INDIGNATION MORALE


Nouvel élément de langage pour relativiser la mortalité liée à la covid en France : « ils seraient morts de toute façon !» Ils étaient bien vieux, souffraient de comorbidité”…. D’ailleurs, « la surmortalité relevée par l’INED en 2020 est de 20% inférieure à la mortalité covid. » La première déclaration est une infamie éthique, la seconde une litote.

Débutons par la litote. Lorsque le port du masque et les autres gestes barrières préviennent 90% des grippes et autres infections saisonnières, que la réduction du trafic automobile diminue la mortalité routière, c’est la persistance en 2020 d’une surmortalité de plus de 50.000 personnes qui témoigne de la sévérité du prélèvement réalisé par la covid !

Poursuivons par l’indignation du moraliste et du Président de La Ligue contre le cancer. La dernière semaine de vacance n’a-t-elle plus aucune valeur ou bien en consacre-t-elle plus encore que les premières ? Nous savons que la mortalité du cancer reste de 45%. Faut-il en conclure que le drame d’une mort liée à la covid d’une personne atteinte de cette maladie est réduite de près de moitié ?

Cette autre personne ne peut plus être guérie, une rémission de son cancer est obtenue qui lui donne une médiane de survie en bonne santé de deux ans. Sont-elles insignifiantes ces années ultimes ou bien à l’inverse concentrent-elles les attentes et aspirations de toute une vie ? La proximité de la mort, toujours, exalte la valeur des jours, semaines, mois et années qu’il reste à vivre. Cela est vrai de la promenade presque ultime de la personne âgée au bord de la rivière, de son enthousiasme du printemps qui vient, le dernier, peut-être, de son émotion à « effeuiller » la marguerite fraichement éclose. Certains propos tenus me révoltent profondément.

Axel Kahn, lundi 29 mars 2021  

Partager sur :

23 thoughts on “INDIGNATION MORALE

  1. Merci de retourner aux fondamentaux. Ren que regarder le soleil, même dans les derniers instants, fragile, diminue… c’est encore vivre, que l’on parie ou pas que cette vie-la en precede une autre.

  2. Et l’Ivermectime est ce que ça marche un peu, à la folie ou pas du tout? Le silence autour de cette molécule me semble assourdissant..

    Merci pour ce blog qui émerge du brouillard médiatique.

  3. Merci pour ma tante, décédée du COVID fin novembre, seule aux urgences ( l’EHPAD nous a prévenus trop tard) à 91 ans. Continuez de porter la voix humaniste .

  4. Merci monsieur Kahn de revenir à l’essentiel et de rappeler qu’une vie est précieuse, quel qu’en soit le stade.

  5. Merci Professeur pour ces mots remplis de cohérence et d’humanisme
    Nous risquons en effet en arriver bientôt à remplir des carnets de tolérance , pour autoriser les plus anciens à être traités contre la Covid lorsqu’ils désirent rester en vie ….encore quelques temps

  6. L’ethique aurait été de soigner en amont et non pas d’utiliser pour les personnes âgées le Rivotril : 1 an après le début de l’épidémie, silence assourdissant autour d’une prise en charge précoce : Pourquoi aucun médecin qui hante les plateaux TV ne militent ils pas pour traiter aux premiers symptômes et permettre ainsi de sauver le maximum de personnes ??

  7. Cher Pr, j’ai beaucoup de considération et de respect pour tout ce que vous avez donné à la médecine, et je m’excuse par avance d’être irrévérencieuse mais la vieillesse vous sied mal. La vieillesse, c’est la sagesse, l’acceptation de sa condition de Mortel, l’acceptation du fait que nous sommes de passage, et qu’il faut bien mourir pour que d’autres vivent. La sagesse, c’est vouloir protéger l’Avenir, c’est vouloir protéger sa Jeunesse, pas faire gagner un mois ou un an à un résident d’EPAHD détérioré physiquement et cognitivement. Les vieux sages que je côtoie en maison de retraite, ceux qui ont encore leur tête, ont été des enfants de la Guerre, ils savent la souffrance que cela implique de priver des gosses de liberté, de les terroriser, et ceux là, ils disent “j’ai fait mon temps, je veux juste pouvoir embrasser mes enfants, je me fous de mourir si c’est dans leur bras, après un dernier bon repas entouré de mes 10 petits enfants et arrière petits enfants, ce sont eux qui doivent vivre!” Monsieur Kahn, interrogez ces vieux, qui n’ont pas votre cursus mais qui ont votre âge, et bien plus de sagesse que vous.

    • Merci de m’avoir écrit ces lignes, Madame. Cela m’était nécessaire pour me convaincre de ce que ces positions existaient en effet, sinon j’aurais pu me laisser aller à l’illusion qu’elles étaient devenues indicibles depuis la chute du troisième Reich en Allemagne. Mon billet évoque les personnes fragiles, celles atteintes de cancer, les aînés…sur lesquels vous concentrez votre propos. Cependant, il s’applique, on doit le supposer, à toutes les personnes fragiles que j’évoque. Le sacrifice des anciens “qui ont fait leur temps” a été exceptionnellement prôné, dans l’histoire. Par Spartes, dit-on. Sans les nommer explicitement, dans le lot des personnes fragiles et handicapées par le régime nazi. Aucune de ces nations n’a laissé de contribution à la civilisation. En revanche, les leaders actuels du monde, Chine et États-Unis, l’Allemagne en Europe, ont une forte considération pour leurs concitoyens âgés.

