PUISQUE LES VACCINS ANTI-COVID-19 ARRIVENT…


Plusieurs vaccins contre la Covid-19 arrivent. Ils déchaînent déjà la polémique, la fureur et les cris. Mais de quoi parte-t-on, en fait. Ce billet est destiné aux personnes peu versées en sciences biologiques et immunologie. Afin qu’elles comprennent et  aient les moyens de se forger une opinions fondée sur des bases solides.

La réponse immunitaire contre les éléments  étrangers, agents infectieux, greffes ou allergènes, est de deux types, humorale, relayée par les anticorps, ou cellulaire, due à des globules blancs spécialisés. Les substances provoquant cette réponse sont des antigènes, presque toujours des protéines ou bien des fragments de protéines. Les vaccins sont la forme préventive d’immunisation contre ces antigènes.

Il existe plusieurs types de vaccins :

  • Les agents infectieux inactivés (tués) ou bien atténués. Le vaccin antirabique (contre la rage) de Louis Pasteur, celui qu’a reçu le jeune Joseph Meister, était un vaccin atténué. Ce sont par conséquent les plus anciens et les plus classiques des vaccins. Les vaccins inactivés contre Sars-CoV-2, agent de la Covid-19, les plus avancés sont chinois, Sinopharm et Sinovac. Ils ont déjà été utilisés sur des centaines de milliers de personnes. Des campagnes de vaccination ont débuté au Maroc et aux Émirats arabes unis. La tolérance et l’efficacité semblent bonnes.
  • Les protéines recombinantes, c’est-à-dire produites par génie génétique. Le modèle est sont le vaccin contre l’hépatite B, qui utilise la protéine virales S du virus HBV, ou bien le vaccin Pasteur contre la grippe saisonnière. Contre la Covid-19, le futur vaccin Sanofi – Pasteur –Glaxo est de ce type, il est dirigé, comme tous les autres candidats – vaccins énoncés plus bas, contre la protéine de spicule S de SARS-CoV-2. Il ne sera pas disponible avant six mois à un an.
  • Les virus recombinants. La technique consiste à prendre un gène codant la protéine vaccinante (l’antigène) et de l’insérer dans un virus infectieux pour l’homme mais débarrassé de tous ses gènes pathogènes. L’adénovirus est le plus utilisé, responsable à l’état sauvage de rhumes saisonniers. Dans le cas des vaccins contre la Covid-19, différentes souches adénovirales se sont vues rajoutées le gène codant la protéine de spicule. Les vaccins concernés sont nombreux : Astra Zeneca, Johnson and Johnson, Spoutnik, CanSino Biological Inc, …Aucun vaccin de ce type n’a jamais été utilisé chez les humains. En revanche, la progression de la rage transmise par les renards a été stoppée en France en dispersant par voie aérienne des appâts imbibés de vaccine recombinante,  contenant dans son génome le gène de la glycoprotéine d’enveloppe du virus rabique.
  • Les vaccins ARN. Dans les cellules, les gènes sont recopiés (transcrits) en ARN messagers qui sont eux-mêmes traduits en protéines. Les vaccins ARN sont constitués de molécules d’ARN messagers de la protéine de spicule, synthétisées par un procédé chimique et intégrées à des micelles lipidiques. Aucun vaccin ARN n’a encore jamais été utilisé, ni chez l’homme ni chez l’animal. Les vaccins BioNtech – Pfizer et Moderna sont des vaccins ARN, ils seront les premiers à être proposés dès le début de l’année 2021 en France. Testés sur quelques dizaines de milliers de personnes, ils se sont révélés bien tolérés et efficaces à plus de 90%. L’ARN est relativement instable si bien que ces vaccins exigent d’être conservés au froid vif (autour de -80 degrés Celsius pour le vaccin BioNtech, – 20 degrés annonce Moderna,), et exigerons des durées de décongélation aussi brèves que possible.

La protéine de spicule S de SARC-CoV-2 interagit avec le récepteur cellulaire ACE2 par laquelle le virus entre dans les cellules. L’immunité contre cette protéine S bloque cette interaction, elle empêche la pénétration du virus et le marque pour être détruit par le système immunitaire. Il est possible que, chez les sujets vaccinés, cette immunité sélectionne des mutants viraux lui résistant. Alors, des revaccinations annuelles, comme pour la grippe, pourraient se révéler indispensables. En ce sens, il est possible, mais pas encore démontré, que les vaccins inactivés stimulent une réponse immunitaire plus large que les autres.

Sur le plan de la sécurité, ce sont les vaccins constitués de virus recombinants qui apparaissent avoir provoqué le plus souvent des réactions, bénignes : réaction inflammatoire, petite fièvre. Un cas de symptômes plus sérieux a été noté avec le vaccin Astra Zeneca, une “myélite”, atteinte de la moelle épinière avec signe neurologiques réversibles. Elle a entrainé un arrêt provisoire des essais de phase 3. Il n’est pas établi que cette symptomatologie soit liée au vaccin.

