116. Que votre journée soit douce.
    Qu’à portée de votre main, les petits bonheurs de la vie se laissent cueillir.
    Que la douleur se tienne tranquille.
    Que l’amour et la tendresse accompagnent délicatement les divagations d’Axel Le Loup, sur sont tapis volant.

  117. Cher Loup amoureux des chevaux,

    Voici un petite anecdote qui m’a amusée et que j’ai eu envie de partager avec vous. Peut-être la connaissez-vous déjà, peut-être aurez-vous la force de la lire (ou que quelqu’un vous la racontera)…

    Billy Wilder, désormais boudé par la critique et les producteurs, partage un repas au restaurant avec un très influent producteur hollywoodien.
    Le cinéaste explique alors qu’il souhaiterait réaliser un film sur Vaslaw Nijinski.
    Face à l’ignorance du producteur, Billy Wilder indique que Nijinski est un ukrainien, génie de la danse, qui les 30 dernières années de sa vie a sombré dans la folie et se prenait pour un cheval.
    Le producteur est horrifié. Un danseur qui sombre dans la folie… Impossible de produire un tel film !
    Billy Wilder lui répondit alors que, dans son film, l’histoire se terminerait bien. « Happy end » hollywoodien oblige ! Nijinski gagnerait le Kentucky Derby…

    Belles divagations sur votre tapis volant ou au triple galop !

    • Franchement, qui que vous soyez, vous vous ridiculisez dans ces commentaires.
      Vous jouez les érudits et vous croyez impressionner, mais votre discours est confus, noyé sous un amas de mots sans aucun sens, qui ne sont plus reliés entre eux que par votre malsaine volonté, mais certainement pas par votre syntaxe douteuse.
      Vous n’avez même pas une once de respect pour autrui.
      Retournez à l’école, réapprenez la vie, et surtout allez voir ailleurs. Ici c’est le cercle de la bienveillance et ce qui est putride, c’est vous. Tout ce que vous pouvez déblatérer nous passe au-dessus de la tête.

  118. Plus le corps se moisit, plus les nocicepteurs sont actifs et les deux fibres (haut-débit et débit lent) vont communiquer par la fente synaptique.

    Même si nociceptif post-synaptique sera moins intense avec l’opium, l’inhibition chimique finit par inhiber même les synapses inhibitrices … et « l’excitation » continue des terminaisons post-synaptiques va démoduler la distribution…

    Les cortex vont décoder comme partout et intenses les messages de douleur.

    C’est dans le sommeil, que les fonctions dont celles de l’hypothalamo-hypophysaire vont compenser l’apport de cette susbtance exogène. Le gaba faible aura aussi pour effet durant les nuits, dans le sommeil et l’éveil, des grandes poussées de stress, de lucidité entre séquences.

    Là est l’injonction de la Conscience.

    Un moment excellent, réceptif où le scientisme n’a plus lieu et laisse place au métaphysique : le moment où les personnes à qui l’on a fait grand mal, mortes dans des douleurs effroyables, torturées par indélicatesse, souffrantes de faux espoirs et de protocoles de rat de laboratoire, souffrantes de n’avoir pu revoir leurs proches, écoeurées d’avoir été utilisées à des desseins peu glorieux, viennent et reviennent hanter le moribond.

    La souffrance infligée est rendue au quintuple.

    Le cortex cinglé agitera l’émotionnel des douleurs, insulaire l’autre veillera au maintien de conscience dans la démence.

    Chaque nuit sera la hantise puis les sursauts de conscience et la visite des ombres.

    La métaphysique va balayer la farce, les axiomes et les blasphèmes scientistes. Caïn viendra m’implorer, me supplier de considérer son reste d ‘âme et son enveloppe charnelle moisie et putride.

    Vous serez terrorisé par moi, la Mort et mes servants : la conscience, la douleur, la peine, le regret, le chagrin, l’amour…

    La Mort, cette belle Inconnue, versant de la vie connue.

  119. Cher Axel Kahn,

    à propos de votre post « LA DOULEUR ET LA VIE. LA DOULEUR ET LA MORT. » du 19 juin : vous avez écrit :
     » La douleur est, chacun le sait, la grande question des derniers épisodes de la vie, elle est redoutée. Exceptionnels sont les grand mystiques qui la revendiquent pour accroitre leurs chances d’accéder à la félicitée des divers paradis religieux, par imitation de Jésus dans les religions chrétiennes. Le martyr a cessé dans la plupart des interprétations modernes des religions d’être une garantie du rachat des fautes sinon inexpiables. Pour les chrétiens, la passion de Christ n’exige aucune imitation  autre celle des préceptes des évangiles pour bénéficier du rachat du péché originel, et encore ce rachat est-il universel et inconditionnel. Du moins devrait-il en aller toujours  ainsi. »

    Je dois vous dire que le Seigneur Jésus n’a jamais eu besoin d’accroître Ses chances d’accéder à la félicité d’un paradis religieux, car Il est uni avec Dieu Lui-même et Il était dans le Paradis avant que le monde n’existe :

    « Maintenant, Père, révèle toi-même ma gloire auprès de toi en me donnant la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. » (Jean 17 : 5)

    C’est par amour pour les humains que Jésus a souffert pour eux … 

    D’après la Bible, ce n’est pas le rachat du péché originel qui est offert aux humains, mais le rachat des péchés individuels de chacun. Dieu ne tient personne responsable du péché originel, sauf ceux qui l’ont commis. Mais tout humain a besoin du pardon de Dieu pour ses péchés, et ce pardon ne peut pas être obtenu par de bonnes œuvres, ni par la souffrance;  il ne peut être accordé que par la grâce de Dieu, par l’intermédiaire de la foi en Jésus-Christ, qui a Lui-même souffert pour payer pour les péchés de chacun.

    « En effet, c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne puisse se vanter. » (Ephésiens 2 : 8-9)

    Pour recevoir cette grâce de Dieu, il faut d’abord croire que Dieu existe, croire qu’Il a envoyé Jésus-Christ, Son fils bien-aimé, pour payer pour les péchés des humains, et se repentir de ses péchés, vouloir s’en détourner, demander pardon à Dieu, vouloir devenir Son enfant, et Lui demander de venir dans son cœur, car c’est par la force du Saint-Esprit en soi que l’on peut résister à la tentation du péché et être plein des bénédictions spirituelles de Dieu, qui rejoignent tellement les images de fleurs et de montagnes que vous aimez …

    Chacun a son libre-arbitre pour faire ce choix. Il n’y a de preuve ni de l’existence de Dieu, ni de Son inexistence. L’athéisme est une croyance.

    Amitiés

    Raphaël

  120. Monsieur,
    Je viens de sortir de ma bibliothèque les deux ouvrages relatant vos marches à travers la France, et je m’en délecte. Vous m’avez dédicacé l’un deux lors de la fête du livre de Toulon, ce qui ajoute une grand valeur à la qualité du contenu qui m’a enchanté. Je suis très fier de cette dédicace
    Ancien marcheur « au long cours » et ancien médecin, je ressens devant votre abnégation une immense admiration. Les « Chemins » que nous avons parcourus sont derrière nous et nous laissent de merveilleux souvenirs. Celui qui est devant nous est court et inconnu; notre seule certitude est sa brièveté, mais aussi une incertitude: où nous conduira-t-il?
    Quelle belle vie fut la vôtre!
    Puissent les antalgiques vous permettre de quitter ce monde que vous avez tant aimé et tant aidé dans la paix de l’âme et du corps entouré de votre grande famille

  121. Cher monsieur Kahn
    S’il n’y a qu’une chose à retenir, une chose à garder précieusement en mémoire c’est à quel point vous êtes aimé. Vous êtes aimé d’un amour inconditionnel, par vos chers proches et aussi tous ceux qui vous lisent, dont je fais partie. Vous êtes aimé, ce n’est qu’un au revoir, comme dit la chanson, vous êtes aimé, rien d’autre n’a d’importance, vous êtes aimé et resterez dans nos coeurs quoi qu’il advienne. Vous êtes aimé.
    Meilleures salutations.

  122. Cher Axel, la suite …

    Mais alors pourquoi ? pourquoi Soeur Simone a cet avantage d’avoir la foi que vous, vous n’avez jamais retrouvée ?

    DEUXIEME ECLAIRAGE : « Marthe et Marie », Luc (10:38-42)

    38 Chemin faisant, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut.

    [ Dieu passe et Marthe accepte de le recevoir pour un instant dans sa vie en lui ouvrant sa porte … ]

    39 Elle avait une sœur appelée Marie qui, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.

    [ Sa soeur Marie est à l’ ECOUTE de Dieu qu’elle reconnait dans son coeur et s’arrête pour L’écouter comme un enfant écoute la voix de son père ]

    40 Quant à Marthe, elle était accaparée par les multiples occupations du service.

    [ Marthe est dans l’ACTION, elle s’active pour recevoir son hôte et pense avoir mieux à faire que de l’écouter ]

    Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien que ma sœur m’ait laissé faire seule le service ?

    [ Marthe tente de rallier autrui (ici Jésus) à sa cause afin de légitimer le choix qu’elle a fait … ].

    Dis-lui donc de m’aider. »

    [ Faute d’avoir écouté, Marthe impose son point de vue à Dieu et l’enjoint de l’exhaucer (un peu comme dans nos prières en fait) ]

    41 Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu te donnes du souci et tu t’agites pour bien des choses.

    [ Le Seigneur essaie avec délicatesse de dire à sa créature qu’il existe une voie plus simple et moins fatiguante que la voie empruntée par Marthe dans sa vie ]

    42 Une seule est nécessaire.

    [ Ici Jésus va préciser l’ordre des priorités ]

    Marie a choisi la meilleure part, elle ne lui sera pas enlevée. »

    [ non seulement Marie a fait le bon choix d’écouter la parole de Dieu avant d’agir mais en plus elle sera confortée dans son choix par Dieu lui même et la vie de Marthe en sera facilitée ]

    La toute puissance que l’Homme s’octroie en décidant seul laisse peu de place à Dieu d’agir dans nos vies, à nos dépens, c’est le prix de notre liberté, voulue par Dieu, qui est totale.

    Ceci étant c’est bien dans l’agir ici et maintenant que nous sommes attendus, pour peu qu’on ait pris soin d’écouter auparavant ce que Dieu Attend de nous.

    => Écoute, Israël : le Seigneur notre Dieu est l’Unique. (Dt, 6:4)

  123. Cher Loup, amoureux des cavalcades et grandes chevauchées,

    Une autre petite anecdote. Louis XIII était, comme tous les monarques, passionné par la chasse. Il ne voulait surtout pas que sa monture soit freinée dans son élan. Un jour, il se lia d’amitié avec son écuyer car celui-ci avait compris qu’en présentant les chevaux tête-bêche, il était plus simple de changer de monture. C’est ainsi que Claude de Rouveroy devint Duc de Saint-Simon (père du célèbre mémorialiste).

    Belle cavalcade, belle chevauchée sur votre tapis volant. Que votre nuit soit douce, apaisée et reposante pour que vous puissiez profiter encore et encore de l’amour des vôtres et de leur tendresse. Profiter des choses simples, des choses de la vie. Saluer la beauté du monde.

    Bonne nuit, Axel, Le Loup !!!

