DÉSIRS. Les femmes attirent les hommes, les hommes attirent les femmes…


Il y a quelques années à Soir 3, le journal du soir de France 3, Marie Drucker me demandait de commenter une étude démontrant que trois pour cent des enfants n’étaient pas biologiquement ceux de leur père légal sans qu’ils le sachent. Je lui répondis que, grâce à la contraception, ce pourcentage avait beaucoup diminué : dans ma jeunesse, c’était au moins huit pour cent, près de trente pour cent en ce qui concerne les deuxièmes et troisièmes enfants….La présentatrice manifesta une vive émotion à laquelle je réagis en lui rappelant : « vous savez, Madame Drucker, les femmes attirent les hommes et les hommes attirent les femmes, cela semble établi… »

J’avais raison et croyais ma conviction partagée par toutes et tous. Était-ce bien le cas ? L’année 2017 restera dans l’histoire des sociétés occidentale, après l’affaire Harry Weinstein, celle de révolte des femmes contre la violence et le harcèlement sexuel des hommes, contre les stéréotypes machistes dégradants. C’est bien. Leila Slimani a très subtilement revendiqué la légitimité pour une femme d’avoir le même droit qu’un homme de se promener à l’heure qu’elle désire, là où elle veut, vêtue comme elle se sent bien. Le droit à la légèreté et à l’insouciance. Rien à dire à cette revendication, elle est légitime, il est consternant qu’il soit nécessaire de la formuler encore au XXIe siècle.

Cependant, la juste indignation contre toutes les violences faites aux femmes, le refus des attitudes sexuées de domination et de possession, a parfois débouché sur un tableau étrange de la relation entre les sexes et les genres. Dans cette peinture singulière, des femmes fragiles et sans défense, sans désir et sans passion, seraient les victimes expiatoires du désir masculin, celui de porcs en rut incontrôlables et dangereux. Certes, le mâle humain, butor carnassiers et prédateurs, cela existe, hélas ; femmes et hommes doivent s’unir pour les mettre hors d’état de nuire, pour auparavant entrer dans l’esprit des garçons que c’est là une attitude dégradante et abjecte. Cependant, le monde est bien celui où les hommes attirent les femmes et où les femmes attirent les hommes, comme je le rappelais à Marie Drucker. Désirs féminin et masculin existent l’un et l’autre, ils sont puissants tous deux. Leurs manifestations seules sont asymétriques, elles créent sans conteste la dangerosité bien supérieure du désir masculin sur sa contrepartie féminine. Il existe à cela une base physiologique à  laquelle s’ajoute des millénaires de sociétés patriarcales et sexistes. .

La séduction est en œuvre dans tous les sexes et les genres ; elle vise à éveiller le désir de l’autre. Cependant, le désir masculin violent peut pour certains parvenir à ses fins en l’absence de désir féminin : c’est le viol. En revanche, le désir féminin, en dehors du culte d’Onan, ne peut s’assouvir qu’à la condition d’avoir préalablement provoqué celui du ou de la partenaire convoité(e). Les femmes s’y entendent en général pour y parvenir. On peut les dire, comme les hommes, provocantes, collantes, lassantes, elles ne sont pas dangereuses, au moins en ce qui concerne les conséquences de leur désir dans l’espace public.

Leila Slimani, déjà citée pour la qualité et la pertinence de sa prise de position, a raison de revendiquer le droit à la légèreté pour une femme comme pour un homme, celui de déambuler court vêtu(e), en short où en jupes court(e)s, le bouton du haut du jean défait, le nombril à l’air, le slip visible et  le poitrail plus ou moins largement dénudé, de jour comme de nuit, sur la plage ou sur la place. La mode de l’instant chez les garçons est celle du pantalon tenant par miracle sur les hanches et baissé au moins de montrer le haut du caleçon et le début de la raie des fesses ! Si elles et s’ils se sentent bien ainsi, pourquoi ne le pourraient-elles, ne le pourraient-ils pas ? Cependant, difficile de ne pas faire l’hypothèse que si filles et garçons s’aiment ainsi, apprécient l’image qu’elles et qu’ils donnent de leurs corps, c’est au moins un peu (litote) parce qu’elle est de nature à éveiller le désir. Être désiré(e) peut-être pesant mais aussi indispensable pour vivre !