À l’heure de la “médecine basée sur les preuves” seuls les essais de phase 3 suivis d’une pharmacovigilance prolongée après mise sur le marché répondront quant à la possibilité d’effets néfastes. Cependant, avec beaucoup de prudence, les vaccins inactivés, très classiques, sont à priori d’un bon niveau niveau de sécurité. Sur le plan théorique, je ne suis guère inquiet quant à l’innocuité des vaccins ARN. Je n’hésiterai pas à me faire vacciner dès que possible par les uns ou les autres. La même chose pour les protéine recombinantes. En ce qui concerne les vaccins vivants recombinants, il convient d’exiger une étude d’innocuité très poussée. Pour ma part, je ne me précipiterais pas.

Axel Kahn, samedi 21 novembre 2020

Partager sur :

28 thoughts on “PUISQUE LES VACCINS ANTI-COVID-19 ARRIVENT…

  1. Bonjour,
    Un autre élément qui interroge est la température de conservation des vaccins, notamment de ceux à ARNm. Les problèmes de stabilité de l’ARN viennent se combiner a ceux de la stabilité du complexe protecteur utilisé. Pfizer se surprotège peut être, les autres sous-estiment peut être le risque… Mais c’est une donné qui alimente aussi – sans doute – les diatribes des anti-vaccins et favorise le doute.

  2. Merci pour ce texte très factuel et très facile à comprendre. Espérons qu’il sera entendu…

  3. Bonjour Pr Kahn,
    Docteur en biotechnologies et travaillant dans l’industrie Pharma, je suis est impressionné par votre sagesse et les messages de bon sens que vous tentez de faire passer.
    Que pensez vous de la capacité de ces stratégies à induire une immunité cellulaire significative qui semble plus efficace avec les coronavirus ? Quid de la nucléoprotéine comme antigène qui semble moins induire les anticorps facilitateurs ?
    Merci d’avance

    • Selon mes données, l’immunisation anti S entraîne aussi une réponse cellulaire. Je ne connais pas en détail le potentiel immunogène des protéines internes du virion. La réponse anti S, en tout cas, n’apparaît pas facilitatrice.

  4. Merci ! Et merci d’avoir repris votre blog ! Je vous lis aussi sur Facebook mais avec votre blog on n’a pas besoin de chercher. J’en profite pour vous dire combien j’ai apprécié vos livres de marche à travers la France.

  5. Corrigez moi si je me trompe mais il me semblait que les vaccins contre la rage pour les animaux sauvages étaient des recombinants vaccine/rage et n’utilisait pas des adenovirus. À l’époque, c’était mon directeur de thèse, Robert drillien, spécialiste des poxvirus qui travaillait dessus, non?

    • Non, vous avez raison, merci, j’ai corrigé. Président à l’époque de la Commission du génie biomoléculaire, j’ai eu à connaître en détail de cette opération. Cependant, j’ai moi-même tellement travaillé avec les vecteurs adénoviraux que qu’un transfert inconscient s’est opéré en ma mémoire.

      • Merci pour votre réponse. J’avoue que je me suis mise à douter car ça date quand même d’une trentaine d’années environ mais comme j’utilise souvent cet exemple pour expliquer qu’un OGM (même si un virus n’est pas un organisme entier à proprement parler) peut être bénéfique puisque celui là a quand même permis d’éradiquer la rage en France, je préférais être sûre de ne pas dire de bêtises. Effectivement, je me souviens qu’à cette époque, vous faisiez partie du comité de bioéthique je crois et vous étiez venu parler, à mon ecole de biotechnologie de Strasbourg des risques émergents du génie génétique et j’avais trouvé votre intervention très intéressante. C’est la raison pour laquelle, quand j’ai vu que vous vous exprimiez sur les réseaux sociaux à propos de cette pandémie, je me suis mise à vous suivre. Tout ceci pour vous dire que j’apprécie beaucoup vos propos car ils sont très éclairants mais surtout étayés de références fiables, en particulier quand il y a eut ce malheureux débat sur la chloroquine et qu’il devenait difficile de se faire une opinion. Merci également pour cet éclairage sur les vaccins car ayant quitté le milieu scientifique pour une autre passion, je n’ai plus le temps de faire de recherche bibliographique poussée et vous avez répondu avec clarté, à mes interrogations à propos des vaccins ARN. Donc mille merci pour toutes les informations que vous partagez avec nous.

  6. Bonjour
    Merci beaucoup pour ce résumé très éclairant pour les non initiés.
    J’aurais aimé le partager autour de moi mais je crains qu’il ne soit jugé trop “austère” pour être lu jusqu’au bout.
    Y aurait il dans l’assistance un graphiste qui saurait illustrer cet article pour des lecteurs plus “visuels” que “lecteur” ?
    Marcel.

    • Ils contiennent obligatoirement des adjuvants. En toit cas de micelles lipidiques et des protecteurs de l’ARN.

  7. 1. Si le virus mute naturellement, est-ce qu’il ne risque pas d’y avoir d’autres antigènes non pris en compte par la production mRNA ?
    2. Les asymptomatiques porteurs du virus sans signe clinique et ensuite vaccinés, quelles conséquences ça pourrait avoir ?