  124. Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique Jésus afin que quiconque croit en lui ne périsse point mais qu’il ai la vie éternelle. Jean3:16. C’est très important de faire la paix avec Dieu de notre vivant pour qu’il vienne habiter en nous par son Esprit-Saint. C’est le seul moyen pour être accepté dans son royaume car il est réservé aux hommes de mourir une seule fois après quoi vient le jugement. Prière: Seigneur je te demande pardon pour tous mes péchés, mes fautes, mes manquements, mes imperfections, mes légèretés et mes égarements. Daigne me laver dans ton précieux sang de toutes souillures de la chaire et de l’esprit. Sanctifie- moi et met moi à part pour toi. Merci Seigneur de faire de moi ton enfant et de m’accepter dans ton royaume. Désormais tu es mon sauveur et mon maître. C’est à toi seul que revienne la gloire, l’honneur, la puissance et le règne aux siècles des siècles. Amen

  125. Je voulais absolument vous dire combien vous êtes une lumière pour moi, depuis longtemps. Vos propos, d’une sagesse impressionnante, m’ont toujours été d’une grande aide, dans ma réflexion sur notre société, notre monde, notre humanité.
    Oui, vous êtes un type bien, un de ces êtres dont nous aurons eu la chance de croiser le chemin, via les médias et les livres. Je vous remercie, du plus profond de mon cœur, de continuer, quoiqu’il en soit, et de braver la douleur, à vous adresser à nous et à rester d’une dignité implacable et d’une détermination farouche devant cette sale maladie, que vous défiez, encore, avec toute votre énergie.
    Merci d’être celui que vous êtes. Merci de tout ce que vous nous avez partagé, jusqu’à votre douleur. Prenez soin de vous. Si les forces de l’esprit existent, sachez que nous sommes, par la pensée et par le cœur, tout proches de vous, et que nous vous accompagnons dans cette ultime épreuve. Merci, Monsieur Kahn. Vous resterez toujours un guide, pour le chemin qui nous reste à faire. Avec mon infini respect, je vous souhaite de profiter des vôtres jusqu’au bout et de souffrir le moins possible.

  126. Bonjour Monsieur,
    J’ai pu regarder en replay votre interview, je vous remercie pour votre présence et vos mots, qui touchent nos âmes avec justesse. Ces petits bonheurs du quotidien qui font que la vie est belle et l’importance de l’action pour avancer.
    je vous souhaite la meilleure fin de vie possible entouré de vos proches.

  127. A vous, Axel Kahn
    « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi »Paul de Tarse. « Le Christ s’est fait homme pour que l’homme devienne Dieu » Irénée, Athanase…
    Un grand Monsieur, vous êtes Axel Kahn, vous aimez la Vie !
    MERCI
    Cette petite graine déposée au plus profond de notre cœur, elle attend de croître.
    Avec l’action de la Grâce, par une lente digestion de ces énergies fondatrices de notre être mais qui ont été dévoyées, ces « maladies de l’âme », faisons naître en nous ce Fils de l’Homme qui est Amour; jusqu’à pouvoir dire avec Hallâj « Dieu est tout en moi, Dieu m’a envahi… de moi il ne reste que mon nom », UNIQUE……..AD VITAM AETERNAM

  128. Cher Axel, la suite …

    Mais alors pourquoi ? pourquoi Soeur Simone a cet avantage d’avoir la foi que vous, vous n’avez jamais retrouvée ?

    TROIXIEME ECLAIRAGE : “Le fils prodigue”, Luc (15:11-32)

    A ne pas confondre avec le fils prodige (surdoué), le fils prodigue est celui qui dilapide son bien (donc de façon excessive et désordonnée).

    Nous sommes TOUS des fils prodigues … naissant avec une innocence, un coeur d’enfant capable d’entendre Son Créateur à chaque instant, aucun a priori et une absence totale de jugement … qui rend la vie facile, joyeuse et sympathique.

    puis on prend son envol, la vie se charge, parfois lourdement, de nous faire rentrer dans notre coquille, de nous protéger des autres .. voire de nous même …

    on se débat, seul, on s’endurci pour survivre et paraître quelqu’un de bien qui sait faire les bons choix et qui mérite à la sueur de son front.

    jusqu’à ce qu’on fasse  » LA  » rencontre avec notre Créateur et alors le plan qu’Il A sur nous devient clair et cette quête d’absolu tout azimuts cesse pour s’ordonner naturellement vers ce pour quoi nous sommes fait.

    Et L’Amour Reprend ses droits sur nous, sans s’imposer et en magnifiant notre vie et, de fait, celles des autres !!!

    Des témoignages par millions existent,  » LA  » rencontre n’est pas / plus réservée aux consacrés.

    Il suffit JUSTE de le VOULOIR, comme le fils prodigue qui comprend que le mieux qu’il a à faire est de revenir vers Son Père.

    Il se sent indigne et pense être jugé, châtié, rejeté …

    LE PLUS GRAND ENNEMI DE L’HOMME NE SERAIT-CE PAS LUI-MEME ?

    Son Père qui Attendait patiemment le retour de son fils prodigue en toute liberté, en silence, le devance et le couvre d’honneurs !!!

    Oui, car son fils « était mort ( = spirituellement ) et il est revenu à la Vie ( = en Dieu ) » !!!

    La jalousie s’empare alors de son propre frère qui lui était resté près du Père tout ce temps là et qui n’a jamais profité de tous ces honneurs …

    Le père répondit au frère : « Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi ».

    Mais que cherchons-nous de plus que les Biens du Père Eternels ?!

    Voici cette magnifique parabole : c’est l’histoire d’un père, l’incarnation de Dieu, et de ses deux fils, la représentation, comprend-on, de l’Humanité.

    11 Jésus dit encore : « Un homme avait deux fils.

    12 Le plus jeune dit à son père : “Père, donne-moi la part de fortune qui me revient.” Et le père leur partagea ses biens.

    13 Peu de jours après, le plus jeune rassembla tout ce qu’il avait, et partit pour un pays lointain où il dilapida sa fortune en menant une vie de désordre.

    14 Il avait tout dépensé, quand une grande famine survint dans ce pays, et il commença à se trouver dans le besoin.

    15 Il alla s’engager auprès d’un habitant de ce pays, qui l’envoya dans ses champs garder les porcs.

    16 Il aurait bien voulu se remplir le ventre avec les gousses que mangeaient les porcs, mais personne ne lui donnait rien.

    17 Alors il rentra en lui-même et se dit : “Combien d’ouvriers de mon père ont du pain en abondance, et moi, ici, je meurs de faim !

    18 Je me lèverai, j’irai vers mon père, et je lui dirai : Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi.

    19 Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. Traite-moi comme l’un de tes ouvriers.”

    20 Il se leva et s’en alla vers son père. Comme il était encore loin, son père l’aperçut et fut saisi de compassion ; il courut se jeter à son cou et le couvrit de baisers.

    21 Le fils lui dit : “Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils.”

    22 Mais le père dit à ses serviteurs : “Vite, apportez le plus beau vêtement pour l’habiller, mettez-lui une bague au doigt et des sandales aux pieds,

    23 allez chercher le veau gras, tuez-le, mangeons et festoyons,

    24 car mon fils que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé.”

    Et ils commencèrent à festoyer.

    25 Or le fils aîné était aux champs. Quand il revint et fut près de la maison, il entendit la musique et les danses.

    26 Appelant un des serviteurs, il s’informa de ce qui se passait.

    27 Celui-ci répondit : “Ton frère est arrivé, et ton père a tué le veau gras, parce qu’il a retrouvé ton frère en bonne santé.”

    28 Alors le fils aîné se mit en colère, et il refusait d’entrer. Son père sortit le supplier.

    29 Mais il répliqua à son père : “Il y a tant d’années que je suis à ton service sans avoir jamais transgressé tes ordres, et jamais tu ne m’as donné un chevreau pour festoyer avec mes amis.

    30 Mais, quand ton fils que voilà est revenu après avoir dévoré ton bien avec des prostituées, tu as fait tuer pour lui le veau gras !”

    31 Le père répondit : “Toi, mon enfant, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi.

    32 Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !” »

    => « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche. » (Matt, 3:2)

    [ ici proche = proximité = à votre portée = ce n’est pas temporel ]

  129. Dans votre émission vous avez souvent le regard d’un adolescent passionné et heureux. Restez comme cela, restez avec nous comme cela le plus longtemps possible. @ bientôt

  130. Pour vous (Statistiques et popularité) :

    Prise en compte du renfort d’image, de crédibilité et de notoriété par les supports télévisuels et associatifs mass-market.

    Public ciblé et capté : 57.700 abonnés twitter
    Taux de conversion moyen en messages de compassion (701 dans les beaux jours) soit 1,21%

    Public connecté : 4.790.000.000 internautes dans le monde
    Taux de conversion moyen en messages de compassion (701 dans les beaux jours) soit 0,00001%

    Mais demain qui se souviendra d’Axel ? L’épitaphe ne serait-elle pas superflue ?

    Pour moi, la Mort, sans internaute ni quelconque support ou chiffre, Tous me connaissent et implorent ma compassion même ceux que certains humains nomment incongrûment les « puissants ».

    La Mort, cette belle Inconnue.

  131. « Jésus lui dit: «C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. »
    Jean 14 : 6

  132. Ce n’est plus l’heure des oraisons funèbres au soir d’une vie si bien remplie.
    Mais c’est le temps de penser à tous ceux qui vous ont entouré et qui vous ont accompagné, qui vous ont entendu sur ce chemin, pour faire de chaque pas une ouverture au monde et de ces derniers jours un apprivoisement de la mort.
    Mon mari, médecin, nous a dit aurevoir avec une sérénité et un naturel qui nous a impressionné :sacrée lecon de vie que de savoir accueilir la mort!

  133. https://youtu.be/8nPH5_Rys3o

    Quelques images du Cadre Noir de Saumur, si vous avez assez de force pour les regarder…

    La nuit se pare de sa robe étoilée. Belle divagation sur votre tapis volant. De beaux rêves, un sommeil réparateur, la douleur tenue en laisse, l’amour et la tendresse des proches.

    Douce nuit cher Axel, Le Loup !!!

  134. Belle et agréable journée, sans tourment ni douleur.

    Beaucoup d’amour, de tendresse, de joie, de grands bonheurs et de menus plaisirs.

    Qu’Axel Le Loup, soit heureux – intensément – et apaisé !

  135. Cher Axel,

    Par sa vie de prière, Soeur Simone se laisse traverser par la lumière de l’Esprit-Saint et c’est ce rayonnement que vous admirez en elle. C’est Jésus qui vit en elle.

    « Je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi.»
    Lettre de St Paul Apôtre aux Galates (2:20)

    De tout l’univers,

    « Jésus est le SEUL nom qui Contient la Présence qu’il Signifie  »
    ( CEC , Cathéchisme de l’Eglise Catholique)

    Jésus = Dieu Sauve

    Jésus : ce Saint nom CONTIENT à lui seul SA PRESENCE,

    cela signifie que si vous prononcez le Saint nom de « Jésus »,
    Jésus se rendra instantanément présent là à vos côtés.

    d’où une prière des plus simples :

    « Jésus »

    ou

    « Jésus, Aide moi »

    ou encore :

    « Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu Vivant, Prends pitié de moi, pécheur ». (prière orthodoxe)

    Soeur Catherine, quinquagénaire, actuellement ermite en France, explique qu’elle a reçu sa vocation à 27 ans en récitant en boucle cette prière conseillée par son patron qui lui dit faire fausse route de chercher son bonheur uniquement dans son travail et que « le bonheur qui comble était en Dieu » :

    « Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu Vivant, Prends pitié de moi, pauvre pécheur »

    Mais « Fils du Dieu Vivant » lui posait question, alors elle le supprima, ainsi que « pauvre pécheur  » ne se sentant pas du tout pauvre pécheur…

    Elle raconte :
    [Récits d’une ermite de montagne, Le Relié, 2019, page 10]

    « il se passa quelque chose d’étrange. J’avais beau faire attention, la phrase revenait à mon insu et à son état originel. Systématiquement .
    A tel point que je dus me rendre à l’évidence : la phrase avait une vie propre au delà de l’utilisation que j’en faisais.

    Je n’en étais pas maîtresse.

    Quelle curieuse impression de découvrir qu’à l’intérieur de soi quelqu’un de profondement intime pouvait mystérieusement se manifester.

    Et moi qui cru naïvement jusqu’alors qu’entre moi et moi, personne ne pouvait s’immiscer !

