LE GOLDEN BOY ET LA VRAIE VIE


J’ai pratiquement stoppé toutes mes autres activités pour aider à ce que le « montagnard de gauche » choisisse, pour reprendre le thème d’un tweet du matin :

Axel Kahn‏ @axelkahn

À la croisée des chemins. D’un coté, à-pic mortel. De l’autre, chemin moche ; on peut, on doit s’en tirer. Montagnards de gauche, choisis !

C’est que mettre malgré tout un bulletin Macron des l’urne, même si on trouve cela bien moche, est pourtant la seule chose à faire pour éviter le précipice. C’est nécessaire, c’est indispensable, nous sommes maintenant de plein pied dans la vraie vie. Auparavant, beaucoup de mes amis et contacts vivaient dans un monde d’illusion. Ils n’auraient pas dû. Très satisfaits d’avoir, comme moi, contribué à élire François Hollande Président de la République, ils se faisaient honneur – on peut les comprendre – à le soutenir mordicus, même lorsque lui-même et ses gouvernements, le second surtout, s’éloignaient à des distances interstellaires de la sensibilité de la majorité qui avait permis cette victoire. Les défaites électorales s’enchaînaient, le parti de gouvernement s’effondrait à 16 – 17% des suffrages, des syndicats descendaient dans la rue, etc., etc. Qu’à cela ne tienne, lorsque la conjoncture a commencé de devenir vraiment très difficile, on a commencé de se reporter sur une étoile naissante des plus brillantes qui entamait une orbite solitaire. Il faut reconnaître qu’elle avait beaucoup pour plaire. Jeune, belle, pleine d’énergie, propulsée par la force gravitationnelle d’astres puissants et riches, elle était autrement plus présentable que ce qui s’effondrait par ailleurs. Alors, peu importe qu’elle fût issue de ce système en implosion terminale, que sa responsabilité dans cette implosion eût été notable, elle représentait l’espoir, elle était en marche. D’ailleurs, c’est ainsi que les astronomes baptisèrent le nouvel objet céleste : EM

Quel enthousiasme, mes amis, le beau temps revenait, la jeunesse dorée et diplômée, les cadres, les économistes, les rescapés des équipes naufragées, tous les gagnants du nouvel ordre mondial et européen – ou presque – nageaient dans la plus joyeuse des exaltations. Sauf que la France réelle, ce n’est pas que cela, c’est loin de n’être que cela. Elle est aussi ce pays arpenté en long et en large par un marcheur d’un autre type qui, dès 2013, avertissait ses concitoyens de ce que des pans entiers de la population, désespérés, entraient en sécession de la normalité bien-pensante du monde. Enfin, on vota.

Et alors, les résultats furent un coup de tonnerre pour  les aveugles et les myopes satisfaits : de l’extrême gauche à l’extrême droite, près de dix-huit millions de citoyens signifièrent qu’ils rejetaient à la fois la galaxie disparue et l’étoile qui en avait émergé, cette dernière ne recueillant en somme que moins de neuf millions de suffrages. Les dix-huit millions avaient apporté leurs voix à des programmes hostiles à la mondialisation, à la financiarisation de l’économie, à sa déshumanisation, à la construction européenne dans son mode actuel. Sauf-qui-peut, mobilisation générale, la catastrophe menace. D’autant que l’astre nouveau s’avéra beaucoup moins brillant dans l’univers réel que dans le fantasme qui, pour lui, en tenait lieu.

Alors que voulez-vous, le marcheur inquiet de 2013 et 2014, le lanceur d’alerte, l’observateur atterré de la cécité des gouvernants et des « élites », l’agnostique de la création astrale de-novo dut s’y coller. Parce qu’il sait aussi qu’existent des possibles dans le trajet vicieux d’un engin céleste alors qu’il n’en voit pas à l’échelle des temps terrestres dans la transformation d’un soleil en naine rouge et n’en connait pas dans l’évolution des trous noirs. Merci, mesdames et messieurs les miens qui avez décidé que la cécité vous allait bien au teint, je me serais volontiers dispensé de cette corvée. Pourtant, OK. Même quand ce sont des inconscients et des incapables qui ont échoué le navire, troué sa coque, il faut bien que les matelots écopent et renflouent au risque de périr tous. Renflouer, empêcher le bateau de couler corps et bien, c’est éviter Marine Le Pen en votant, même avec des gants, pour Emmanuel Macron. Bon, quand le pire aura été évité, comptez sur moi et des millions d’autres pour vous empêcher de nuire à nouveau.

Axel Kahn, le vingt-huit avril 2017

PS : Et voici pourquoi les choses sont ainsi. Oui, bien entendu, les travailleurs sont les grandes victime de la révolution libérale néoclassique des années 1980.

2 thoughts on “LE GOLDEN BOY ET LA VRAIE VIE

  1. Monsieur Kahn
    J’adhère depuis longtemps à vos analyses que je m’efforce de partager autour de moi. Au delà du 7, il faudra bien plus qu’un sursaut républicain pour éviter la catastrophe déjà lors des législatives. Tout est a reconstruire et les énergies semblent bien dispersées mais je me réjouis que vous soyez mobilisé et surtout si excellent mobilisateur. Merci.

  2. “Renflouer, empêcher le bateau de couler corps et bien, c’est éviter Marine Le Pen en votant, même avec des gants, pour Emmanuel Macron”.
    Non voter MACRON-UE-MEDEF se n’est pas empêcher le bateau de couler, c’est augmenter sa vitesse pour que le Titanic percute encore plus fort l’iceberg du Fhaine en 2022.
    Vous savez parfaitement qu’actuellement MLP ne peut pas avoir la majorité. Même, si par extraordinaire, elle devenait présidente, malgré les ralliements alimentaires de certains députés de droite, elle ne pourrait que mobiliser contre elle aux législatives. Une majorité donnée à la France Insoumise bloquerait, par des motions de censure immédiates, toute prise de pouvoir autoritaire que lui donne la 5ème république.
    Par contre les mêmes pouvoir de la 5ème (49/3, ordonnances…) laissés à la disposition du président des oligarques (il a promis de ” réformer” le droit du travail par ordonnances c’est été), risque de passer comme une lettre à la poste avec la majorité qu’il va demander “pour être cohérent et lui donner une majorité pour gouverner”. Les moutons qui l’ont élu continueront à écouter les préceptes des médias des oligarques.
    Et dans 5 ans les mêmes causes (encore plus de chômage et de précarité) auront les mêmes réactions en pire. Cette fois le VOTUTIL ne marchera plus et le seul vrai vote utile de la France Insoumise, n’ayant plus son porte-parole et étant toujours dénié tout droit à la parole et plus que jamais vilipendé. Le clan Le Pen, tante ou nièce, cette fois récupèrera les marrons du feu, avec une majorité écrasante.
    Donc non, pas question de plébisciter la casse sociale et démocratique de UE a travers son serviteur, qui l’a si bien exaucé comme conseiller, puis comme ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *