AU FIL DE L’EAU, VŒUX CONFIÉS À LA JEUNE SEINE


“Tant de raisons de s’apitoyer ! : enfants malnutris et battus, femmes forcées, gens qui croulent sous la guerre et la misère, personnes malades que l’espoir abandonne, parents dont l’enfant a été pris par le cancer, etc. Alors, s’apitoyer sur soi m’apparaît médiocre et lâche.”
Je confie par conséquent au fil de l’eau de la jeune Seine mes vœux, je lui fait confiance pour les porter et les diffuser jusqu’à la mer, les océans, les continents.
1, Pour autrui, chaque être ne compte qu’en fonction de ce qu’il peut apporter, donner, ce en quoi il peut enrichir, inspirer, soulager. Difficile de compter pour l’autre dans l’oubli de soi, impossible dans l’intérêt exclusif, voir seulement excessif pour soi.
2, cela vaut toujours, loin de l’idée de sa mort aussi bien que dans l’évidence de sa proximité
3, alors, j’espère que jamais vous ne vous accoutumerez à ce qui vous apitoie, que la pitié souvent engendrera l’indignation, qu’elle vous conduira parfois à la révolte, à l’engagement, à l’action.
3, contre les cancers, notamment, ceux qui les alimentent par simple cupidité (alcool, tabac, malbouffe, pollution industrielle et environnementale, etc.).
4, vengez les victimes, pas par les représailles affreuses, par la dévitalisation maximale des assassins, leur mise hors d’état de nuire.
Seine, si belle Seine, aide-moi à transmettre ces messages, à irriguer le cœur et l’esprit des humains.
Étang en bord de Seine à Mussy.
Étang en bord de Seine à Mussy
La Seine à Mussy
La Seine à Mussy
La Seine à Mussy
Axel Kahn, le 16 mai 2021
Partager sur :

106 thoughts on “AU FIL DE L’EAU, VŒUX CONFIÉS À LA JEUNE SEINE

    • Monsieur Axel Kahn, invité de France Inter, ce matin 17/05/2021
      m’a appris qu’il était gravement malade.
      Un grand intellectuel humaniste que j’ écoute toujours avec passion.
      Son entretien avec Léa Salamé est puissant et bouleversant.
      Un homme qui marque fortement les esprits.
      Bon courage Monsieur, et tout mon respect.

    • BONJOUR MONSIEUR,

      Je m’appelle LAETITIA SODJADAN et je suis Africaine du Togo…j’aimerai juste pouvoir si c’est possible entrer en contacte avec Monsieur AXEL afin de lui proposer un médicament de melange d’herbes de chez nous qui traite efficacement tout type de cancer….

      • Il est trop imbu de lui-même pour vous prendre au sérieux, Le message qu’il passe en renonçant à se guérir est désastreux pour les centaines de milliers de cancéreux et les 147000 malades qui en meurent chaque année en France. Bien sur qu’il existe des plantes, mais la collusion des medecins avec les Labos est telle qu une plante qui ne coute rien ne sera jamais etudiée. Une bonne dizaine de traitements découverts ces 100 dernières années ont ainsi été étouffées en France, alors que les medecins sauvaient des centaines de vies. Des Prix Nobel ont meme decouverts comment vaincre le Cancer, mais ils le cache bien, les labos pharma payent grassement pour obtenir le silence. Savez-vous que l HCQ soigne le cancer ? Double raison pour le classer veneneux !!! Le monde des affaires et de la Bourse est impitoyable. Vous pouvez me contacter par email a aurelien.martineau2002@gmail.com, je vous mettrais en relation avec des professeurs américains altruistes et désintéressés (cela existe encore). Un labo ne veut pas que les gens n’aient pas de cancers, ils veule t des clients et le plus longtemps possible, d’où la LONGUE maladie, ils vous tuent mais à petit feu, c’est plus rentable, sauf si vous avez une maladie foudroyante, là, hélas vous devenez un mauvais client …

        • Venir faire la retape avec des histoires de complots de big pharma sur le blog d’un homme qui a lutté toute sa vie contre le cancer et qui en plus est en train d’en mourir, je ne pensais pas qu’on pouvait manquer de dignité à ce point.

    • Nous ne nous connaissons pas, et pourtant, j’ai l’impression de vous connaître. Vous faites partie de ces personnalités de référence, les vraies, les authentiques, celles que nous chérissons au fond de nous-mêmes, en silence, et non sans une certaine fierté, celles qui nous font du bien lorsqu’elles s’expriment, celles qui bercent un peu notre vie… Par ailleurs, nous faisons partie de la même « vie », de la même époque, de la même communauté d’humains, tous de passage en effet à un moment donné sur cette Terre. En soi, c’est déjà terriblement émouvant.

      J’ai l’impression de vous connaître parce que vous êtes une sommité dans le monde scientifique, quelqu’un a qui on ne « touche » pas, quelqu’un d’immensément respecté, pas une ombre au tableau, et aussi parce que vous avez un parcours d’homme hors pair, une personnalité franche et sympathique. Je n’ai jamais entendu quelqu’un vous critiquer vraiment. C’est juste immense, et surtout dans un monde tel que celui où l’on vit ! La justesse de vos propos et de votre parcours n’a échappé à personne.
      Alors oui, comprendre que vous vous préparez à une retraite, cela me touche forcément, profondément, cela a heurté quelque chose au fond de moi.

      Pour revenir à la communauté d’humains dont je parlais plus haut : je n’ai aucune croyance, de quelque nature que ce soit mais je ressens très fort le lien, ce qui peut unir des individus, les rassembler. Vous avez un peu rassemblé cette communauté : comprendre la science, la pratiquer, chercher à guérir les hommes et donner, c’est en soi se placer très au-dessus de tout le reste, c’est prendre une telle altitude par rapport à la vie d’ici que déjà, vous aviez tout compris. Quelle lumière vous a guidé, quel idéal vous a habité ?!
      Vous faites partie de ces hommes qui ont le pouvoir de rassembler, grâce à cette vision très en hauteur, juste et puissante. Et « rassembler », c’est aussi dans le sens apaiser, convaincre, adoucir. C’est un énorme pouvoir et à bien y penser, peu le possèdent. Plus qu’un pouvoir, c’est une grâce. Comme la bonté, la bienveillance.
      Votre départ annoncé et les mots que vous mettez autour m’ont apporté cette même émotion : le choc d’abord puis comme une sorte d’apaisement, porté par une réflexion accomplie.
      Merci pour vos travaux, pour votre choix de vie, merci Monsieur pour votre attention envers l’autre, vous nous éclairez. Je suis certaine que beaucoup d’entre nous auraient aimé faire quelque chose pour vous…
      Je penserai chaque jour chaleureusement à vous.

