TOUS LES CHEMINS MÈNENT EN HAUTE-LOIRE ET À CÈNEUIL


Mes deux diagonales pédestres à travers la France se sont croisées en 2013 et 2014 en Haute-Loire, plus particulièrement dans le petit hameau sur les flancs du suc de Cèneuil qui joue un peu pour moi le rôle de la gare de Perpignan pour Salvador Dali. C’est là l’image plausible d’un paradis terrestre, avec sa maison d’hôtes “Les Pierres Bleues”, Annie et Jean-pierre qui y accueillent les amoureux des paysages et des autres douceurs de la vie, les vues sur la Loire, l’Emblavez, le plateau du Velay et les massifs du Meygal et du Meyzenc. J’étais invité à une série de rencontres au Puy-en-Velay (voir par exemple L’éveil de la Haute Loire) et à donner une conférence dans la commune limitrophe de Brives-Charensac (Voir écho d’un site local). Bien entendu, c’est cependant à Cèneuil et aux “Pierres Bleues” que j’avais choisi de résider. Ce séjour fut pour moi l’occasion d’admirer à nouveau l’une des deux merveilles architecturales de la Haute-Loire (l’autre est sans conteste la basilique Saint-Julien de Brioude), l’église Saint Michel perchée seule sur son dyke volcanique d’Aiguihle. Éclatante sous le soleil ardent, elle a fière allure :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Saint Michel sur son dyke

La nuit, ce n’est pas mal non plus !

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Saint Michel depuis le haut du Puy, la nuit

J’aime aussi, bien entendu, l’imposante basilique du Puy. Sa façade illuminée en haut des majestueux escaliers qu’empruntent au petit matin, après la messe et la bénédiction, les pèlerins jacquets qui entament la Via podiensis, ne manque sans conteste pas de majesté :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Basilique du Puy, façade illuminée

Cependant, il n’était bien  entendu pas question pour moi de venir en ces lieux que j’apprécie tant sans en arpenter à nouveau les chemins, à la rencontre de l’étonnante diversité volcanique du territoire. Je grimpai sur le versant est de la Loire, en direction des sucs qui en bordent la vallée.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Vers le Suc Vert

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Le bord du plateau du Velay vers le Mont Miaune

De retour, je rejoignis le sommet du suc de Cèneuil dominant le fleuve à l’ouest et ménageant une vue panoramique sur le bassin d’effondrement de l’Emblavez, et au delà les contreforts du massif du Meygal.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

L’Emblavez, la Loire, les contreforts du Meygal vers l’Ardèche

Au loin les deux sommets du géant, le Meyzenc, se dessinent dans la brume de chaleur.Le plus haut en Ardèche, l’autre en Haute Loire :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Les deux sommets du Meyzenc, au loin dans la brume

Et puis, en redescendant du suc vers mon havre des “Pierres Bleues”, les fleurettes, orpins âcres :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Orpins âcres

Des centaurées ou scabieuses, aussi :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Centaurée(ou scabieuse)

De fragiles œillets

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Œillets sauvages

Des anémones, enfin, que je ne suis semble-t-il pas le seul à apprécier :

SAMSUNG CAMERA PICTURES

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Un amateur de nectar d’anémone

Le lendemain, je fis le tour du Mont Courant, au rebord est du plateau du Velay.

Comme l’insecte dans la fleur ci-dessus, je butine, moi aussi, chaque fois que je le peux, au gré de mes déplacements. Elle est assez belle, la vie !

Axel Kahn, le deux juillet 2015

 

 

 

 

 

 

Partager sur :

13 thoughts on “TOUS LES CHEMINS MÈNENT EN HAUTE-LOIRE ET À CÈNEUIL

  1. Très belle rencontre cher Monsieur Kahn sur les bords de notre jeune loire. La conférence a permis d’entendre des propos porteur de sens et d’optimisme qui sortent des sentiers battus et discours bien trop souvent convenus .
    Amitiés Fabrice Fricou

  2. Merci beaucoup pour ces photos.
    Notre pays a un patrimoine naturel exceptionnellement varié que nos anciens ont su compéter au fil des siècles par un patrimoine Humain raffiné et étonnant. Le Velay est en effet une MERVEILLE!

    A ne pas manquer: le TRAIN de BOIS sur la Seine en provenance du Nivernais . Actuellement arrêté au quai de Bercy, il traversera Paris dimanche. Une histoire fabuleuse liée l’alimentation de Paris en bois, pendant plusieurs siècles. ” pas de bois, pas de pain”
    Un bel hommage aux flotteurs du Morvan!

  3. Aller de suc en suc d’un pas léger, comme chaussé de bottes de sept lieues, et puis, à la fin, retrouver sa maison bleue, oui elle est belle la vie. Et puis savoir que demain il y aura d’autres chemins à arpenter et un autre havre de paix où se reposer et réfléchir, oui elle est belle la vie.

