LA DOULEUR ET LA VIE. LA DOULEUR ET LA MORT.


J’ai choisi le 17 juin 2021 de tirer le rideau sur mon blog “ La chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie”, ce n’était pas un faire-part de décès imminent . Simplement, au stade atteint part les douleurs, mon médecin traitant de fils et moi avons pris la décision de privilégier leur maitrise, quoiqu’il en coute, selon la fière déclaration du président de La République annonçant les mesures de soutien aux acteurs de l’ économie. Tout en m’efforçant de faire l’inventaire de toutes les démarches pratiques essentielles aux proches qui devront ne pas ajouter les difficultés administratives ou financières au chagrin de ma disparition. Dans ces conditions, la poursuite de l’objectif antérieur était devenu hors de portée. J’ anone depuis 20 minutes sur les six lignes que je tente de taper, ne voyant rien que dans le brouillard, me trompant de mots, de lettres, d’idées, je transpire à grosses gouttes. Incapable même de retrouver mon tapis volant, je n’ose imaginer l’emprunter comme monture.

Hier, il nous a fallu à mon fils et à moi arrêter une stratégie exceptionnelle pour me mettre en état de recevoir l’équipe de La Grande Librairie de François Busnel : que je ne souffre pas trop, que mon délire opiacé demeure dans d’honorables limites et que j’évite la confusion mentale du demi-sommeil. Nous verrons le mercredi 23 juin à 20h 50 ce que cela a donné, moi le premier.

Je n’ai pas naturellement beau teint, maquillage indispensable

 

Avant le clap, François Busnel et moi.

 

Dix heure 15 – 13h, tout est dans la boite. Le maquillage s’imposait vraiment. Vanné, épuisé…

La douleur est, chacun le sait, la grande question des derniers épisodes de la vie, elle est redoutée. Exceptionnels sont les grand mystiques qui la revendiquent pour accroitre leurs chances d’accéder à la félicitée des divers paradis religieux, par imitation de Jésus dans les religions chrétiennes. Le martyr a cessé dans la plupart des interprétations modernes des religions d’être une garantie du rachat des fautes sinon inexpiables. Pour les chrétiens, la passion de Christ n’exige aucune imitation  autre celle des préceptes des évangiles pour bénéficier du rachat du péché originel, et encore ce rachat est-il universel et inconditionnel. Du moins devrait-il en aller toujours  ainsi. Pour les incroyants aussi mais sans hésitation aucune la douleur est mauvaise, elle perturbe l’autonomie de la pensée, altère en conséquence l’humanité même. La combattre est une ardente obligation des médecins puisqu’elle est la condition d’une vie suffisamment belle pour désirer n’en pas perdre une seule bribe.

Refuser de ne pas se soumettre au tyran impitoyable qu’est la douleur signifie souvent pour y échapper accepter un certain degré d’ivresse, d’ébriété qui nuit sans nul doute à la qualité formelle de l’idéation mais ne constitue pas un obstacle insurmontable à des moments de bonheur qu’il serait bien sot de ne pas saisir. Je les saisis, je plane mais en jouis, quelques minutes encore, quelque jours, semaines peut-être. Ce n’est plus vraiment moi, celui dont il s’agit n’écrira peut-être pas de chef d’œuvre mais, apaisé par instant, il sourira, je souris. Il vivra quelques instants de plus, et trouvera que cela en vaut la peine.

Axel, le loup titubant mais à l’œil pétillant.

Samedi 19 juin.

 

 

 

 

Partager sur :

189 thoughts on “LA DOULEUR ET LA VIE. LA DOULEUR ET LA MORT.

  1. Votre témoignage me bouleverse vraiment, quel homme courageux vous êtes.

    • Oui Axel Kahn nous livre un témoignage bouleversant car il ose parler de la mort, sans tabou, alors que malheureusement en France on voudrait la cacher.
      On écrit souvent “il est parti”, au lieu d’écrire “il est mort”.
      La mort fait peur et pourtant elle concerne chacun d’entre nous.

      Merci Monsieur Kahn pour vos avis scientifiques, merci pour votre si beau témoignage décrivant votre vécu en fin de vie.

      Vous avez choisi les soins palliatifs. Ces soins sont respectueux de la dignité humaine car ils accompagnent la vie dont fait partie la mort. Ils laissent vivre le malade en fin de vie.

      Vous écrivez souvent “il n’y a rien après la mort”. Ce n’est pas parce que vous le répétez que c’est vrai !
      Je suis chrétienne et me plonger dans les évangiles avec d’autres m’éclairent.
      Le Christ a partagé notre condition humaine, donc la mort. Mais il est ressuscité. On ne peut pas séparer la mort du Christ de sa résurrection. Après le Vendredi saint, il y a Pâques.

      Vous allez mourir, que c’est émouvant de l’écrire, mais vous vivrez autrement après. La mort physique est le début d’une autre vie. Oui, c’est la foi des chrétiens.

      Personne n’a dit qu’il est bon de souffrir. Oui, vous avez raison de combattre la souffrance même si l’esprit flanche ou si le nombre de jours restant à vivre est écourté. L’Eglise est contre l’acharnement thérapeutique.

      Axel Kahn jusqu’au bout aura enseigné, aimé, partagé. Que c’est beau, merci !

      • Il y a quelques années (en 1989) après avoir été opérée d’une tumeur osseuse j’ai fait une EMP et je l’ai écrit à Axel Kahn pour, comme vous, lui assurer que la mort n’est pas la fin de tout mais le début d’autre chose. Alors, je suis ravie qu’une autre personne, en l’occurrence vous Madame Froger, lui en “parle”. Merci

        • …quel courage de surmonter une grande souffrance dans son corps ….d essayer de la comprendre ..le sort de l humain est de mourir …nous naissons en toute connaissance de chose …nous partons avec notre conscience qui elle ne subit pas les lois de la matrice ..
          Elle s enrichit de tout ce que nous avons aimé en empathie en compassion….bonne route
          ..

      • Belle fin de vie monsieur ,comme vous l entendez au mieux .
        Nous sommes juste de passage c est la meilleure des leçons que l on puisse s administrer pour sauver ceux qui continuent a vivre.

        • Merci Monsieur Kahn vous êtes un maître à penser, à savoir appréhender la mort tout autant que la vie puisqu’elle en fait partie.
          Je voudrais être capable de suivre votre exemple le moment venu mais ne suis pas sûre d’y parvenir.
          J’admire votre beau parcours et votre humanité.

      • Merci, merci a Axel Kahn, merci à Forger.
        Chrétienne, je lutte contre les paroles de désespoir de notre société.
        M. Kahn vous faites preuve d’une grande foi malgré vous.

    • Cher Axel Kahn, vous êtes bouleversant de vérité. Quelle initiation à la vie !
      « Chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière ».
      Quelle soit douce et bleuissante comme celle des aurores que vous aimez tant.

    • Je vous lis chaque jour et peux juste vous dire que vous êtes un exemple pour ma vie.
      Alors merci et trouvez le bonheur la ou il est et la ou il sera.

    • L’annonce de sa disparition prochaine -ce qui n’est pas dans notre culture- m’a donné envie de lire Axel Kahn.
      J’ai choisi Jean. Un homme hors du temps.
      J’en lirai d’autres, lorsque Axel Kahn sera lui aussi, devenu un homme hors du temps. .

    • Cher docteur Kahn , votre courage force l admiration , vous ne nous quitterez jamais , vous êtes le bleuet qui, au milieu d autres fleurs de toutes couleurs , les blés , se dresse , se redresse , avec le soutien de tout ce qui l entouré .
      Je vous envoie toute la tendresse , avec humilité. Admiration ,respect ,
      Je vous embrasse

    • Monsieur Khan même si vous ne lisez pas mon message je voulais vous dire que vous êtes une belle personne. Un sage.
      Je vous embrasse de tout cœur et vous remercie pour ce que vous êtes.

  2. Bonjour Monsieur
    Je mesure la chance que j’ai eu de vous croiser sur mon chemin de vie, professionnelle à de trop rares occasions, et personnelle aussi par vos écrits.
    Je voudrais simplement vous dire deux choses : merci et aussi profitez de tout ces instants et des pensées de ceux qui vous aiment

  3. Axel le lioup,
    Vos mots, votre combat rejoint le nôtre dans chaque famille. Se battre. Faire comme si, pour vivre pleinement chaque seconde. Vivre, ressentir intensément. Être curieux de la douleur quand on peut. Se demander d’où elle vient, l’étudier, en étudier et se poser la question d’arriver à la qualifier est déjà la mettre à distance, comme une chose extérieure qu’on étudie… facile à dire dans les moments où elle n’essaie pas de nous envahir de nouveau. J’essaie, comme vous. Comprendre. En scientifique quand elle vient. Et respirer et vivre avec ceux qu’on aime, sourire aux lèvres et heureux de partager les instants.
    Vous êtes une lumière et grâce à vous, j’ai pu « programmer » les premiers robots. En vous lisant au cours des 30 dernières années, J’ai compris et appris. Merci encore et encore.

  4. Quelle belle dignité ! Votre aujourd’hui partagé est tout simplement une belle leçon de vie!
    En union !

  5. De jour en jour, vos récits et témoignages sont bouleversants.
    Les mots ne me viennent pas aussi facilement.
    Mes pensées vous accompagnent.

  6. je me souviens du livre de Marie de Hennezel ” la mort intime ” depuis tant d’années elle m’accompagne avec ses ouvrages . j’ai cette conviction profonde que notre ” fin de vie ” se prépare chaque jour . la spiritualité , l’attention au monde qui nous entoure . je suis aussi bouddhiste je lis aussi D ikeda . ces livres sont un encouragement de chaque jour . je prie je récite Nam-myoho-renge-kyo … je suis confiant pour vous et nous . je vous dis merci . vous embellissez ma vie … de par votre attitude .

