SYRIE : NON, IMPOSSIBLE POUR MOI DE SOUTENIR CETTE POLITIQUE


Allons, avant de me remettre à l’écriture de mon prochain livre (je suis dans la dernière ligne droite), une manifestation de mauvaise humeur maitrisée contre la politique étrangère du couple Fabius – Hollande. Certes, Vladimir Poutine n’est pas exactement le type de démocrate dont on rêverait sous nos climats, il est sans doute machiste et est resté homophobe. Même si la Russie a rarement connu mieux, ce n’est pas un modèle. En revanche, il est à l’évidence le plus redoutable « homme d’État » du moment, de la trempe des grands de l’ancien temps. Bachar Al Assad est  un tyran sanguinaire, pas de doute. Pour autant, quand même ?
Qu’est-ce que c’est que cette politique américano-française (les Français étant les extrémistes dans l’affaire) qui consiste à « bombarder Daesch en Syrie » mais à laisser des colonnes de cette organisation foncer à terrain découvert, puis assiéger des semaines durant, Palmyre sans une seule intervention pour s’y opposer ? Des centaines de soldats syriens seront égorgés, mais ils étaient les mercenaires du « méchant », alors rien à dire, ils l’avaient cherché…. Le conservateur des antiquités du site sera lui torturé et décapité, Palmyre dynamité.
Qu’est-ce que c’est que cette politique qui consiste à armer « les bons adversaires » du tyran, à entrainer des troupes pour les renforcer alors que tout le monde sait qu’aujourd’hui, sur le terrain, le ‘front uni » contre Assad a comme composante majeure Al Nosra, Al Qaida en Syrie, grand massacreur de soldats et de chrétiens, et d’autres groupes guère moins islamistes et extrémistes. Hélas, trois fois hélas, l’ALS existe surtout par ses portes-paroles dans les grands hôtels de la région.
Qu’est-ce que c’est cette politique qui refuse de voir une évidence : aujourd’hui, plus encore que le Liban, la région du monde qui a connu le plus grand afflux de réfugiés (sa population a été multipliée par quatre), c’est le croissant chiite – alaouite – chrétien adossé à la méditerranée qui résiste encore à l’avancée de Daesch et des autres groupes islamistes, que sa chute serait une catastrophe, un désastre humanitaire encore plus grand que celui épouvantable vécu depuis trois ans ?
Et puis, veuillez excuser la pointe de cynisme, qui aujourd’hui a créé une situation qui menace le monde ? Sont-ce les américains armant les talibans contre les Russes en Afghanistan, chassant d’Irak un tyran laïc pour le remplacer par un pouvoir chiite allié de l’Iran et opposé à des islamistes sunnites ? Sont-ce les Français pourchassant le tyran Kadhafi jusqu’à le livrer à ses ennemis qui le mettront en pièce, et laissant ensuite s’installer à sa place une kyrielle de groupes sunnites extrémistes et djihadistes dans un pays ouvert à tous les trafics et menace mortelle pour toute la région ? Ou bien les méchant russes gouvernés par un méchant Poutine et soutenant un horrible dictateur ?
Une dernière question, maintenant, iconoclaste. Le couple Fabius – Hollande a décidé pour d’honorables raisons commerciales de soutenir l’alliance avec le grand pays inventeur du wahhabisme et décapiteur de têtes qu’est l’Arabie saoudite, avec le Qatar financeur des mouvements salafistes à travers le monde. Presque rien à dire, c’est de la « realpolitics« . Mais cela justifiait-il de soutenir aussi sans nuance  l’intervention de ces pays au Yémen voisin en proie à une rébellion chiite (houtiste) mais aussi aux exactions d’un puissant Al Qaida local, équivalent yéménite d’Al Nosra en Syrie ; intervention anti-chiite favorisant indirectement Al Qaida ? Cela justifie-t-il d’intervenir si mollement contre les évidentes atteintes aux droits de l’homme dans ces pays, ne permettrait-il pas de les rappeler à leurs devoirs envers les réfugiés quittant l’Irak et la Syrie sous la pression principale des groupes qu’ils ont financés ?
Aujourd’hui, le méchant Poutine et les méchant Russes ont décidé d’intervenir pour éviter la chute du croissant chiite – chrétiens en Syrie, soutenant en cela, on ne peut le contester, le tyran Assad. C’est aussi, de leur part, de la « realpolitics » : il ont là leur dernière base en Méditerranée, importante pour leur volonté de ne pas laisser partout le champ libre aux États-Unis. L’affaire de Sébastopol et de la Crimée témoigne de leur vigilance à défendre ce qu’ils voient comme leurs intérêts stratégiques. Ils sont aussi les défenseurs des chrétiens orthodoxes d’Orient  et, de plus, sont concernés au premier chef par le terrorisme islamiste. Ne pas se faire d’illusion sur les motivations de Poutine justifie-t-il d’emboiter le pas au déluge de propagande anti-russe, dénoncer les morts civils des frappes russes dans le même temps où on ne proteste guère contre la destruction en Afghanistan d’un hôpital de Médeçins sans frontière et la mort de plus de vingt personnes, dont des enfants malades et douze employés de l’ONG ? Est-il si difficile d’admettre que, en toute lucidité, notre intérêt cynique est sans doute que le méchant Poutine empêche le contrôle total de la Syrie par les islamistes, y compris ceux que nous avons rangés dans le camp de « nos amis » ? Merkel semble l’avoir compris, le couple Fabius – Hollande, non.
Axel Kahn, le cinq octobre 2015
Partager sur :