  4. Le 25 mai 2013, parti du mont Gerbier-de-Jonc avec la neige et le brouillard, j’ai marché plusieurs jours sur le GR3. Le 28 mai, sous la pluie et le vent, l’étape m’emmène du Puy-en-Velay à Céneuil où je parviens aux “Pierres Bleues” trempé et transi. L’hôtesse ouvre la porte, m’invite à entrer. Je pénètre dans une pièce boisée, calme, chaleureuse. Aussitôt, le charme des pierres bleues agit. Comment ne pas se sentir chez soi ? Chambre douillette, douche salutaire, thé bien chaud… tout me réconforte après une journée plus que maussade ! A ce charme, Annie et Jean-Pierre ajoutent un accueil tout personnel, riche en partages. En quittant ce lieu paisible, j’avais promis d’y revenir avec mon épouse. Retour début juin 2015, avec le même plaisir !
    Monsieur Kahn, merci pour votre enthousiasme communicatif car ce “plausible paradis terrestre” et ses “Pierres Bleues” ont réveillés mes souvenirs. Ils méritent que l’on s’y arrête, voire s’y attarde.

    José Casatéjada

    • Dommage que vous ignoriez complétement la table d’orientation du suc de Ceneuil qui mérite un coup d,oeil !

  5. Et vous avez oublié de parler de la table d’orientation du suc de Ceneuil, réalisée par l’artiste rosiérois Jean Pierre Julien avec un matériau local :La Lauze,qui mérite un détour car on y voit à la fois La Loire et le Mézenc.belle réalisation.
    Dommâge !!!!!!

  6. Votre Champagne et ma Bourgogne classées……. au patrimoine de l’UNESCO!!!!!!!!!!!!!!
    Tout ce travail viticole de plusieurs siècle reconnus c’est vraiment une grande joie pour tous les Français!

  7. José, je suis heureux de partager avec vous l’attachement à ce lieu délicieux que sont ‘Les Pierres bleues”, à Cèneuil. Mary-Hélène, oui, j’aime la table d’orientation du suc de Cèneuil, merci de l’avoir évoqué. Jadeflore, Mussy-sur-Seine, Aube, en Champagne, est à 500 mètres de la frontière de la Côte d’Or, Bourgogne. Alors, ces deux classements au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco me réjouissent tous deux…

  8. Bonjour Monsieur KAHN,
    Je viens de terminer votre livre “Entre deux mers”. J’ai commencé par celui-là et je vais maintenant me ruer chez mon libraire afin d’acquérir “Pensées en chemin” tant le récit de votre “seconde diagonale” m’a impressionné ! Deux mots me viennent à l’esprit : “bravo” et “merci”.
    Bravo tout d’abord pour avoir accompli ce périple de la Bretagne à la Provence. Merci ensuite pour rendu de si belle manière un tel hommage à notre beau pays. Page après page j’ai suivi votre aventure avec délice et l’impression de cheminer à vos côtés. Vos descriptions des paysages, votre vision des territoires traversés, des personnes qui y vivent et s’attachent à les préserver ; c’est tout simplement magnifique ! Je me dois en outre de vous confier que je suis proche de votre analyse politico-économique. Je suis originaire du Berry et j’ai longtemps vécu entre cette région (St Gaultier, Argenton, La Brenne, La Creuse…) et le Limousin (Limoges, Ussel, Le Chavanon, Millvaches…). C’est dire si je me suis délecté des chapitres consacrés à ces lieux.
    Pour terminer, je voudrais également remercier en vous, non pas l’auteur, mais l’humaniste et l’homme de science. Car outre l’attrait porté aux splendeurs de notre pays, nous avons un point commun : j’ai travaillé pendant onze années au Siège de l’Université Paris Descartes (2003-2014) et, tout comme vous, j’ai aimé travailler pour ce préstigieux établissement, “la grande maison”.
    Voilà, j’arrête ici mon commentaire et vous réitère toute mon admiration. Respectueusement. J.LOUBIERE

    • Je suis touché du plaisir que vous avez éprouvé à lire “Entre deux mers”, cher Mr Loubière, ému de vous savoir attaché à cette belle université qui reste la nôtre…
      Axel Kahn

  9. Bonsoir, je crois que nous vous avons croisé ce soir en chemin quelque part vers le Sauvage – peut être n’était-ce pas vous après tout, mais l’idée que ce soit possible que ce soit vous que nous ayons croisé sur ce beau chemin de “solitude” comme vous l’avez appelé, alors que le jour s’abaisse, et que l’odeur délicieuse des sous bois envahis la terre entière tournée vers le soir, est je dois le dire tout à fait charmante. Cet homme seul croisé dans les bois plaisamment cheminant attendant son ami qui prend sa douche, avant de passer la soirée avec lui, cela aurait bien pu après tout être tout à fait vous. Et ce fût charmant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.