  7. Mille mercis de tous ces échanges qui mettent en relief la beauté d’une vie. Votre blog cher Monsieur Kahn me permet d’envisager le jour d’après avec la conscience de goûter chaque instant. Vos mots à propos de la douleur m’interpellent et font échos à mon parcours de patiente qui conjugue sa vie avec douleurs (neurologiques) et bonheur de vivre chaque instant intensément . Près de vous par la pensée

    • J’admire le philosophe que vous êtes : tel Socrate réconfortant ses disciples, vous forcez l’admiration. On ne peut se souhaiter que votre force d’âme le moment venu. Je pense à vous..

  8. Merci Monsieur Khan , quel exemple de dignité vous nous donnez par vos textes si bien écrits . Merci ,
    Je vous aime beaucoup , respect . Courage ,

  9. Bonjour Monsieur,
    Votre courage et votre dignité me touchent énormément. Vous êtes un exemple de fin de vie pour toutes les personnes qui sont ou seront dans votre cas et je m’y inclus.
    Profitez bien de toute votre famille et vivez à fond les moments heureux tant que la douleur vous laisse tranquille. Je vous remercie pour tout le travail formidable que vous avez accompli au sein de la Ligue.
    Je suis bien triste mais heureuse de vous lire tous les jours, preuve que la vie vous anime encore.

    • Je vous rejoins totalement.,..le paradoxe je suis triste car la mort fait partie de la vie, et chaque publication m apaise …lire que vous ” gérez” votre souffrance me réconforte.
      Je prie pour vous chaque soir et ma première pensée le matin .. Comment va notre loup .
      Humaniste je pense aux malades qui souffrent, non ” entourés” …l Amour est plus fort que tout..aimer et se sentir aimer..

  10. Cher monsieur Kahn
    Je vous admire beaucoup et j’écoute depuis longtemps vos commentaires et avis avec respect. Vous êtes quelqu’un de bien.
    Merci cher loup solitaire
    Je pense bien à vous

  11. Quel courage Axel…je lis vos comme depuis le début de votre blog et aujourd’hui ils ont un retentissement exceptionnel car c’est mon anniversaire ; ils sont mon cadeau virtuel et involontaire de votre part et je me les approprie.
    Merci d’être aussi beau, aussi exemplaire, merci d’être vous et nous donner chaque jour des outils pour apprendre à mieux vivre…
    Allez sereinement vers votre destin, prenez votre temps , de loin mais chaleureusement, affectueusement, nous veillons sur vous.
    Patrice 63 ans ce 19 juin.

  12. Difficile de décrire la subtilité des émotions qui m’envahissent chaque jour en vous lisant…puis un cri d’enthousiasme m’envahit à l’instant, et l’envie de le partager est plus fort que la timidité de vous l’écrire :  Vous avez été, vous êtes, et vous resterez à jamais un homme formidable !  Merci pour TOUT.

  13. Cher Professeur Axel Kahn,

    Votre visage si empreint de générosité et vos prises de paroles toujours rassurantes vont nous manquer!
    Vous serez toujours parmi nous! nous ne pourrons jamais vous oublier!

  14. Je vous accompagne depuis Thénac où vous êtes venu en 2015. Votre passage ici fut inoubliable et, depuis, je suis votre parcours.
    Je suis bouleversée et je vous embrasse comme un ami très cher..

  15. J’admire votre dignité devant l’issue que vous savez inéluctable
    Même roupillant, même titubant vous êtes souriant
    Je suis triste de ne bientôt plus vous voir, vous entendre, vous allez me manquer

  16. Bon courage à vous,
    J’emporte avec moi vos mots sur les pistes de hautes montagnes. Je penserai au marcheur de la sérénité que vous êtes.
    Bon courage
    Patrice

  17. Monsieur Kahn, vous nous manquez déjà tellement…
    Je vous envoie toute la tendresse possible pour vous accompagner.
    Du courage vous en avez je vous en rajoute un.peu.
    Amicalement.
    Chantal

  18. Je savais bien que ce contact improbable avec nous allait vous manquer vous surfez sur une douce vague humaine chaleureuse ,enveloppante…Nous vous accompagnons sur ce chemin unique et qu’importe si notre loup s’envole de temps en temps sur un drôle de tapis volant ,c’est un magnifique lâché prise que nous vous offrons …avec beaucoup de simplicité nous vous accompagnons, main dans la main ,nous cheminons à vos côtés

  19. Cher Monsieur Kahn
    Tout est beau chez vous.
    Je vous admire,
    Nous sommes très nombreux à vous lire, vous suivre et vous….aimer.
    Le temps est précieux et d’autant plus intense.
    Le temps est traître, seul l’amour est éternel, vous resterez éternel dans nos coeurs, et sur d’autres plans.

    Très sincèrement,

  20. Bonjour Monsieur Kahn,

    Pour moi, vous êtes un grand sage que nous devons écouter et dont les paroles résonneront à jamais dans mon cœur.
    Merci pour toutes vos interventions médiatiques qui ont été aussi utiles qu agréables. Permettez moi de vous témoigner de mon amour entierement platonique.

    Patrick
    Jérusalem

  21. Vous êtes, cher Axel Kahn, l’incarnation de l’ataraxie, vous sublimez l’humain, quelle quiétude que la vôtre, quelle sérénité absolue, quelle sagesse atteinte dans une vie dédiée aux autres. Je vous admire cher Monsieur. Recevez cher Axel toute ma sympathie et mon admiration.

  22. Il y a un an, nous accompagnons notre papa en connaissant la douleur des derniers instants. Dernière fête des pères où il ne pouvait pas parler et moments pourtant si intenses jusqu’au dernier jour. Votre parcours, vos choix, font écho à mon histoire et me touchent tellement. Toutes mes pensées respectueuses et émues pour vous et vos proches.

  23. Merci fort et tendre loup. Je désire profondément garder comme vous jusqu’au bout de mon chemin certes bien moins rayonnant que le vôtre la bienveillance qui unit tant de vertus et le courage de vivre d’aimer et d’accepter de mourir.
    Que vos derniers instants soient les plus doux.

  24. Monsieur je vous ai suivi depuis longtemps. J’aimerais tellement vous suivre encore longtemps… votre courage votre humilité face à la douleur et le temps compté mais aussi votre merveilleux regard sur le temps passé et le temps à venir me remplissent de compassion et d’admiration. Je pense à vous. Je penserai à vous.
    Catherine

  25. Vous êtes un grand sage , merci pour cette belle leçon de vie . Je vous admire monsieur cette force cette sagesse , je vous envoie toute la tendresse nécessaire pour vous accompagner . Je pense à vous et aux vôtre.
    Très sincèrement

  26. Merci Monsieur, je pleure de vous voir quitter la vie mais vous êtes l’Exemple que j’espérais rencontrer sur mon chemin

  27. Quel soulagement de vous lire encore… Merci du fond du cœur pour vos partages, vos mots, votre clairvoyance. Je vous lis sans me sentir emprunte de voyeurisme. Merci, merci.

  28. Cher Axel KHAN, cher Loup,

    En 2014, mon fils cadet m’a offert votre livre “Pensées en chemin”, pour la fête des mères. Merveilleux cadeau, à plus d’un titre ! C’est avec ce livre que j’ai fait plus ample connaissance avec vous et que je suis devenue attentive à toutes vos parutions et interventions médiatiques. Vous êtes lumineux. Et vous éclairerez encore longtemps, longtemps !
    Je serai, comme beaucoup, au rendez-vous de La Grande Librairie.

    Merci cher Loup titubant mais à l’oeil pétillant, vous êtes et serez avec nous et nous sommes et serons avec vous.

  29. Je ne suis pas une de vos intimes. Anonyme parmi les anonymes. Je suis terriblement émue par votre parcours de fin de vie et très respectueuse de votre choix de la médiatiser. Je prie le ciel, n’ayant plus aucune référence religieuse, par choix. Je prie le ciel, que votre manière d’exprimer vos décisions, puisse enfin permettre aux anonymes, dont je suis, de choisir en toute conscience leur fin de vie.
    La douleur est ma compagne de vie depuis plus de 20 ans. Je me questionne régulièrement sur, comment partir dignement… ma seule réponse est le suicide.
    Merci à vous. Je n’ose imaginer l’intensité de vos douleurs. La notion de douleur est encore trop déniée par le corps médical. A quel moment peut-on reconnaître que la douleur chronique, rend la vie indigne ?
    Votre prochain départ m’émeut. Bon voyage

  30. Axel Kahn nous livre un témoignage bouleversant car il ose parler de la mort, sans tabou, alors que malheureusement en France on voudrait la cacher.
    On écrit souvent “il est parti”, au lieu d’écrire “il est mort”.
    La mort fait peur et pourtant elle concerne chacun d’entre nous.

    Merci Monsieur Kahn pour vos avis scientifiques, merci pour votre si beau témoignage décrivant votre vécu en fin de vie.

    Vous avez choisi les soins palliatifs. Ces soins sont respectueux de la dignité humaine car ils accompagnent la vie dont fait partie la mort. Ils laissent vivre le malade en fin de vie.

    Vous écrivez souvent “il n’y a rien après la mort”. Ce n’est pas parce que vous le répétez que c’est vrai !
    Je suis chrétienne et me plonger dans les évangiles avec d’autres m’éclairent.
    Le Christ a partagé notre condition humaine, donc la mort. Mais il est ressuscité. On ne peut pas séparer la mort du Christ de sa résurrection. Après le Vendredi saint, il y a Pâques.

    Vous allez mourir, que c’est émouvant de l’écrire, mais vous vivrez autrement après. La mort physique est le début d’une autre vie. Oui, c’est la foi des chrétiens.

    Personne n’a dit qu’il est bon de souffrir. Oui, vous avez raison de combattre la souffrance même si l’esprit flanche ou si le nombre de jours restant à vivre est écourté. L’Eglise est contre l’acharnement thérapeutique.

    Vous aurez jusqu’au bout aura enseigné, aimé, partagé. Que c’est beau, merci !