    • Cher Professeur, Vous demeurez serein, communiquant et digne face à l’épreuve ! MERCI pour votre exemple de LUTTE, pour votre transmission du flambeau de la RECHERCHE…
      Et cet article sur le personnage le plus célèbre de tous les temps vous aidera sûrement comme pour moi… à bientôt Professeur, on se reverra dans le PARADIS , promis par Dieu, sur la terre !
      Sophia
      https://www.jw.org/fr/bibliothèque/revues/wp20130401/jesus-sens-a-sa-vie/

  1. Ca a l’air vraiment très joli Mussy et ses environs ! Bon courage Axel Kahn pour cette étape exigeante de votre vie, merci infiniment pour l’ensemble de vos actions petites et grandes en faveur des malades et des autres, et aussi, particulièrement, pour votre engagement incessant au service de la compréhension de la science par le plus grand nombre. Bien amicalement, Isa (j’étais une thésarde d’Alain Bucheton, à qui vous avez toujours témoigné votre amitié fidèle, encore récemment…)

  2. Des Propos qui ont su … la Douceur
    Là où n’est sûrement pour beaucoup
    que Morsure — MERCI de cet Altruisme
    et compréhension PARTAGÉS. , Pr Kahn.
    OUI cheminant le ” Fil de l’Eau “, chacun
    de vos Mots portés de Convictions sen-
    sibles réfléchies .. sauront traverser
    Fleuves et Deltas — Et ce sera croyez
    bien un Honneur de parvenir à mener +
    Loin un peu de ce que vous avez initié !
    OUI , en tout cas ma Vigilance avec celle
    des Miens s’attache à ne pas : laisser
    Le Haineux recroquevillé et sourd primer
    sur ce qui VIT et DOIT RESTER VIVANT
    parmi les Défis et Enjeux multiples de La
    Décennie – Permettez ce Rituel ( il en
    faut ) de 4Mots + 1 : CetteFOIS – on ose :
    ” Prenez soin de VOUS : B I S E ” C P

    • cher Monsieur Axel Kahn je vous ai écouté ce matin et j’aimerai vous dire que vous nous avez transmis à nous aussi quel privilège CETTE TRANSMISSION

      vous êtes devenu un de nos guides et en celà c’est une oeuvre d’art mille et mille fois MERCI

  3. Merci pour votre texte .Ce matin en vous écoutant sur France Inter j’ai pleuré , trop de similitudes , il y a deux ans mon mari professeur de pédiatrie et génétique apprenait la rechute de son cancer et l’existence de métastases osseuses disséminées , comme vous c’est avec sérénité qu’il a envisagé la fin de “l’aventure” , j’essaye chaque jour de faire vivre son humanisme , ses engagements , ses passions (la photo des fleurs…). Je vous souhaite de conserver cette sérénité et de partir avec la sensation d’une vie où vous vous serez senti utile .J’ai une requête car je crois que vous avez l’oreille de certains décideurs , si vous pouviez faire avancer la possibilité pour chacun d’avoir une mort digne au moment où on le décide ce serait un grand pas .Excusez-moi d’avoir parler de moi , je vous souhaite courage et lucidité pour le temps à venir .

  4. Monsieur,
    Vous dites à Léa Salamé que le souvenir d’un être disparu dans le cœur des gens est une sorte d’Immortalité. Soyez donc certain que vous resterez immortel dans bien des cœurs. Cancéreux, familles de cancéreux ou tout simplement personnes de cœur, nous vous aimons pour votre engagement pour les autres, votre honnêteté et votre humanité.
    Je vous souhaite une fin de chemin remplie de bonheur et la plus douce possible.
    Un grand merci Monsieur

  5. Gracias Sr. Khan. por todo. Esta mañana he escuchado su entrevista con Léa Salamé .No he podido evitar llorar. !Que serenidad tiene Ud. en la última batalla de su vida¡. No vivo en Francia pero le he visto muchas veces en la tv y escuchado por la radio. Siempre me ha llamado la atención su humanismo y su pasión por la vida. Le llevaré en mi corazón allá por donde vaya.

  6. Ce matin à la radio, terrible et déchirante, la chronique de votre mort annoncée. Je vous souhaite un beau voyage dans l’au delà.

  7. Vous êtes un Homme hautement classieux Professeur. Heureux soient les personnes qui vous ont écouté, entendu, et compris au cours de votre magnifique carrière. Je vous souhaite le meilleur pour la suite et vous remercie infiniment pour votre exemplarité.
    PS: un jour je vous avais cédé ma place à un guichet en vous disant que la recherche n’attendait pas , vous vous souvenez ?

  8. Cher Monsieur,

    Par vous, j’ai entendu ce matin la mort comme un fait, sans terreur ni froideur, sans bruissement-écran des mots. Je vous en sais gré. Votre parole ajoute son poids à ce que je suis, comme le font tous les autres, êtres et choses, qui forment ma bordure nourricière et ma jonction au monde.

    À cet instant, portant en moi vos réponses, j’ai deux phrases en tête, que vous connaissez peut-être.

    Montaigne, sur la vie : Principalement que j’aperçois la mienne si brève en temps, je la veux étendre en poids ; je veux arrêter la promptitude de sa fuite par la promptitude de ma saisie, et, par la vigueur de l’usage, compenser la hâtiveté de son écoulement ; à mesure que la possession du vivre est plus courte, il me la faut rendre plus profonde et plus pleine.

    Teilhard de Chardin, sur qui va mourir : Ne le cherchez pas en arrière… il n’est plus là. Il ne vous attend plus là. C’est en avant qu’il faut le chercher, dans la construction de votre vie renouvelée.

    C’est ainsi que de vous, et tant d’autres, je ferai ma part.

    Merci d’être qui vous avez été et qui vous êtes encore.

    Avec fraternelle amitié,

    Guy

  9. Une grande admiration et une immense gratitude n’empêchent pas ma peine à l’écoute de votre votre voix ce matin à la radio et je voudrais vous dire avec respect tous les voeux dont j’accompagne votre traitement prochain.
    Une lectrice fidèle et reconnaissante..

  10. Cher Monsieur,

    Vous êtes précieux pour notre monde car vous avez toujours défendu l’essence de l’homme dans votre travail de généticien.
    Vous êtes l’un des pilliers et j’espère qu’il y en aura encore pour empêcher la marchandisation et la déshumanisation de notre ADN et de l’embryon. Vers quel monde allons nous ?…
    J’ai eu votre frère comme professeur de Chimie à Orsay, et j’ai lu plusieurs de vos livres, aussi me suis-je toujours sentie proche de vous.
    Je vais prier pour vous mais je sais que tout se passera bien.
    De là où vous serez, continuez votre combat. Nous en avons besoin.
    Bien sincèrement.

  11. Introvertie, je ne m’exprime guère mais aujourd’hui je trouve le courage de vous écrire.
    Votre voix m’est familière, je l’ai souvent entendue, le plus souvent écoutée et à son écoute, on se sentait grandi.
    Ce matin, j’ai perçu dans vos paroles, la formidable envie de vivre les choses simples et belles de la vie. Je me souviens de mon père qui nous a demandé de lui apporter des fraises du jardin, les a mangées avec délice sur son lit d’hôpital pour partir la dernière bouchée avalée.
    L’envie aussi de partage, toujours et encore. Au point de se lever de bon matin pour se rendre à un Interview concernant le sujet, le plus difficile du moment: parler de vous même.
    Quel respect d’autrui cela exige et quel cadeau que de nous donner votre présence et votre temps devenus si précieux.
    Merci

  12. Monsieur Axel Kahn, invité de France Inter, ce matin 17/05/2021

    Merci à vous

  13. L’humanité dans sa pureté et sa fragilité ! Nous voilà pourvus pour aimer, vivre et transmettre à notre tour à ceux qui viennent.
    Quelle beauté vous nous laissez Monsieur ! Votre espoir ne sera pas vain, nous accusons réception et le garderons vivant et partagé.