Le désir, en particulier le désir sexuel, emplit le monde, il habite la plupart des hommes et des femmes, des femmes et des hommes. Le nier est soit absurde, soit annonce une société invivable, terrifiante, un monde sans désir. La question n’est par conséquent pas  de le combattre, de le vilipender mais de vivre avec, de vivre ensemble et heureux avec.

Axel Kahn, le seize janvier 2018

14 thoughts on “DÉSIRS. Les femmes attirent les hommes, les hommes attirent les femmes…

  1. Rien à redire à cet article, très juste . Ce qui est aberrant et qui démontre le caractère particulièrement malsain de notre époque, c’est cette loi ultraréactionnaire prévue par le gouvernement et qui fixera désormais le consentement sexuel à 15 ans…ce qui signifie concrètement qu’un(e) adolescent(e) de quinze ou seize ans ayant une relation amoureuse avec un(e) adolescent(e) de quatorze ans pourra être poursuivi(e) par la justice. Même s’il y a consentement, voire amour partagé. Jamais une loi aussi réactionnaire, puritaine et réagressive n’avait été prévue en France depuis une éternité : malgré son âge relativement jeune, Macron a décidément des idées d’un autre temps et je regrette d’autant plus d’avoir voté pour lui en 2017 au lieu de m’abstenir.

    • Vous êtes sévère, le sujet était très compliqué. Après la lever de bouclier déclenchée par la non reconnaissance du viol après des rapports d’adultes avec des filles de 11 ans, le statu quo n’était plus possible et deux attitudes semblaient à priori possibles. Fixer à 13 ans l’âge en dessous duquel tout rapport doit être assimilé à un viol. J’étais plutôt pour cette solution mais minoritaire dans l’opinion. Ou bien aligner cet âge sur celui de la majorité sexuelle, quinze ans. C’est cette solution qui a été retenue, elle a sa logique et comportes des inconvénients mais ne justifie sans doute pas votre diatribe. Amitiés.

      • Monsieur Kahn, la majorité sexuelle est fixée à 14 ans dans plus d’une dizaine de pays européens, dont l’Italie, l’Autriche , l’Allemagne et le Portugal. 14 ans devrait être selon moi la règle commune, mais je constate qu’ au lieu de s’aligner sur ces pays la France choisit de s’enfoncer dans un puritanisme liberticide à l’anglo-saxonne, avec les innombrables dérives que cela comporte. Je me rappelle avoir lu récemment une interview de la talentueuse Charlotte Gainsbourg, où elle disait avoir eu sa première relation amoureuse à partir de 14 ans avec un homme plus âgé : ils sont restés en couple cinq ans. Cette loi n’a donc pas grand chose à voir avec les violences sexuelles puisqu’elke s’appliquera à des relations sexuelles librement consenties voire amoureuses. Ce risque a été pointé du doigt par plusieurs juristes hostiles à ce retour à l’ordre moral.
        Cordialement.

  2. La majorité sexuelle a été fixée à quinze ans en France par le gouvernement provisoire de la République française, par l’ordonnance du 2 juillet 1945. Personne – à part vous pour la première fois à ma connaissance – n’a jamais proposé de l’abaisser. Emmanuel Macron n’est vraiment pour rien là dedans. La dernière disposition à choisi la facilité et une certaine logique d’aligner cet âge avec celui de l’âge en dessous duquel un acte sexuel sera assimilé à un viol. La jurisprudence existe. J’imagine qu’un adolescent de 16 ans qui a des relations sexuelles avec sa copine de 14 ans ne sera pas poursuivi pour viol….