  31. Quelle lucidité, quel bel hommage à la vie, malgré les douleurs, malgré cette fin que vous savez inéluctable.Vous insuflez beaucoup de courage à tous ceux et celles qui vivent ces moments.” Je veux boire jusqu’à la lie, ce calice mêlé de nectar et de fiel, peut-être reste t-il encore quelques gouttes de miel”(Lamartine, à la fin de sa vie).

  32. toujours ému, toujours attendri, toujours bouleversé, toujours peiné…… mais comment arrivez vous à me donner une telle envie de vivre? je suis triste mais vous me rendez heureux, vous etes quelqu’un de vraiment formidable!!! Axel Kahn devrait etre synonyme de courage…..

  33. J’attends votre billet tous les matins et je suis ravie de vous lire encore aujourd’hui. Merci de témoigner de votre fin de vie avec autant de vérité, de profondeur et de sincérité. Que la Vie vous éclaire encore…
    Je ne manquerai pas de suivre La GL mercredi prochain.
    Heureuse journée, Axel, le Loup.

  34. Cher Axel, oui, comme vous l’affirmez, la douleur est redoutée, mais ne nous méprenons pas : par tous, la douleur est redoutée par tous, y compris par Jésus qui a essayé de l’éviter au jardin des Oliviers à Gethsémani en implorant « Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe », mais en rajoutant immédiatement après « …cependant, que soit faite non pas ma volonté, mais la tienne. » (Luc, 22:42), et comme « le disciple n’est pas au dessus du maître » (Luc, 06-40) les grands mystiques que vous évoquez ne la souhaitent pas plus, et comme vous le mentionnez justement ils se doivent de suivre Jésus “à la lettre” des Evangiles où Jésus précise bien « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive.» (Luc, 9:23) prendre sa croix signifie ici précisément de prendre la croix que la vie seule nous impose, pas celle du voisin, ni celle souhaitée dans un but humain précis qui pourrait relever de l’orgueil mal placé fusse-t-il faire miroiter un paradis. Non définitivement non. Il s’agit d’autre chose qui s’apparente au don. Au don de soi pour les autres. Ce n’est pas humain, c’est mystique comme vous le pressentez si justement. Ainsi les grands mystiques concèdent au Christ leur acceptation d’une souffrance possible mais non pas pour eux ni pour gagner des paradis egoïstes dont ils n’en ont que faire, mais tout simplement par Amour. Oui, par Amour. Et par Amour du Christ et donc de l’Humanité, ils acceptent cette souffrance pour sauver, non pas leur âme, mais celles de ceux et celles qui n’ont pas encore eu la chance d’entreapercevoir de l’autre côté du miroir, cette saveur qui seule donne du sens à la vie, à leur vie, à la Vie. Le rachat des fautes comme vous dites n’est plus à faire, par aucun d’entre nous, mystique ou pas, car le ticket a déjà été payé d’avance une fois pour toute par le Christ sur la Croix, par Amour pour nous qui l’avons rejeté, transpercé dans son Coeur et nimbé de l’Amour du Créateur. Oui Cher Axel, ce rachat de l’ Humanité (collectif) et de chaque être humain (individuel) est universel et inconditionnel. Il suffit pour être sauvé de croire en Lui « Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui refuse de croire le Fils ne verra pas la vie » (Jn 3:36). C’est ce qui est arrivé à Alfred de Vigny sur son lit, terrassé de douleurs que l’opïum tentait de maîtriser, qui concéda, par amitié pour son ami prêtre l’abbé Vignal, de se confesser suite à quoi il lui dit “Je suis catholique et je meurs catholique” et après l’absolution embrassa son ami prêtre « en disant avec une effusion de coeur inexprimable : “Ah! quelle bonne action vous venez de faire !” » … là encore le lien d’Amour entre deux êtres fait que quelque chose d’inattendu peut se passer, tel le torrent d’Amour que Le Christ a déversé sur vous au travers des pauvres êtres humains que nous sommes lorsque nous innondâmes votre blog de messages rivalisant d’Amour et de bienveillance … afin que votre coeur soit touché pour toujours. C’est cadeau, c’est le don gratuit de l’Amour Divin qui reste caché derrière le rideau en espérant un regard, un appel, un amour non pas pour Lui mais pour vous, pour vous sauver.

  35. Merci de vos mots pour les maux et ici aussi c’est rechute du truc qui a ressurgi je ne suis pas croyante mais plutôt agnostique mais je lis sans œillères nombre de livres qui m’enchantent et il y a quelques années je vous avais suivi dans vos marches sur votre “blog” photos et écrits Vézelay, Morvan et autres lieux plus au sud Haute-Loire, Causses, etc. que je connaissais bien suite à mes randonnées et récemment j’ai acheté et lu 2 de vos livres Pensées en chemin et Mon père Jean un homme hors du temps

  36. Cher Axel Khan, je m’associe à tous ces témoignages et soutiens dans votre ultime parcours de vie. Je suis tout aussi bouleversé et comme vous, je suis convaincu que seule la vie mérite d’être vécue comme vous l’avez vécue tout comme vous abordez avec sérénité la mort.
    Je n’ai pas eu le plaisir de vous rencontrer mais j’aurai toujours le plaisir de vous côtoyer dans la richesse de vos écrits.
    Je vous dis au revoir et je vous embrasse avec affection.
    Jean Joseph Navarro

  37. La porte de votre coeur est fermé de l’intérieur et seul vous en avez la clef.

  38. Merci le Loup,
    Merci de nous raconter la fin de votre chemin,
    Merci de nous montrer une voie pour vivre debout jusqu’à la fin
    Profond respect

  39. Monsieur Khan,
    Vous aimez et êtes aimé, de votre famille et nous qui vous suivons. Et vous savez dire et écrire et ressentir cet amour. On ne saurait mieux réussir sa vie. Je vous embrasse, merci pour tout

  40. Mon mari est parti, cancer de la prostate, chimio trop agressive qui a causé une hémorragie, et il n’a pas beaucoup parlé. C’est un grand bonheur, si le mot n’est pas trop absurde, de vous lire. Je peux partager ce qu’il a ressenti et ne m’a pas dit. Merci merci merci. Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point vous êtes aimé et admiré par des millions de personnes.

  41. Un grand merci pour ce témoignage bouleversant, toutes mes pensées vous accompagnent.

  42. “Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi tranquille”…

    Cher Loup, à voir les photos que vous partagez, effectivement, vous êtes souriant et avez les yeux pétillants (avec ou sans maquillage, la vivacité du regard reste la même) ! Et puis quel plaisir de voir debout et de noter (mais nul n’en doutait) que vous demeurez Axel, le Loup combatif (votre badge, toujours en évidence).

    Et toujours une petite pointe d’humour et de malice…

    Hâte de voir ce fameux entretien…

    Merci beaucoup d’être qui vous êtes.

  43. Vous êtes une personne que j’ai toujours admiré. En avril j’ai appris j’ai été opérée d’un cancer des ovaires stade 3 avec 8 d’opération sans compter les séances de chimio à la clinique BECQUEREL à ROUEN. Pour l’instant tout va bien du mieux possible mais je veux vivre du mieux possible avec les inconvénients et profiter de la Vie du mieux possible. Je lis vos livres et ça me donne du courage.

  44. Quel plaisir de vous lire !…un loup ne desserre pas les dents …surtout que vous avez toute une meute aimante avec vous ! SOUTIEN et @ bientôt …vous lire nous éclaire..

  45. Mr. Le professeur Kahn,
    C’est seulement depuis quelques jours que je comprends pourquoi mon père médecin qui s’en est allé un jour en 2009 par un cancer, refusait presque jusqu’à la fin les opiacés et se contentait de paracetamol ! Il nous disait j’ai tout les reste du temps pour dormir….. nous ne comprenions pas pourquoi il acceptait de souffrir pour admirer encore et encore la nature par sa fenêtre ! J’ai appris avec vous, je ne pleure plus depuis que je vous lis en me remémorant les nuits douloureuses que l’expression de son visage nous renvoyait. Il n’y a que du respect pour des hommes comme vous et lui qui avez accomplis autant de choses pour l’humanité. Vous nous apprenez beaucoup et quelle chance d’être tombée un jour sur vos tweets ! Je suis sure que sérénités et sensations de devoirs accomplis ici bas vous accompagnent, donc poursuivez votre chemin la tête haute car de part vous toute une communauté a appris le pourquoi de la vie et de la mort. Merci oh grand merci à vous.

  46. Professeur Khan,

    je suis ému en lisant vos lignes…
    D’autant plus ému que mon intervention conjointe à celle de jm pelt, en 1998 vous avait conduit à démissionner du comité pro OGM en France.
    Les 3 liens qui sont ci-dessous pourraient et devraient apporter la contribution des mathématiques à la lutte contre le cancer à laquelle vous avez apporté tant d’énergie:
    Éternel chercheur, vous avez été, ces lignes vous apaiseront…

    mtDNA CANCER
    https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://www.hilarispublisher.com/open-access/sapiens-mitochondrial-dna-genome-circular-long-range-numericalmeta-structures-are-highly-correlated-with-cancers-and-genetic-disea-1948-5956-1000469.pdf&ved=2ahUKEwjUqpuZkqTxAhWUEWMBHXKJAxUQFnoECAUQAg&usg=AOvVaw1NjDP8H-nERVSTCSe38WsV

    TP53
    https://www.slideshare.net/CrimsonpublishersCancer/cancer-quantum-computing-and-tp53-tumor-suppressor-gene-mutations-predictioncrimson-publishers

    HGO Human Genome Optimum and cancer deletions application breast prostate glioblastoma neuroblastoma
    https://www.imedpub.com/articles/towards-a-universal-law-controlling-all-human-cancer-chromosome-loh-deletions-perspectives-in-prostate-and-breast-cancers-screenin.php?aid=20846

  47. Cher monsieur, quelle belle force de caractère. Mon papa a choisi comme vous sa fin de vie. Il n’était pas médecin ni croyant. Jusqu’au bout il est resté vif d’esprit comme vous. Quand j’ai lu votre blog, j’ai réalisé qu’il aurait pu écrire les mêmes mots. Vous me faites penser à lui. Bon voyage………….