    Pas si simple … Je fis des tentatives méthodiques pour reprendre les choses en main. Tout de même ! Il suffisait d’être conscient de ce que l’on disait, non ? …
    Eh bien non.
    Il y avait toujours un moment d’abandon le plus infime … dans lequel la prière complète, reconstituée, en profitait pour se glisser.

    Incroyable. Il ne s’agissait pas d’une simple phrase ;

    dans cette invocation Dieu lui même semblait être présent, même si l’on commençait par se croire seul.

    Le Seigneur Jésus-Christ semblait donc extrèmement soucieux d’être prié en tant que Fils de Dieu, et de me voir reconnaître mon état de « pauvre pécheur ».

    C’était dérangeant, mais il y avait tant de douceur dans cette vie autonome de l’invocation que je me laissais faire.
    Quinze jours passèrent.

    Et brusquement, un jour que je prononçais silencieusement la prière (ou qu’elle se prononçait en moi…), elle disparut et je fus saisie, transportée, inondée et brûlée par un torrent d’amour enflammé.

    Je compris instantanément que Jésus-Christ était réellement Dieu, Dieu fait homme, qu’Il était Amour et qu’Il m’aimait moi personnellement.

    Mais cet amour n’était pas pas élitiste, cet amour ne me mettait ni à part, ni au-dessus des autres : car « chacun était les plus aimé ».

    Toutes ces certitudes s’inscrivirent en moi, et ne m’ont plus jamais quittées.

    C’était le tournant décisif de ma vie ».

    [Récits d’une ermite de montagne, Le Relié, 2019, page 11]

    https://rcf.fr/spiritualite/temoins-de-la-foi/soeur-catherine-ermite-depuis-25-ans-dans-les-alpes-du-sud

  136. Cher Monsieur Khan,
    Nous aimerions tant avoir de vos nouvelles ! Etes vous apaisé, lisez vous tous ces messages qui font chaud au coeur.
    Nous sommes sûr que vos proches sont auprès de vous, mais vous savez que des milliers d’inconnus (dont je fais partie) pensent à vous chaque jour ! Après, 2 messages que je vous ai adressés, les mots sont vains, restent une profonde affection et admiration que nous éprouvons tous pour vous avec un fol espoir d’avoir de meilleures nouvelles.
    Douce soirée,

  137. Douces pensées qui vous accompagnent le long de ce chemin du bout de la vie .Vous nous manquez cher loup si attachant ..en espérant que votre quotidien n’est plus fait de souffrance ,doucement l’envol se prépare ..par la pensée ,sommes avec vous

  138. https://images.app.goo.gl/My7Q4VFyUEBLL4ve7

    Peut-être aurez-vous la force d’admirer cette photo sublime d’un loup blanc prise par Vincent Munier… Pensée et petit clin d’œil à Axel, Le Loup, qui combat la douleur. Seuls les tortionnaires pensent que la souffrance est vérité et que tout le reste est sujet au doute. Merci encore d’avoir attiré l’attention sur la nécessité de prendre en charge la douleur et de la combattre.

    La nuit tombe sur Paris. Puissiez-vous être soulagé, apaisé et faire de beaux rêves sur votre tapis volant. Que la douceur, la tendresse et l’amour guident les divagations du Loup et lui permettent encore assouvir son goût de la vie.

    Belle et douce nuit !!!

  139. Belle journée à vous cher Loup ! Beaucoup d’amour, de tendresse et de douceur. De jolies surprises aussi. Que la douleur s’apaise pour vous laisser profiter des choses de la vie.

    Nous pensons très fort à vous.

  140. Mr KAHN,
    C’est avec émotion et une grande attention que j’ai écouté votre message diffusé dans La Grande Librairie.
    Je vous remercie de vos mots, de votre dignité et de votre combat passé et présent.
    J’essaierai d’être aussi digne que vous dans mon parcours de vie. Merci pour votre humanité.
    Bon voyage au Loup combatif et courageux, un exemple !
    Merci Monsieur KAHN…

  141. axel kahn, c’est bien de nous prêter l’accès à l’intimité de votre ressenti d’humain sur le départ.
    On est avide d’indices sur ce qu’on va tous vivre, sous telle ou telle forme..
    Ca m’évoque ce que pourrait être (les douleurs en moins) le journal d’un astronaute avant le départ d’une aventure spatiale.
    Vous êtes de ceux qu’on regrette, le temps qu’on est en vie…
    Merci pour ce partage.
    Que le voyage vous soit doux.
    Avec vous.
    Sophie

  142. Vos mots me, nous manquent … soyez paisible, nous pensons et penserons à vous où que vous soyez.

  143. À l’heure où les vacances deviennent un sujet de discussion entre collègues et/ou amis, comment ne pas penser à vos livres retraçant vos traversées de la France ? Nombreux sont ceux qui ont arpenté, en vous lisant ou en vous suivant sur les réseaux sociaux, notre si beau pays. Vous partagiez avec nous vos émerveillement, vos rencontres, vos réflexions. Et tout cela avec humour !

    La loi bioéthique vient d’être votée. Comment, là encore, ne pas penser à vous ? Vous qui preniez à chaque fois la parole (votre bâton de chemineau !) pour qu’une information scientifique de qualité soit donnée à chacun d’entre nous, pour qu’il puisse prendre part à la réflexion en toute connaissance de cause. Et toujours avec cette exigence d’être raisonnable et humain, cette injonction paternelle comme fil d’Ariane.

    Cher Professeur, cher Axel, cher Loup, merci de nous avoir fait partager votre savoir et vos interrogations. Vous nous tendiez un fil d’Ariane, à nous de nous en saisir…

  144. Le soleil se couche. L’heure des beaux rêves approche.

    Que la nuit sur votre tapis volant soit douce, reposante et apaisée.

    Que la douleur desserre sa mâchoire.

    Bonne nuit, faites de beaux rêves !!!

  145. J’écrivais des silences, des nuits,
    Je notais l’inexprimable.
    Je fixais des vertiges.

    Quelques mots d’Arthur Rimbaud, souvenirs de votre première diagonale, emmitouflé dans votre désormais célèbre cape rouge.

    Qu’aujourd’hui encore vous puissiez saluer la beauté du monde, sans cape rouge mais avec l’amour de vos proches et de ceux qui vous aiment et que vous aimez.

    Belle journée à vous cher Loup !!!

  146. Cher Axel,

    Textes de cette quinzaine :

     » Dieu n’a pas fait la mort … » ( Sagesse, 1-13 )

     » Dieu a créé l’homme pour une existence éternelle « .

    ( Sagesse, 2-23 )

    Jésus dit à Saint-Paul : « Ma grâce te suffit,

    car ma toute puissance se déploie dans ta faiblesse. »

    ( Corinthiens 12.9 )

    Que la nuit vous soit douce.

  147. Étonnants voyageurs ! quelles nobles histoires
    Nous lisons dans vos yeux profonds comme les mers !
    Montrez-nous les écrins de vos riches mémoires,
    Ces bijoux merveilleux, faits d’astres et d’éthers.

    En lisant les récits de vos marches, ces vers de Baudelaire nous viennent à l’esprit. Mais contrairement au voyageur du poème, vous n’êtes pas blasé des merveilles ni des beautés du monde.

    Alors que la nuit va tomber sur Paris, belle divagation sur votre tapis volant, entouré de l’amour de vos proches. Puissiez-vous continuez encore votre voyage sur la route de droite…

    Belle et douce nuit, cher Loup !

  148. Cher Monsieur Kahn, ça a été, c’est , et ce sera toujours un plaisir de vous entendre, de vous lire. Vous demeurez un des derniers scientifiques français vraiment scientifique. Votre départ sera une grosse perte mais ainsi va la vie. Vous laissez heureusement beaucoup de traces utiles à chacun.
    J’aime votre admiration pour la nature et comme j’aimerais que tous les habitants de cette terre soient comme vous. On vous garde dans notre cœur, dans nos souvenirs , c’est ce qui nous aide à vivre bien.

  149. Le soleil brille déjà sur Paris.

    « Tâchez de garder toujours un morceau de ciel au-dessus de votre vie » écrivit Marcel Proust. Voici donc une invitation à rêver, à ne pas perdre espoir et à cultiver le goût de la vie.

    Espoir et goût de la vie, cher Loup, vous nous en avez donné tant. En levant les yeux, nous imaginons Axel Le Loup, divaguant sur son tapis volant. Et il est souriant, heureux et apaisé. Belle journée à vous cher Axel, cher Loup !

  150. Pensées à vous cher Loup et à tous ceux qui comme vous, sont assiégés par la maladie cancéreuse. L’espoir n’est pas perdu. Parfois, des évolutions favorables, quoique temporaires mais qu’importe, se produisent, de façon aussi inattendue qu’inexplicable. C’est l’exemple que me rapportait hier un ami.
    Je voulais aussi témoigner de la beauté de certains messages ici même qui me touchent.
    La présence et la douceur des messages de Gwenaëlle en sont l’exemple. Je voulais l’exprimer. Je viens régulièrement. Ces messages sont importants même pour d’anonymes lecteurs. À de nombreuses reprises, je suis tentée d’appuyer la beauté de tel ou tel message. J’envoie mentalement un petit coeur. A ces messages, à tous ceux qui entourent le Loup A K et à lui-même bien sûr, un petit coin de ciel bleu de préférence, une trouée dans le ciel, que certains sauront nommer. Pensées affectueusement.

    • Merci beaucoup ! Cela me touche ! Si des messages apportent un peu de soutien, de réconfort, un sourire sur un visage, alors ils ont atteint leur but !

  151. Des instants de répit apaisé où renaissent esprit pétillant et goût intense de la vie, où s’épanouit votre si beau sourire, voilà ce que nous vous souhaitons, bien cher Axel.
    De belles images-souvenirs du chemin parcouru !
    Ecoutez les voix douces et poétiques que vous avez enchantées et qui chantent pour vous. Dont celles de Gwenaëlle et de la louvette. Merci à elles.
    Une pensée à vos proches qui vous entourent de tant de soins et d’amour.

    • Une belle meute (de messagers) qui entoure Le Loup… S’il fallait une preuve de ce qu’on ne devient pleinement humain qu’au contact des autres humains : « un type bien » jusqu’au bout de son chemin élève et tire le meilleur de ceux qui le côtoient de près ou de loin !

      Toute cette tendresse, c’est pour vous, toute cette tendresse, c’est vous, Axel Le Loup !

  152. Les cigales chantent, c’est la saison. Le merle est aussi de la partie, contre-point idéal en ces moments où les jours lumineux sont le plus souvent radieux . Les lavandes fleurent bons, et leurs robes d’un bleu soutenu virent-voltent sous le léger vol des papillons en folie…. Je pense souvent à vous ces temps-ci, dans mon jardin, car la main va bientôt tirer le drap léger sur vos douleurs qui s’essouffleront à un certain instant qui vous échappera. Vous aurez été un exemple pour nous tous, âmes sensibles que nous sommes. un homme de biens, un homme bien, de ces êtres que nous continuons à côtoyer par la lecture et la mélodie du mot; grâce aussi par les dialogues que vous nous aurez offerts. Votre famille doit être à vos côtés, vous aidant au mieux, dans cette ultime étape de Vie. Soyez serein, nous pensons à vous. Merci Monsieur pour cette ode à la Vie! Un au revoir chaleureux, Mina de Nice

  153. Bonsoir Mr Khan,
    Chaque jour , une pensée pour vous. Vous nous manquez vraiment. Soyez sûr de notre soutien…Même loin…, inconnus de vous, vous restez dans l’esprit d’innombrables personnes dont les témoignages sur votre blog sont merveilleux de chaleur et d’humanité. C’est encore, grâce à vous, que nous découvrons la bonté, la compassion, l’élégance à travers ces messages. Cela nous réconcilie avec l’humanité et le monde.
    Il ne faut pas désespérer. …
    Bonne soirée, Cher Monsieur Khan.