    Merci, merci, merci infiniment et belle route à vous.

    Yona et les siens.

  14. Mais Monsieur Kahn vous savez bien que du cancer ..on guérit ou bien de longues longues rémissions ….vous le savez. . Alors comptez sur notre soutien, nous aimons vous entendre, nous vous aimons.

  15. Monsieur,
    Merci pour tout ce que vous nous avez apporté !
    Mes pensées les plus chaleureuses et fraternelles vous accompagnent .

  16. Un moment plein d émotion ce matin sur France Inter. Vous citez Oscar Wilde qui envisageait sa mort comme un chez d oeuvre . Je crois que ce fut le cas pour ma belle-mère à 91 ans . Passer un moment privilégié avec chacun, chacune, choisir sa tenue d’au revoir, boire une coupe de champagne quelques jours avant da mort pour fêter l anniversaire de son fils …
    C est le cadeau qu’ elle nous a fait. Nous l avons quittée apaisés Aujourd hui découvrir votre blog , sentir là aussi l apaisement que la nature peut apporter. Merci pour cet apport d humanité.

  17. Bonjour et grand merci M Kahn de votre touchant témoignage de ce matin sur france inter.
    Merci de votre sagesse, de votre humanité et de votre bel engagement !
    Comme vous, je crois en la Vie et en l’humanité. Nous sommes tous reliés. Faire le Bien pour que le monde change est devenu aussi le sens de ma vie depuis que j’ai découvert la Révélation d’Arès. Maladies, souffrances et mort ne sont pas des fatalités…
    Je vous souhaite un prompt rétablissement.
    De tout coeur avec vous.
    Bien fraternellement,

  18. Vous aimez la vie , dites -vous , Monsieur Kahn …Ö combien doit-elle vous aimer , la vie , Monsieur Kahn , de la rendre si belle , si chère , si précieuse !!!!
    Comme nous vous aimons , Monsieur , pour tout ce que vous avez partagé , enseigné , ce que vous nous avez donné à voir et à penser , comme nous vous aimons , Monsieur !!! Prenez grand soin de vous , comme vous avez pris grand soin des Hommes , comme vous avez pris grand soin de ce qui fait de nous des Hommes . A jamais , vous êtes une de nos plus belles lumières , Monsieur Alex Kahn !!!! Merci .

  19. Merci Axel,
    Des Riceys, j’ai confié mes voeux à La Laignes, qui rejoindront les vôtres dans la Seine de Polisy. J’ai 76 ans, j’ai eu une allogreffe en mai 2019, et je vais bien. Pourquoi n’en serait-il pas ainsi pour vous? J’ai lu vos livres, j’ai assisté à vos rendez-vous annuels de Mussy… j’ai même refait, à ma façon, votre exposé sur “le beau”… Nous étions à la même table au mariage de Serge et Christian… Mon épouse a soigné votre maman… Je vous connais ainsi. On se revoit bientôt. Merci pour tout.

  20. Monsieur
    Je dis Monsieur, non pas professeur ,mais en référence à vos qualités d’humanité : j’ai aimé vos vagabondages à la rencontre des gens “simples”, de la vraie vie, votre franc parler sur les plateaux. J’ai lu votre dernier livre à sa sortie et pris plein de notes. j’ai eu mal ce matin, en entendant … bien entendu mal pour vous, (et peur pour moi,), mais aussi parce que comme pour le départ de Michel Serres, de Michael Lonsdale ou de Jean-Marie Pelt, vous allez me manquer, tellement vous m’avez apporté. Alors oui, la Vie est un cadeau magnifique et non un dû et je souris, car je sais que vous allez l’embrasser pleinement encore et encore dans une conscience de chaque instant.
    Frédérique

  21. je viens d’écouter attentivement votre message sur FranceInter ce matin. Vous faites partie des personnes que j’admire le plus. Votre parole est précieuse, merci pour tout ce que vous avez fait et pour tout ce qui en restera. Merci, merci, merci

  22. Tant de jolis mots et comme vous les méritez, MONSIEUR!
    Je ne peux que me joindre à ce qui a été dit. Je ne trouve pas les mots depuis ce matin, juste un sentiment de reconnaissance et de gratitude absolues.
    je souhaite tellement, comme tant d’autres, vous entendre encore et encore, alors, que l’on prenne bien soin de vous et peut-être…En tous cas, je le souhaite de toutes mes forces… Mes pensées vous accompagnent dans ce combat. plein de force et plein d’amour à vous

  23. Monsieur Kahn, comme de nombreuses personnes j’ai été bouleversée ce matin en vous entendant sur France-Inter. Je comprends profondément vos paroles et ce que vous ressentez car je suis moi-même en rémission d’un cancer. Quelle leçon de vie et de dignité. Merci pour votre grande humanité, votre engagement, votre intelligence et votre sensibilité.
    Vous allez peut-être retourner dans les étoiles, alors je vous souhaite un très beau voyage dans ce nouveau monde. Je penserai à vous et vous enverrai de la lumière.

    Bien sincèrement à vous

  24. J’ai eu la chance de vous avoir bienveillant et lumineux dans mon jury de thèse il y a bien des années. J’ai lu avec plaisir plusieurs de vos livres et plus encore que par l’étendue de vos connaissances j’ai été touché par votre partage d’expériences personelles et votre franchise. Enfin comme clinicien j’ai été heureux que vous ayez accepté de prendre la responsabilité de la ligue contre le cancer.
    Merci.

  25. Monsieur Kahn,
    je vous ai suivi avec bonheur “en chemin” sur les routes de France cela m’a donné envie de vous retrouver sur votre blog lorsque l’épisode covid est apparu . Au milieu de tous ces experts et contre-experts je vous ai fait confiance pour le choix du vaccin, vos explications étant claires et sans ambiguïté.
    Je vous ai écouté avec une grande émotion ce matin sur France-Inter , à l’heure qu’il est je suis encore imprégnée par vos paroles. C’est comme une résonance sur ce que les humains ont en commun… Merci pour ces mots doux , réconfortants! Nous sommes tous sur le même chemin mais certains savent mieux que d’autres à quelle intersection ils se trouvent. Je pense et bien à vous.