  3. J’ignore si je suis le seul à proposer l’abaissement de la majorité sexuelle à 14 ans (j’en doute),et de toute façon la logique voudrait que la loi s’accorde avec la réalité au lieu de vouloir la nier en s’appuyant sur des principes plus qu’obsolètes. En cédant aux appels de certaines associations féministes ou traditionnalistes (car le néo-féminisme est un intégrisme et adopte exactement les mêmes prises de position que les courants intégristes religieux ) réactionnaires, Macron a fait le choix de la facilité, du manque de courage, du consensus mou…Pour quelqu’un qui prétend faire de la politique autrement, on constate sur ce sujet comme sur beaucoup d’autres qu’il reproduit les mêmes insuffisances que ses prédécesseurs. La majotité actuelle fait un peu comme Sarkozy, en réagissant à chaud à la suite d’un fait divers médiatisé…Selon moi cette loi et l’absence quasi-totale d’opposition sont surtout révélatrices d’un retour insidieux au puritanisme, d’une réaction et d’une régression se manifestant à tous les niveaux dans la société française. Bien à vous.

    • Mais Macron n”a rien fait, le pauvre. Aucune majorité en France n’aurait accepté d’abaisser l’âge de la majorité sexuelle, aucune !

      • Précisément. Aucune n’aurait osé le faire dans le climat actuel, et c’est très révélateur.
        Une anecdote, pour terminer : il y a deux ans, dans la ville où j’habite, une exposition “”féministe”” a été tenue dans le centre culturel pour “”dénoncer”” l’érotisme dans les médias et la publicité…”Couvrez ce sein que je ne saurais voir “…J’avais l’impression d’été transporté à Téhéran. Ou au moyen-âge. Bonne journée.

  4. Je remarque que vous ne parlez que du désir entre personnes de genres différents: manifestation d’indifférence ou d’hétérosexisme? Je vous rappelle que des hommes sont attirés par des hommes et des femmes par des femmes…et ce serait bien d’en tenir plus compte plutôt que de présupposer tout le monde hétérosexuel. Bien à vous

    • Non, non, pas de problème. Il y a aussi des femmes attirées par des femmes et des hommes attirés par des hommes, c’est juste un peu plus rare. Les deux points de départ de cet article ne concernent cependant pas ces situations : la fréquence des fausses paternités biologiques et les mouvements #balancetonporc et #metoo

  5. L’esprit et la vision des femmes par les hommes, changera le jour où les présentatrices de télévision, les mannequins, les vedettes de cinéma et de télévision, surtout, femmes seront âgés,, moches, bigleux et bigleuses, obèses, bref, le jour où n’axisteront plus nos sacro-saintes et actuelles normes indéracinables en matière d’esthétique, qui constituent l’alpha et l’oméga de la légitimité d’exister devant un public pour qui elles représentent un idéal perpétuellement inatteignable…, avec les problèmes qui en découlent..

    • Ppourquoi la vision des femmes par les hommes devrait-elle changer ?
      Pourquoi la vision des hommes par les femmes devrait-elle changer ?
      Autant imaginer vivre dans un monde peuplé de robots.

  6. La haine de ce qui est différent constitue l’une des caractéristiques du fascisme, par conséquent la misogynie et la misandrie sont pareillement l’expression d’une vision fasciste du monde.
    Et aujourd’hui (voir par exemple les propos de Virginie Despentes ou Caroline de Haas) c’est ce qu’est devenu une grande partie du féminisme occidental : l’expression d’un sexisme haineux, pudibond et ulta réactionnaire. Que d’ailleurs de plus en plus de femmes, d’homosexuels et de transgenres rejettent violemment , et avec raison.

  7. Le plus frappant dans le mouvement Metoo, c’est qu’aucune de ses figures de proue médiatiques n’a dénoncé les atrocités commises sur des milliers d’adolescentes à Telford et en Angleterre par un gang pédophile islamiste, avec la complicité des autorités locales. Il s’agit de l a plus grosse affaire de crimes sexuels qu’un pays d’Europe ait connue depuis 39-45, et aucune d’elles n’en parle. Paradoxal, non ?
    En fin de compte, il n’existe aucune vraie féministe en France aujourd’hui parmi les figures médiatiques. Les pseudo-féministes que l’on voit sur les écrans ne sont pas les adversaires de la culture du viol mais ses complices.
    Se taire quand on a la parole est toujours une forme de complicité. Aucun silence n’est innocent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.