  48. Merci , Monsieur Kahn , pour votre regard sur le monde. Vous êtes et restez une référence pour vos freres humains , un maître de vie . On a besoin , en ces temps troubles , de boussoles ! Et non de girouettes !
    Je crois en les forces de l’esprit . Je vous dis donc au revoir , sous d’autres cieux plus cléments. Avec mon admiration , et si vous le permettez , ma cordiale amitié.

  49. Un immense merci pour ce partage. Émotions, réflexions, sagesse… qui cheminent et chemineront longtemps dans ma tête.

  50. Je l aurai embrasser mille fois ce loup croisé à Rennes lors d’une conférence… si j avais su l ampleur de sa force et combien il était exceptionnel…milkes bises alors… et si jamais il y a des chemins la- haut.. nous nous croiserons à l’orée d’un bois!!

  51. Vous êtes une belle personne.
    Respect
    J’ai pas de mot, mon mari affronte un cancer, de vous lire me fait beaucoup de bien.
    Je vous souhaite du courage et de ne pas nous quitter si c’est possible, de vous lire et vous lire encore !
    Très cordialement

  52. ” Vanné, épuisé ” mais tellement magnifique !
    Merci Monsieur Axel KAHN pour cette si belle volonté de vivre
    Vous nous touchez infiniment !

  53. Cher Monsieur.
    Je suis votre parcours de fin de vie avec une grande admiration et beaucoup d émotions.
    Vous nous laissez un bel héritage
    qu’est cette réflexion sur notre fin de vie.
    Encore Merci Cher Monsieur…

  54. Bonjour Monsieur,
    J’aurai bien aimé vous rencontrer dans une autre situation et je ne peux que vous admirer pour votre courage, votre amour de la vie et votre grande sérénité devant cette situation. J aimerai pourvoit vous donner quelque chose pour que vous puissiez vivre encore plus longtemps. Alors sachez que je vous accompagne dans votre douleur. Courage aussi fort que possible. Bien à vous

  55. Une belle leçon de lâcher prise, d’acceptation, d’humilité…..merci
    Bon voyage où que vous alliez….

  56. Bonjour monsieur
    Nous sommes très nombreux à vous suivre au Maroc, à écouter vos interventions à la télévision et nous vous en remercions chaleureusement. Nous en avons tiré profit et nous en garderons un très beau souvenir. Ces derniers temps vos paroles nous ont énormément touchés, car elles reflètent un humanisme qui vous a toujours animé et qui nous a toujours bien nourris. Votre combat est le nôtre et nous vous souhaitons bon courage. Votre sourire illumine la vie de gens qui vous voient un peu partout dans le monde . Merci pour le souffle de l’espoir qui se dégage de vos propos. Merci à votre famille et à votre entourage et à tous ceux qui nous ont permis de vous connaître. Merci pour tout.
    TOUHAMI du Maroc.

  57. Témoignage. Partage.
    Questionnement. Apaisement.
    Humilité. Sérénité.
    Merci monsieur Kahn .
    Je vous écouterai dans la Grande Librairie .
    Mon admiration vous accompagne .

  58. Bonsoir Monsieur Kahn,
    J’ai découvert vos posts au début de la crise sanitaire et vos explications de cette crise ont été pour moi une lumière dans tout ce brouillard.
    Il en est toujours ainsi aujourd’hui, vos impressions, vos idées et ressentis sur votre vie, votre maladie, sont exceptionnels à lire.
    Merci pour tout, mon admiration et mes pensées vous accompagnent.

  59. Le stoïcisme du loup de De Vigny incarné. Axel Kahn, un nom qui pour moi, né dans les années 60, a toujours rimé avec confiance, pertinence, bienveillance, joie. Comme on doit quitter la vie et tous ses maux, c’est vous qui le savez, Monsieur.
    Bon vent.

  60. Mais quelle force exceptionnelle pour générer un tel élan d’amour alors que la majorité des lecteurs ne vous connaissent pas personnellement!

    Vous croyez que le jour venu , tout va s’arrêter et que vous ne ressentirez plus rien, que vous ne serez plus mais avez-vous envisager que dans ce domaine, vous pourriez vous être trompé? Qu’importe en fait que vous croyiez ou non en un continuum de conscience, je vous souhaite avec beaucoup de tendresse une belle surprise !

  61. Votre pensée est toujours aussi claire et percutante. Sous votre plume, les voyages en tapis volant sont teintés d’humour et de poésie. Vous demeurez un Loup clairvoyant, même si vous dansez le tango avec Mademoiselle Morphine, au rythme virevoltant du bandonéon de Monsieur Opium.

    Merci de dire que les moments de bonheur que vous vivez méritent d’être vécus, que les malades sont pleinement vivants, que leurs fous rires sont de vrais rires. Tant que ces beaux moments existent, tant qu’il y a du goût pour la vie, il faut en profiter !

    La nuit tombe sur Paris. Que votre tapis volant vous conduise vers le pays des songes les plus doux. Roses et jasmin, océan d’amour et nuages de tendresse.

    Bonne nuit !

  62. Cher Axel,
    Vous êtes un Mensch, comme on dit en yiddish.
    Je vous garde une place confortable bien au chaud, près de l’âtre de mes pensées et de mon affection.
    Je vous embrasse bien chaleureusement.

  63. ‘’Sois Raisonnable et humain’’: mission accomplie cher Axel!
    Vous êtes un Homme sage et plein de raison, raisonnable. Et quelle humanité, Quelle générosité dans votre regard, vos paroles, vos pensées…S’il y avait plus de gens comme vous sur terre l’humanité se porterait bien mieux. Grâce à vous, nous sommes nombreux à tenter de suivre vos conseils pour apprendre ou réapprendre à vivre. Car on oublie trop souvent que nous sommes mortels et passons trop souvent à côté d’instants de bonheur irrattrapables. Alors merci Axel pour votre sagesse, merci de nous guider et de nous donner un si merveilleux exemple de courage et d’amour de la vie, d’amour de son prochain. Merci. Vous serez toujours auprès de votre famille, de vos amis mais aussi auprès de nous, que vous ne connaissez pas mais qui vous apprécions et respectons.
    Au revoir Axel le loup raisonnable et humain.

  64. Merci Monsieur Kahn pour ce supplément de sagesse. Ce matin lors des funérailles de mon papa nous avons eu une pensée pour vous et cette même souffrance qui vous emporte.
    Je souhaite le meilleur à votre famille et beaucoup de courage.
    Bien amicalement

  65. Belle leçon, la vie jusqu’au bout de la nuit. Votre sérénité est un exemple à suivre. Grâce à vous j’ai relu avec émotion ce poème de De Vigny, la mort du loup, qui m’avait déjà tant marquée plus jeune.

  66. Bonjour,

    Merci pour ce témoignage puissant sur la fin d’une vie exemplaire et bien remplie . J’admire votre courage et votre sérénité. J’espère que votre ultime legs à la société française sera de porter enfin sur la place publique le débat sur la fin de vie.
    Bon courage à vous et à vos proches. Merci pour tout.

    Greg

  67. Cher Axel,
    Compagnon de vie depuis de nombreuses années, tu as su parfois transformer mes doutes en certitudes, me conforter dans ce que je ressentais confusément, et là, je me dis, zut, qui va me procurer ce sentiment délicieux de sentir une intuition se transformer en une pensée construite ? Qui vais-je suivre sur les sentiers de l’hexagone et bien au-delà d’une frontière, car la marche ne mène-t-elle pas au bout du monde ? Zut, zut, zut, nous aurions encore pu faire encore un bout de chemin ensemble… Repose-toi, Axel, nous savons que tu es très fatigué.

  68. Chertres cher MONSIEUR KAHN
    Vous etes un Homme exceptionnel. Apres m’avoir fait reflechir, progresser , chenger, consolé, amusé, quelquefois mais rarement courrousse, accompagné mes insomnies……. voici qu’à présent vous m’arrachez des larmes…je vous en veux simplement de ne plus, bientôt être mon guide et ma reference
    Cela ne se fait pas publiquement mais je le fais quand même : je vous aime

  69. Monsieur avec un grand M
    Merci pour ces partages et ces mots si bien associés dans des phrases que je relirai encore et encore. Merci pour votre travail et combat à la LIGUE pour laquelle je cotise. Nous avons accompagné de belle manière je crois (sans prétention) notre père il y a 15 ans dans les 6 mois de cancer du pancréas avec l’amour et la disponibilité multipliés par 200% de notre temps. Merci de ces moments avec toutes et tous et toutes mes sincères chaleureuses pensées. Votre histoire sera l’une des plus inspirantes et enrichissantes pour toutes celles et ceux qui rencontrent ce chemin, vous aujourd’hui et tant d’autres, moi peut-être demain. Je vous transmets tout mon respect et me permets de vous embrasser. Bien à vous Caroline

  70. Cher monsieur Kahn
    Je vous ai lu, j ai visionné vos conférences je ne manquais aucunes de vos interventions médiatiques car vous m aidiez à avancer sur mon chemin de vie. Évidemment je serai mercredi soir devant ma télévision pour vous écouter encore et encore…
    Catherine

  71. Cher axel . Je me permets de vous parler comme un membre de ma famille. Vous qui avez soigné tant de gens et en avez accompagnez bien d autre. Rien que votre visage respire la beauté. La tranquillité. Nous avons envie d etre l une de vos amies..je suis sûr que la ou vous allez vous nous observerez avec votre sourire bienveillant. Et nous sentirons toujours ce beau regard plein de douceur posé sur nous quand nous aussi nous partirons vous rejoindre. Car ce n est pas vous qui partez c est nous que vous attendrez. Comment ne pas vous aimez. Je vous dit autevoir pas adieux la ou votre place sera pour l éternité si douce .