  26. Monsieur Axel Kahn
    Votre témoignage ce matin m’a bouleversé, fort, vrai, vivant.
    Votre parole a enrichi celui qui a su le recevoir.
    Mes pensées vous accompagnent sur ce grand chemin qui s’avance.
    Je penserai à vous sur mes chemins de balade , quelque soit l endroit où vous serez.
    Merci

  27. Monsieur Kahn,

    Je vous suis depuis plusieurs mois sur Facebook et j’apprécie beaucoup vos avis éclairés et étayés, vos pensées, votre philosophie, votre franchise, votre humanisme et surtout votre amour de la vie. Je vous remercie pour ce que vous faites dans tous les domaines où vous agissez.
    Je vous ai écouté ce matin sur France Inter, et je vous remercie pour cette belle leçon de vie que vous nous avez donnée.
    Très chaleureusement, bien à vous.

  28. Cher professeur,
    Je suis tellement heureuse de lire tous ces témoignages d’affection à la suite de votre déclaration. Votre chef d’oeuvre c’est d’avoir grâce à vos engagements, votre respect de l’autre et votre empathie, touché nos cœurs. Cet élan d’amour c’est un « boomerang ». Merci
    Dominique

  29. Monsieur Kahn,
    J’ai lu beaucoup de vos livres, écouté avec attention beaucoup de vos interventions dans les médias. Je connais un peu de vos engagements.
    Alors pour tout ça un grand Merci et courage même si c’est un peu ridicule d’écrire ce mot, c’est sincère.
    Un amoureux de la vie comme vous

    • Cher Monsieur,
      Je partage votre amour des fleurs. Elles me rappellent cette pensée de Simone Weil « la vulnérabilité des choses précieuses est belle parce que la vulnérabilité est une marque d’existence ». Simone Weil nous invitait aussi à « Ne pas chercher à ne pas souffrir, ni à moins souffrir, mais à ne pas être altéré par la souffrance ». Vous avez choisi de suivre cette noble et courageuse voie et, pour cela, comme pour tous vos combats passés, présents et futurs, j’ai pour vous un immense respect et une profonde affection. Grand bien à vous.

  30. Merci Monsieur
    Je vous ai écouté ce matin, ce qui a ravivé une douleur que je porte en moi depuis des années…Il y a 35 ans, un père qui disparaît, victime de cette maladie. 5 ans plus tard, une mère, de la même maladie. Puis moi, par deux fois, en 2003 et en 2008, puis mon époux en 2015…Et enfin mon frère, qui lui aussi va s’éteindre de la même affection que notre papa.
    Je partage avec tellement de force votre envie de dire que la vie est belle, mais que la mort n’est pas misérable… Elle fait partie de nous, et tous ceux que l’on aime sont toujours là.
    Vous serez là aussi, Monsieur, par votre humanité, vous deviendrez immortel…
    Merci

  31. Cher Professeur,
    S’il existe dans cet ailleurs qui nous attend tôt ou tard, je vous souhaite un jardin aussi beau et familier que celui que vous avez eu la gentillesse de nous faire partager tout au long de votre blog. Merci infiniment ❤

  32. merci j ai toujours été en admiration devant vous.je viens de voir que vous êtes atteint d un cancer.merci beaucoup pour tout ce que vous avez fait pour les malades .

  33. Que vous dire… que l’humanité d’un être vivant… mais aussi ultérieurement mort. Peu importe en vérité. Nous sommes tous dans le même bateau, sur la Seine ou sur le Styx. Nous sommes une communauté d’âmes, et ainsi nous pouvons aller en paix.

  34. Cher Professeur.
    Un message de gratitude. Merci pour vos combats humains et raisonnables. Merci pour ce que vous transmettez.
    Avec mon admiration et mon affection.
    François-Xavier

  35. Cher Monsieur Axel KAHN,
    Vous êtes profondément humaniste et cette foutue patrouille qui vous a rattrapé vous coupe l’herbe sous le pied : vous avez encore tant à faire, tant à dire. A chaque fois que je vous écoute, je suis enthousiasmée par votre savoir mais aussi votre bon sens et votre équilibre de pensée, dans des domaines qui vont bien au-delà de votre périmètre de compétences professionnelles.
    Ne pourrions-nous avoir la chance, nous tous, citoyens, d’être guidés par des hommes tels que vous qui sauraient avec sagesse décider de ce qui est bon ou non pour nous ?
    La bêtise se propage aussi vite que le cancer, et ces deux-la agissent malheureusement de concert pour contrer les âmes vertueuses et intelligentes.
    C’est profondément injuste, mais c’est avant tout la vie….
    Être lucide comme vous l’êtes permet de se prémunir des frustrations qui jalonnent le chemin….
    Vous n’avez pas failli : vous avez entrepris, transmis, aimé, et tant d’autres choses encore que ne démentiront pas tous les avis de cette rubrique.
    Comment dire les choses simplement si ce n’est ainsi :
    Vous êtes un homme bien, Monsieur KAHN, et un homme qui nous fait du bien… Merci à votre cœur et votre intelligence…
    Tout comme vous, je ne crois pas en une vie après la mort, mais être scientifique et rationnel n’empêche pas l’espoir…. l’espoir que cette patrouille puisse prendre un peu de distance, et que, touchée malgré elle par vos valeurs et vos qualités humaines, elle choisisse de baisser la garde pour vous octroyer le temps que vous méritez…
    Bien à vous,
    Isabelle

  36. Merci Monsieur pour ce moment sur france inter, pour le choix des mots, le partage … j’ai été très émue et chacune de vos idées a raisonné au plus profond de mon âme. J’ai oublié mes tracas, mes frustrations et la dureté de certains jours pour me dire que la vie est précieuse et que chaque instant attend son sens pour être vécu intensément ou juste traversé.
    Merci pour votre générosité et courage.
    Vous êtes de ces hommes qui nous font relever la tête …
    Bonne route Monsieur,
    Marianne

  37. Monsieur, vous êtes grand dans vos mots… Merci de trouver encore cette force, cette flamme d’intense humanité dans votre combat, pour nourrir les nôtres. Merci de nous la partager. Mes pensées vous accompagnent sur cette sinueuse route de crête.

  38. Merci, Monsieur, pour votre combat, merci pour votre générosité, merci pour votre sagesse, merci pour vos mots.
    Raisonnable et humain, vous l’êtes.
    Oeuvrer pour tenter de faire de sa vie un chef d’oeuvre, vous l’avez fait.
    Profiter de chaque jour, intensément : voilà ce que doit être notre objectif, notre ligne de vie, notre chemin. Voici ce qu’a été et sera encore votre vie, que ce soit quelques semaines ou quelques années.
    Soyons dignes et suivons votre chemin.
    Je vous embrasse
    Anne-Laure

  39. Quelle belle leçon de vie vous nous avez donnée ce matin, cher Professeur! Vous sublimez ces moments de vie anodins pour nombre d’entre nous alors qu’ils sont le sel d’une existence où la beauté, la simplicité devraient nous remplir de cette humanité indispensable à notre existence. J’ose encore espérer que la patrouille qui vous a rattrapé vous laissera encore le temps d’apprécier tous ces temps heureux qui ont pleinement rempli votre vie. Mon affection vous accompagne. Anne

  40. Je vous aime et je vous admire depuis longtemps. Si tous les humains étaient comme vous ce serait le paradis. Je vous ai écouté ce matin et tout ce que vous disiez était si fort. Je vous embrasse

