Sars-CoV-2, Covid-19, traitement et vaccination au 10-1-2021


 La Ligue contre le cancer est mobilisée toute entière dans la formidable bataille pour protéger les personnes malades de la Covod-19. Depuis le premier jour. En ce début de l’année 2021, qui sera décisive dans ce combat à la vie et à la mort, j’ai fait le point pour les Ligueurs. Et pour vous, se cela vous intéresse.

Le virus 

Sars-CoV-2 est un virus dont le grand génome (plus de 30.000 nucléotides) est constitué d’ARN. L’enzyme qui le recopie (ARN polymérase) fait cent à dix mille fois plus d’erreurs que celle qui recopie l’ADN. De ce fait, le SARS CoV-2 mute en permanence, presque dans chaque cellule infectée qui produit de 100 à 1.000 virus. Lorsque les mutations n’altèrent pas la fonction des virus, elles sont sans conséquenceSi elles perturbent cette fonction au point de diminuer la production virale, alors le virus muté sera moins produit que les formes sauvages et disparaîtra bien vite.  

Cependant, lorsqu’une mutation confère par hasard un avantage sélectif à un virus, c’est à dire qu’il devient en raison de la mutation plus infectieux, ou qu’il se reproduit plus rapidement, en plus grande quantité, il est alors sélectionné, c’est à dire qu’il tend à remplacer les lignages antérieurs. Cela s’est produit en début d’année 2020 avec la mutation D614G. Cette notation signifie que l’acide aminé en position 614 de la protéine de spiculeS, un acide aspartique, est remplacé par une glycine. Un peu plus infectieux, les virus portant cette mutation ont conquis le monde. Plus récemment, des souches virales différentes partageant la mutation N501Y (l’asparagine 501 est remplacée par une tyrosine) ont été détectées en Angleterre (V1) et en Afrique du Sud (V2). Ces souches mutantes se développent très rapidement, leur pouvoir infectieux apparaît augmenté, sans modification apparente de leur pouvoir pathogène. On comprend bien les effets de des deux mutations signalées (il y en a en fait d’autres) : elles sont situées toutes deux dans la région trimérisée de la protéine de spicule au contact du récepteur cellulaire de CoV-2, ACE2. Cette protéine de spicule sert, pour fixer les idées, de clé d’entrée du virus dans la cellule en actionnant la serrure ACE2. L’amélioration de l’affinité de la protéine de spicule pour son récepteur sur les cellules améliorerait par conséquent l’internalisation des particules virales, les virions, et de ce fait accroîtrait leur production. 

La pandémie   

À la date du 6janvier, on compte dans le monde presque 1,9millions de décès liés à la Covid, actuellement en pleine expansion. Ce nombre progresse au rythme de 8.000 à 10.000 morts par jour, dont la moitié aux ÉU (365.000 morts décomptés, sans doute en réalité 100.000 de plus).  

La France a atteint les 67.000 morts, soit environ 1.000 morts par million d’habitant. Elle est dépassée dans cette compétition macabre par la Belgique (plus de 1.700), les États-Unis (1.150, sous-évalués), la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Espagne, des pays d’Amérique-du-Sud…  

Le CoV-2 sévit aussi dans les climats chauds mais la promiscuité aux mauvaises saisons est favorable aux contaminations. C’est dans ce contexte que la pandémie flambe actuellement dans l’hémisphère nord tout en continuant de sévir au Brésil, Afrique du Sud, Inde… 

En GrandeBretagne, Irlande et Afrique du Sud, la recrudescence actuelle est liée aux souches V1 et V2 décrites plus haut. La souche V1, dit « anglaise », a été détectée dans le Kent en septembre. Fin décembre, elle est la souche dominante qui infecte les personnes malades de toute l’Angleterre et de l’Écosse, sa proportion croît en Irlande.  