  72. Lorsqu’Axel Le Loup allait par monts et par vaux à travers la France, un certain dimanche, ses pensées en chemin le ramenaient vers sa meute. C’était le dimanche de la fête des pères, tous ses enfants songeraient-ils à lui ? La réponse fut oui, à chaque fois.

    Nous nous émouvons souvent devant une mère et ses enfants ; les occasions d’être touchés par la paternité sont plus rares. C’est dommage mais c’est ainsi. Merci donc cher Loup pour ces quelques lignes vagabondes et dominicales, témoins de l’amour entre un père et ses enfants.

    Bonne fête des pères à vous et vos enfants !!!

  73. Je connais très peu le loup qui montre de manière exemplaire comment chacun peut envisager sa mort, ce rendez-vous qui nous rassemble, solidairement. Il est de la famille des hommes debout jusqu’au dernier souffle. Je l’aime tel qu’il est.

  74. Suite à votre petit message sur Twitter, encore une fois, tous nos voeux pour cette journée, placée sous le signe de l’amour d’un père pour ses enfants et des enfants pour leur papa. Le sel de la vie !

    Quant au défi, vous le relevez avec panache ! Axel, le Loup sur les pas de Cyrano ?

  75. Monsieur,
    Quelle émotion de vous lire à nouveau ! Je trouve très bien que ” la grande librairie” aie saisi la chance et l’opportunité de vous consacrer une chronique pour sa prochaine émission avant l’été. C’est un témoignage inestimable qu’il était navrant de manquer. Évidemment il est toujours important de ” profiter” des personnes au maximum, que le reste de leur vie soit bref ou long. En cet fête des pères, je me souviens d’une remarque de mon père très affaibli : je ne suis plus “bon” à rien. Cela m’a brisé le coeur. Je lui ai répondu qu’il n’avait pas besoin d’être bon à quoi que ce soit, que seul son existence, sa présence à nos côtés étaient un bonheur, lui qui avait perdu son père d’un cancer de la gorge durant la seconde guerre mondiale alors qu’il n’avait que 14 ans. Il a toute sa vie chercher à se montrer à la hauteur puisque celui-ci lui avait confié la lourde tâche de prendre soin de sa mère et ses jeunes frère et soeur. Mon grand-père paternel avait reçu la croix du combattant pour sa participation à la première guerre mondiale. Au retour de la guerre, ses parents, sa soeur et son oncle décedèrent. Il se retrouva seul. Je vous prie de m’excuser pour cette digression mais c’était pour vous dire combien votre histoire et vos mots font écho.
    C’est un bonheur de vous lire : que cette fête des pères soit la plus belle possible et j’espère encore vous lire.
    Je me permets de vous embrasser.
    SL

  76. Cette fin de vie qui approche inexorablement, avec ses grandes misères physiques, comment l’aborder?
    Pour moi, vous répondez définitivement à ces questions.
    Merci, Monsieur;

  77. Cher Monsieur,
    Votre courage est exemplaire. Le choix de témoigner de vos dernières journées face à la maladie et à la souffrance est à la fois courageux (on ne parle que très peu de la mort qui approche), et également très réconfortant pour tous ceux qui sont confrontés à la même situation ainsi que leurs proches, souvent désemparés face à cette fin inéluctable. Notre famille vient de perdre tout récemment, le 28 mai dernier, le père de mon mari, décédé après 4 mois de grandes souffrances due à un cancer de la peau métastasé à l’hôpital Émile Roux à Limeil-Brévannes en service de soins palliatifs, dont nous soulignons l’excellence des soins et de l’accompagnement des familles. Nous nous sommes accrochés à votre témoignage précieux et correspondant à une situation si tristement similaire, venant correspondre à notre difficile actualité familiale. Merci pour ce que vous avez accompli tout au long de votre vie en tant que scientifique, homme engagé, et en tant qu’être humain totalement au service des autres. Je vous souhaite d’être toujours aussi courageux face aux prochains jours et de pouvoir profiter de moments encore heureux avec votre entourage. Avec vos frères, vous avez beaucoup apporté à la société française, grâce à vos actions scientifiques et politiques toujours pertinentes. Vous pouvez être fier également de votre famille. J’aurais tant aimé vous rencontrer, au hasard de la vie. Je n’appartiens pas au monde scientifique mais je suis toujours sensible aux personnes investies pour le bien de l’humanité et vous faites partie de ces grands personnages. Merci Monsieur Axel Kahn. Avec toute ma sympathie et mon admiration sincère.

  78. Joyeuse fête des pères Monsieur Axel Kahn,
    Vous constituez pour moi une sorte de fil d’ariane de ce chemin habituellement si aride que je vais nommer l’hiver de notre vie, la peur alimentant le transhumanisme n’est pas un apaisement.
    Il est primordial pour nos enfants, fête oblige, de renouer avec le cycle de la vie sans hypocrisie, compassion mais simplement en aimant cette vie, encore merci d’illustrer cette démarche

  79. Cher Monsieur,
    Merci pour votre exemple, votre courage, votre humilité. Vous abordez cette expérience ultime du “passage vers l’autre rive” avec une sérénité qui force l’admiration et le respect. Je pense que nous emportons avec nous l’amour que nous avons reçu et donné….vos valises seront lourdes ! Peut-être serez-vous surpris de vous retrouver alors sur un quai de gare inconnu, nimbé de lumière, et attendu dans l’amour et la joie ? C’est tout le bonheur que je vous souhaite.

  80. MERCI, infatigable Marcheur de Vie, jusqu’à ses contreforts les plus escarpés ; merci de porter à la meute grandissante votre expérience généreuse, lumineuse, courageuse, singulière : inspirante.

    Merci, cher Loup facétieux, pour la délicate adresse à l’autre Marcheur du quoiqu’il en coûte : elle m’a fait sourire …

    Je partage avec vous et la meute attentive ce sourire et ce souffle de vie, et j’emprunte à, Phil, un peu plus haut, sa formule, que je transforme un peu :

    yes, WE (will) Kahn !

    Que le jour vous soit doux et parsemé des beautés de la Vie, cher Loup, cher Axel Kahn.

  81. Les chrétiens diront “que la paix du seigneur soit avec vous et votre esprit”.
    Je pense sincèrement que vous êtes en paix avec vous-même et les autres et que votre esprit est plus que serein devant la mort ayant su apprécier à sa juste valeur la vie et celles des autres
    . Heureux l’homme qui sait et à pris le temps d’apprécier la vie.
    Douces pensées à vous au soir de votre belle vie.

  82. Les chrétiens diront “que la paix du seigneur soit avec vous et votre esprit”.
    Je pense sincèrement que vous êtes en paix avec vous-même et les autres, et que votre esprit est plus que serein devant la mort, ayant su apprécier à sa juste valeur la vie et celles des autres.
    Heureux l’homme qui sait et a pris le temps d’apprécier la vie.
    Douces pensées à vous, au soir de votre noble et belle vie.

  83. Cher MONSIEUR,
    Souvenez vous de votre départ des Ardennes vers le pays Basque le poignet brisé, puis de la pointe du Raz pour suivre des chemins qui n’existent plus: vous nous avez habitué à l’inhabituel. Une nouvelle fois: bon chemin, buen camino, Amigo

  84. Cher Axel, quel courage encore d’enregistrer un entretien pour «  La grande Librairie »!
    Je vous regarderai sans faute et vous écouterai avec attention
    Merci pour tout

  85. Bien que nos chemins ne se soient pas croisés, vos ouvrages et vos interventions publiques m’ont permis de vous approcher. Quelle résonance singulière en moi ! A la lumière de vos connaissances riches, vous livrez des réflexions nourries, toujours avec simplicité et clarté, mu par le seul plaisir de partager . Ponctuées de vos éclats de rire, vous avez une sincérité attachante et il y a un je-ne-sais-quoi de si protecteur en vous. Alors permettez-moi de vous souhaiter une « bonne fête, papa loup ! »
    L’annonce du prochain rendez-vous de mercredi a été une grande joie. Merci de ce cadeau!
    J’espère qu’en ce jour particulier, la douleur aura lâché un peu les armes pour vous laisser quelques plages de lucidité heureuse. Line

  86. Très cher Axel,
    Comme Philippe Lazar, je suis intimement convaincue qu’un réseau existe, en dehors de nous, et nous relie à ceux qui nous connaissent, qui nous aiment. Et pourtant ton réseau, si magnifiquement important qu’il soit, reste impuissant à soulager ta souffrance. Et pourtant il est là.
    Axel, chaque message, chaque nouvelle photo de toi est un grand contentement. Sans parler de ton sourire!
    Rendez vous au 23 juin, sans faute!
    Je t’embrasse
    Marie-Françoise

  87. Bonsoir Monsieur
    Je suis comme vous je pense qu’il n y a rien après la mort, on s endort et voilà rideau c’est fini,fini pour nous mais pas pour ceux qui restent,c est eux qui continuent de nous faire vivre, et pour qu eux vivent notre mort le mieux possible il faut leurs dire qu on les aime tout simplement. Tendresse

  88. Quelle leçon de vie !!!

    Les mots me manquent pour vous exprimer une fois de plus mon admiration.

    Rien n’est comparable mais en vous lisant difficile de ne pas penser à toutes les indécences de cette dernière année où plutôt qu’être solidaires et simplement humain certains se sont révélés que sur leur angle égoïste mettant en avant la liberté, mais la liberté n’est pas de nuire à celle des autres en les contaminant.