  41. Merci pour l’interview de ce matin sur inter. Quelle puissance bienveillante. Quelle leçon.

  42. Bonjour Monsieur
    Si vous vous étiez trompé. Et si finalement il existait une autre possibilité pour vaincre le cancer … Si je peux me permettre et que vous avez encore un peu de temps, je vous recommande vivement le livre d’un médecin immunologiste, Biology of beliefs de Bruce Lipton qui soutient qu’il n’y a pas de gène du cancer..Vous êtes d’une grande valeur, comme toute autre vie et peut-être pourriez vous décider de vivre plus longtemps ❤

  43. Tout mon respect, toute mon admiration pour vous M.Khan
    Les loups auront des petits, partout !

  44. Cher Professeur, merci pour vos partages 
    à propos de votre 1er point : en fait, un être peut compter pour un autre indépendamment de “ce qu’il peut apporter, donner, ce en quoi il peut enrichir, inspirer, soulager”, grâce à l’amour. 
    Les véritables Chrétiens en connaissent la Source … 
    Amitiés 
    Raphaël

  45. Cher Monsieur,

    J’ai trouvé votre interview sur France Inter profondément bouleversante. Quelle lucidité, quelle franchise ! Même si la formule “je voudrais que ma mort soit un chef d’oeuvre” était un peu en contradiction avec votre modestie habituelle… Après avoir tant étudié le cancer, travaillé pour trouver des traitements, aidé la Ligue contre le Cancer, quelle injustice d’être soi-même touché. Ne perdez pas espoir, c’est sans doute ce que vous avez dit par le passé à beaucoup de malades qui vous contactaient. Un miracle est toujours possible et la volonté fait beaucoup. Alors battez-vous ! Mais avant tout merci pour tout ce que vous avez fait et écrit. Meilleure santé à vous, Monsieur.

  46. Bonjour Axel,
    Je me permets cette familiarité de vous appeler par votre prénom, car j’ai toujours suivi avec attention ce que vous aviez à nous dire ou vos commentaires sur la société. On peut être un médecin reconnu, sinon célèbre, mais aussi demeurer humain et philosophe, empreint de sagesse face à la vie et à son apogée : mourir. En écoutant Inter, mon épouse et moi-même avons été bouleversés et, tous deux guéris d’un cancer (cela existe bien et s’appelle rémission complète … pour combien de temps ?), nous partageons votre vision qui consiste à profiter humainement et sereinement du temps qui peut nous rester.
    Nous sommes tous appelés à disparaître, tôt ou tard, selon des circonstances variables, si possible dans la dignité.
    Merci pour cette belle leçon et nous partageons votre point de vue, le seul “au-delà” qui existe ce sont les traces que l’on peut laisser auprès des siens ou dans la société !
    Des inconnus qui vous sont reconnaissant pour ce que vous êtes, ce que vous avez fait et ce que vous laisserez comme trace dans le futur.

  47. Merci cher Axel Kahn, du courage dont vous faites preuve. Vos témoignages sur Inter et sur la 5, ce 17 mai, sont profondément touchants. Merci de votre courage et de votre façon d’appréhender frontalement cette longue maladie, ce crabe, avec le mot qui nous fait peur. C’est si important pour nous tous, les bien portants mais aussi les malades, dans le doute et la désespérance, d’entendre de tels mots. Avec une telle lucidité, vous nous montrez LE courage, votre détermination, votre amour de la vie, l’amour de vos proches… l’amour de la nature.
    Grand merci à vous cher Professeur. Quelle leçon de vie, de vérité, de force. Et même si le cancer risque bien de se montrer plus fort que vous, vous êtes plus vrai que tout. C’est une chance de vous voir aussi droit face à cette maladie qui vous enrichit, qui vous aide à grandir encore et nous enrichir de vous par votre témoignage incroyablement précieux. Merci Axel.

  48. Bonjour Monsieur, j’ai appris avec une profonde tristesse votre cancer. Je vous ai toujours trouvé extrêmement juste et beau dans vos propos lorsque vous preniez la parole dans les médias. Pour cela et pour votre profonde humanité je vous remercie et vous accompagne dans votre combat. Je suis de tout cœur avec vous. Je vous embrasse. Marc

  49. Monsieur,
    j’ai appris hier soir, par l’émission dans laquelle vous étiez présent, vos sérieux déboires. J’en ai été très peiné. Je pense que vous et votre frère Jean-François, êtes des gens bien. Et je n’aime pas que les gens bien aient du mal. Je vous ai croisé voici quelques années à St Jacut lors d’une présentation à l’abbaye, et depuis je vous lis. Je vous souhaite bon courage.
    Florent

  50. Monsieur,
    Merci pour votre générosité, votre grande humanité et votre bienveillance. Je vous ai écouté avec beaucoup d’émotion sur France Inter.
    Vous êtes un homme de bien, un modèle pour chacun de nous.
    Je vous souhaite beaucoup de courage mais le courage ne vous manque pas.
    Très sincèrement.
    Ghislaine

  51. Monsieur, votre nom ne m’était pas étranger mais je ne vous connaissais pas, j’ignorais vos actions, vos traits et vos aspirations. Je découvre qui vous êtes, comme beaucoup au travers de cette émission de radio. Je salue l’être humain. Je ne suis rien pour vous mais sachez que je pense à vous, à ce que vous vivez qui est si universel. Vous pouvez prendre le temps de vous arrêtez et de laisser se répandre un sentiment de fierté. Quelle chance de vous avoir entendu.

  52. Monsieur Kahn,
    je vous connais sans vous connaître vraiment : comme journaliste, comme citoyen intéressé, je suis vos actions depuis longtemps, je lis certains de vos livres, je vous entends depuis des années ici et là sur les médias. Souvent si pas toujours touché par votre profonde humanité, votre vérité. Et je suis encore plus époustouflé de constater que cette humanité, cette vérité se maintiennent plus que jamais dans l’épreuve qui vous frappe ou plutôt – si je devais vous paraphraser – qui “chemine” avec vous. Et vous entendre encore et toujours célébrer la beauté (du monde, de la nature, des fleurs) est admirable, édifiant. Vous parvenez encore à faire du bien malgré ce mal. Un seul mot : merci. Merci pour tout. Les mots sont dérisoires, maladroits sans doute : on voudrait vous souhaiter bon courage, bon cheminement jusqu’au bout. Mes pensées vous accompagnent. Si j’ose dire et je vous le souhaite “partez en paix”. Amicalement. Fabien

  53. Cher Monsieur, merci pour ce que vous venez de nous dire sur les ondes : aimez la vie jusqu’à la mort. Je vous souhaite que ces derniers moments vous soient doux , éclairés par la présence de vos proches et le doux murmure de la Seine. Je serai en pensée très chaleureusement avec vous.