    • De tout coeur et pensées avec vous Axel le loup, je n’ai rien écrit jusqu’à présent subjuguée par la beauté des messages qui vous sont dédiés et que j’espère quelqu’un de votre entourage vous murmure peut être lorsque vous être sur le tapis volant avec jolie princesse Mascotte, normande de surcroît. Vous suscitez un niveau élevé d’écrits qui cependant ne feront hélas qu’effleurer votre tapis volant où vous devez être de plus en plus fréquemment pour votre repos ! Qu’il soit enfin à son terminus pour que la douleur vous quitte ne l’ayant pas méritée! Je ne vous oublierai jamais jusqu’au dernier de mes jours, que j’espère lointain et rapide. Mais si ce n’est pas le cas votre exemple inédit , humain, presque joyeux , je l’espère m’aidera à passer ce cap inéluctable. Que votre passage soit le plus rapide possible et doux, affectueuses pensées et admiration à toux ceux qui écrivent ici pour vous, aux quels je me joins discrètement. Affection éternelle.

  154. Tandis que le soleil se couche, les souvenirs de certaines lectures se font jour. Quelques pages d’ « Entre deux mers, voyage au bout de soi » prennent une valeur singulière. Votre retour dans le village qui vous a vu naître, et vos réflexions sur la vie et sa fin. Arrivé presqu’au but de votre traversée de la France, ces pages bouleversantes sur votre hésitation à redescendre. Comment ne pas être touchée par l’émotion qui voilent de larmes vos yeux devant la beauté des paysages ? Et évidemment, avec humour et drôlerie, les aventures de votre « double » rimbaldien, Princesse Mascotte ! « Je est un autre »… Votre détermination force le respect, genoux gauche et épaule droite ne vous ont pas empêché d’accomplir votre projet, votre rêve.

    Il y a quelques semaines, vous évoquiez, par petites touches, quelques-uns de vos beaux souvenirs de votre vie de chemineau. Puisse votre malle aux souvenirs embellir encore et toujours vos rêves à bord de votre tapis volant.

    Bonne nuit, cher Axel, belle divagation cher Loup et que Princesse Mascotte salue encore longtemps et ardemment la beauté du monde, qui réchauffe (vos) votre cœur(s) !!!

  155. Allées, bosquets, rosiers par milliers, arbres fruitiers et dentelles de buis.

    Genêts, scabieuses, lys martagon, orchis tachetés, bleuets, jacinthes, jonquilles, narcisses, iris et muguet.

    Voici quelques merveilles de Pomone et Flore.

    Un troupeau paisible de jolies rousses aux majestueuses cornes en forme de lyre. La Fée des lilas joue une ravissante mélodie de ses doigts agiles.

    Phébus conduit le char solaire. Le soleil caresse de ses rayons ces mille et une merveilles.

    Zéphyr, étrangement matinal, guide délicatement… un tapis volant ! Le tapis volant d’Axel Le Loup qui va à travers les cieux pour profiter des beautés du jour nouveau.

    Belle et douce journée, la douleur tenue en laisse mais l’esprit divaguant de splendeur en splendeur !

  156. Cher Axel,

    Aujourd’hui c’est la Fête de saint Thomas :

    L’Apôtre saint Thomas est le patron des chrétiens

    dont la foi connaît le doute,

    mais qui vont jusqu’au bout dans la profession de cette foi

    lorsqu’ils ont reçu un surcroît de lumière.

    On perçoit déjà l’esprit critique deThomas

    dans son dialogue avec Jésus après la Cène.

    Alors que Jésus vient de déclarer à ses Apôtres

    qu’ils connaissent le chemin du lieu où il va,

    Thomas l’interrompt avec une certaine vivacité :

    « Seigneur, nous ne savons pas où tu vas ;

    comment pourrions-nous savoir le chemin? »,

    ce qui lui vaut la réponse de Jésus :

    « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ;

    personne ne va vers le Père sans passer par moi » (Jn 14, 6).

    On sait l’incrédulité avec laquelle Thomas accueillit

    le témoignage unanime des dix qui avaient vu Jésus ressuscité

    le soir de Pâques.

    Mais quand, huit jours après, il dut se rendre à l’évidence,

    il exprima sa foi avec une telle plénitude

    que la profession de foi deThomas

    est devenue celle de l’Église :

    « Mon Seigneur et mon Dieu »

    Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (20, 24-29) :

    L ’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c.-à-d. Jumeau),

    n’était pas avec eux quand Jésus était venu.

    Les autres disciples lui disaient :

    « Nous avons vu le Seigneur ! »

    Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains

    la marque des clous,

    si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous,

    si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »

    Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau

    dans la maison, et Thomas était avec eux.

    Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées,

    et il était là au milieu d’eux. Il dit :

    « La paix soit avec vous ! »

    Puis il dit àThomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ;

    avance ta main, et mets la dans mon côté :

    cesse d’être incrédule, sois croyant. »

    Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

    Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois.

    Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »

    TABLEAU retrouvé à LOCHES :

    https://www.latribunedelart.com/a-propos-des-deux-tableaux-retrouves-dans-l-eglise-de-loches

    CHANT 2mn sous fonds de paysages pour vous être agréable :

    https://www.youtube.com/watch?v=onhL0yTD3cw

    Bonne, Belle et Sainte journée Cher Axel !!!

  157. Que votre journée soit douce et sereine, Monsieur Khan.
    Nous penserons à vous, tout ce jour, demain, après-demain… et les suivants…
    Plus le temps passe, plus nous vous aimons.
    Ce sont des mots simples mais oh!: combien sincères .
    Affectueusement.

  158. Merci Monsieur Kahn d’avoir perpétué le précepte « Sois raisonnable et humain » qui a résonné en moi, jeune homme de 21 ans en 2004, malade mental (vie d’ermite dans le contexte d’une famille dysfonctionnelle et défavorisée). Vous m’aviez permis de rester connecté à l’enfant heureux et bonne élève que je fus un temps en étant un des repères que j’écoutais avec réconfort et en qui je me reconnus dans le champs médiatique.
    Merci d’avoir été Vous parce que vous avez compté pour moi.
    Paix et courage.

  159. À Axel le Loup, désemparé …

    Amoureuse des mots et grande curieuse, je suis allée cheminer du côté du Littré …
    J’ai ainsi trouvé la définition suivante, pour le verbe « désemparer » : « quitter le leu où l’on est, abandonner la place. »

    Les voyages sont multiples, protéiformes,
    et parfois, nourrissent autant que le voyageur que ceux, tous ceux qui sont à ses côtés …

    Et puisque vous citâtes Camus à La Grande Librairie, permettez-moi de glisser dans votre besace quelques autres mots bien connus de lui :

    « aller jusqu’au bout, ce n’est pas seulement résister, mais aussi se laisser aller. »

    Belle route, Monsieur, dans la beauté d’un monde que vous avez si grandement contribué à humaniser, encore …
    …MERCI !

  160. Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme celui-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d’usage et raison,
    Vivre entre ses parents le reste de son âge

    À l’heure où Paris revêt ses habits de nuit, nous pensons à ces quelques vers sur vous citiez lorsque vous marchiez, dans le pays blanc de tuffeau. Vous faisiez un beau voyage et vous en êtes revenu avec des souvenirs plein la tête et sans doute aussi plus raisonnable. Merci beaucoup de nous avoir fait découvrir ces merveilles à travers vos mots. Le regard que vous posez sur le monde nous permet de saluer sa beauté à travers vos yeux.

    Miss Morphine et Monsieur Opium conduisent à présent votre tapis volant en des lieux de vous seul connus. Que ces endroits vous ravissent autant que les hauteurs que vous ne vouliez plus quitter à la fin de votre périple. Finalement, vous en êtes descendu. Pour notre plus grande joie. Amoureux des splendeurs, que votre goût de la vie mène encore votre tapis volant sur la route de droite. Rimbaud, le premier poète de votre double diagonale, indique la voie au marcheur emmitouflé dans sa cape rouge :

    Elle est retrouvée.
    Quoi ? – L’éternité.
    La mer allée. Avec le soleil.

    Princesse Mascotte votre double, sensible au merveilleux vous soutiendra en cas de défaillance…

    Il temps à présent de vous souhaiter une bonne et douce nuit, pleine de beaux rêves, riche de mille et une merveilles, tandis que l’amour et la tendresse de vos proches parviennent à vous – même dans vos songes parfumés au lotus bleu.

    Bonne nuit cher Axel, belle divagation cher Loup !

  161. J’irai partout où me rappelle
    ma mémoire du fond des temps
    j’ai des souvenirs à la pelle
    et les prochains je les attends

    Un temps à revêtir la cape rouge. Même si le ciel est gris, des milliers de couleurs défilent en souvenir devant nos yeux ébahis.

    Même si Axel ne marche plus par monts et par vaux, même si Le Loup ne quitte plus sa tanière, même s’il ne reste plus que le tapis volant capricieux, concédé par Mademoiselle Morphine et Monsieur Opium, les paysages – si beaux que les yeux se voilent de larmes, les jolies rencontres inattendues et de grands éclats de rire sont à portée de main. Ils sont dans votre sac à dos et Princesse Mascotte, fidèle compagne, a veillé à ce qu’il soit bien rempli.Qu’aux yeux du souvenir, le monde est grand !

    Qu’aujourd’hui encore, puissiez-vous vous remplir votre sac à dos de joie, de bonheur, d’amour, de tendresse et de douceur pour mieux tenir en laisse la douleur !

    Peut-être qu’en étant attentif, nous apercevrons à travers le rideau de pluie, filer comme le vent, vaille que vaille, un tapis volant et son cavalier à la cape rouge. Il est intensément heureux. Il sourit.

    Belle journée cher Axel, belle divagation cher Loup !!!

  162. Bonjour Cher Monsieur Khan,
    Pour vous revoir, physiquement, nous avons visionné une de vos conférences filmées dont le thème était le progrès.. (2010)..Certes le sujet était fort intéressant mais ce qui nous importait c’était de vous revoir… revoir votre visage au beau sourire et à la voix douce, gestes élégants qui accompagnaient vos mots, vos explications claires et savantes qui nous apprennent tant de choses.. c’était votre personne que nous voulions regarder. Vêtu d’un élégant costume noir et cravate couleur bordeaux, vous rayonniez devant une assemblée admirative. Notre regard était fixé sur votre blanche main que vous leviez, de temps en temps, pour ponctuez vos phrases. Quel régal, Monsieur ! Comme l’a dit l’un des interlocuteurs (dans une autre conférence à Issy les Moulineaux) vous avez des talents de conteur en sus..
    Bref, nous avons passé une soirée avec vous hier soir,
    présence charismatique, inoubliable. Besoin de cela, Monsieur, pour vous avoir, un peu avec nous, chez nous,
    en toute intimité… MERCI..
    Que ce dimanche vous soit doux et apaisé.
    Respectueusement vôtre.

  163. La télépathie existe t-elle ? Je ne crois pas. Mais si elle fonctionne, ne serait-ce qu’un tout petit peu, vous avez dû voir ces jours derniers de belles images des Hautes Alpes, tellement nous avons pensé à vous, sur les chemins de la Clarée, un peu débordée par son succès mais toujours aussi belle. Mais aussi du côté de Freissinieres où c’est la fête du pain que vous connaissez bien je crois. Et puis encore sur les sentiers du lac de Fangeas et de Dormillouse, avec tant de fleurs que tout semble repeint en jaune, mauve, rose… Les Hautes Alpes sont si belles en ce début d’été.Je suis sûre que vous leur manquez mais qu’elles gardent précieusement en mémoire la trace de vos pas.

  164. Je me permets de vous écrire après avoir lu une de vos interviews sur votre cancer et l’aggravation de votre état de santé. J’étais très émue de vous écouter et d’entendre ces nouvelles, mais également très touchée par votre admirable courage, humanisme et dignité. Vous êtes un exemple pour nous tous.