    Votre témoignage révèle non seulement le prix de la vie mais aussi l’urgence de vivre intensément chaque instant. Nous sommes tous sur un fil comme vous, vous êtes en équilibre beaucoup plus précaire mais le vide nous guette tous. Je vous souhaite autant de douceur et d’apaisement que possible. Sur votre page FB j’ai mis une photo que j’aime particulièrement avec d’un côté du chemin des coquelicots et de l’autre des arbres costauds. Une sorte de métaphore de nos vies éphémères et à la fois ancrées. Merci d’avoir partagé vos sensations et surtout votre amour de la vie jusqu’au bout. Vous êtes et resterez comme un phare qui brille et continuera à briller si longtemps. Bien à vous et en tendresse.

  89. Bonjour,
    Je partage avec vous toute la douleur que vous pouvez rencontrer, moi aussi je suis atteint d’un cancer incurable. Ce qui me gêne c’est que vous vous sentez battu, que la mort va vous attraper prochainement, que c’est déjà programmé…c’est faux Monsieur… gardez espoir et surtout donnez espoir aux autres personnes qui sont dans votre cas…prenez l’exemple de Bernard Tapie il parle très peu de la fin, pour le moment il se bat…je vais entrer dans ma neuvième année de cancer et j’y crois encore…alors donnez vous des espérances positives et vous serez surpris de ce que la vie peut encore vous proposer. Bon courage….

  90. Je vous trouve Monsieur tellement beau, tellement doux, tellement fort face à cette étape de vie.
    J’ai accompagné ma grand-mère vers son nouveau chemin il y a moins de deux mois. J’étais à ses côtés quand elle nous a dit au revoir et a pris la route de sa nouvelle destination.
    Qui pourrait me croire quand je dis que ce moment a été plein de peur pour moi, je ne vais pas le cacher, mais aussi un moment magnifique empli d’un lien d’amour inexplicable et différent de l’amour qui nous a toujours uni dans cette vie. Pourtant elle m’a tellement aimée et je l’ai tellement aimée que notre amour a été grand dans notre vie.
    Jamais je ne la remercierai assez de m’avoir laissé partager avec elle son départ. Lui parler, accompagner son départ par mes mots, lui tenir la main, lui dire comme je la trouvais belle alors qu’elle était en train de partir…. Elle m’a permis cela.
    Elle me manque terriblement je l’aime tellement.
    Je témoigne pour vous dire Monsieur que je vous souhaite sincèrement que votre départ se passe comme vous le désirezet aussi pour dire qu’un dernier départ peut-être beau par le lien d’amour qui unit celui qui part et celui qui reste.
    Merci Monsieur pour votre vie votre témoignage et votre partage sur ce moment qui vous appartient et que vous pouvez choisir de partager avec les vôtres. Avec toute mon admiration Monsieur Kahn.

  91. Monsieur, Axel
    Merci d’être ce que vous êtes jusqu’à la fin de cette vie terrestre. Je vous souhaite de tous nous regarder de là où vous serez car oui, il y a une vie après cette vie. Entourez vos proches, inspirez les et dans ces moments de profonde douleur que je traverse depuis des années, je penserai à vous et à votre dignité d’Homme. Votre dernier combat partagé est votre dernière leçon de vie que vous nous laissez. Puissiez-vous recevoir ces quelques mots destinés à vous apporter paix et force. En toute fraternité pour vous-même et vos proches

  92. La nuit revêt son manteau d’étoile. De tout cœur, nous espérons que vous avez passé une belle journée et célébrer la fête des pères avec votre meute.

    Faites de beaux rêves !

  93. Très cher Axel Kahn,
    En ce soir de fête des pères, merci pour la fécondité de votre vie, de votre vocation, de votre chemin, hier comme aujourd’hui.
    Vous revoir et vous écouter mercredi soir à la Grande Librairie est une joie très attendue.
    Prière confiante et douces pensées pour vous et votre famille.
    Bénédicte

  94. Ô cher loup,
    Je viens caresser de mes paumes aussi souples et douces qu’il m’est possible ton corps tiraillé, ton esprit encore lumineux, tes yeux peut-être mi-clos. Laisse toi enivrer pourvu qu’il n’y ait pas plus de souffrance que tu ne dois en supporter, et tant pis si la somnolence prend une place prépondérante. Ni la douleur, ni le manque ne sont des options. Accepte une part d’irresponsabilité toi qui as toute ta vie lutté pour ton autonomie et ta survie, libre et responsable. Ô cher loup, ne crains pas la confusion, seulement la douleur qu’il faut apaiser. Nous sommes nombreux à te soutenir au cas où tu tituberais. Laisse-nous t’aimer. Tu as gagné tant de combats, repose-toi, compte sur tes compagnons, ne doute pas de leur joie de te voir souriant par moments, serein. Entends-tu les voix tendres qui veulent te transmettre toute leur affection, toute leur émotion, tout leur respect. Ô cher loup, pense et souviens-toi de la beauté des chemins. Souviens-toi de la beauté des tiens. Souviens-toi que tu es au monde comme le monde est à toi, divers et mouvant. Toutes mes douces pensées t’accompagnent et te disent à demain.

  95. Vous me faites penser à mon pauvre père atteint de cancer qui me disait je souffre pour que tu réussises ta Maîtrise.

    Courage et Paix cher Docteur
    Mes prières pour vous!

    Michael

  96. L’aube disparaît, le jour paraît… Belle journée à vous cher Loup aux yeux pétillants @

  97. merci pour votre témoignage je vous porte dans la prière pour que le tapis vole très haut
    vous avez été un de mes maitres en génétique et en humanité dans mon cursus et exercice médical, merci
    bien avec vous

  98. Bonjour Axel Kahn,
    L’ Invisible existe, seul le corps physique s’ éteint! Vous êtes Beau et le resterez ad aeternam.
    Bien à vous

  99. Cher Axel

    C’est une armée qui vous accompagne là où vous allez : armée de ligueurs, armée de penseurs du Comité éthique et cancer, et bien d’autres armées. Toute une foule qui vous est reconnaissante pour ce que vous avez fait, et ce que vous laissez: mobilisation générale et renforcée pour lutter contre la maladie. Vous disiez faire de votre fin de vie un chef d’oeuvre. Vous avez réussi. Vous êtes en paix. Un immense souvenir nous restera. Claudine

  100. Monsieur Axel Kahn bonjour,
    … Je redescends d’une montagne que vous connaissez très bien, la Corse…Chaque jour qui se fit, par la pensée en votre compagnie, j’ai passé les étapes de ce magnifique parcours de crêtes que suit le chemin de grande randonnée.
    Seul en montagne, vous le savez bien on est jamais en mauvaise compagnie ! Mais d’abord libre et responsable. Ensemble, nous nous sommes même permis de traverser le Cirque de la Solitude, entre Asco et Thighiettu, les crêtes de Pinzini, les cheminées de Foggiale à la Paglia Orba tandis qu’en face soufflait le Trou du Diable de Capu Tafunatu ! Vraiment,curieusement je vous ai senti proche et heureux pour ma part d’être en votre compagnie…
    Je souhaite que ces images évoquées vous accompagnent et ne fassent que prolonger votre sourire dont vous ne vous départissez jamais.
    Merci pour ce que vous êtes et courage à vous et à tous les vôtres.
    Je crois,Monsieur,que je vous aime depuis longtemps et même à mes 71 ans.
    Daniel.

  101. ” Dix heure 15 – 13h, tout est dans la boite. ”

    J’allais présenter mes condoléances après avoir rapidement parcouru l’article, et surtout ce titre. Alors j’ai lu, avec le doigt, doucement, faute à mon défaut d’instruction non émérite.

    J’ai lu que tout n’était pas si rose.

    Si j’ai tout compris, la nouvelle thérapie est de submerger le cancer dans l’alcool et de l’enfumer.

    Enfin une thérapie qui ait du sens pour inhiber la douleur : un bon armagnac ! C’est qu’en même meilleur qu’un xanaxe et un dolichose. J’ai toujours dit que les médecins n’étaient pas bons vivants avec leurs cachets et leurs suppositoires chimico-inhibants.

    Modération tout de même. Il ne faudrait pas avoir noyer le cancer pour se retrouver avec une cirrhose. Y’a même des médecins qui disent que de la cirrhose, on peut en mourir.

    La vraie douleur, c’est quand tu as faim. Quand c’est la fin, ce n’est pas de la douleur, mais des regrets et de la trouille.

    La Mort est un humour qui a son temps.

  102. Comme je partageais ces moments de joie avec vous , cher Professeur , en marchant au sommet du Mt Cenis la semaine dernière . Oui , la joie de s’élever vers d’autres hauteurs où vous avez su nous porter , nous Ligueurs, à vos côtés .
    Votre armée ne va pas faillir dans la lutte .
    A mercredi pour cette belle page avec Mr Busnel sur France 5 .
    On vous admire tant .
    Florence

  103. Nous avons rendez-vous mercredi soir, mon cher Loup. Quelle joie ! Comme chaque fois. Te sentir près de nous, ta chaleur, ton mouvement vif et déterminé. Voilà ce qui est admiré de tous. J’ai observé. J’ai fait ce que j’ai pu. Je continuerai dans ton regard clair et limpide, partout où je le trouverai. Ne l’éloigne pas trop vite de nous, je l’aime même les yeux mi-clos. Veille en ce jour de solstice d’été. La musique est partout ce soir dans les rues et nous l’entendons de loin. J’embrasse ton museau avec tendresse, avec beaucoup de tendresse.

  104. Bonne nuit étoilée, que votre tapis volant vous conduise vers de jolis rêves pleins de musique, de douceur et d’amour.

  105. Cher Docteur,
    J’ai eu la très grande chance de vous consulter il y a 33 ans au dispensaire de Malakoff. Vous m’avez dit que pour éviter un diabète à la cinquantaine après un diabète gestationel, il me fallait maigrir et rester mince. Une dizaine d’années plus tard, à la fin d’une conférence passionnante que vous avez donnée à l’école de mes fils, je suis venue vous dire que je pensais à vous tous les matins en montant sur ma balance. Aucun autre médecin ne m’a donné un conseil aussi précieux. J’espère que vous lirez ces lignes. Encore merci et je continuerai à penser à vous tous les matins en montant sur ma balance. Que votre fin soit la plus douce possible.