  54. Un immense regret : celui de ne pas vous avoir eu en professeur et de ne pas avoir ressenti “en direct” votre humanité et tout ce qui vous porte. Il y a peu d’hommes que j’admire et vous en faites partie. Je lis chacun de vos livres avec toujours une grande émotion, le dernier sans doute plus encore. Vous serez immortel car dans le coeur de beaucoup trop de personnes pour être oublié, soyez en assuré.
    Aimer la vie jusqu’à la mort… Ô combien vous êtes dans le vrai. Pour avoir accompagné ma mère et le papa de ma fille (lui parti beaucoup trop tôt), je sais combien cela est important. Je vous souhaite tout le meilleur possible, cher Monsieur, pour ce dernier chemin. Heureuse d’avoir pu me nourrir de vos paroles.

  55. Cher Maitre ,
    Une si belle âme, telle que la votre n’a pas pu se forger en une seule vie terrestre ! Vous faites partie des rares hommes qui nous claquent à la figure l’évidence qu’il y a eu un avant.
    J’ai mes croyances mais aussi mes doutes . Votre présence a travers vos textes me les enlève !
    ça ne veut pas dire que Dieu existe et j’ai parlé de votre âme alors que j’aurais du écrire un continuum de conscience .
    Vous avez dit tres ou trop souvent que vous ne croyez pas en un “après” alors que vous êtes la preuve même de l'”avant ” , Alors ?

    Dans le présent vous êtes là ,
    Et votre juju Hélène a un nez à bisous !

  56. Je viens d’écouter ce bel entretien et je peux vous dire que j’apprécie au plus haut point votre posture d’homme debout, courageux, lucide et en rien geignard.
    Je vous ai envoyé ce samedi un courrier que j’ai adressé à la Ligue Contre le Cancer en mentionnant : “confidentiel, urgent et prière de faire suivre”. j’espère qu’il vous sera communiqué et vous assure de ma profonde sympathie.

  57. Monsieur Bonjour,
    J’ose enfin vous dire combien j’admire la personne que vous êtes. Je suis bien attristée de savoir ce qui vous arrive, j’aurai tellement voulu un jour vous rencontrer! Je vous aurais dit toute mon admiration car vous êtes une très belle personne. Vous m’avez tellement appris pendant mes études en philosophie! Mes mots ne suffisent pas à vous dire ce que je ressens maintenant, mais sachez qu’on ne vous oubliera jamais. Merci pour votre humanité. Merci pour votre grandeur d’âme.

  58. Monsieur Bonjour,
    J’ose enfin vous dire combien j’admire la personne que vous êtes. Je suis bien attristée de savoir ce qui vous arrive, j’aurai tellement voulu un jour vous rencontrer! Je vous aurai
    dit toute mon admiration car vous êtes une très belle personne. Vous m’avez tellement appris pendant mes études en philosophie! Mes mots ne suffisent pas à vous dire ce que je ressens maintenant, mais sachez qu’on ne vous oubliera jamais. Merci pour votre humanité. Merci pour votre grandeur d’âme.

  59. Dans ce monde chaotique, Vous êtes une “pépite” rare de science d”humanité, qui nous fait croire en l’homme
    Quelle formidable et magnifique leçon pour chacun de nous à jamais inscrite dans nos consciences.
    Merci infiniment

  60. Guy de la chaine youtube cancer Therapy cherche à vous joindre. Il a guéri d’un cancer phase 4 prostate, metastases aux os et ganglions, sans operation, sans chimio (incurable) preuves a l’appui (bilans et scans). Rien n’est jamais perdu et pourquoi pas vous ? Nous allons initier des recherches sur des inhibiteurs de SCOT : publication de Maurice Israel (ex directeur au CNRS). Votre esprit de chercheur sera peut être alerté par cette bouteille à la mer. Nous avons écrit un livre je peux vous en faire parvenir un exemplaire si vous voulez. Bon courage à vous. nathoceanes@gmail.com. Cordialement

  61. Cher Axel Kahn,
    Vos mots m’accompagnent depuis si longtemps, et avec un tel bonheur, une telle pertinence que je veux vous dire merci. Pour ce que vous avez toujours si bien dit de votre vie fertile, et de ce que vous dites de votre mort prochaine dont vous faites un chef d’oeuvre, en effet. Sur ce chemin où vous allez seul, mes pensées ne vous lâcheront pas. Vous allez beaucoup me/nous manquez, mais promis, on fera de notre mieux. Dans l’éternité de notre mémoire de vous. MERCI.

  62. Oui, on lit dans vos yeux et votre sourire, la raison et l’humanité.
    Oui, vous avez réussi.

  63. Merci Mr Kahn de nous monter le chemin pour aller jusqu’au bout de la vie, malgré la maladie, toutes les peurs.
    Pour que ce passage soit doux et serein. Mille fois merci pour votre courageux exemple.
    nous pensons a vous.

    • Cher Axel Kahn,
      La vie brise un de mes rêves, celui de ne pas avoir eu l’immense honneur de vous rencontrer. Vos prises de paroles,livres , conférences et témoignages ont toujours été une source d’inspiration pour moi. Vous avez le rare talent de la justesse des mots et de rendre simple des concepts parfois si complexes en sciences.

      J’ai été bouleversé en écoutant cet interview et en lisant vos textes. Je n’ai pas l’eloquence et l’élégance des mots que vous manifestez en chaque instant, mais Sachez que vos actions et vos engagements traverseront les générations, je en doute pas Vous avez diablement réussi à être humain et votre humanisme manquera cruellement au monde d’après.

      Je vous souhaite de profiter comme vous l’avez prévu de tous les instants que la vie saura vous offrir.
      Farewell

  64. Bonjour cher Monsieur. Depuis Chamonix, je regarde le Mont-Blanc ce dimanche, les belles montagnes autour, la neige tombée cette nuit, il fait un peu frais, le ciel est bleu. Je pense à vous, vous faites partie de la beauté du monde. Merci pour vos actions, vos paroles, vos randonnées racontées avec passion. Quand je marche en montagne, j’ai toujours une pensée pour vous…et ça continuera, toujours…

  65. Cher Axel Kahn,
    Votre leçon de vie me bouleverse, impressionne et force le respect. Je ne peux vous laisser partir sans ces quelques mots. Recevez ma plus sincère admiration et mon profond soutien. Vous me manquerez quand il faudra essayer de trouver des réponses scientifiques pertinentes aux questions du pharmacien que je suis. Votre humanité, la précision de votre savoir, votre amour des mots et de la nature ont fait de vous presque un ami sur mon chemin. Le vôtre bifurque à présent. Je sais que vous en appréciez intensément chaque pas, chaque pause photo, chaque fleur cachée derrière quelque pierre…Et vous avez tellement raison…Pour en avoir vécu auprès de proches quittant peu à peu ce monde, ces moments sont sans doute les plus enrichissants, les plus intenses, les plus marquants d’une vie…Merci pour votre grandeur d’âme. Mes pensées vous accompagnent, vous et votre famille.