    Je chéris en particulier un souvenir d’une interview que vous m’avez accordée, en 2003, alors que j’étais âgée de 17 ans, dans le cadre d’un projet Travaux Pratiques Encadres pour le baccalauréat (TPE). Mon ami Oliver et moi-même avons écrit un rapport sur les enjeux du clonage thérapeutique et vous nous aviez très gentiment accorde une interview que nous avions filmée et reproduite dans notre rapport. Je me souviens de votre gentillesse, votre générosité à notre égard, votre expertise et maitrise de ces sujets, et de notre grande fierté d’avoir pu échanger avec vous, un grand expert, sur ces sujets passionnants.
    Monsieur Kahn, vous restez dans mes pensées. Je vous souhaite beaucoup de courage et je suis heureuse de savoir que vous êtes entouré de vos proches et serein dans cette dernière étape.

  165. Un certain loup, dans la saison
    Quel les tièdes zéphyrs ont l’herbe rajeunie,
    Et que les animaux quittent tous la maisons,
    Pour s’en aller chercher leur vie,
    Un Loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l’hiver,
    Aperçut un cheval qu’on avait mis au vert.
    Je laisse à penser quelle joie !
    « Bonne chasse, dit-il, qui l’aurait à son croc.
    Eh ! que n’es-tu mouton ? car tu me serais hoc,
    Au lieu qu’il faut ruser pour avoir cette proie.
    Rusons donc. » Ainsi dit, il vient à pas comptés,
    Se dit écolier d’Hippocrate;
    Qu’il connaît les vertus et les propriétés
    De tous les simples de ces prés,
    Qu’il sait guérir, sans qu’il se flatte,
    Toutes sortes de maux. Si Dom Coursier voulait
    Ne point celer sa maladie,
    Lui Loup gratis le guérirait ;
    Car le voir en cette prairie
    Paître ainsi, sans être lié,
    Témoignait quelque mal, selon la Médecine.
    « J’ai, dit la bête chevaline,
    Une apostume sous le pied.
    – Mon fils, dit le docteur, il n’est point de partie
    Susceptible de tant de maux.
    J’ai l’honneur de servir nos seigneurs les Chevaux,
    Et fais aussi la Chirurgie.
    Mon Galant ne songeait qu’à bien prendre son temps,
    Afin de happer son malade.
    L’autre, qui s’en doutait, lui lâche une ruade,
    Qui vous lui met en marmelade
    Les mandibules et les dents.
    « C’est bien fait, dit le loup en soi-même fort triste ;
    Chacun à son métier doit toujours s’attacher.
    Tu veux faire ici l’Arboriste,
    Et ne fus jamais que Boucher. »

    Cette fable de Jean de Lafontaine, « Le Cheval et le loup » m’a fait penser au Loup qui aime tant les chevaux.

    Belle chevauchée sur votre tapis volant. Peut-être faites-vous la course avec Pégase ?

  166. « La nuit était venue, la lune émergeait de l’horizon, étalant sur le pavé bleu du ciel sa robe couleur soufre.

    J’étais assis près de ma bien-aimée, oh ! bien près ! Je serrais ses mains, j’aspirais la tiède senteur de son cou, le souffle enivrant de sa bouche, je me serrais contre son épaule, j’avais envie de pleurer ; l’extase me tenait palpitant, éperdu, mon âme volait à tire d’aile sur la mer de l’infini. »

    Que comme le poète, vous aussi soyez enivré, tenu par l’extase provoquée par l’être aimé, que l’amour de vos proches vous fasse tutoyer l’immensité et réchauffe votre cœur. Et que Mademoiselle Morphine et Monsieur Opium tiennent à l’écart la douleur.

    Une nuit douce, reposante, apaisée, tandis que vous êtes bercé par l’affection de ceux que vous aimez et qui vous aiment tout autant, vous attend. Sur votre tapis volant, des rêves par milliers vous font sentir l’odeur des roses et du jasmin, la chaleur du soleil sur la peau et le souffle du vent.

    Bonne nuit cher Axel, belle divagation cher Loup !!!!

  167. Le soleil brille déjà dans le ciel bleu de Paris. Nous imaginons, Le Loup, matinal, sur son tapis volant, allant de ci, de là, à la découverte de beautés encore inconnues de lui. Il a dans son sac à dos, outre les souvenirs de ses précédentes escapades, l’amour de sa meute, la curiosité pour les autres, un humour insoupçonné et une volonté à toute épreuve.

    Il faut songer que Le Loup est heureux et apaisé ! Il faut songer qu’Axel tient la douleur à distance et qu’il profite de la tendresse et de l’affection des siens !

    Belle journée cher Axel, belle divagation cher Loup !!!!

  168. Quatrième vague de la pandémie de Covid-19 qui se profile, obligation vaccinale, révision de la loi bioéthique… Que la voix du Professeur Axel Kahn nous manque ! Cher Professeur, vos qualités de pédagogue et votre exigence de transmettre avec rigueur à tous des informations scientifiques exactes et précises nous étaient, au fil des années, devenues si familières. Aujourd’hui, votre silence fait beaucoup de bruit… Un bruit assourdissant. Nous nous étions habitués à vos prises de parole, toujours combatif et avec quelle énergie !!! Aujourd’hui, désemparés (et oui, nous aussi !) nous nous attendons à vous voir au hasard du vagabondage de notre télécommande, à entendre votre voix – reconnaissable entre toutes – en allumant la radio ou à vous lire en ouvrant un journal. C’est peu dire que ces derniers mois, vous n’avez pas ménagé vos efforts. Comment ne pas en vous remercier ? Nous ne mesurions pas la chance que nous avions, lorsqu’Axel Le Loup, médecin altruiste, raisonnable et humain – un type bien, tout simplement – veillait sur nous, ses frères et sœurs en humanité.

    Alors maintenant, il nous faut saisir le fil d’Ariane que vous avez tissé et que vous nous avez tendu. Mais pas avant, pas sans vous dire, vous écrire : « MERCI » !!!

    Nous espérons que la douleur desserre ses mâchoires et cela nous console. Nous reprenons alors du poil de la bête et suivons votre fil d’Ariane…

    Et si outre le fil d’Ariane, vous nous aviez fait un autre cadeau ? La confiance en notre faculté à être nous aussi raisonnables et humains.

    MERCI ENCORE ET ENCORE. ENCORE ET TOUJOURS. TOUJOURS ET TOUS LES JOURS !!!

  169. Bonsoir Monsieur Khan,
    Depuis ce 22 juin où vous aviez décidé d’interrompre vos messages sur votre blog, nous nous sentons désemparés de ne pas/plus avoir de vos nouvelles. Chaque jour, nous vous imaginons face à ce mal… apaisé grâce aux médicaments ou luttant, contre les douleurs… insupportable idée malgré votre décision d’abandonner. Nous disons ‘tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir » , Pourquoi, ne pas espérer,,,, Dans tous les cas, notre main et notre coeur sont tendus vers vous et guettons le moindre signe encourageant.
    Bonne nuit cher Professeur.

  170. Le vent ? Ce soir, il est parfumé d’ambre.
    Les étoiles ? Un sable d’or et de diamants.
    Les soupirs ? Des souffles de volupté.
    Un petit bonheur ? Tous les bonheurs !

    Une étoile filante ? Point du tout ! Le tapis volant du Loup qui chemine, guidé par un doux zéphyr. Il fend l’azur plus majestueux que Pégase. Pour tout bagage, il emporte l’amour des siens, leurs baisers, leur tendresse et leurs sourires. Lui, il leur a offert son amour, son affection, ses conseils et de grands éclats de rire.

    De là-haut, Le Loup contemple les roses, le muguet, les lilas et le jasmin. La mer alliée au ciel. Un goût d’infini.

    Que votre nuit soit douce, calme, reposante et aussi apaisée que possible cher Axel ! Que votre divagation soit riche en beautés, découvertes, merveilles et surprises cher Loup !

  171. Parfaite synthèse, sous la plume de Gwenaëlle, de ce que je pense et ressens. C’est si vrai. Cher Loup, vous manquez déjà et vous manquerez. Beaucoup. Nous transmettre le fil d’Ariane, je ne sais pas. Oh oui…, probablement, mais comme vous l’avez écrit dans Etre humain pleinement, « la chaleur du regard amical réchauffe l’un et l’autre des amis, rassure, encourage, de sorte que le temps qui passe devient bien terne lorsque son soleil disparaît ». Merci à vous. Merci pour les traces que vous laissez dans lesquelles nous pourrons cheminer en pensant à ce que vous aurez éclairé loin devant ! Bonne et douce (je l’espère) nuit, cher Loup ami. Merci infiniment.

  172. Le doute n’est plus permis, si doute il y avait. Cher Professeur, cher Axel, cher Loup, depuis près de deux semaines, vous nous manquez. Beaucoup. Mais s’apitoyer n’étant pas dans vos habitudes semble-t-il, pour être digne du chemin que vous nous avez montré, rappelons-nous plutôt des moments agréables.

    Souvenons-nous du gentil génie malicieux au rire communicatif, à l’esprit vif, à l’intelligence pétillante et plein d’humour, qui a su conquérir les cœurs. Un vrai gentilhomme. Un type bien, en somme…

    Axel ou L’inattendu Loup enchanteur…

    Encore une fois, que la nuit vous soit douce et tienne éloignés la douleur (et les lycanthropes) !

  173. Bonjour Monsieur Khan,
    Un rayon de soleil se lève sur Paris… un début d’été maussade et des nouvelles sanitaires inquiétantes… un défilé de personnes vient en parler sur les plateaux mais c’est vous qui nous rassuriez lors de vos passages… c’est vous que nous voulons revoir, entendre… persistant dans ce fol espoir que ce mal reculera et vous maintiendra ..encore un peu..
    Même si vous êtes, à même, de par vos compétences, de la réalité des choses, nous ON ESPERE. Pardonnez notre optimisme, mais POURQUOI PAS, après tout..
    N’abandonnez pas Cher Monsieur; nous vous envoyons une brassée de baisers. BONNE JOURNEE

  174. Le ciel est bleu, quelques timides rayons de soleil. Déjà le bruit des voitures. Et puis, nous imaginons, que quelque part, il y a votre tapis volant, que vous regardez amusé, étonné, attendri, en colère ou ému aux larmes, ce qu’il se passe…

    Nous espérons que dans votre lutte contre la douleur, vous résisterez longtemps. Princesse Mascotte contre les défaillances, Mademoiselle Morphine et Monsieur Opium alliés devenus indispensables et l’amour de vos proches vous accompagnent. Nous pensons très fort à vous et vous remercions pour votre combat. Pour votre goût du bonheur, votre goût des choses simples, des choses de la vie.

    Très belle journée cher Axel, belle divagation cher Loup !!

    • Axel Le loup enfin vous avez quitté ce monde devenu douleurs pour vous , merci pour votre manière d’avoir partagé votre vision de la vie que vous auriez aimé plus longue. Le passage est fait on ne vous oubliera pas , au final ce jour n’est pas triste.
      affection , vous êtes inoubliable! merci

  175. Dans nos coeurs à vous l’immortalité …Vous savez maintenant de quoi est fait l’après ..
    .douces pensées à vous cher loup qui nous a tant apporté et à votre famille

  176. Je ferai perdurer vos mots et votre philosophie de la vie dans mes actes d’aujourd’hui et de demain. Sans aucun doute vous étiez quelqu’un (je n’arrive par à écrire un type) de TRES bien. Merci AK.

  177. Un dernier adieu. Vous étiez un type bien. Vous nous avez tant appris… Vous resterez désormais dans nos cœurs et nos pensées. Votre combat contre le cancer et contre la douleur, nous l’espérons, sera poursuivi par d’autres.

    Un dernier souhait, que les dispositions que vous avez prises pour protéger vos proches s’avèrent bonnes pour eux. Pourquoi ne le seraient-elles pas ? Elles ont prises par un chic type, un homme bien, raisonnable et humain.