Les seuls pays aujourd’hui peu touchés sont ceux qui ont mis en place des confinements stricts, généralisés (Chine) ou plus sélectifs avant diffusion importante du virus (Corée du Sud, Taïwan, Australie, Nouvelle-Zélande).  

La leçon générale d’une année de pandémie est qu’aucun pays ne peut vivre sereinement avec une circulation importante de SARS-CoV-2, seuls les efforts pour l’éradiquer sont efficaces sur le plan sanitaire.     

La situation en France connaît actuellement une évolution inquiétante. Après le déconfinement de décembre, les infections quotidiennes étaient de l’ordre de 10.000. Elles sont début janvier de 20.000 et augmentent, une croissance exponentielle est probable. Par ailleurs les souches plus infectieuses V1 et V2 sont en France et il est difficile d’imaginer qu’elles ne diffusent pas rapidement, aggravant alors la reprise épidémique. Dans ce contexte, la perspective d’un épisode de nouveau confinement strict tel celui auquel les Britanniques et les Irlandais ont été contraints est réelle, voire probable. Chacun doit en tenir compte dans la programmation de ses actions pour le premier trimestre 2021.  

Les traitements et la vaccination 

Aucun traitement antiviral spécifique anti-CoV-2 n’a fait la preuve de son efficacité. En revanche, le traitement des formes graves de Covid a progressé, les techniques de réanimation se sont améliorées, réduisant de 50 à 70% la mortalité globale de la maladie. L’utilisation large des corticoïdes et des anticoagulants, un effort pour retarder autant que possible l’utilisation de l’assistance respiratoire rendent largement compte de ces améliorations.

Témoin de l’extraordinaire mobilisation des laboratoires et de la communauté internationale, des progrès de la biologie et des biotechnologies, il a fallu moins d’un an pour qu’aux moins quatre classes de vaccins dirigés contre une maladie émergente soient conçus et testés, puis administrés pour trois d’entre eux.  

Les vaccins ARN (BioNTech – Pfizer, Moderna et, dans quelques semaines, Curevax) sont constitués de l’ARN messager de la protéine de spicule, modifié afin d’éviter une réponse inflammatoire trop importante. Ils sont encapsulés dans des gouttelettes lipidiques qui facilitent leur pénétration dans la cellule. Là, la machinerie cellulaire de synthèse protéique les traduit en protéine de spicule qui déclenche la réponse vaccinale. Déjà administré à bientôt dix millions de personnes, le vaccin BioNTech – Pfizer est très bien tolérés (je parle par expérience, j’ai été vacciné) et remarquablement protecteur. Ces vaccins bloquent l’entrée des virus et de la sorte leur production, on les supposait diminuer beaucoup le risque de transmission. Les premières données le confirment.

Les vaccins vivants sont constitués d’un virus autre (adénovirus), sans danger, dans lequel a été inséré le gène (un fragment ADN) de la protéine de spicule. Les produits de ce type sont les vaccins Astra-Zeneca (en usage en Grande-Bretagne, prévu en mars en Europe), Johnson& Johnson / Jansen, Spoutnik, un ou deux vaccins chinois. 

Les coronavirus tués (Sinopharm, Sinovac) sont très largement utilisés en Chine, Émirats Arabes-Unis, Bahreïn, Venezuela, Brésil…  

Un vaccin Sanofi-Pasteur-Glaxo est constitué de la protéine de spicule pure, préparée par génie génétique. Il débute ses essais de phase 3 et ne sera pas disponible avant le troisième ou quatrième trimestre 2021.     

La protection vaccinale durerait au moins huit mois, les sujets vaccinés étant, je l’ai dit, très peu ou pas du tout transmetteurs. En France, pas loin de 20% des habitants ont été en contact avec le virus et possèdent des anticorps protecteurs. Une vaccination de la moitié de la population permettrait d’atteindre une immunité collective de 70% qui s’opposerait efficacement à la circulation virale et libèrerait significativement le pays de la contrainte qui pèse sur lui depuis mars 2020.  