  106. Que l’atterrissage de votre tapis volant soit doux. Belle journée à vous, nimbé dans un grand voile d’amour.

  107. Tres heridas
    (hommage à Miguel Hernandez)
    ———-

    Nous avons trois blessures vives,

    L’une est la vie,
    L’autre est la mort,
    La plus vive est notre douleur.

  108. Il est des rencontres qui illuminent un parcours. La vôtre, il y a 20 ans, lors d’un séminaire de week-end à Saint-Paul de Vence, où nous avions échangé sur l’histoire de l’art, l’économie, la médecine, Vous nous aviez ébloui par votre culture, votre humour et et votre humilité.
    Merci à vous.

  109. Sans nous connaître, nous aimons la même terre ; nos familles furent proches dans les années d’après guerre… puissent ces deux liens être doux à votre cœur, au moment de passer sur l’autre rive, rejoindre tous ceux qui nous ont précédés !
    https://photos.app.goo.gl/k7v27jhKYfPZPrdM8
    https://photos.app.goo.gl/fVuNE3f3p5yBxVpP8
    Je rends grâce pour votre engagement de médecin au service des autres, et je vous porte dans la prière,
    François

  110. Monsieur Kahn,
    Je tiens à vous adresser ces quelques mots pour vous remercier. Vous nous donnez une magnifique leçon de dignité, d’humilité et de courage. Merci du plus profond du cœur.

  111. Bonjour Monsieur Kahn,

    Vous m’aviez répondu un jour à un commentaire suite à un émission de TV. Je n’en revenais pas. J’en étais fière.

    Merci pour votre témoignage. Merci à nouveau.

    J’aimerais par ailleurs que comme vous beaucoup de personnes puissent finir leur vie avec l’énergie, le bon sens, la maîtrise, l’amour de la vie, de la terre, qui vous guident, j’aimerais qu’elles en aient toutes les moyens.

    Je vous souhaite des très belles journées, des moments magiques.

  112. Je voudrais préciser mon précédent commentaire, en ajoutant et ce n’est pas rien, que vous faites partie de ceux qui se sont battus pour les plus défavorisés.

    Passées encore de beaux et joyeux moments, de douces journées.

  113. LA DOULEUR ET LA VIE. LA DOULEUR ET LA MORT.

    «Nous sommes ici, voués à mourir, des expériences sont en cours sur nous, ils font des injections mystérieuses»

    https://fr.sputniknews.com/societe/202106221045771406-le-fsb-revele-les-experiences-medicales-commises-par-les-nazis-sur-les-prisonniers-en-crimee/

    Penser occupe l’esprit à délaisser la douleur.

    Sujet de dissertation (temps libre) :

    – Que penser des petites mains d’hier, et des véritables donneurs d’ordre dissimulés derrière des politiques ?
    – La douleur d’hier a-t-elle vraiment servi aujourd’hui, autrement que dans l’intérêt et la cupidité ?
    – Hier et demain ne seraient-ils une même image d’un miroir ?
    – La science n’est-elle pas une supercherie vouée qu’à l’intérêt ?

  114. On ne peut hélas avoir de mots plus forts que tous ces messages poignants qui vous accompagnent alors je me joint juste à ces derniers pour vous remercier de tout ce que vous nous apportez malgré la douleur, malgré l’échéance qui plane au dessus de votre tête. Vous êtes un homme merveilleux et votre courage admirable. Toutes mes pensées vous accompagnent ainsi que vos proches.
    Bon voyage vers un monde que l’on dit meilleur et sans souffrance. Cependant comme on dit tant qu’il y a de la vie…La votre est toujours là chaque jours ou l’on vous lit ou on peut vous entendre. Profitez maintenant vous avez beaucoup donné. Mais comme beaucoup essayez de garder une part d’espoir, puisse y avoir encore beaucoup de jours qui se lèveront pour vous.

  115. Cher Docteur
    Merci pour ce beau témoignage qui m’apporte énormément. J’ai perdu mon papa d’un cancer metastasé il y a près d’un mois.. je l’adorais… je n’ai vécu qu’avec lui, j’ai perdu ma mère très tôt.. mon père était taciturne, pudique et dévoué. Il était peut-être aussi dans le déni jusqu’à la fin..De vous lire me donne l’impression d’entendre mon père avant sa mort, tout ce qu’il n’a peut-être pas su me dire de part sa pudeur..je sais qu’il partageait beaucoup de vos pensées..
    Alors pour tout cela.. merci..

    • Merci cher Monsieur,

      A Axel Kahn
      Je pense à vous et vous envoie des particules de joie et de beauté jusqu’ au bout du chemin.

      Merci à vous
      B. écrivante et psychanalyste

  116. Je suis toujours très étonné d’apprendre que des gens meurent encore du cancer quand un produit naturel, encore plus efficace que 2 de ses constituants pourtant eux démontrés scientifiquement (Pr DESPREZ et Dr SANCHEZ) comme capables pour l’un de neutraliser moléculairement toutes les métastases et pour l’autre de tuer les cellules cancéreuses, existe et a été démontré efficace dans les années NIXON par le NIH dont les conclusions ont été cachées pour justement sauver la médecine allopathique et la cancérologie qui font travailler des centaines de milliers de personnes et enrichissent à milliards les labos affiliés et leurs investisseurs ! Alors est-ce que M. Axel KAHN ignore cela, et c’est bien triste, ou bien est-ce qu’il est au courant mais se laisse mourir pour ne pas qu’on apprenne qu’il a été sauvé par ce produit et ne pas nuire à la profession qui l’a enrichi lui, son fils et tous ses collègues? .

  117. Merci monsieur Kahn de nous montrer que l’attente de la mort peut être apaisée même sans croire en un au-delà. Merci pour votre leçon de vie et de fin de vie.
    Quelque soit la suite de votre fin de vie, vous laissez une trace dans notre vie par vos pensées, vos écrits, votre parcours. Vous restez parmi nous pensée vivante.

  118. Cher Axel Khan
    Vous nous avez donné une belle leçon de vie ! Vous êtes un sage, un type bien !
    Merci

  119. Un grand itinéraire
    Un cheminement heureux. Et retrouver la tendresse d’un père.

  120. Je vous remercie pour ce généreuse leçon humaine Monsieur Khan. Je suis chrétienne : je crois en Notre Créateur Dieu, en Notre Seigneur Jésus Christ et en l Esprit Saint et je suis sûre que, dans votre détresse, vous n êtes pas oublié.. Que votre pèlerinage vers l apaisement soit douce. A bientôt … de l autre côté..

  121. Cher monsieur,
    Vous êtes une belle âme
    Que de sagesse
    Vous resterez toujours dans mon cœur

  122. Cher Monsieur Axel Khan,
    Tellement d’émotion à vous entendre hier soir.
    Merci de vos si beaux et si bons mots.
    Vous êtes un messager du bonheur, une belle personne.
    Tout simplement je me permets de vous embrasser
    Véronique

  123. Merci monsieur pour votre humanisme. Puisse-t-il perdurer encore et se répandre. Nous en avons tous bien besoin.

  124. Cher monsieur khan,
    Je vous lis, je pleure et je vous admire. Merci pour cette exceptionnelle leçon de vie..
    Que tout l’amour que vous ressentez pour vos proches les accompagne.
    Je pense à vous chaque minute…. Je me permets de vous embrasser

  125. Monsieur, j’ai eu au cours de ma vie le privilège d’assister à quelques unes de vos conférences et celui de lire nombre de vos écrits. Merci pour cet héritage intellectuel, merci aussi pour le partage de cette sagesse définitive . Je bénéficierai de l’un et de l’autre jusqu’à ce que ma propre conscience s’éteigne…
    Que tout vous soit très doux.
    ‘J’écouterai Mozart et Schubert, dans la pensée de vous…

  126. Je pense que vous ne lirez plus ce message. Quelle ironie, pour un Président de le Ligue contre le Cancer, d’en mourir. La preuve du fait que personne n’est à l’abri. Le cancer du poumon m’a pris un Ami qui n’a jamais fumé. Je suis de tout cœur avec vous. Bon voyage. Je vous garderai dans ma mémoire.
    m

  127. Cher Monsieur,merci pour cette part de vous même dont vous nous faites cadeau avant de partir,dans ce merveilleux souci de bien faire qui fut votre fil d Ariane durant toute votre vie vous accomplissez par ce partage un ultime devoir,une ultime preuve d amour pour cette humanité que vous avez tant servie,
    Nous sommes de tout coeur avec vous,avec une grande émotion à l idée de votre départ,
    Vous êtes et resterez vivant parmi nous par la force de votre esprit et de votre bienveillance.

  128. Matthieu 11:28-30
    [28]Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos.
    [29]Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes.
    [30]Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

  129. Vous avez participé à sauver tant de vie, nul doute que vous ayez aimé tant de prochains comme vous même et plus que vous même si on y pense. Je ne vous connais pas en fait je vous découvre maintenant. Vous êtes un immense serviteur vous méritez la vie éternelle. Jésus s’est fait serviteur et nous a ouvert les portes du salut par son sacrifice. Dieu le Fils dit de lui qu’il est le chemin, la vérité et la vie et que nul ne vient à Dieu le Père que pr lui. Logique ! J’espère de tout cœur que vous emprunterez ce chin. Je vous embrasse au nom de la fraternité de tous les hommes de bonne volonté. Soyez béni

  130. Que souhaiter d’autre pour Axel Le Loup qu’une journée sans douleur, entouré de ceux qu’il aime et qui l’aiment pour assouvir son goût de la vie ? Très belle journée, cher Loup !