6 thoughts on “SYRIE : NON, IMPOSSIBLE POUR MOI DE SOUTENIR CETTE POLITIQUE

  1. Il y aurait de longs commentaires à faire sur l’envoi d’Axel Kahn, pour qui j’ai de l’admiration et du respect, mais je m’arrête seulement à la chute finale : « Merkel l’a compris, pas Hollande ni Fabius. » Là je ne le suis plus : qu’est-ce qui fait la différence entre elle et eux ? Je ne la vois pas. Quoi qu’on puisse penser de Hollande-Fabius, faites-leur l’honneur de ne pas les prendre pour des charlots. Même s’ils n’aiment pas particulièrement Poutine – pas plus que Merkel , et je pense que vous non plus ne l’aimez particulièrement, et sans l’affubler d’épithètes réducteurs – le « méchant »… ils ont parfaitement compris sa position et son jeu. Il faut se dire que dans cette situation il n’y a PAS de bonne réponse, les Européens ne peuvent que naviguer entre la peste et le choléra et, quoi qu’ils fassent, seront toujours critiqués…. et à juste titre. Car dans ce m…ier… oriental, il n’y a que des coups à prendre et, pour les démocrates laïque nous sommes, des déceptions..

    • Monsieur Raffali, lisez les interview de la chancelière allemande ces deux dernières semaines, vous aurez la réponse à la question que vous posez.

  2. Pour le moment Poutine tape sur l’ASL, pas sur Daesh.

    Le point de vue des réfugiés syriens est que Assad est le principal motif de fuite et de ne pas vouloir revenir en Syrie :

    https://www.adoptrevolution.org/en/survey-amongst-syrian-refugees-in-germany-backgrounds/

    Assad n’arrive plus a recruter de soldats pour ses troupes, les syriens foutent le camp…

    Sans troupes terrestres, à moins que Poutine envoie des dizaines de milliers de militaires russes, Daesh reste invincible.

  3. Bonjour Monsieur.
    Nous aimerions vous contacter pour vous demander un article pour notre Revue trimestrielle ESPOIR, sur le thème « Tissons des liens ».
    Je ne sais pas comment vous contacter autrement qu’en passant par votre blog.
    Bien à vous

    • Chers amis de l’association espoir, merci de votre invitation mais je suis totalement débordé par la dernier touche à apporter à mon prochain livre qui doit paraitre en avril et par des sollicitations incessantes… Salut et fraternité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.