Axel Kahn, Président National de La Ligue, le lundi onze janvier 2021

Partager sur :

14 thoughts on “Sars-CoV-2, Covid-19, traitement et vaccination au 10-1-2021

  1. Cela est calculé avec une baguette magique méditerranéenne et un doigt mouillé dans la Manche ?
    Je ne crois que l’ex marcheur Cedric Vilani pourrait calculer cela car les données futures et même actuelles ne sont pas toutes disponibles…..et cela suppose de ne pas inclure le tourisme international…

  2. Avec les vaccins ARN, que se passe-t-il, si pendant le temps où l’ARN messager est actif dans l’organisme, les cellules répliques des virus ARN (ou autres …comme le Covid ) du fait d’une infection présente. Ne peut-on pas avoir à l’intérieur de la cellule une mutation du virus répliqué simultanément avec la création de la protéine S ? Les variants actuels (anglais…) semble avoir une grosse modification justement de la protéine S. Je suis béotien en génétique…merci

  3. Pourrait-il y avoir un lien entre le vaccin ARN et certaines maladies auto-immunes type guillain-Barré ? Merci.

  4. l’explosion des variants se fait en GB, à ce jour en Israel (9000 cas ce jour) et aux USA , 3 pays qui ont vacciné justement en masse.
    La thérapie utilisée pour ces vaccins, aurait – elle pu favoriser l’éclosion des variants, le virus cherchant à s’adapter à son hôte vacciné coûte que côute ? Les vaccinés sont – ils positifs ou pas, aux nouveaux variants par test PCR, est – ce systématiquement suivi ?
    Merci de votre réponse

  5. Je ne suis plus beotien en medicament donc en pharmacie depuis que mes médecins généralistes m’ont prescrit des médicaments dangereux…Je peux donc être non beotien en vaccins, même si le vaccin selon la formule consacrée par un généticien moleculaire et politicien ecologiste ( Christian Velot) n’est pas un medicament comme les autres, Ce qui est enfoncer une porte ouverte dans l’esprit du quidam .. mais pas dans celui d’un épistémologique ou d’un rethoricien .De même aucune plate-forme vaccinale n’est une plate-forme comme les autres.
    Si bien que nos deux grands opposants retheurs veulent se faire vacciner par un vaccin traditionnel français ou russe …sachant qu’il n’y en aura pas à court , moyen terme ou jamais.. Avec de tels beotiens en vaccins on serait encore plus mal barré …

  6. à GUFF…
    Tout virus à ARN mute… Plus il circule plus il mute…et non pas plus on vaccine plus il mute.. c’est pourquoi il faudra vacciner vite après les + de 60 ans pour éviter l’explosion des urgences et de l’hôpital ceux qui le font circuler …à bas bruits…

  7. “Tout virus à ARN mute… Plus il circule plus il mute…et non pas plus on vaccine plus il mute..”
    Oui c’est logique, mais plus on vaccine en masse plus on sélectionnera les souches résistantes à ce même vaccin !
    Serait-il plus astucieux (et suffisant) de ne vacciner que les personnes à risques de formes graves de la maladie?
    … Et soigner les autres.
    En gros un vaccin pour protéger seulement la personne et non l’espoir d’une immunité collective pérenne?

  8. La stratégie vaccinale française est clairement de protéger l’hôpital et les seniors avec une faiblesse du système immunitaire induite par l’âge avec les vaccins ARN messager, de loin les plus efficaces sur le plan immunitaire et les plus rapide à produire et à adapter aux mutations virales…
    Je suis moins convaincu ,comme Axel Kahn, par les vaccins a vecteur viral, par les vaccins recombinants qui devraient suivent…Quand on vaccin traditionnel chinois a
    l’aluminium, ils ne sont pas geopolitiquement pour
    l’Europe mais pour mieux asseoir la Chine au conseil de sécurité. Il n’y aura pas de dépôt de dossier a
    l’organisme de régulation européen, de même pour le vaccin russe…Les choix de RN et de LFI sont des leurres
    populistes qui demontrent à posteriori l’inculture scientifique et
    l’impréparation des candidats 2022…

  9. Bonjour Mr Khan,

    Je ne savais pas comment vous joindre alors j’essaye par ce biais.je ne suis absolument pas une scientifique.