    Vous n’assisterez pas à votre dernier voyage à Mussy. Que le rassemblement que vous avez prévu dans ce lieu, que vous aimiez tant soit à votre image, doux et beau. Et que les bulles de champagne que vous avez tenu à offrir soit aussi vives et pétillantes que votre votre intelligence et votre humour.

    Que les souvenirs que vous leur avez laissés aident vos proches à sécher leur larmes et apaiser leur coeur.

    Adieu cher Professeur, adieu cher Axel, adieu cher Loup ! Nous chérissons désormais votre souvenir alors que pour vous le ciel ne bleuira plus et que vos paupières sont closes à jamais.

    Votre vie et votre mort furent un chef-d’œuvre. Nous espérons que vous êtes parti apaisé et que la mort n’a eu de votre part qu’un sourire ironique. Comme vous le souhaitiez.

    MERCI BEAUCOUP POUR AVOIR ÉTÉ VOUS. POUR AVOIR ÉTÉ JUSQU’AU BOUT DU CHEMIN, RAISONNABLE ET HUMAIN.

  178. Profonde tristesse en ce 6 juillet 2021.
    Merci Monsieur Kahn d’avoir parlé et écrit en ces récents mois période où j’ai « appris » mon cancer. J’apprends la Vie grâce à vous (aussi).

  179. Que mon dernier souffle, emporté
    Dans les parfums du vent d’été,
    Soit un soupir de volupté !

    Qu’il vole, papillon charmé
    Par l’attrait des roses de mai,
    Sur les lèvres du bien-aimé !

    Ces vers de Charles Cros vous vont si bien cher Loup…

  180. Émotion, larmes,nous perdons un grand Homme. Élégant jusqu’à la fin. Paix à votre âme Monsieur.

  181. Beaucoup d’émotion ; un sourire, doux, tenace, ineffable, courageux et sage ; une admiration sans borne et une gratitude immense pour tout ce que avez semé sur cette douce Terre ; l’humain et le collectif en sortiront grandis.

    Des pensées chaleureuses vers vos proches, et tous ceux qui vous ont accompagné sur la sente de droite ;

    La route, celle qui vous nous avez apprise se poursuit, Axel Le Loup … MERCI, infiniment

  182. Profonde tristesse ! Reposez en paix à présent. Toutes mes condoléances à vos proches.

  183. Merci…. Hvil i fred, gode høvding! Også en nordmann takker deg for visdom og kloke ord. <3

  184. La nuit n’est jamais complète.
    Il y a toujours, puisque je le dis,
    Puisque je l’affirme,
    Au bout du chagrin
    Une fenêtre ouverte, une fenêtre éclairée

    Il y a toujours un rêve qui veille,
    Désir à combler, Faim à satisfaire,
    Un cœur généreux,
    Une main tendue, une main ouverte,
    Des yeux attentifs,
    Une vie, la vie à se partager.

    La nuit n’est jamais complète. Paul Eluard

  185. Des larmes, des larmes…
    Les larmes de mon cœur rempliraient la mer.

    Et puis nous repensons à ce que vous nous avez appris et offert et alors un petit sourire se dessine malgré le chagrin.

    Pourquoi, si votre famille en est d’accord, les derniers textes de votre blog, éclairés par certains autres que vous avez écrits auparavant, ne seraient pas dits sur une scène, par un acteur ? Tous les bénéfices seraient reversés à la Ligue contre le cancer et seraient destinés à la recherche, à l’aide aux patients en fin de vie et à leur famille et à l’amélioration de la lutte contre la douleur. Évidemment, ces textes seraient dits partout en France. Cela commencerait évidemment au Petit-Pressigny et se terminerait à Mussy. Ces textes ainsi dits suivraient vos deux diagonales. Ils seraient dit aussi dans les hôpitaux et partout où ils pourraient faire du bien au cœur…

  186. A Dieu, cher Axel.
    Reposez en paix et dans l’Amour.
    Prière et douces pensées pour vous et votre si chère famille.
    Bénédicte

  187. Aujourd’hui j’ai la garde de mes petits enfants…. à la place des contes habituels que je leur narre de temps en temps, je raconterai l’histoire d’un homme bien, d’un homme d’exception dont la vie fut consacrée aux autres, un homme humble et brillant…. Ainsi votre image demeurera par delà les années et les générations. … votre vie fut un chef d’oeuvre.
    Le mot merci est faible….. Reconnaissance à jamais…
    Je garderai precieuse ment le message personnel que vous m’avez envoyé comme un bijou précieux que vous étiez. ..
    Au revoir.

  188. Bien chers tous, j’espère que notre loup se trompait en ne faisant pas l’hypothèse d’un au-delà mais je sais qu’il a laissé jusqu’au bout la place à la vie. Personne ne meurt vraiment jamais quand un souvenir nous rattache à l’être passé.

    Je le vois face à la faucheuse, le sourire narquois lui dire , vient me chercher, je t’attendais fais ton travail moi j’ai fait le mien !

  189. Douces pensées cher loup libéré …vous êtes maintenant un immortel dans nos coeurs avec toute notre affection ainsi qu’à vos proches à qui vous devez tellement manquer …maintenant ,vous avez la réponse.. j’espère que vous n’êtes pas déçu

  190. Humain et humaniste,
    Raisonnable et audacieux,
    Chercheur, marcheur et voyageur,
    Écrivain et blogueur,
    Médecin et patient,
    Érudit et curieux au point d’observer d’un œil affûté l’avancée de sa propre mort,
    Chef de meute et loup désemparé,
    Drôle et lumineux,
    Vous fûtes tout cela ;
    Un type bien.
    Merci Pr Kahn, merci Axel le loup.
    Pascale Naudin

  191. Bonjour Monsieur Axel Kahn,

    Je vous aime et je vous admire.
    Merci d’avoir existé.
    Merci de votre contribution exceptionnelle à la science et au sens critique.
    Merci pour vos livres de marche à travers la France « Pensées en chemin » et « Entre deux mers, voyage au bout de soi », que j’ai adorés.

    Merci, merci à vous.

  192. Ce soir je pleure, je vous pleure professeur.
    Je pense à votre parcours et à vous, à vos proches également.
    Bon voyage…
    Le dernier, le plus beau.

  193. Les louveteaux sont bien désemparés ce soir et penseront longtemps, très longtemps, à Axel KHAN, leur cher Loup.

  194. Ne pourrions nous allumer tous ensemble une bougie pour cette belle âme qu’était notre cher loup
    Mercredi , 20 h ? Par la pensée nous serons unis autour d’Axel avant de nous disperser vers nos VIES sur lesquelles nous devons travailler …Axel le loup nous a donné l’exemple …Nous avons vécu des moments uniques ,à nous de les mettre à profit ..douce nuit la meute

  195. 7 juillet 2021.
    Cher Axel Kahn,
    Je vous aime et vous admire, au-delà du temps, de la vie, de la mort. Vous, Flamme si lumineuse que nulles ténèbres ne peuvent éteindre.

  196. bjr à tous les loups orphelins que nous sommes! Pour honorer Axel Kahn, sans doute faire un don à la recherche , pour guérir sans doute mais aussi, pour accompagner au mieux ceux qui n’auront pas cette chance.

    Je reprendrai ce que m’évoque AK en ce moment : Hâte-toi bien de vivre et songe que chaque jour, est à lui-seul, une vie!

  197. Comme le préconise Aline, allumons une bougie ce soir pour Mr Khan qui nous a quittés dans la dignité… Après plusieurs messages que je lui adressés, celui-ci est le dernier pour tous les « blogueurs » dont les mots sont plus que touchants….
    Je suis sûre qu’il les a lus(ou lus par ses proches) et que nous l’avons accompagné jusqu’à ce 6 juillet .Peut-être lui avons-nous réchauffé le coeur ? Mille mercis à tout ce beau monde, qui l’aime, à tous ces gens biens….à son image…
    Prenez soin de vous et comme il l’a dit  » vivez chaque journée comme une vie ». Bien à vous.
    A.Miege.

  198. Mr.Kahn Pouvez-vous encore nous lire? Je crois savoir que de la religion catholique vous avez préféré au dogme, l’idéologie, l’altruisme qui ne vous ont jamais quitté. Je suis certaine que ce n’est pas uniquement pour vous rapprocher plus de Dieu. la bonté vous était naturelle. Vous avez surtout écouté les paroles de votre père Sa mort tragique a dû souvent vous hanter
    Je vous écris aussi car ma maman 92ans va certainement bientôt me quitter . Contrairement à vous elle n’est pas sereine. Elle a toujours craint la mort
    j’aurais bien aimé avoir vos conseils pour pouvoir l’apaiser
    je vous dis encore MERCI pour votre courage. MERCI de nous montrer la voie de la sagesse car tout en étant un très grand scientifique vous êtes toujours resté humble. Je vous suivrai comme le phare de La Vieille entre la pointe du Raz et l’Ile de Sein.
    Bon vent à vous vers d’autres routes, Mr. Axel Kahn
    Votre famille, vos enfants , petits enfants peuvent être fiers de vous

      • Ne perdez pas de temps ,parlez lui ,caressez là ,soyez à ses côtés le maximum ,mettez votre vie un peu entre parenthèses pour « profiter au maximun des semaines,des jours qui vous restent à toutes les deux ..faites la parler ,qu’elle parte sereine ,légère pour passer l’autre rive ….dans votre amour …

  199. La triste nouvelle est tombée, il y a quelques jours et j’ai ressenti une immense émotion comme si, par une curieuse résonance, je perdais un ami, moi qui ne connaissais pas personnellement Axel. Puis, pour apaiser cette peine, je me suis rappelée : n’a-t-il pas dit « j’ai été immensément heureux » ?, n’a-t-il pas dit « vivez chaque journée comme une vie !” ?, n’a-t-il pas dit … la liste est longue et je réalise que je suis aujourd’hui plus riche, plus riche de tout ce qu’il n’a eu de cesse de transmettre, lui si amoureux de la vie et amoureux de l’Autre. Comme Axel, je ne fais pas l’hypothèse d’un « après ». La vie me semble être une parenthèse, celle d’Axel vient de se refermer, nous voilà face à l’infinie richesse d’un héritage profondément humain que, chacun dans nos vies, nous tenterons d’honorer puis de transmettre à notre tour. De belles initiatives ont déjà été évoquées ici.
    Je suis portée par les messages vibrants et profondément humains de tous. Merci. Un merci particulier à Gwénaëlle pour ces instants poétiques, matin et soir des derniers jours. J’étais apaisée et heureuse de savoir que le loup, s’il avait connaissance de ses messages, nous savait encore tout près de lui. Belle route à vous tous, gens « bien » et au plaisir de se croiser un jour peut-être!
    LP

  200. Cher Axel,
    J’aurais aimer vous connaitre avant de lire l’annonce de votre mort… Mais votre pensée et votre grandeur en tant qu’Homme, avec la majuscule, restera aussi dans mon coeur, comme dans celui des toutes les autres personnes ici.
    Je vais achéter votre livre « Pensées en chemin »… et puis quelques autres…
    Je suis su^r que les lire me fera beaucoup bien, spécialement en cette période difficile de ma vie : vous serez un inspiration et une guide… Je croix que c’est un signe du destin de vous avoir en quelque sorte rencontrée en ce moment.
    Merci pour vos réflexions et votre immense humanité.
    Bon voyage Axel le Loup !

  201. Bonsoir,
    Je présente à tous, famille et amis, mes condoléances émues et durablement attristées par la perte de l’être absolument remarquable et inoubliable qu’était Axel Kahn.
    Afin de se joindre en pensées, pourrait-on en savoir un peu plus sur ses funérailles, notamment le jour? Loin de moi l’intention d’encombrer celles-ci, mais seulement de savoir pour s’y associer par la pensée.