      Laissons-là les rappels historiques et observons les attitudes nationales durant cette pandémie de Covid. À ma connaissance un seul pays a théorisé à minima l’essence de votre pensée, la Suède. Avec un bien piètre succès puisque la mortalité par million d’habitants y est cinq à dix fois supérieure à celle dans les pays voisins alors que son économie est plus dégradée et que ses jeunes sont par conséquent plus affectés.
      Ce qui est assez stupéfiant dans vos propos, c’est qu’ils laissent supposer qu’il y aurait un choix : soit on protège les jeunes, ce qui impliquerait dans cette invraisemblable conception de ne pas se soucier des anciens ; soit on prend soin de ces derniers au détriment alors des jeunes. C’est un pur fantasme contredit par toutes les données observables. Les pays qui s’en sont le mieux tirés, en Asie et Océanie, ont protégé tous les citoyens, jeunes et vieux. Dans ceux ou la mortalité des séniors est la plus forte, la situation des jeunes est aussi la plus dégradée.

      Enfin, croyez que ma solidarité envers mes huit petits-enfants est totale, entière. J’aimais avant la pandémie les voir réunis autour de moi, je le désire ardemment pour après. Mon lien à eux est fort. Je leur offre un grand-père tendre, joyeux, avec qui on peut discuter, jouer. Ils seront tristes à ma disparition, aucun ne l’espère pour surmonter ses difficultés. Le tableau désirable que vous dépeignez du banquet où l’aïeul est entouré des siens pour leur dire adieux est stupéfiant. Il se peut, il n’est pas désirable, il n’est au bénéfice de personne. En un mot, votre commentaire m’apparait être une ignominie.

      • Merci pour votre indignation en préambule et dans cette réponse, je parcours souvent avec épouvante les sites antisysteme et je viens me ressourcer et respirer ici, encore merci

    • Votre “billet” dit tant que je le diffuse avec ma réponse sur les réseaux sociaux.

    • Caelotta vous êtes ignoble, mais j’éspère que c’est votre bétise qui vous fait parler de la sorte

  8. Dans mon village, dans les années 1970, on raconte cette histoire, un vieux septuagénaire pénètre dans le café de la place tout guilleret il annonce a tous ses amis de bistrot qu’il vient d’être opéré en disant ” ils m’ont prolongé jusqu’à la mort”

  9. Je suis entièrement d’accord avec carlotta on. Au nom d une pseudo mortalité judeo chretienne, on sacrifice notre jeunesse pour maintenir en vie des gens très ages qui ont atteint l age de passer le relais. Le general De Gaulle disait en son temps là vieillese est un naufrage a quoi sert il de vivre quand on est devenu totalement dependant. On ne respected pas la dignite humaine, on est souvent plus humain avec nos animaux de compagne. Cordialement et respect professeur Khan

    • Ayant répondu en détail à Carlotta, cela me dispense de réagir à votre commentaire. Cordialement.

    • Brubru alors il faut faire quoi ? on ne vaccine pas les vieux ? on leur laisse prendre le covid, on ne les soigne pas donc on les achève avec bonne conscience ? vous aussi vous êtes ignoble !

  10. Avec les mesures de confinement, plus personne ne profite du soleil. Les personnes âgées non Covid en EHPAD ne sortent plus pour profiter de la campagne et meurent d’autre chose. Quant aux malades du Covid, ils meurent parfois dans des zones de cohorting privées de lumière, entourés de soignants sans visage. C’est aussi une réalité de toutes ces mesures. On a créé un monde sans joie, sans aspérité, sans mort peut-être.
    Dr Parneix

    • C quoi cohorting
      Mais c’est une bonne idée les ehpad a la campagne un peu comme les villes

  11. Axel Kahn, vous insistez beaucoup et vous avez raison, sur les aspects moraux de ces réactions quasi eugénistes aux morts causées par la pandémie, et sur la surmortalité agrégée. Cela ne retire rien à l’intérêt de rappeler certains faits démographiques frappants quand on les ramène au niveau individuel.

    Au niveau mondial, plusieurs études ont chiffré le nombre d’années perdues pour chaque mort du covid-19. L’une des plus complètes, publiée en février dans Scientific Reports, et agrégeant les données de 80 pays, a abouti au chiffre de 16 (oui, seize !) années de vie en moins pour chaque mort du COVID. L’image du vieillard à l’article de la mort n’est pas seulement ignoble, elle est totalement fausse en moyenne.

    Outre leur ignominie morale fondamentale, les défenseurs de ce point de vue le fondent souvent sur une confusion (partiellement entretenue il faut dire par les journalistes souvent bien mauvais scientifiques, vous avez été bien placés pour vous en rendre compte sur les plateaux télé ces derniers mois !) : celle entre espérance de vie à la naissance (actuellement 83 ans dans notre pays), et espérance de vie à un âge donné, par exemple 80 ans. À titre indicatif, elle est en France de plus de 11 ans pour une femme et de 9 ans pour un homme.

    Un immense merci pour ce précieux blog.

  12. AxeL Kahn Bonjour
    Ex membre de la CPU (2008-12) je cherche un conseil, concernant la vaccination Il ne serait pas opportun de le faire ici. Aussi j’ai envoyé un message sur le site de la Ligue espérant qu’il vous serait transmis. Comme mon adresse mail sela lisible par vous ici, vous pouvez me joindre pour un échange plus éclairant.
    Comptant sur votre compréhension et votre courtoisie
    BM

  13. Merci pour ces lignes et votre point de vue éclairé et pertinent. Plus que jamais, en ces temps tristes et troublés, je me répète ces mots : “la science, la raison, la laïcité, la république !”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.