    Atteinte d’un cancer du sein et sous chimio depuis septembre,je m’étais auto confinée strictement depuis lors.habitant seule c’est difficile et complexe de gérer à la fois le covid et à la fois le cancer et son traitement.un enfer même.
    La décision d’auto confinement a été difficile à prendre pour moi ,mais a pour objectif de ne pas avoir le covid et d’en mourrir et aussi de ne pas avoir le covid pour ne pas déplacer mes séances de chimio pour réussir a tuer l’ennemi invisible.

    J’étais résignée à attendre désespérément mon tour de vaccination qui devait arriver en même temps que le reste de la population car j’ai 41 ans..le cancer n’était pas prise en compte pour ma tranche d’âge dans la programmation vaccinale.

    Je voulais vous dire un immense MERCI,Mr Khan, car pas vos actions, combats , convictions vous avez permis de faire passer la cause des cancéreux en priorité pour la vaccination.

    Ayant était seule pour mon anniversaire,Noël,nouvel an et les autres jours ,ma joie est immense car je peux aujourdhui me dire enfin que je pourrais revoir amis,famille, d’ici quelques semaines,manger avec eux ,les voir rire ,sourire,sentir leur présence..vivre en fait..

    et ça, c’est grâce à vous,grâce à notre ambassadeur de la ligue contre le cancer qui prend la mesure de sa tâche au sérieux (c’est tellement rare de nos jours) si pédagogue, empathique,dynamique et sachant aussi faire preuve d’argumentation et ténacité face à des confrères, politiciens,ou journalistes.

    Toute ma gratitude au scientifique et a l’Homme que vous êtes.ma vie s’éclaire à nouveau et c’est grâce à vous.

    Vanessa

  10. Le nationaliste pasteurisé et ideologique de Melenchon et de le Pen c’est la défaite à la guerre vaccinale…
    Au lieu de tirer à boulets rouges sur les big pharma dont Sanofi et à boulets verts sur les biotechs genetiques ARN messager, nos candidats politiques ont oublié le candidat vaccin Valneva de Nantes . Ce franco autrichien fait un vaccin vivant inactive non sur oeufs de poule mais sur cellules Vera inventées par un japonais et utilisées par le vaccin russe Ils utilisent l’adjuvant de la biotech américaine Dynavax qui fourni aussi un vaccin chinois…
    PS : le vaccin ” vivant tué” a été inventé par le toulousain né Vosgien Henry Toussaint et non par un jurassien iconique …Après le surgelé voilà une e- connerie de plus…La méthode Trump ne fonctionne pas toujours et partout

  11. La guerre économique des vaccins covid a été gagné via une blitzkrieg par les allemands de la bio tech BioNtech associés à
    ia big pharmaamericainse Pfizer Sur la plate-forme ARNm. les americains de Moderna sont associe au leader des IPA , le suisse Lonza pour l’ industrialisation, la biotech allemande Curevac associée à la big pharma et big chimiste allemande Bayer…
    Entre ces acteurs la température va monter….pour élargir le marché.
    La guerre économique et GÉOPOLITIQUE continue sur la plate-forme vecteur adenovirus avec les anglais, les russes et les chinois.. et des hackeurs etatiques masqués, des attaques sur la securite des Arn messagers, sur l’organisme de regulation europeen EMA, sur l’OMS, sur le sous traitant français de Curevac…pour comme on dit chez MacKinsey le fill and finish..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.