  202. Puisque depuis hier, Axel Le Loup a quitté sa dernière tanière pour rejoindre sa dernière demeure… Imaginons un peu… Dans quelques années…

    Un jour, ou peut-être une nuit, divaguant à Mussy, un loup s’arrête, rêveur et ému. Des chiens moqueurs se rient de l’animal – lui l’hôte des forêts, que tous redoutent – le voilà, les yeux embués à la vue d’un champ de marguerites.
    Le Loup, fier combattant, sûr de son fait, avec un sourire ironique, leur répond qu’il est heureux de savoir, que dans la petite pâquerette qu’il contemple attendri, il y a quelques molécules, atomes – en somme un peu d’Axel Kahn – un type bien, qui capable de faire durement les choses nécessaires fut humain et raisonnable. Lui, qui lorsqu’il entama ce voyage au bout de soi qu’est la fin d’un itinéraire de vie, nimbé de l’amour des siens, intensément heureux, apaisé et serein, ne deserrant pas les mâchoires contre le douleur, choisit le Loup pour totem.

    Alors, oui, le Loup est ému de savoir que dans cette marguerite, cette pâquerette il y a quelque chose d’Axel Kahn, lui qui aimait tant les fleurs, orchis tachetés, lys martagon, genêts ou muguet.

    Et il se souvient… Axel Kahn, ce type bien…

    • Oui, la transmission, génétique, biologique autant qu’humaine, culturelle, émotionnelle : la grande affaire de la vie. Axel le loup en savait quelque chose…

  203. En cette matinée du 14 juillet, jour de fête nationale, comment ne pas penser à Axel Le Loup, lui qui aimait tant notre pays, qui trouvait la France si belle et qui nous en avait raconté ses beautés à travers les chemins ?

    Les larmes, les larmes de mon cœur remplissent l’océan.

    Pourtant, même si les yeux sont embués, un sourire transparaît. L’intelligence pétillante, l’humour et la bienveillance d’Axel Le Loup sont si présents !

    Les vagues de l’océan n’effacent pas le chagrin.
    Voici venu le temps des myosotis.

    Être fidèle à ce qu’il fut et à son message.

    FAITES GAFFE ! ATTENTION, FAITES PAS LES CORNICHONS !!!
    https://www.bfmtv.com/sante/axel-kahn-avec-ma-famille-je-ferai-noel-au-mois-de-juin_VN-202012080359.html

    Restent les souvenirs.

    Alors, je me souviens…

  204. Merci Gwenaëlle pour ce souvenir entre rire et émotion … son intelligence, sa clairvoyance, son indépendance, son humanité manquent. Sa liberté respectueuse de l’autre comme exemple. Et ce sentiment qu’il n’y a pas beaucoup de semblables à ce qu’il fut. Existe-t-il d’autres personnalités dont la justesse soit ainsi éclatante ? … Justesse et panache ! Axel le Loup combatif fut un être lumineux, victorieux des âmes ternes ! Un être plein de vie pour qui la peur et la soumission n’étaient pas un horizon raisonnable et … humain. Bon 14 juillet, bonne fête à tous. Pensées avec tendresse au Loup AK et à toute sa famille qui est certainement aussi belle qu’il fut beau ! Amitiés

  205. Boire un bon Bourgogne pour accompagner du Comté…et rire avec son frère…Axel le Loup a réussi sa vie jusqu’au bout ..et il nous manque, il nous manque beaucoup.

  206. Ce serait une idée qui vient à la lecture de Jadeflore.
    Le souvenir d’Axel le loup ne peut qu’être vivant et entretenu.
    De même qu’il serait bien, il me semble, que la Ligue contre le cancer organise une collecte de dons spécialement en son honneur. Bien sûr, rien n’empêche de donner même sans cela !

  207. Merci à la famille d’Axel Kahn d’avoir laissé ce blog accessible. Nous qu’il a tant émus pouvons ainsi continuer à « faire meute », tout comme lui-même « faisait famille ». Mais sans faire les cornichons en effet ! Prendre soin de soi et des autres, des autres et de soi, transmettre et partager, apprendre encore et encore, et partager, toujours.

  208. Bonjour,
    Je viens de terminer la lecture du livre Jean Un homme hors du temps. Formidable récit. D’une grande maîtrise de bout en bout. Les dernières pages sont poignantes. Écrites il n’y a que 4 ans. Entre la perception d’un accouchement longuement mûri certainement libérateur pour l’auteur et la tristesse du vaste vide auquel conduit également le récent décès de l’auteur. Il n’est pas dans mon intention d’ajouter à la peine mais celle-ci est évidence. Après une telle lecture, mes pensées vont à la famille, aux enfants bien sûr d’Axel Kahn, à son frère et aux personnes qui l’ont tant aimé et continuent de l’aimer.
    Un très beau livre important et juste.

  209. Je viens d’enfin voir l’entretien avec François Busnel. Pas de pathos, mais que d’émotion!
    Encore merci pour ce message devenu posthume.
    Merci à la famille de laisser ce blog vivant. Axel Le Loup n’est plus mais Axel Digital est bien là!
    Que sa mémoire soit une source d’inspiration à faire le bien!

  210. Bonjour,
    Merci à la famille en effet de laisser ces pages ouvertes qui sont un lien avec Axel le loup, un lien presque vivant, un complément à sa pensée, que l’on peut retrouver aussi, bien sûr, dans des livres et conférences. Tout de même, ça compte…
    Pensées toujours renouvelées … en mémoire de l’humanisme flamboyant d’Axel Kahn, le loup, raisonnable et humain.
    Pensées à tous ses proches, me réjouissant qu’il ait transmis de son vivant une partie de son être, de son sang et de sa personnalité. À eux de faire vivre cette si intense mémoire !

  211. Oui, merci de laisser ce blog, pour nous permettre de le consulter de temps en temps. Je pense souvent à Axel le Loup, il m’accompagne et me rassure! C’est ce qu’il voulait, et, pour moi, il a pleinement réussi!

    • Axel KHAN, notre cher Axel le Loup nous manque, mais il est un peu là quand même, dans nos têtes, dans nos coeurs et il fait bon le relire sur ce blog et dans ses livres.

  212. Nulle journée sans penser désormais à vous, Axel que je ne connaissais pas il y a 6 mois, à vous lire, à écouter. Après le bonheur de découvrir qui vous étiez, votre force, vos convictions, votre désir d éclairer d aider les autres jusqu’ au bout de votre vie, votre sensibilité à la beauté puis le profond chagrin ressenti après votre mort, je ressens maintenant une immense énergie: oui la vie mérite d être vécue pleinement jusqu’à son dernier souffle. C est ce que j essaierai de transmettre. Soyez assuré Axel que vous ne serez pas oublié et que vous continuerez longtemps à éclairer nos chemins. Merci infiniment pour tout ce que vous avez donné.

  213. Fin des congés qui m’ont menée en Creuse, sa vallée cristalline, et en Haute-Loire, à sa source au pied … et au sommet … du mont Gerbier de jonc, ainsi qu’au Puy-en-Velay et à son rocher Saint-Michel d’Aiguilhe. Ces lieux m’ont tous remémoré Axel Kahn et ce qu’il avait décrit sur ce blog et dans ses Pensées en chemin, qui, d’ailleurs, ont fait le voyage avec moi. Je devrais dire, pour être plus juste, que ce livre m’a été offert depuis la cathédrale du Puy-en-Velay où, en quelque sorte, il m’attendait. J’ai lu les pages consacrées à cette ville et à ce rocher qui m’a émue comme beaucoup comme moi, comme lui. Une transmission qui appartient à ceux qui sauront s’en saisir et en jouir. Tous n’y parviennent pas. Mais ceux qui le peuvent s’en réjouissent. Hélas son absence. J’aurais tant aimé qu’il sache que ses pensées avaient un écho retentissant. Il le savait, bien sûr, mais cet Autre que lui que je suis et cet Autre que moi qu’il fut auraient pris plaisir à se croiser même furtivement, comme le sont les rencontres entre un auteur et un lecteur. Le plaisir de savoir que je lui aurais pu lui dire combien il m’avait éclairée. L’absence hélas. Je transmets ici encore (même s’il est probable que personne ne lise ces mots…) à sa compagne, ses enfants, sa famille, ses amis, ceux qu’il a aimés, mes pensées et mon soutien tant, j’imagine, le vide laissé doit être grand et pénible. Parti beaucoup trop tôt. Toutefois parti dans le meilleur souvenir qu’il pouvait laisser… Tout est dans ses livres. Lire … et poursuivre ! Amicales pensées

  214. Une louvette sachez effectivement qu’Axel avait fait de la haute Loire et de Céneuil en particulier son centre du monde , la croisée de ses deux traversées de la France à pied remarquablement racontées dans les deux livres «Pensées en chemin » et «Entre deux mers ». La prochaine fois montez au sommet du suc (volcan endormi) de Céneuil et contemplez l’horizon qui s’échappe de tous côtés … Comme Axel aimait tant le faire à cet endroit si particulier. Lire ses livres et vivre raisonnablement et humainement pour honorer sa mémoire … Un ami de Haute Loire.

  215. Merci pour vos efforts passés. Croyez malgré tout à ce qui vous ferait encore plaisir. Croire est un acte à la fois stupide et gratuit, un choix libre sans effort au contraire de la réflexion et du doute. Mais croire est un carburant pour la vie quand il vient de soi-même. Croyez encore.

  216. Merci @Fabrice pour ce conseil. J’ai lu les pages consacrées à Ceneuil, au Puy et aux Altiligériens dans Pensées en chemin. J’ai également lu la page du blog consacrée aux merveilles du Puy et de ses « Sucs » environnants dont celui de Céneuil. Je crois bien que l’article paru le 2 juillet 2015 dans la revue l’éveil.fr témoigne tout-à-fait de votre amitié et de attachement d’Axel Kahn à cet endroit. L’intensité du regard d’Axel K. sur ces chemins et ses pensées était équivalente à l’intensité de sa présence au monde, de sa présence dans une salle, dans un lieu quel qu’il soit. Je lirai Entre deux mers à la suite de Pensées en chemin. J’ai lu Chemins, Être humain pleinement, Jean Kahn, un homme hors du temps, ce qui me laisse encore de belles heures de lecture à venir. Toujours aussi triste et attristée de l’irrémédiable couperet mis à sa vie et son œuvre, je peux ressentir l’émotion qu’il décrivait comme une « dilatation de l’âme » qui s’éprouve seul et requiert l’autre pour partage. Don et quête dont l’absence laisse, comme il le disait, pensant à Jean Kahn, orphelin.
    Amitiés raisonnables et humaines.
    Nb : @London vous avez raison. Foi en l’humain, foi en la beauté de la Terre. Je crois vraie cette citation, qui peut être ramenée à la relation entre un être et un autre sur la base d’une étincelle de lumière, peut-être une croyance : « Il y a des êtres qui justifient le monde, qui aident à vivre par leur seule présence. » Albert Camus
    Est-ce stupide ?

    • Merci Louvette pour ce témoignage. J’envisage d’organiser un nouvel événement l’an prochain en Haute Loire sur les pas d’Axel en ce lieu si particulier pour honorer sa mémoire et réunir certains de ses amis pour une cause qu’il lui tenait à cœur. Comment partager avec vous ce projet si cela vous intéresse ? Adresse mail …? Amclt Fabrice

  217. Il y a 77 ans, au Petit-Pressigny naissait un bébé qui deviendrait un type bien…

    Demain, cela fera deux mois qu’Axel, Le Loup a rejoint les cieux mauves. Saluons plutôt la Vie !

    Si l’Aube aux doigts roses ne bleuit plus pour Le Loup parti divaguer, la lumière de sa pensée demeure blottie sous les couvertures de ses livres.