  66. Que dire après tous ces mots si justes que je viens de lire…Infinie tristesse ! Monsieur Kahn ne s’en sortira pas cette fois… Vos interventions nous éclairaient et nous apaisaient. Vos lumières et votre sagesse vont nous manquer !
    Puissiez-vous, entouré de l’amour de vos proches, avoir la fin la plus tardive et la plus douce possible !
    Et qui sait, vous n’y croyez pas, mais des choses étranges se passent parfois, après la mort de gens très proches…
    Amicalement vôtre, Sophie

  67. Un poème pour vous Axel Kahn

    No en el precioso y preciso jaspeado carmesí en el corazón de esta flor
    blanca como un cáliz de nieve,
    no en sus pétalos albos y pequeños, no en las
    líneas carmesíes diminutas como trazos de sangre de un gorrión
    malherido de amor sobre esa nieve;
    no.

    La belleza está en los ojos del que mira,
    en el preciso y precioso jaspeado del iris de sus ojos,
    en el corazón de su pupila,
    en las líneas nerviosas diminutas que conectan el ojo
    con la mente.

    La belleza no está en el mundo por sí misma y para sí.
    La belleza del mundo está en los ojos de los habitantes del mundo,
    en la mente de los habitantes del mundo, en todos los sentidos de los habitantes del mundo
    pues no hay olor sabor textura ni trinos de gorrión ni cálices de nieve
    sino aquél que puede maravillarse en ellos.

    La belleza está en tus ojos en tu lengua en tu pezón
    en el funcionamiento maravillosamente armónico del martillo y el yunque y el tímpano de tu oído interno
    en las células olfativas que trémulas se extienden debajo de tu rostro.

    Contra la muerte y el dolor y el mal,
    a pesar de la extensión de su reinado en ti y en mi,
    la belleza está en ti y en mi, no en esta flor

    que temblorosa sostiene
    su blancura
    y sus irisaciones carmesíes
    en una palma cuyo pulso un día dejará de latir
    y será trazo de sangre en el corazón de un gorrión niño
    y cáliz de tierra y humus para las nuevas flores
    como esta

    que temblorosa sostiene
    su blancura
    para aquellos que podemos percibir la suma
    de todos los colores.

    Gabriel Chavez Casazola

  68. Quelle intrépidité Axel que la randonnée de ce jour! Surtout soyez très prudent.
    Vous avez en tout cas mis admirablement en oeuvre vos forces de résistance et vos capacités mémorielles et expressives.
    Vous méritez bien ce soir du repos après l’effort…

    Merci pour tout cela.
    Merci de nous avoir permis “d’entrer” dans votre chambre d’hôpital.

  69. Des travaux scientifiques exceptionnels, de la générosité et des valeurs morales précieuses, un courage magnifique…

  70. Depuis le début de la pandémie, vous avez été un des rares à être juste à chaque fois.
    Vos interventions ont toujours eu ce mélange d’humanité, de vérité et de liberté qui vous rendent absolument unique.
    Aujourd’hui, vous montrez une force et une dignité stupéfiante.
    Merci Monsieur Kahn.

  71. Cher Axel,
    Nous avons donc gravi hier après-midi le sommet du suc de Ceneuil là où précisément vous aviez choisi de situer l’intersection de vos deux diagonales pédestres de 2013 et 2014. De ce promontoire devenu selon votre propre expression « le centre du monde » l’horizon s’échappe de tous côtés. Sur la table d’orientation en phonolite nous avons disposé vos sept derniers ouvrages comme autant de directions à suivre pour une vie bonne. Puisse le vent emporter leurs feuilles aux quatre coins de ce pays que vous avez tant aimé dans votre quête d’absolu et de grands horizons. En pensée et en amitié avec vous cher Axel. Fabrice

  72. J’adore vos messages. Je sais que vous adorez aussi les animaux. Il semble juste de ce battre pour les droits fondamentaux des humains comes des animaux également qui sont terriblement mal traités de nos jours. Bon voyage Monsieur Kahn et merci encore.

  73. A l’heure qu’il est, l’accompagnement de nos aînés en fin de vie est compliqué, voir douloureux…Mais voir des personnes de notre génération le vivre dans leur chair et dans leur esprit est déstabilisant… Votre analyse remet les pendules à l’heure, l’humilité avant tout mais une grande lucidité… Vous m’avez bouleversée mais aussi rassurée pour moi. MERCI

  74. Nadine P.
    Bonjour,
    J’ai comme beaucoup entendu votre voix toujours si bienveillante sur France Inter. Quelle force, quel partage et surtout quelle transmission une fois de plus vous nous offrez là ! Je connais bien les chemins doux de vos pas. Mussy, Mont Lassois, un de mes chemins de vie étant Châtillon sur Seine. J’ai parfois utilisé ce texte de Colette, ma payse, en atelier d’écriture, j’aime tant ces mots que les lire sur votre blog m’a profondément touchée. Comme une ouverture sur un pays connu et commun, un recoin rassurant, comme l’est votre façon de voir et de nous dire le moment présent et l’après…
    J’ai souvent eu envie de vous écrire après une émission quand vos mots, que tous pouvons comprendre, nous donnaient à réfléchir voire entreprendre. J’ai repoussé comme Sido cette “visite” par courrier mais pas cette fois !
    « Les images du brigand à l’attaque ne me sont pas étrangères. » Père, grand-mère, grand-père, amis, ma liste familière est longue. Elle apprend de la mort certes mais aussi la vie, elle propose de ne pas la laisser nous échapper sans réagir.
    Je ne sais pas déposer là quelques images de fleurs des champs prises dans les collines de l’Auxois il y a quelques jours, mais mes pensées vous les transmets…
    Je vous embrasse affectueusement,
    Nadine

  75. MERCI Monsieur Axel Kahn et bon courage à vous.
    J’ai été très triste d’apprendre que vous étiez atteint par la maladie que vous combattez si valeureusement chez d’autres personnes.
    Je ne vous connais que par vos livres sur la marche et ce blog mais j’apprécie beaucoup de vous lire et j’espère que je le ferai encore longtemps.
    De plus, par vos sages conseils, vous m’avez convaincue de me faire vacciner (j’ai 68 ans).

  76. À Monsieur Alex Kahn .
    Monsieur permettez moi de vous dire ceci :
    Nous étions , nous sommes et nous serons ( avant la naissance , sur terre et après la “mort” ) .
    – sommes nous crées de RIEN ?
    – sommes nous les créateurs ?

    L’homme ce joyau de la Vie finit il poussière ?
    Monsieur Qui fait battre notre coeur sans que nous ayons la moindre responsabilité dessus ?
    Qui façonné notre visage , notre corps …?
    Dieu est là !
    Il nous écoute .. nous attend 3

  77. Axel est né au coeur de la préhistoire là où les silex taillés : couteaux , pointes de flèche , lances , il y a 40000 ans partaient vers la Norvège et le Sud de l’italie.

    Depuis 2 millions d’années où les premiers hominidés sont apparus , «dieu  » nous a façonné (via notre génome) pour régir aux aléas des conditions climatiques …entre-autres…

    et là en quelques mois si ce n’est jours , « Dieu» s’est fait homme…L’homme à bouté ..« dieu » ailleurs pour intervenir directement au niveau de notre devenir « via le Génome »…

    Il a ainsi retrouvé son âme d’enfant jouant ainsi avec cytosine guanine et autre amines…l’homme ayant bouté « Dieu » ailleurs est ainsi devenu …maître de son destin…

    (A visiter le super musée de la Préhistoire dans ce haut lieu de la pierre taillée qu’Axel bien que sur son lieu de naissance n’a sans doute jamais dù visiter .