  131. Merci mr Khan, pour votre humanité, elle fait tant de bien.Vous allez me manquer.
    Vous etes magnifique,au revoir,monsieur.
    M Françoise

  132. Bonjour Monsieur,
    J’ai toujours trouvé que vous étiez un grand Mr, encore aujourd’hui vous nous le prouvé.
    Merci pour vos témoignages .
    Je vie en Guadeloupe, ici j’ai eu une leçon de vie sur la mort intégré très tôt contrairement en métropole. Ils ont une très belle phrase .
    Monsieur je vous souhaite force et courage.
    Merci de tous vos partages.
    Au revoir Mr vous serez toujours présent ici et dans le coeur des gens qui vous aiment.
    Claire

  133. Au revoir Monsieur. Votre courage est éblouissant!
    Quelle force malgré la fatigue ! Quelle courage malgré la pression de la maladie!!
    La maladie, vous l’avez vaincue.
    Vous allez partir sereine et avec honneur!!!!!

  134. MERCI, Monsieur Axel KAHN, pour cette cette belleleçon d’apaisement face à fin de vie
    Vous avez la chance de vivre celle ‘une “type bien”
    Une vie bien remplie au service des Autres et de la Société
    Quel bel exemple d’humanisme et d’utilité sociale. J’aimerais pouvoir croire à des retrouvailles pour une rencontre enrichissante, moi qui suis aussi atteint d’un cancer.
    Bonne fin de chemin, vous qui les avez tant aimé.

  135. Que votre journée, cher Loup, soit douce, apaisée et pleine d’amour ! Puissiez-vous aujourd’hui encore assouvir votre goût de la vie !

  136. Cher Monsieur Kahn, Vous devez savoir que vous avez d’ores et déjà gagné votre combat contre la Mort. En effet, la Grande Faucheuse gagne lorsque la fin de vie est marquée par la tristesse, le renoncement, la résignation, la noirceur. Or, vous prônez l’amour de la Vie et la joie de profiter de chaque instant. Alors, vous êtes un héros qui a dépassé la Mort.  J’admire votre détermination, votre hymne à la Vie et votre bravoure et j’espère que lorsque mon tour arrivera, comme tout à chacun, je serai aussi digne que vous et aussi courageuse.  Nous nous souviendrons de vous comme d’un Grand Homme, comme il en existe trop peu qui défend des valeurs essentielles : l’amour et le respect de la vie et le courage. Merci pour votre Sagesse et votre leçon de Vie! Je vous souhaite de la Sérénité, Avec beaucoup d’admiration, Amandine

  137. Merci monsieur Kahn d’avoir “illuminé” ma vie de votre savoir, votre sagesse, d’avoir contribué avec d’autres à me passionner pour les sciences et en particulier la génétique, comme André Brahic m’a fait adorer l’astrophysique. Merci monsieur Kahn !!

  138. Merci Monsieur Kahn pour votre témoignage courageux et puissant dans La Grand Librairie.
    Je me souviens avec émotion de votre passage à Rennes à l’espace Ouest France pour présenter un de vos livres, il y a quelques années. Spectatrice anonyme, j’ai su que vous êtes et serez pour toujours, pour moi et tant d’autres personnes, “un type bien”.

  139. Merci Monsieur Kahn pour votre bouleversant témoignage et votre courage..
    Vous êtes et serez toujours un type bien, personne ne peut en douter.

  140. Arnaël 4 juillet 2021
    ” Et plus je m’élevais en haut au cours de ce sublime exploit
    plus je me sentais faible et las
    et je me trouvais abattu.
    Je dis je n’y parviendrai pas.
    Mais descendant si bas, si bas,
    je m’élevai si haut; si haut,
    que je donnai à la chasse son terme.
    Jean de la Croix Tras de un amoroso lance.

  141. Bonjour,
    puis-je vous signaler cet autre grand homme qu’a été Otto Warburg, Prix Nobel de médecine en 1931. Et la famille Warburg est impressionnante, un peu comme la votre ! (sur Wikipédia)

    Vous avez quitté la présidence de la Ligue contre le cancer. Vous êtes donc libre. Et vous faites le nécessaire pour progressivement vous libérer des autres attaches du monde.
    Dans ce Grand questionnement de fin de vie il peut aussi y avoir un regard sur ses croyances ; desquels se libérer aussi ? 
    En tout cas, tout cela vous rend libre de gérer votre cancer comme vous le souhaitez. 

    Un autre médecin, Laurent Schwartz, a prolongé les travaux d’Otto Warburg. Il en est arrivé à créer une fondation pour ses travaux (à la Fondation de France).

    Je ne vous en dis pas plus. Vous savez ce que vous avez à faire en ce moment crucial de fin de vie. Ça peut ne pas être simple car je crois que votre situation est paradoxale. Je considère en effet ous vivez entre accepter son sort funeste (en finissant de manière cohérente et toujours digne ce qu’a été votre vie) et vous mettre en gestion-gestation (c’est la même racine étymologique) d’une autre vie, prolongée, toujours incarnée, … si elle pouvait exister. 

    Et là, ignorant de tout ce qui s’est passé, je ne peux m’empêcher de penser à ce que vous a transmis votre père alors que vous aviez 26 ans. Y aurait-il eu aussi une forme de prescription de tirer votre vie le plus loin possible, également dans le temps ? Dans ce cas connaître le travail de Laurent Schwartz pourrait être approprié.

    Et ça pourrait aussi être approprié pour le monde que vous-même puissiez témoigner que le cancer n’est pas ce qu’on croit qu’il est ; qu’il est somme toute banal, vu que l’on peut en guérir. Mais ça serait lâ, possiblement, quérir de votre part un effort insurmontable parce que peut-être inimaginables par vous-même.

    Je commenterai simplement en disant qu’il est effectivement possible que vous soyez aujourd’hui arrivé au bout de votre destin. Dans ce cas là oubliez mon apport.

    Sachez que je suis votre aîné d’un an et demi, que j’ai comme vous beaucoup vécu et fait la part des choses. J’ai foi en l’homme malgré ses horribles et barbares manifestations. J’ai aussi foi en la recherche, quand elle est sortie de sa gangue financière qui l’étouffe. Le Docteur Laurent Schwartz, de l’AP-HP, témoigne en silence de l’émancipation de la recherche quant à la guérison du cancer. 

    Je vais jusqu’à penser que ça ne serait pas idiot de vous donner rendez-vous à trois ans d’ici pour en parler. Je serai heureux de vous rencontrer. Il faudra pour ça que vous acceptiez mon message somme toute très banal, à y regarder de près.

    Bien sincèrement,
    Patrick Banuls, habitant de Nemours

  142. Vous nous manquez déjà. Nous sommes riches de vos mots, de vos réflexions. Une pensée à vos proches.

  143. Merci pour votre sourire constant et réconfortant. Et pour cette leçon de sagesse et la sérénité palpable et délicieusement contagieuse. Vos derniers jours éclaire(ro)nt les premiers d’autres âmes. Cher Axel Kahn, j’ai votre livre, “Pensées en chemin”, depuis longtemps dans ma bibliothèque. Je viens de le prendre en main pour le lire prochainement et accompagner votre départ. Reposez tendrement***

  144. Merci Monsieur Kahn, pour votre humanité, votre bienveillance, et votre générosité.
    Quelle leçon de sagesse vous nous avez donné!
    Ce cadeau est si précieux dans le tumulte de nos vies.
    Le coeur des vivants continue à faire vivre celui des personnes qu’on aime et qu’on admire.
    Vous resterez vivant dans le mien et éclairerez à jamais le chemin qui est le mien.
    Merci Axel le Loup
    Reposez en paix.

  145. Aujourd’hui en apprenant la nouvelle de votre disparition , je suis doublement et infiniment triste. Vos écrits et vos propos sont pour moi et pour nous tous des lumières dans nos chemins de vie et nos destinées . Soyez en mille fois remerciés . Où que vous soyez on ne peut que penser à vous durablement dans le plus grand respect de votre très belle et attachante personne .

  146. Je tenais, simplement, à saluer ici votre mémoire. Votre humanisme et votre intelligence resteront gravé dans la mienne. Bon voyage Axel.

  147. Monsieur le Professeur, cher Loup
    Apprendre votre disparition ce jour, c’est bien sûr une immense émotion. Entre le moment où vous l’aviez annoncée – je crois la première fois lors de l’émission “C dans l’air” – et votre interview pour “La Grande Librairie”, je fus très émue de voir – déjà – la différence dans votre être et votre expression : le Loup “avait morflé”.
    Si vous le permettez, je veux évoquer une de nos rencontres avec notre association EFA (Enfance et Familles d’Adoption). Savamment, et en toutes belles explications que je ne saurais retraduire exactement ici, vous aviez expliqué que “l’amour se fout des gènes” : adopter une enfant, quel qu’il soit, quels que soient ses propres gènes, les siens et les nôtres avaient tout intérêt à bien s’entendre. Nous en étions convaincus et l’avons vécu. Exactement comme vous nous l’aviez dit.
    D’autres rencontres, en d’autres circonstances, vos idées et convictions, nous les avons faites nôtres.
    En ce funeste jour, vous rejoignez une autre meute. Comme celle d’ici-bas, si tenace et opiniâtre, sur cette planète si malmenée, préparez-nous, je vous prie, le plus beau des chemins.
    Un immense merci à vous.

  148. “Axel Kahn était un type bien.”
    Bon voyage à vous Monsieur et merci.
    Un malade reconnaissant

  149. Je vous dois ce que je suis aujourd’hui…j’étais une ado quand j’ai vu pour la première fois un reportage sur vous et votre engagement. J’ai été touchée par votre charisme, votre simplicité et votre humanité. J’ai alors su qu’un jour à ma manière j’accompagnerai mes semblables qui sont dans la douleur. Merci d’avoir été une petite pierre sur le chemin de mon humanité. Merci pour votre engagement et la leçon de vie que vous nous laissez. Puissions nous en être dignes chaque jour.

  150. Pleurs…celui qui fut ne sera plus. .Fasse le Ciel que le jour de votre départ une étoile étincelante semblable à la vôtre soit apparue sur terre. .Marie

  151. Pingback: Axel Kahn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.