    Avant de saluer les pâquerettes et autres fleurs des champs, cueillons les myosotis et souvenons-nous…

    De grandes découvertes scientifiques, un engagement humaniste, de l’humour et toujours un salut à la beauté du monde. Un chemineau à la cape rouge, Princesse Mascotte complice, une drôle de technique pour sécher ses chaussettes…

    Une pensée à sa famille ou plutôt à sa « meute »…

  218. Alfred de VIGNY
    1797 – 1863

    La mort du loup

    I

    Les nuages couraient sur la lune enflammée
    Comme sur l’incendie on voit fuir la fumée,
    Et les bois étaient noirs jusques à l’horizon.
    Nous marchions sans parler, dans l’humide gazon,
    Dans la bruyère épaisse et dans les hautes brandes,
    Lorsque, sous des sapins pareils à ceux des Landes,
    Nous avons aperçu les grands ongles marqués
    Par les loups voyageurs que nous avions traqués.
    Nous avons écouté, retenant notre haleine
    Et le pas suspendu. — Ni le bois, ni la plaine
    Ne poussait un soupir dans les airs ; Seulement
    La girouette en deuil criait au firmament ;
    Car le vent élevé bien au dessus des terres,
    N’effleurait de ses pieds que les tours solitaires,
    Et les chênes d’en-bas, contre les rocs penchés,
    Sur leurs coudes semblaient endormis et couchés.
    Rien ne bruissait donc, lorsque baissant la tête,
    Le plus vieux des chasseurs qui s’étaient mis en quête
    A regardé le sable en s’y couchant ; Bientôt,
    Lui que jamais ici on ne vit en défaut,
    A déclaré tout bas que ces marques récentes
    Annonçaient la démarche et les griffes puissantes
    De deux grands loups-cerviers et de deux louveteaux.
    Nous avons tous alors préparé nos couteaux,
    Et, cachant nos fusils et leurs lueurs trop blanches,
    Nous allions pas à pas en écartant les branches.
    Trois s’arrêtent, et moi, cherchant ce qu’ils voyaient,
    J’aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,
    Et je vois au delà quatre formes légères
    Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,
    Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
    Quand le maître revient, les lévriers joyeux.
    Leur forme était semblable et semblable la danse ;
    Mais les enfants du loup se jouaient en silence,
    Sachant bien qu’à deux pas, ne dormant qu’à demi,
    Se couche dans ses murs l’homme, leur ennemi.
    Le père était debout, et plus loin, contre un arbre,
    Sa louve reposait comme celle de marbre
    Qu’adoraient les romains, et dont les flancs velus
    Couvaient les demi-dieux Rémus et Romulus.
    Le Loup vient et s’assied, les deux jambes dressées
    Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.
    Il s’est jugé perdu, puisqu’il était surpris,
    Sa retraite coupée et tous ses chemins pris ;
    Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,
    Du chien le plus hardi la gorge pantelante
    Et n’a pas desserré ses mâchoires de fer,
    Malgré nos coups de feu qui traversaient sa chair
    Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,
    Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,
    Jusqu’au dernier moment où le chien étranglé,
    Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.
    Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.
    Les couteaux lui restaient au flanc jusqu’à la garde,
    Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;
    Nos fusils l’entouraient en sinistre croissant.
    Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,
    Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,
    Et, sans daigner savoir comment il a péri,
    Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri.

    II

    J’ai reposé mon front sur mon fusil sans poudre,
    Me prenant à penser, et n’ai pu me résoudre
    A poursuivre sa Louve et ses fils qui, tous trois,
    Avaient voulu l’attendre, et, comme je le crois,
    Sans ses deux louveteaux la belle et sombre veuve
    Ne l’eût pas laissé seul subir la grande épreuve ;
    Mais son devoir était de les sauver, afin
    De pouvoir leur apprendre à bien souffrir la faim,
    A ne jamais entrer dans le pacte des villes
    Que l’homme a fait avec les animaux serviles
    Qui chassent devant lui, pour avoir le coucher,
    Les premiers possesseurs du bois et du rocher.

    Hélas ! ai-je pensé, malgré ce grand nom d’Hommes,
    Que j’ai honte de nous, débiles que nous sommes !
    Comment on doit quitter la vie et tous ses maux,
    C’est vous qui le savez, sublimes animaux !
    A voir ce que l’on fut sur terre et ce qu’on laisse
    Seul le silence est grand ; tout le reste est faiblesse.
    – Ah ! je t’ai bien compris, sauvage voyageur,
    Et ton dernier regard m’est allé jusqu’au coeur !
    Il disait :  » Si tu peux, fais que ton âme arrive,
    A force de rester studieuse et pensive,
    Jusqu’à ce haut degré de stoïque fierté
    Où, naissant dans les bois, j’ai tout d’abord monté.
    Gémir, pleurer, prier est également lâche.
    Fais énergiquementg ta longue et lourde tâche
    Dans la voie où le Sort a voulu t’appeler,
    Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler.

    https://images.app.goo.gl/6A8Z25CAAu9akoaw5

    Deux mois déjà… Nous ne vous oublierons pas !

  219. Bonjour,
    Je suis désolée, Fabrice, je n’ai pas répondu à votre proposition. Je ne m’en sens pas capable à vrai dire. Je n’ai connu Axel Kahn que dans la dernière partie de sa vie. Je n’ai connu qu’Axel le loup. J’ai vécu de manière intense cette période tout simplement parce qu’il offrait sa sensibilité et son intelligence. Cela m’a touchée au delà de ce que je pouvais anticiper, n’ayant de toute façon rien anticipé et ayant été dans l’instant de cette rencontre. C’est la magie de la nature, de la nature humaine, de l’insondable mystère des alchimies, qui a peut-être œuvré et qui œuvre lorsque l’on n’est plus telle ou telle représentation de nous-mêmes mais réellement nous-mêmes. C’est ce que j’appellerais le sel de la vie, qu’Axel Kahn a eu le talent, la force et l’intelligence de mettre en œuvre dans sa vie. C’est hélas ce qu’on nous apprend trop à perdre de vue éternellement par statut social, statut professionnel ou autre mot qui capterait ce que je veux dire. Axel Kahn faisait partie de ces personnes qui savent toute l’immense variété des possibles humains et qui éclairent par leur personne nombre d’existences. Il manque. Sa confiance manque. Son timbre limpide aussi.
    Hélas, je ne l’ai que trop peu connu. Vous qui avez été son ami, j’espère que vous avez partagé beaucoup de discussions avec lui et qu’il vous accompagne en pensées. Bien à vous. Corinne

  220. Bonjour Louvette et tous les amis d’Axel,
    Axel avait fait de Saint Vincent, petit village de haute Loire le « centre du monde ».C’était le point d’intersection de ses deux diagonales pédestres de la traversée de la France en 2013 et 2014. C’était également le lieu de l’une de ses dernières conférences avant que le Covid et le cancer ne frappent. En ce lieu si symbolique pour lui j’organise le samedi 25 juin prochain un hommage à notre ami intitulé « Sur les pas d’Axel » avec une marche ( à la portée de tous) de Saint Vincent au sommet du suc (volcan endormi) de Céneuil, suivie d’une lecture sous l’arbre d’extraits de ses sept derniers livres . L’ensemble de la recette sera versée pour une cause qui lui tenait à cœur. Cette journée est ouverte à tous ceux qui veulent témoigner leur affection à Axel le loup. Les modalités d’inscription seront communiquées ultérieurement mais vous pouvez déjà réserver votre week-end si le cœur vous en dit. Belle journée Fabrice

  221. Merci beaucoup Fabrice, vous me touchez par ce message et par cette initiative. Je note la date. 25 juin 2022. C’est un beau programme, marche, lecture d’extraits de la plume d’Axel, pensées, dons. Bravo ! À tous les amis, répondez vite présents à la mémoire d’Axel le loup. Le 25 juin 2021, il était encore parmi nous. Le 25 juin 2022, il ne sera pas si loin…
    Bien à vous, Corinne

  222. Sur les pas d’Axel
    Hommage à Axel Kahn
    Samedi 25 juin 2022 à Saint Vincent (Haute Loire)
    ——-
    Entre l’enfant prêt à s’élancer au matin de sa vie sur les chemins du vaste monde et l’image de cet homme d’exception, il s’est écoulé toute une vie humaine à chercher le sens profond de l’injonction paternelle : Sois raisonnable et humain. Cette dernière photo que la famille a choisi pour l’accompagner dans son grand voyage, illustre la marche, le mouvement sûr et décidé, le sourire malicieux, l’intelligence du regard, la simplicité, l’authenticité, la main tendue qui nous dit au revoir et la sérénité de celui qui n’a pas peur de la fin du chemin. Sa devise était « Fais ce que dois » et sa vie durant, il s’y est efforcé.
    Depuis le 5 juillet dernier, une étoile de plus brille au-dessus du Suc de Ceneuil qui domine le village de Saint Vincent, il en avait fait son centre du monde tant il aimait cet endroit où l’horizon s’échappe de tous côtés au sommet de son volcan endormi. Point d’intersection de ses deux diagonales, traversées pédestres de la France en 2013 et 2014, il a été aussi le lieu de l’une de ses dernières conférences avant que le Covid ne frappe, avant que le cancer ne frappe. C’était le temps d’avant.
    A bientôt donc cher Axel !
    Fabrice Fricou

    Je tiens à remercier ceux qui par leur aide, leur implication et le support logistique ont rendu possible cet hommage à Axel Kahn : Annie Lorrain, Jean Benoit Girodet, Maire de Saint Vincent, le conseil municipal, le comité des fêtes, la médiathèque, l’association des amis de Ceneuil et Jean Noël Borget, docteur en géologie.

    Programme et inscription :

    – 9 h : Parking prévu dans la commune et Rassemblement à la salle polyvalente de Saint Vincent.
    – 9h30 / 10h : départs échelonnés et début de la randonnée sur les chemins de Saint Vincent jusqu’au sommet du Suc de Ceneuil. Randonnée accessible à tous, sans chronomètre ! Prévoir de bonnes chaussures de marche, une gourde et un chapeau !
    Le droit d’inscription de 5 € sera reversé en totalité au comité départemental de Haute Loire de la ligue contre le cancer et sera acquitté par chaque participant sur place le jour même. Un stand du comité départemental de la ligue contre le cancer sera présent toute la journée pour ceux qui souhaitent faire un don. Pour une meilleure organisation, il est recommandé de vous inscrire pour la randonnée à l’adresse suivante : cdfsaintvincent43@gmail.com afin de prévoir à l’avance le nombre de voitures et de randonneurs. Un plan du circuit et des aires de stationnement vous sera alors envoyé. Pour ceux qui viennent de loin, le volcan de Ceneuil est bien endormi et il n’envisage pas de se réveiller avant le 25 juin prochain …
    – 11h Conférence « la formation géologique du Suc de Ceneuil » avec Jean Noël Borget sur le parcours à la station météorologique (premier groupe).
    – 12 h : apéritif à la buvette installée sur la place de Ceneuil au profit du comité des fêtes et des amis de Ceneuil.
    – 12h30 : Repas au même endroit. Compte tenu des infrastructures, nous avons dû limiter à 300 le nombre de repas préparés par un traiteur. Un chèque de 13€ par personne doit être envoyé à l’ordre du comité des fêtes de Saint Vincent, en mairie, 2 rue de la mairie 43800 Saint Vincent. En cas de besoin vous pouvez joindre Bernard Souton au 06.30.95.80.93.Les réservations des repas se feront dans l’ordre d’arrivée des chèques et dans la limite de 300. Pour les autres, il convient de prévoir un repas tiré du sac.
    – 14h : Conférence « La formation géologique du Suc de Ceneuil » avec Jean Noël Borget (deuxième groupe).
    – 15h : lecture sous l’arbre. Des lecteurs publics se relaieront pour partager des extraits des sept derniers livres d’Axel Kahn qui seront en vente libre sur place pour ceux qui le souhaitent.
    – 16h15 Départ à pied pour Saint Vincent au parking de stationnement des véhicules.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.