    .A noter toutefois que ce dit musée a totalement oublié dolmens mais surtout les menhirs nombreux aux alentours mais disparus avec le remembrement agricole.

  78. Simplement vous dire combien j estime votre hauteur de vue, vos analyses, vos engagements.Vous m avez accompagner Monsieur, avec vos écrits lors de ma propre traversée d un chemin difficile cueilli par la maladie.
    Plus tard, j ai croisé votre route lorsque vous avez remis pour mon plus grand bonheur son diplôme à ma fille , devenue notaire.
    Merci infiniment, je sais votre voix lumineuse, des bords de Seine ou d ailleurs.
    Sincèrement votre

  79. Monsieur Kahn, vous avez sûrement dans un coin de votre mémoire, cette journée que vous avez passée dans une petite école de l’Allier, avec des élèves de CM2 dont faisaient partie vos petits fils. Vous aviez illuminé les réflexions de ces garnements avec vos pensées tendres et vos connaissances. J’espère que les trente cinq enfants présents ce jour là, qui timidement en fin de journée quémandaient bises et autographes connaîtront votre décès et se rappelleront de votre sourire, de votre bonheur de l’instant partagé.

  80. Cher Axel Kahn,

    Quelle chance, quel bonheur de vous écouter et de vous lire! Vous êtes à la fois cultivé, savant, clair, limpide, lumineux et sage. Vous nous rendez intelligents, humains et raisonnables. Si vos réflexions qui simplifient la complexité pouvaient être encore plus largement partagées, je me prends à croire qu’au progrès scientifique qui va de plus en plus vite et peut potentiellement améliorer le bien être de l’humanité comme jamais, les hommes seraient à même d’ajouter un progrès de la raison, un progrès profondément humain, leur permettant de choisir le meilleur dans le meilleur des mondes possibles et d’éviter de céder à un pire, également potentiellement de plus en plus dangereux.
    J’ai besoin d’y croire.

    Ancienne élève de l’X, un peu scientifique, j’ai travaillé modestement en tant qu’ingénieure, avec mes équipes, à la transformation des progrès technologiques (en matière d’information et communication) dans des produits et services proposant de nouvelles expériences.

    Passionnée par la philosophie, la poésie et l’art sous toutes ses formes, je me consacre aujourd’hui à ces passions.
    Je peins en vous écoutant. Ainsi au plaisir de peindre j’ajoute le plaisir de la découverte de vos précieuses pensées.
    Vous avez raison, vous êtes immortel.

    Vous allez beaucoup nous manquer mais, Dieu merci, on ne vous perdra pas complètement et vous continuerez à transmettre.
    Ma fille a quinze ans et je lui parle de vous et de vos travaux.
    Pour mon plus grand plaisir elle s’y plonge avec bonheur.

    Vous êtes un exemple de courage mais je vous dis quand même « bon courage ».

    Respectueusement merci.

    Patricia Langrand

  81. Bonjour monsieur
    J’aimerais vous offrir mon enregistrement du poème d’Alfred de Vigny “La mort du loup” que vous citez souvent et dont vous vous inspirez pour finir dignement votre très belle et longue vie.
    Vous pouvez l’écouter sur ma page Facebook, je vous la dédie bien humblement.
    Amitiés
    Pascal Huvet

  82. Bonjour monsieur Kahn,

    Je suis admirative de la personne que vous êtes et de tout ce que vous avez réalisé dans un laps de temps réduit. J’ai pensé à ce passage de Lucrèce du De la nature des choses, et je me suis dit que vous ne pouviez certainement pas recevoir les reproches qu’adresse la nature à ceux qui n’ont pas fait usage du temps qui leur a été imparti pour en faire de belles choses : « Supposons enfin que prenant soudain la parole, la Nature adresse à l’un de nous ces reproches : «Qu’est-ce donc qui te tient si à cœur, ô mortel, pour que tu t’abandonnes à tant de douleur et de plaintes ? Pourquoi la mort te fait-elle gémir et pleurer ? Si la vie jusqu’à ce jour t’a été douce, si tous tes plaisirs n’ont pas été s’entassant dans un vase sans fond et si donc ils ne se sont pas écoulés et perdus, que ne te retires-tu de la vie en convive rassasié ? Es-tu sot de ne pas prendre de bonne grâce un repos qui ne sera plus troublé ! Mais si toutes tes jouissances se sont consumées en pure perte et si la vie n’est plus pour toi que blessure, quelle idée de vouloir la prolonger d’un moment, lequel à son tour finirait tristement et tomberait tout entier inutile. Ne vaut-il pas mieux mettre un terme à ta vie et à ta souffrance ? Car des nouveautés pour te plaire, je ne puis en inventer désormais : le monde se ressemble toujours. Si ton corps n’est plus abîmé par les ans, si tes membres ne tombent pas de langueur, tu ne verras cependant jamais que les mêmes choses, même si ta vie durait jusqu’à tromper les âges ou même si tu ne devais jamais mourir. »

    Qu’aurions-nous à répondre, sinon que la Nature nous fait un juste procès et qu’elle plaide la cause de la vérité. Mais si un malheureux plongé dans la misère se lamente sans mesure parce qu’il lui faut mourir, la Nature n’aurait-elle pas raison d’élever la voix pour l’accabler de reproches plus sévères ? «Chasse ces larmes, fou que tu es, et arrête tes plaintes.» Et si c’est un vieillard chargé d’ans : «Toutes les joies de la vie, tu les as goûtées avant d’en venir à cet épuisement. Mais tu désires toujours ce que tu n’as pas ; tu méprises ce que tu as, ta vie s’est donc écoulée sans plénitude et sans charme ; et puis soudain la mort s’est dressée debout à ton chevet avant que tu puisses te sentir prêt à partir content et rassasié. Maintenant il faut quitter tous ces biens qui ne sont plus de ton âge. Allons, point de regret, laisse jouir les autres ; il le faut. ».
    Je vous remercie vivement pour tout ce que vous avez accompli!

  83. Cher Axel Kahn,

    Comme chaque jour, je suivais le lien menant à votre chronique apaisée de la fin d’un itinéraire de vie, mais celle-ci a disparu du fil de votre blog….Un bug peut-être?
    Merci pour tout ce que vous nous apportez…

  84. Merci Monsieur Kahn,
    Vous êtes un exemple de combativité et un formidable exemple à donner à tous nos malades. J’ai moi même perdu ma mère à l’âge de 18ans et vos derniers messages me rappellent ses derniers mots un printemps de juin 2007.

    Vos proches peuvent être si fiers de vous,

    Un simple mot, mais sûrement le plus beau me vient: merci.

  85. Depuis le 17 mai vous nous avez fait partager tant de moments de votre vie remplie de toute cette beauté qui nous entoure et que nous ne voyons plus. L’amour de la vie et l’amour des vôtres vous accompagnent jusqu’à votre dernier souffle. Je ne vous oublierai jamais Monsieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.