    • les mutants moins reconnus par les anticorps seront sélectionnés, comme expliqué, c’est inéluctable. On ne sait pas à quelle vitesse.
      La vaccination d’un cas asymptomatique ne devrait pas avoir de conséquences, si ce n’est qu’on ne saura pas s’il est ensuite immunisé parce que infecté ou bien immunisé.

  8. Bonjour,
    Est-ce qu’une vaccination de masse contre un virus si peu connu (cas asymptomatiques, atteintes neuronales, formes graves ..etc) n’est pas sans danger ? notamment par l’inévitable sélection des mutants qu’elle favorisera et dont on ne connaitrait pas la dangerosité future pour l’humain ?
    n’y a t’il pas là une précipitation avec manque de recul ?
    merci
    Cdlt

  9. Bonsoir,
    Vous dites ne pas être inquiets quand à l’innocuité des vaccins à ARN, contrairement aux vaccins vivants recombinants. Pouvez-vous expliquer cette confiance envers les vaccins ARN? Et votre méfiance envers les vaccins vivants recombinants?
    Merci à vous.

    • LES VACCINS ARN ANTI-#COVID19 SONT-ILS DES OGM ?
      Non, c’est de l’ARN produit par synthèse chimique et qui se dégrade rapidement dans la cellule sans s’intégrer au génome. Il y a de l’ARN dans toutes les cellules, libéré à la mort cellulaire et rapidement dégradé.

  10. Bonsoir,

    Mon post du 22 nov. était une réflexion sous forme d’interrogation qui ne demande pas forcément une réponse..
    Cela reste une question ouverte, à l’appréciation de chacun, parfois le silence est la meilleure réponse qui, au demeurant, est tout à fait honorable de la part de Mr Kahn.
    Ceci est un blog, non un interrogatoire.
    Mais restons dans le sujet…
    Cdlt,

  11. Bonjour

    Je ne suis pas médecin, mais j’épluche la littérature des scientifiques sur laquelle s’appuie la médecine, qui elle n’est pas du tout une science,mais plutôt un aveugle, avec une canne blanche, au bord d’un précipice.
    Je lis toutes vos explications au sujet d’un vaccin développé alors que personne n’a mis en évidence un quelconque lien de causalité, entre un virus même pas isolé parmi des centaines d’autres, et les choses qu’il est sensé faire.
    On lit qu’un virus n’a aucun système d’énergie, que ce n’est pas vivant, mais que tout de même, c’est une sorte de parasite doté d’une volonté de faire des choses pas bien, et capable de faire mieux que les généticiens avec leur ciseau CRISPR, c’est à dire trouver dans le génome humain, l’endroit où il faudra couper pour que le brin d’arn en capsulé qu’il est, puisse s’insérer. On apprend que cette séquence d’adn va alors prendre le contrôle de la très sophistiquée et merveilleuse machinerie humaine pour lui intimer l’ordre de s’autodétruire en attaquant plus spécifiquement l’appareil pulmonaire. Entretemps, cette séquence aura fait en sorte que la cellule lui fasse des enfants, parfois mutants.
    Mais quel est ce délire ? Qui peut gober de pareilles âneries. N’importe quel étudiant sensé devrait quitter un amphi à tires d’ailes en entendant ça.
    Et on veut nous refiler un vaccin pour que l’organisme prépare des anti corps ! c’est le bouquet ! quel monde de charlatans ! alors que toutes les maladies sot explicables facilement et que forcément vous le savez. explicables sans aucun charabia à dormi debout. Les études existent depuis bientôt 100 ans, et continuent d’émerveiller aujourd’hui comme autant de sources prometteuses, comme si on venait de les découvrir. Preuve que l’enseignement ne ait pas bien son travail de relais des connaissances acquises.
    Bref, tous ces vaccins, cette course au marché et aux profits , n’est pas de la médecine, mais du business éhonté.
    Vouloir vacciner massivement, avec une substance produite en toute hâte, sous prétexte d’une pandémie tout à fait ridicule, même pas à la hauteur d’une banale grippe, avec 0.05% de létalité en France par rapport à une population française de 67MM, a quelque chose de très suspect, de très très malsain.
    Les gens feraient bien de se tenir sur leurs gardes et de n’avoir aucune confiance.

    • Bonjour,
      Vous n’êtes pas médecin..ni généticien.
      Je me garderais, quant à moi, de toute critique des biotechnologies actuelles!
      Je suis en revanche d’accord avec vous pour ce qui est de la pression à vouloir vacciner dans l’urgence la terre entière !?
      Vraiment tant de certitudes sur l’innocuité ou les conséquences en tous genres à long terme ??
      Chacun doit savoir que ces technologies sont récentes et qu’on ne maitrise pas encore tout (loin de là) en matière de génétique !
      Juste, moi si je suis ‘très à risque’ alors le vaccin je le prends volontiers et suis bien content qu’il existe quand même !
      Cdlt,

  12. Merci infiniment pour ces informations indispensables pour nous éclairer dans la situation présente!
    Que pensez-vous de L’Usine Nouvelle qui sur son site a rendu payant le contenu de votre interview sur ce même thème?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.